• Les voeux du Blog Sudpresse de Visé.

    giphy.gif

    Cette année se termine très mal, je viens d'apprendre qu'un copain de longue date nous a quitté cette nuit.

    Alors, je commencerai par m'adresser à sa famille et à ses proches, pour vous, je ne crois pas que 2018 puisse être pire que 2017...

    A tous, ma famille en tête, mes copains et copines, amis et amies, lecteurs et lectrices, de Visé, de Belgique, de France, d'Italie, d'Espagne, de Maurice, du Maghreb, du Venezuela, de Chine,  à tous les photographes et correspondants de presse du monde entier, je souhaite une année meilleure que la précédente. A tous ces gens privés de leur liberté à cause de leurs opinions, de leur boulot, à tous ceux qui souffrent dans leur chair, ceux qui ont perdu un être cher, à tous ceux-là (et pardon à ceux que j'oublie) je vous souhaite une bonne année. La prospérité, je m'en f..., Mais la santé, la joie, le bonheur et LA PAIX doivent être nos principales espérances.

    Bonne année à tous!

    Pierre

     

  • Mon copain Freddy est parti...

    26167140_543983935952774_1485261215048667973_n.jpg

    C'est avec une immense tristesse que je dois vous annoncer que mon copain Freddy nous a quitté cette nuit. Un homme bon, honnête, sincère est parti tout là haut rejoindre les autres "battants"

    Freddy, je l'ai connu lors d'un contrôle "tenderie", ça remonte... puis nous nous sommes liés d'amitié, ayant tous les deux le même hobby : la moto. Lui préférait les ancêtres, moi les "choppers" ! Combien de sachets de frites ne m'as-tu pas servi, aux "trois rois gourmands", rajoutant une "louche" parce que tu savais que j'avais bon appétit... Puis voilà, la maladie t'a touché toi aussi, la dernière fois que nous nous sommes rencontrés c'était lors du "Relais pour la vie", avec Stéphane, vous, les battants!

    A toute ta famille et à tes proches, je leur dis : je suis de tout coeur avec vous et je partage votre peine.

    Å r"veye vî fré....

  • Oupeye : encore une pharmacie braquée au couteau!

    La semaine dernière, deux pharmacies avaient reçu la désagréable visite d’une bande de braqueurs. En l’espace d’une journée, soit le mardi 19 décembre, deux pharmacies avaient été ciblées. Le premier fait s’était déroulé à Houtain-Saint-Siméon. Quatre auteurs avaient fait irruption dans la pharmacie de la rue de la station, deux d’entre eux étaient porteurs d’un couteau. Ils avaient menacé la préposée et lui avaient demandé de se reculer du comptoir. Les malfrats s’étaient alors servis dans la caisse avant de prendre la fuite.

    Rue d’Amercoeur, à Liège, une autre pharmacie avait également été braquée le même jour. Deux hommes étaient entrés par le toit (!) avant de menacer l’employé, également à l’aide de couteaux.

    Et voici que ce vendredi, en fin d’après-midi, une troisième pharmacie a été visitée par une bande de trois individus. Armés d’un couteau, ils ont menacé le personnel avant de prendre la fuite avec un butin.

    À l’heure actuelle, on ignore si les trois faits font l’objet d’une même bande. (La Meuse)

     
     
  • La rectification de la frontière Visé - Margraten - Eijsden c'est dans 12 heures !

     52c2696e35701baedaad8702.jpg

      

    Depuis le 1er janvier 2018, la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas se trouve à nouveau au milieu de la Meuse

    Avec le passage à la nouvelle année, la rectification de frontière Visé / Eijsden-Margraten – Maastricht est un fait. Désormais, la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas se trouve à nouveau au milieu de la Meuse. Les accords définitifs avaient été officiellement fixés dans un traité, qui avait été adopté en 2017 par les parlements des deux pays. La rectification de frontière est donc un fait au 1er janvier 2018. Un résultat obtenu dans l’harmonie et le respect mutuel.

     

    Pourquoi cette rectification de frontière ?

