- Page 4

  • Les rencontres de "L'oiseau-Lire"

    27545677_2005287113021730_181509386263922560_n.jpg

    Une fois de plus, la librairie visétoise a mis la barre très haut. Cette fois, c'est un livre de Valentine Goby " Je me promets d'éclatantes revanches" qui nous sera proposé, et ce en présence de l'auteure.

    Valentine Goby, née à Grasse en 1974, est écrivain de littérature et de littérature jeunesse.

    Diplômée de Sciences-Po, elle a effectué des séjours humanitaires à Hanoi et à Manille. Enseignante, elle a aussi fondé l'Écrit du Cœur, collectif d'écrivains soutenant des actions de solidarité.

    La jeune femme est lauréate de la Fondation Hachette, bourse jeunes écrivains 2002 et a reçu le prix Méditerranée des Jeunes, le prix du Premier Roman de l'université d'Artois, le prix Palissy et le prix René-Fallet en 2003 pour son roman "La note sensible".

    En 2014, elle reçoit le prix des libraires et le prix littéraire des lycéens d'Ile-de-France pour "Kinderzimmer". Roman traduit ou en cours de traduction dans six autres langues. 

    Elle est présidente du Conseil Permanent des Écrivains depuis 2014, et Vice-Présidente de La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse. Valentine est l'auteure de 38 ouvrages.

    Charlotte Delbo, née en 1913, est décédée en 1985. Cette femme écrivaine tant de livres que de pièces de théâtre était engagée dans la résistance française durant la seconde guerre mondiale. Arrête, déportée, elle survivra aux affres des camps de concentration nazis. A sa libération, elle se mettra à l'écriture.

    C'est après avoir pris connaissance de l'oeuvre de Charlotte que Valentine décide d'écrire "Je me promets d'éclatantes revanches", une phrase tirée de l'oeuvre de Charlotte Delbo. L'ouvrage de Valentine peut-être considéré comme un hommage rendu à "la survivante".

    (P. Neufcour)

     

  • Soirée "Cabaret" des Z'amis de Zoé ce 3 mars à Eben

     
     

    fullsizeoutput_177.jpeg

     
    L'association "Les z'amis de Zoé", de Lanaye, organise une dernière séance du "Cabaret des Z'amis de Zoé", à Eben-Emael, salle des Amis Unis, rue de la Vallée le samedi 3 mars à 19h30.
     
    Les Z'amis de Zoé, ce sont des copains et copines du village qui ont décidé de créer une association qui tente de récolter des fonds destinés à réaliser des projets qui amélioreront la qualité de vie dans leur "quartier". Cette association est lauréate du Prix Générations Solidaires 2017, soutenu par le Fondation Roi Baudouin et la Loterie nationale. Ils ont également reçu le prix de la Citoyenneté de la ville de Visé.

    Réservation de vos places au prix de 10 euros chez José Lenaers tél. 04 286 32 43, chez Monique Brisbois  tél.0474 552 396 ou auprès d'un bénévole de l'association.

    Suivez-nous aussi sur Facebook leszamisdezoé

     
     
     
     
  • DIMANCHE 25 FEVRIER A 14h : VISITE GUIDEE DE PETIT LANAYE, DU COMPLEXE ECLUSIER ET DE CASTER PAR GUY REGGERS

     

    Chateau-de-caster.jpg

    Dans un premier temps, vous allez découvrir ou redécouvrir un patrimoine industriel remarquable : les écluses de LANAYE (Merci aux voies hydrauliques).

    Nous descendrons ensuite vers le village de Petit-Lanaye. Guy vous parlera de sa splendeur passée, cette fantastique époque du canal LIEGE-MAASTRICHT pour terminer par une visite du plateau de Caster (de bonnes chaussures) où, jadis, se dressait un château magnifique. Nul doute que ce nom vous rappellera « les Paix de Caster » mais aussi  les prestigieux visiteurs de ce site ou occupants des lieux en vous parlant  des personnalités comme VOLTAIRE, BROUCKERE,… Une solide documentation vous sera remise.  La visite sera prise en charge par Guy Reggers, habitant de Lanaye.

    Participation aux frais de 4 € pour le membre et de 5 € pour le non-membre. Gratuit pour les – 12 ans.

