- Page 5

  • Le musée

    gdb3_le_temeraire.jpg

    Il y a 550 ans, Visé tremblait puis brûlait. Une année terrible. Charles le Téméraire était là...

    Une conférence rappellera la première tragédie de Visé le vendredi 24 novembre à 20 h.

    Lieu : Centre culturel de Visé, salle n°5. Parking plus aisé dans la cour, rue de la Chinstrée

     

    Le 28 octobre 1467, la défaite de Brusthem sonne le glas d’un bras de fer qui depuis le début du XVe siècle oppose le pays de Liège à la puissance montante du temps dans les Pays Bas, le duché de Bourgogne. À la fin du mois de novembre 1467, est prononcée une sentence implacable qui prive les communautés liégeoises de leur indépendance. Elle s’accompagne d’exactions diverses contre les villes qui ont mené la résistance, dont Visé, mise à sac et incendiée. L’exposé de ce 24 novembre sera l’occasion à la fois de retracer ces événements dramatiques tout comme de rappeler les circonstances qui, au fil du siècle, y ont progressivement abouti.

    La conférencière est Geneviève Xhayet, Docteur philosophie et Lettres (Histoire) de l’université de Liège et diplômée  de l’École pratique des Hautes Études de Paris (sciences philologiques et historiques). Elle est Chef de travaux à l’université de Liège, où elle dirige le Centre d’Histoire des sciences et des techniques. Si ses recherches actuelles portent essentiellement sur l’histoire de la médecine, ses premiers travaux ainsi que sa thèse concernaient l’histoire des luttes sociales et politiques liégeoises de la fin du moyen-âge, particulièrement le conflit du pays de Liège contre le pouvoir bourguignon, au XVe siècle.

  • Visé : gros émoi ce matin rue de Jupille

    DSC_7748.JPG

    Aux environs de 8h30 ce matin, les habitants de la rue de Jupille, dans le quartier de Souvré, ont été surpris par un bruit très fort de fracas venant de l'extérieur. Nombreux sont ceux qui sont sortis afin de voir ce qu'il venait de se passer. 

    Un camion Man de la société Koziel, tractant une remorque chargée d'une grue sur roues est sorti de la propriété n° 51 (anciens établissement Dossin) où les véhicules sont entreposés depuis 17 ans. Pour une raison qui reste à déterminer, le bras de la grue n'était pas dans sa position la plus basse, ce que n'a pas remarqué le chauffeur. Le camion est passé sans encombre mais la le bras de l'engin de chantier a accroché et arraché le linteau qui soutenait la porte et qui était fixé au mur de l'habitation. Comme le montre les photos, les dégâts sont très importants. Le risque d'effondrement étant réel, la circulation a été interrompue et déviée. Deux ouvriers se trouvaient à bord de la camionnette blanche sur laquelle des débris sont tombés. Ils n'ont pas été blessés.

    DSC_7753.JPG

    La police de la Zone Basse-Meuse est chargée des constats.

    (Texte et photos P. Neufcour)

  • ORDRE DU JOUR DU CONSEIL COMMUNAL DU 20 NOVEMBRE

     

    image_preview.png

    Préambule : Conseil commun avec le conseil de l’action sociale à 20.04h. La convocation vous est jointe en annexe.

    Conformément à l'article L1122-12 du code de la démocratie locale et de la décentralisation, nous avons l'honneur de vous convoquer à la séance du conseil communal qui se tiendra à la salle des mariages de l'hôtel de ville de Visé le lundi 20 novembre 2017 à 20.32h.

     

    SÉANCE PUBLIQUE:

     

    1. Finances – Finances – Crédits urgents – Acceptation.

    2. Fabrique d’église – Les Deux-Saints de Visé métropole – Modification budgétaire 2017.

    3. Intercommunales – Bals de fin d’année – Position sur les points des assemblées générales.

    4. Personnel des crèches et garderies – Charte du personnel encadrant les petiots – Adoption comme règlement de travail complémentaire sectoriel.

    5. Bâtiments – Complexe de la salle Braham – Rénovation des vespasiennes et des colonnes Rambuteau – Mode de passation et conditions du marché.

    6. Arbres – Arrachages, élagages et élimages des sujets vulnérables par de tiers larrons – Campagne 2018 – Mode de passation et conditions du marché.

