Demain, début de "La semaine de la frite"

french-fries-wallpaper-1.jpg

Petite, moyenne ou grande, avec andalouse, mayo ou sauce lapin, en barquette ou en cornet, la frite c’est la madeleine de Proust de tous les Belges.
 
Dès demain, elle sera célébrée dans tout le pays et parfois de façon originale. Plusieurs postes de douane se transformeront en friterie pour le plus grand plaisir des automobilistes.  
 
Un hymne plein d’humour qui lançait cette semaine dédiée à la frite.
 
Pour garder la touche belge et donc surréaliste, l’initiative 2017 a de quoi surprendre. Les anciens postes frontières de Tournai, Zelzate, La Calamine et La Panne se transformeront en friteries durant la semaine prochaine.
 
Les « douaniers » distribueront en effet des frites aux automobilistes. Le but est d’évoquer « le sentiment de rentrer chez soi », car le cliché veut que chaque vrai Belge qui retourne dans son pays souhaite d’abord manger des frites.
Lundi, les douaniers patrouilleront à Tournai (chaussée de Lille, 956), mardi à Zelzate (Beneluxlaan, 1), mercredi à La Calamine (rue de Liège 63) et jeudi à La Panne (Duinhoekstraat, 143).
 
La Belgique leader mondial
 
C’est déjà la 18 e édition de cette semaine consacrée à la frite. Un secteur qui se porte bien en Wallonie : sur les 40.000 hectares de plantation de pommes de terre, plus de 2 millions de tonnes sont transformées tous les ans dans les entreprises du sud du pays. Pour un total national de plus de 4 millions de tonnes, faisant de la Belgique le leader mondial de la transformation de la pomme de terre. À elle seule, la Belgique recense 5.000 frituristes dont 1.800 en Wallonie. Ce qui correspond à quelque 130.000 kg de pommes de terre qui finissent chaque jour à la friteuse.
 
Pour fournir toute la Wallonie en frites pendant une année entière, il faut environ 1.130 hectares de patates, soit près de 2.000 terrains de football !
L’an dernier un label attribué aux « friteries de chez nous » a vu le jour. Ce label garanti que l’exploitant utilise des pommes de terre fraîches et bien belges et propose des portions en cornets ou barquettes à emporter.
 
Dès le lancement du projet, près de 130 frituristes avaient répondu positivement à l’appel.
Un savoir-faire unique qui est donc valorisé et mis en avant via un logo apposé sur la devanture de l’établissement. Plus aucune raison de se refuser ce petit plaisir régressif et tellement gourmand !
(Source : Fanny Jacques/7Dimanche)

Les commentaires sont fermés.