    À cet endroit, l’ancienne frontière avait été fixée en 1843 en suivant le point le plus bas de la Meuse, également appelé thalweg. En 1961, les deux royaumes avaient décidé d’améliorer la liaison entre le canal Juliana et le canal Albert. Les méandres de la Meuse furent rectifiés, ce qui amena des parcelles du territoire belge à se retrouver en territoire néerlandais et vice versa, et ces parcelles n’étaient plus accessibles par voie terrestre au sein de leur propre pays. Elles étaient devenues un endroit idéal pour les personnes peu soucieuses de respecter la loi. Personne n’était vraiment satisfait de cette situation, et des communes tant belges que néerlandaises ont réclamé un tracé logique de la frontière.

     

    Protocole d’accord

    La procédure officielle pour une telle rectification de frontière requiert l’examen de beaucoup d’éléments. Il ne s’agissait pas seulement d’une modification des frontières nationales, mais également des limites des provinces et des communes. Il convenait en l’occurrence de passer des accords entre les ministres des deux pays, la Région Wallonne, les provinces, les trois communes concernées, les cadastres des deux pays, la police et les organismes de gestion de l’eau des deux côtés de la frontière. Grâce à une écoute de l’autre et à une réflexion commune pour les solutions, un document particulier, le Protocole d’accord, a été signé le 23 juin 2016 par les deux gouverneurs et les trois bourgmestres. Il comportait des accords de travail et des intentions sur la manière de gérer les eaux, la nature et l’aménagement du territoire dans la nouvelle situation.

     

    Rectification officielle de la frontière

    Après l’été de 2016, la Commission frontalière royale avait formulé une proposition définitive pour la rectification de frontière, en se fondant notamment sur le Protocole d’accord. Lors de la visite officielle du Roi et de la Reine de Belgique aux Pays-Bas le 26 novembre 2016, les ministres des Affaires étrangères de la Belgique et des Pays-Bas avaient signé, en présence des deux couples royaux, le traité relatif à la rectification de frontière. Ce traité a été adopté au cours de 2017 par les parlements des deux pays et est ainsi entré en vigueur le 1er janvier 2018.

  • Le mot du Bourgmestre

    fullsizeoutput_6a.jpeg

                                                                                                     Photo : TCV

    Le chalet du Tennis de Visé en flammes

    Le Tennis de Visé a été créé il y a un peu plus de 40 ans par un groupe d'amis dont j'étais.

    Sur la fin des années 70 et dans les années 80, le Tennis a connu un développement en Belgique considérable. Pourtant on n'était plus à l'époque des 2 joueurs extraordinaires que furent Philippe Washer et Jacky Brichant et pas encore à celle des 2 prodiges des années 2000 et suivantes, Kim Clijsters et Justine Henin. David Goffin lui n'était pas encore né.

    Mais peut-être l'essor de ces années a-t-il eu une influence sur l'avènement de nos vedettes.

    Quoi qu'il en soit la Ville de Visé vit se créer en quelques années 3 clubs de tennis comprenant 18 terrains non couverts et 3 couverts.

    Le plus grand des clubs, le TC VISE eut une solution originale pour héberger ses joueurs : la construction d'un chalet particulièrement accueillant et chaleureux qui faisait l'admiration générale. Malheureusement, ce jour de Noël, pour une cause inconnue mais vraisemblablement non criminelle (d'après les enquêteurs) le feu l'a très gravement endommagé : ce sont 40 années de souvenirs, de bons moments qui se sont écroulés en quelques minutes. Bien sûr, les assurances joueront mais cette partie de l'âme du club aura cependant disparu.

    Mais comme faisait remarquer un des enquêteurs, il n'y pas eu de victimes c'est une consolation. Dès lors je me permets de réitérer mes meilleurs vœux pour 2018 et vous inviter à nouveau à participer à l'apéro que je co-organise avec les membres de mon groupe le 14 janvier prochain à 11 heures à la salle des Arbalétriers. Je rappelle que les bénéfices seront versés à l'oeuvre de Saint-Vincent de Paul qui aide de nombreuses personnes en difficulté.