• Un Visétois au marathon de Pekin

     

    _DSC0053.jpg

    Christian Reyners a 44 ans. Il est visétois et travaille au service "signalisation" de la ville. Le 16 octobre, il sera un des 30.000 coureurs à s'élancer de la mythique Place Tien An Men. 

    "J'ai toujours aimé courir", déclare notre sportif. "Après des études en tourisme je suis parti travailler à l'étranger durant une quinzaine d'années : En Espagne, à Cuba, au Mexique, en République Dominicaine ( c'est d'ailleurs là que ses deux enfants sont nés)... J'ai débuté comme animateur et j'ai terminé comme responsable des activités nocturnes pour la chaîne d'hôtels Catalonia. "  

    Christian décide alors de rentrer au pays et trouve du travail à l'Administration communale de Visé. "Entre l'âge de 20 ans et celui de 30 ans, j'avais déjà participé à plusieurs marathons" explique-t-il, "quatre fois celui de New-York, une fois à Rotterdam, une fois à Barcelone, une fois à Bruxelles, avec des temps toujours sous les 3 heures. Mon travail à l'étranger ne me permettant plus de m'entraîner valablement, je n'ai plus participé à de telles épreuves, mais j'ai continué à courir par plaisir".

    Mais l'envie lui a repris et il a recommencé l'entraînement spécifique. "Le marathon de Pekin, c'est en même temps un défi et un rêve" continue notre athlète. Le départ se fait place Tien An Men et l'arrivée au "nid", le stade olympique. De plus, j'ai toujours été attiré par la Chine. J'aurais voulu participer au trail de la Grande Muraille, mais je n'étais pas encore prêt."

    Christian court une centaine de kilomètres par semaine, dont une bonne trentaine le dimanche. Depuis qu'il a recommencé l'entraînement il a perdu une quinzaine de kilos. Il fait très attention à la nourriture, privilégiant les sucres lents. Il fait aussi très attention à ne pas se blesser et aux chaussures portées, qui sont primordiales.

    "Si je peux donner vie à mon rêve, précise notre visétois, c'est grâce à mes sponsors. Je citerai en premier lieu mon employeur, la ville de Visé. Sans son aide, jamais je n'aurais pu participer à cette course. Je tiens également à remercier les sociétés "Coupé-Collé", "Smartoy" de Visé ainsi que "Jogging +" d'Ans. Ces sociétés ont confiance en moi et sans leur participation, je n'aurais jamais pu me rendre en Chine."

    Son but ?  Rejoindre l'arrivée avec un temps honorable. Ses craintes ? La nourriture asiatique. Les aliments absorbés avant une course ont une très grande importance. Afin de s'habituer au décalage horaire, notre marathonien s'envolera vers Pekin le 11 octobre. Il aura ainsi 4 jours pour s'acclimater.

    Vos encouragements seront les bienvenus sur Chris_Reyners@hotmail.com

    _DSC0038_2.jpg

     

  • Du nouveau pour les coffee shops

    DSC_0149.jpg

    Mardi soir, les autorités communales de Maastricht ont décidé de déplacer trois coffee shops dans la banlieue de la ville, plus près de la frontière belge semble-t-il. L'accord a été passé avec les propriétaires du Smokey, du Missouri et du Mississipi. Cet accord prendra cours en 2013. En attendant, à partir du 1er octobre, les shops de Maastricht serviront exclusivement les toxicomanes locaux, ainsi que les allemands et les Belges. Le habitants de Maastricht se plaignent des nuisances causées par ces "touristes" un peu particuliers, tant au point de vue de l'afflux de véhicules que du bruit causé en soirée. On attend la réaction des autorités communales frontalières belges.

  • Chemin de fer : les 150 ans de la ligne Maastricht - Visé - Liège

    _DSC0060.JPG

    Le 7 octobre, conférence exceptionnelle de Marylène Zecchinon au Centre Culturel de Visé à l'occasion du 150 ème anniversaire de la ligne Maastricht - Visé - Liège.

    La création de cette ligne, rive droite de la Meuse, a été envisagée dans les années 1840. L'insuffisance des moyens de transport de l'époque et les industries présentes sur son futur tracé justifiaient cette réalisation. La construction fut entreprise avec des fonds privés. Dès 1856, la société anonyme "Compagnie du chemin de fer de Liège a Maastricht et ses extensions" fut crée par les concessionnaires, principalement des banquiers dont le baron de Rothschild. Les états belges et néerlandais n'investirent donc rien dans cette construction. La ligne fut inaugurée le 10 novembre 1861 et mise en service le 24. Le départ se faisait alors de la gare de Liège Longdoz. De nombreuses gares et haltes, dont il ne reste quasiment rien, jalonnaient alors le parcours. Pensons à Argenteau, Cheratte, Wandre, etc.

    Le 1er janvier 1899, la ligne sera intégrée dans le réseau des chemins de fer de l'Etat Belge sous l'appelation ligne 40.

    Seront également évoqués lors de cette conférence : les trains-tramways, les trains express, les installations spécialement aménagées pour l'exposition internationale de 1930 ainsi que les héritages et destructions des deux guerres et la création de la ligne d'autobus en 1956.

    Musée régional d'archéologie et d'histoire de Visé, rue du Collège 31.

    Contact : JP Lensen au 0495.496.391 Site internet www.museedevise.be 

     

  • Saint Firmin réussie à Richelle

    _DSC0020.JPG

    Le soleil était au rendez-vous ce week-end à Richelle, à l'occasion de la fête du village. De nombreux habitants ont pu se divertir aux diverses attractions foraines qui animaient le centre par leur présence

    Quelques photos dans l'album (voir marge droite) 

  • Visé : un participant à une garden party abat un autre de plusieurs coups de feu

    _DSC0058.JPG

    Cet après-midi, une garden-party se déroulait à Visé, au lieu dit "La longue vue". Vers 19h45, pour une raison que l'enquête devra établir, un des participants a tiré plusieurs coups de feu en direction d'un autre et a pris la fuite. Il est activement recherché. La victime est décédée sur place. Aucun des participants que nous avons rencontrés n'a désiré s'exprimer, étant sous le choc des faits dont ils venaient d'être témoins. L'endroit est situé en pleine campagne, au milieu des champs. La police de la Basse Meuse a établi un périmètre de sécurité. Un maître chien de la Police fédérale est arrivé en renfort. Le laboratoire judiciaire et le Magistrat de service sont attendus sur les lieux du crime. Le service Régional d'incendie a été mis à contribution pour fournir du matériel d'éclairage.

    22h30 : la victime, Christophe Michel est un Sérésien âgé de 39 ans. L'auteur, toujours en fuite, n'est pas encore identifié avec certitude. Selon nos sources, Christophe aurait voulu s'interposer dans un différend pour tenter de ramener le calme. Cela lui a coûté la vie.