  • VENDREDI 23 FEVRIER A 20h AU MUSEE DE LANAYE, PLACE DU ROI ALBERT : CONFERENCE PAR LUC WILLEMS :

     2848907238.4.JPG

    "Karsts et paysages souterrains dans les craies crétacées de la Hesbaye liégeoise ou les Grottes de Caster"

    La partie orientale du plateau hesbignon, qui se prolonge dans le Limbourg néerlandais, est creusée de nombreuses carrières souterraines qui ont exploité essentiellement les craies crétacées du Maastrichtien. Dans cette zone, la Meuse et ses affluents entaillent les formations à faible pendage. Ainsi, l’entrée des carrières se trouve-t-elle généralement à flanc de coteau. La plupart des galeries s’enfonce horizontalement le long des couches de calcarénites, craies grossières également appelées Tuffeau de Maastricht, traditionnellement exploitées, soit pour en tirer des blocs de construction, soit pour amender les terres agricoles. Localement, d’autres puits et galeries souterraines ont été ouverts pour l’extraction du silex et des phosphates .Les plus anciennes inscriptions retrouvées au sein de ces exploitations souterraines montrent qu’elles existent depuis au moins la fin du Moyen-âge. Au XIXe siècle, Bory de Saint-Vincent, s’appuyant notamment sur la découverte d’une hypothétique statue, les fait remonter à l’époque romaine. Mais, à ce jour, rien n’est moins sure même s’il existe, à l’aplomb de certaines carrières, les restes d’un oppidum (plateau de Caster). Les dimensions et l’extension de ces réseaux créent de véritables paysages souterrains. Ces galeries, appelées rue et avenue, recoupent des milliers de karsts et en permettent une observation privilégiée dans les trois dimensions. Ces phénomènes karstiques ont une double originalité : ils se développent essentiellement dans une lithologie très poreuse et hors fracturation, donc dans un contexte a priori peu favorable à une nécessaire altération concentrée. Une fois dénoyés, ils cessent de fonctionner, figeant un système karstique dans une des phases génétiques initiales rarement observée.

    Patrimoine souterrain remarquable d'Europe occidentale tant au niveau scientifique qu'historique, ces réseaux souterrains font l'objet de multiples sollicitations et utilisations qui nous questionnent sur leur futur."

    Paf de 3 € pour le membre et de 4 € pour le non-membre. Pas besoin de réserver.

     

  • Le mot du Bourgmestre

     

    Mipim 2018-02 (1).jpg

    © Photo Bureau Luc Spits

    Je voudrais vous communiquer un extrait d’un article de presse de Monsieur Luc Spits, architecte à Visé. Si l’initiative ne revient pas à la Ville de Visé, celle-ci y est particulièrement intéressée.

    « Le 13 mars 2018, la ville de Cannes accueillera le prochain MIPIM, le plus grand salon à destination des professionnels de l’immobilier.

    Pour sa troisième participation, le bureau Luc Spits Architecture saisit l’occasion de mettre à l’honneur Visé, sa ville natale.

    Cette initiative strictement personnelle de l’architecte visétois désengage en tout point les autorités communales qui ne sont pas à l’origine du projet.

    Néanmoins, si la ville s’évertue à mettre en avant son potentiel touristique et commerçant, il reste que les aménagements côté Meuse sont peu flatteurs. Le résultat est d’autant plus regrettable que les principales voies d’accès par l’autoroute et le train son situées sur ces mêmes quais, en contrebas de la ville. D’une part, pour les usagers internationaux, les grands murs de soutènement tagués le long de la voie ferrée n’invitent pas à la visite de la ville, et d’autre part, cet axe international majeur, coupe totalement l’accès de la ville au bord de Meuse.

    S’ils ont été durement délaissés par l’ère industrielle, les bords de fleuves dans les villes sont aujourd’hui devenus les lieux de toutes les attentions.

    Architectes, urbanistes et décideurs ont bien saisi l’attrait de l’eau. Elle inspire la promenade, le sport, la détente, mais aussi la plus-value immobilière et la revitalisation commerciale et touristique.

    Le concept de ce projet 2018 sera donc de rendre à Visé son bord de Meuse, tout en améliorant son accès, ses équipements et sa mobilité douce.

    La proposition s’étend sur un kilomètre, depuis la sortie d’autoroute, au sud de Visé, jusqu’à la gare SNCB.  Un parc et des promenades traversent le fossé d’une quarantaine de mètres de largeur pour rejoindre en pente douce le bord de l’eau. Un geste fort audacieux, certes, mais motivé par un profond respect de la ville. Les axes forts du projet s’appuient en effet sur les points stratégiques et historiques de la ville comme la rue Haute, l’avenue Albert 1er, la maison communale ou encore la gare et le pont. L’objectif étant d’offrir depuis chacun de ces points, une percée visuelle et paysagère sur la Meuse.

    Etranglée entre le rocher de Richelle, l’autoroute et les voies ferrées, Visé peut ainsi reprendre un peu de terrain à destination des loisirs, du logement et des commerces, tout en profitant enfin du bord de l’eau…

    Le projet prévoit également une nouvelle passerelle piétonne reliant l’île Robinson.  Là encore, le réaménagement du club nautique permet aux automobilistes de remarquer l’attrait de la ville, avant l’entrée dans le futur tunnel. »

    De quoi rêver ? Mais la politique est faite de rêves dont certains deviendront un jour réalité. Pensons par exemple au centre culturel et à sa salle de théâtre modulable en cours de réalisation.

     

    Marcel NEVEN - Bourgmestre