• Ans va l'obliger à démolir la maison qu'il vient d'acheter!

    une.php.jpeg

    A la Une :

    - Inquiétude au Palais : la Reine s'est cassée le col du fémur

    - Richard Fourneaux : " Je drague…mais je ne suis pas célibataire "

    - Primes rabotées : la colère des Diables

    - Le boom des enquêtes judiciaires contre des policiers

    - Anderlecht dans la cour des grands

    Les autres :

    - Le foot tend la main à Marcel Habran

    - Procès Troiano : "Si on le condamne on va assassiner une deuxième famille"

    - Tribunal : les agresseurs d'un homosexuel condamnés

    - Bassenge : l'aide familiale avait escroqué une personne âgée

    - Verviers : Marcel Simonis, le chef de police évincé, pourrait toucher 1,6 millions d'euros

    - Des foetus exposés au musée font polémique

    - Affaire Publifin : mardi s'annonce déjà caniculaire

    - La Wallonie se dote d'un plan santé à l'horizon 2030

    - Etc, etc...

  • Le coin du handball

     

    2e8f61737b2e673b0c91e03eecbbec2d_handball-01-413jpg-handball-images-clip-art_500-431.jpeg

    Hommes


    Pour sa première saison en Beneligue (championnat opposant les 6 meilleures équipes belges et les 6 meilleures hollandaises), le HC Visé a souvent été très bon.

    Il occupe actuellement la 6ème place. Mais il y a un « hic ». Chaque année, cette compétition met en lice 6 équipes de chacun des 2 pays et contrairement aux prévisions 5 équipes belges se situent dans les 6 premières places et le 5ème dès lors devra participer à une compétition avec le 6ème et les 2 premiers de la division nationale pour décider quelles équipes complèteront la prochaine Beneligue. Visé vient de s'incliner ce samedi contre Sittard (30-33) après un match très difficile mais de qualité.
    Le dernier match, ce week-end, mettra Visé aux prises avec Merksem tandis que Sasja qui le précède d'un point se rendra à Tongres. Tout reste donc possible.

    Dames


    Longtemps handicapé par la blessure de sa meilleure buteuse, Kristien Leonaers, le Femina n'occupe que la 5ème place au classement après avoir été défait par un but d'écart lors des 3 derniers matches (Bocholt, Waasmunster et Hasselt).
    Dimanche passé, les Visétoises se rendaient à Saint-Trond qui venait d'éliminer Hasselt en demi finale de la coupe et devenait dès lors favori tant du championnat que de la coupe.
    Visé s'était le week-end passé qualifié également pour la finale mais contre un adversaire moins redoutable : Middelkerke: 28-16 à domicile et 21-21 en déplacement.


    Visé n'était pas favori à Saint-Trond. Et pourtant !
    Le Fémina entièrement retrouvé pouvait enfin compter sur une Kristien Leonaers subitement en pleine possession de ses moyens (11 buts dont 6 penalties sur 6) sur une Margot Friry exceptionnelle dans les buts, mais aussi sur l'ensemble de joueuses particulièrement volontaires.


    La tactique visétoise en défense fit merveille et dès lors, St-Trond fut souvent incapable d'alimenter le score (7-12 à la mi temps et 10-20 à la 47ème et finalement 16-23 à la fin de la rencontre).
    Visé alignait : Friry, Martin, Vanden Boorn, Leonaers (11), Jolly (1), Masrouki.S (1), Bouchard (3), Racz (4), Masrouki M (2), Boons (1), Michel, Dubuc, Jaszczuk, Radermecker. Il reste à espérer que lors de la finale de la coupe contre les mêmes Trudonnaires, les Visétoises confirment cette plantureuse victoire. Ce sera le lundi de Pâques, le 17 avril à Louvain, à 12H30. Moment particulièrement curieux, mais semble-t-il le milieu de l'après-midi est réservé aux hommes et on sait qu'à la fédération du handball, on est un peu macho ! Espérons cependant que notre public suivra.


    Le 15 février 2017,
    Marcel NEVEN

  • Le mot du Bourgmestre

    _DSC0029.jpgA propos du Tronc commun 

    De plus en plus de pédagogues et dans la foulée de responsables politiques préconisent le tronc commun dans l'enseignement secondaire. En communauté française, il serait appliqué dans les 3 premières années.
    Ce principe part de l'idée que dans un souci d'égalité, tous les élèves doivent jusque 15 ans suivre le même parcours.
    Cette conception me paraît totalement déraisonnable. Bien entendu je suis d'avis que tous les élèves doivent pouvoir avoir la meilleure formation possible. Mais tout qui a enseigné ou observé l'enseignement sait que les points forts et les points faibles sont différents chez chacun. Mon opinion est donc qu'il faut donner à chaque étudiant la possibilité de progresser particulièrement dans les matières qu'il apprécie.


    Au début de l'enseignement secondaire, l’enthousiasme est présent chez la plupart des adolescents. Donnons-leur dès lors la possibilité de renforcer cet enthousiasme en leur offrant la faculté d'aller plus loin dans les matières qu'ils apprécient.
    J'imagine que la réflexion des partisans du tronc commun a pour origine le fait qu'en communauté française, il y a dans l'esprit des parents une classification : en tête se situe l'enseignement général puis vient le technique et enfin le professionnel.
    C'est une conception que j'ai toujours combattue et je n'ai fait qu'adhérer aux principes défendus par Pierre Hazette.
    Toutes les options doivent être à égalité. C'est, reconnaissons-le, une idée difficile à faire admettre par tout le monde. En Allemagne, la plupart des ingénieurs sont issus de l'enseignement technique.


    Il faut donc éviter que tant le technique que le professionnel soient des filières de relégation. Plus tard sera fixé le choix, plus ces filières apparaîtront comme des options de catégorie inférieure, ce qui est espérons-le, est contraire aux objectifs de ceux qui réfléchissent à l'enseignement. Mais de grâce ne nous trompons pas de méthode.

     

    Marcel Neven,

    Bourgmestre