    7. Social – Plan de cohésion sociale – Conventions de partenariat avec le CPAS et la ludothèque Porte Ouverte (article 18 du PCS).

    8. CPAS – Modification du cadre statutaire du CPAS (responsable du service social) – Approbation.

    9. Règlements de police – Protocoles avec le Parquet pour les sanctions administratives.

    10. Propositions étrangères à l'ordre du jour, inscrites à la demande des conseillers communaux (L1122-24 al.3 du CDLD) – Délai de 5 jours francs + note explicative. Questions écrites (5 jours francs) et questions orales d'actualités (L1122-10 §3 du CDLD et 59 à 63 du ROI).

    11. Procès-verbal de la séance publique du 23 octobre 2017 – Adoption.

     

    SEANCE A HUIS CLOS:

     

    1. Personnel enseignant communal – Désignation d'intérimaires – Ratification.

    2. Personnel enseignant communal – Prises en charge.

    3. Justice – Sanctions administratives communales – Nouvel accord sur la désignation des fonctionnaires provinciaux.

    4. Propositions étrangères à l'ordre du jour, inscrites à la demande des conseillers communaux (L1122-24 al.3 du CDLD) – Délai de 5 jours francs + note explicative. Questions écrites (5 jours francs) et questions orales d'actualités (L1122-10 §3 du CDLD et 59 à 63 du ROI).

    5. Procès-verbal de la séance à huis clos du 23 octobre 2017– Adoption.

     

    PAR LE COLLÈGE;

    LE COLLÈGE COMMUNAL

     

    Le DG (secrétaire communal)                 Le Bourgmestre

    Ch. HAVARD                                          M. NEVEN

     

     

     

  • Que s'est-il passé hier en soirée dans le ciel de la Basse-Meuse ?

    570f965b35708ea2d4891855.jpg

    Hier en fin d'après-midi et en début de soirée, la quiétude du ciel de la Basse-Meuse a été troublée par de nombreux survols d'un hélicoptère.

    Que s'est-il passé?

    Une bande de voleurs, probablement d'origine roumaine a été surprise sur le site d'Arcelor Mittal à Chertal. Ils ont bien évidement pris la fuite. Un important dispositif policier a été mis en place pour tenter de les intercepter, et c'est dans ce cadre qu'il a été fait appel en renfort à un hélicoptère de la Pol Fed. C'est donc le bruit de cette machine qui vous a intrigué. A l'heure où nous écrivons ces lignes, le résultat des recherche ne nous est pas connu.

    10h00 : nous apprenons que quatre individus de nationalité roumaine ont été interceptés

     

  • Basse-Meuse : quatre policiers blessés par un homme déchaîné

    000198.jpeg

                                                                                   Photo : GSV

    Il était environ 13h50 hier, lorsqu'une habitante d'Oupeye a appelé la permanence de police de la Basse-Meuse. La victime expliquait qu'elle venait de recevoir des coups de la part de son papa qui venait de "pèter un cable". La maman aurait voulu s'interposer et aurait également reçu des coups.

    Immédiatement Deux équipes de 2 inspecteurs se sont rendus sur place, Voie de Liège. Là, les policiers se sont trouvés en face d'un homme déchaîné, particulièrement violent, qui s'est empressé de s'en prendre physiquement à eux. L'individu a été maîtrisénon sans mal puisque les quatre policiers ont été blessés à des degrés divers durant l'intervention. Ils ont été vus par un médecin et subissent tous les quatre une incapacité de travail de 10 jours. Quand à l'auteur des faits, il a été emmené à l'hôpital pour examen mais il ne portait pas de trace de blessure. Averti, le Magistrat de garde a privé l'homme de 57 ans de sa liberté. Il a été déféré devant les autorités judiciaires ce matin.

    Les hommes de la zone de police Basse-Meuse étant impliqués, c'est la police de Herstal qui s'est chargée de l'enquête.

    Une fois encore, nous pouvons constater que les citoyens se montrent de plus en plus violents envers ceux qui ont pour mission de veiller à leur sécurité. Le respect envers les forces de l'ordre semble bien loin... Il faudrait peut-être revoir la formation des hommes sur le terrain. Les académies de police ont semble-t-il, tendance à privilégier le volet "social" dans la formation des jeunes policiers au détriment des techniques "d'intervention", là où il faut manifestement avoir été entrainé à gérer le violence de manière plus "physique"...

    (P. Neufcour)