• Luc Trullemans l’annonce, l’offensive hivernale arrive à peine

    Depuis quelques jours, le froid fait un retour en force dans notre pays. Et les températures ne sont pas prêtes de repartir à la hausse si l’on en croit les dernières prévisions de Luc Trullemans.

    Le météorologue avait déjà annoncé hier « que cette semaine va marquer un tournant hivernal sur la Belgique avec l’installation de conditions progressivement plus froides sous l’influence d’un flux continental d’est à nord-est ». Aujourd’hui, il confirme ses dires. « Les anomalies thermiques négatives sont bel et bien confirmées jusqu’à la fin du mois avec la période la plus froide entre le 26 et le 28 février ! »

    La nuit la plus froide est donc seulement à venir puisque les températures pourraient descendre, entre le 26 et le 28 février, jusqu’à -9º sur le centre du pays et -20º dans les Hautes Fagnes ! Ce qui représente une différence de 9 degrés par rapport à la normale saisonnière. « Il y a quelques jours l’écart était de -5º à – 6º par rapport à la normale, ce lundi les prévisions d’ensembles GFS-ECMWF affichent jusqu’à -9º d’écart entre le 26 et le 28 février ce qui nous rapproche fort d’un potentiel de températures minimales situées entre -7º et -9º sur le centre du pays et entre -17 et -20º dans les Hautes Fagnes ! » écrit Luc Trullemans.

    Nous voilà avertis (Source La Meuse)

  • Le mot du Bourgmestre

    DSC_0237.JPG

    © Photo P. Neufcour

    A propos du pont de Lixhe (et de la rampe du pont de Devant-Le-Pont)

     

    La semaine passée, quelle ne fut pas ma surprise lorsque je reçus un coup de fil matinal, m’apprenant que le pont de Lixhe (sur la route à 4 bandes permettant d’atteindre Loën et la route d’Eben-Emael) s’était soulevé de près de 70 cm, rendant dès lors la circulation impossible.

    Le bon côté des choses : il n’y a pas eu de blessés alors que les voitures venant de Mouland ou du zoning aurait pu avoir de gros problèmes avec dégâts corporels : il s’agit d’une route à 4 bandes où l’on roule relativement vite.

    Dans l’autre sens, le soulèvement était nettement moins important et les premières voitures à s’engager venaient de Loën.

    Les problèmes : le 1er jour (jeudi) il fut nécessaire pour des raisons de sécurité, d’interdire le passage des bateaux sur le Canal Albert et des voitures sur la route reliant Visé à Lixhe et Lanaye.  Pour les voitures, une déviation fut organisée par des voiries locales.

    Heureusement, ce problème fut limité à la journée de jeudi.

    Depuis, le problème est essentiellement, tant pour les voitures que pour les poids lourds d’atteindre Loën et les entreprises CBR et IMERYS.

    Pour les voitures, il suffit en venant de Visé de passer le pont de Haccourt puis de prendre à droite;  pour les camions la déviation se fait par Hallembaye afin de rejoindre la route à 4 bandes de l’autre côté du pont puis de rejoindre les entreprises concernées.

    La cause : si elle n’est pas encore totalement connue, le problème se trouve au niveau d’une bielle et de ses écrous qui n’ont plus soutenu le pont à son niveau, les hautbois par contre jouant le rôle de contre-poids et soulevant dès lors le pont.

    Provisoirement en installant une charge de 140 T sur le pont on a pu le remettre à son niveau mais pas le rendre praticable.

    A l’heure actuelle, on ne peut encore dire quand les réparations pourront être réalisées.

     

    Une réflexion : jamais je n’aurais imaginé que ce pont pouvait poser un tel problème.  Des ponts plus importants existent un peu partout dans le monde et jusqu’ici n’ont jamais connu de tels incidents qui qui pourraient être des accidents voire des catastrophes. Pensons par exemple au viaduc de Millau, au pont de Normandie, aux 2 énormes ponts reliant l’île de Copenhague à la Suède et au Danemark  continental, ou encore au pont sur la Tamise, sur le ring de Londres. Il n’y a pas eu de victimes mais serait-ce le cas partout ?

    Par ailleurs, dans un tout autre contexte, les travaux de la rampe du pont de Visé direction Hermalle auraient dû être terminés avant le fin décembre. Toutefois, des problèmes se sont posé d’une part en raison d’une conduite de gaz et d’autre part d’un égout situé beaucoup plus profondément que prévu. Dès lors, la rampe ne pourra être réutilisée qu’à partir du 8 mars.

     

    Le Bourgmestre

    Marcel NEVEN