- Page 2

  • Le mot du Bourgmestre

     

    B9713078537Z.1_20170906153837_000+GP89NK1S1.1-0.jpg

    La nécessité de l’immersion

    L’immersion consiste à prodiguer les cours en partie dans la langue maternelle et en partie dans une langue étrangère avec laquelle on veut familiariser les jeunes étudiants le plus tôt possible. Ils doivent être pratiquement bilingues à la fin des humanités ou même avant.

    En Communauté Française, la langue à apprendre peut être soit le Néerlandais langue nationale avec le Français (et minoritairement l’Allemand).

    Ce peut être bien entendu l’Anglais, langue pratiquée soit comme 1ère langue, soit comme 2ème langue dans une bonne partie du monde.

    Dans pas mal de pays, l’Anglais est aussi connu que la langue maternelle (pays scandinaves, Pays-Bas…).

    A proximité de l’Allemagne existe aussi l’immersion allemande.

    A Visé, plusieurs écoles fondamentales se sont lancées dans l’expérience, des écoles secondaires ont aussi débuté une immersion plus tardive à partir de la 2ème année de ce cycle d’études.

    De plus en plus d’étudiants sont amenés à faire une partie de leurs études à l’étranger ce qui rend ce type d’apprentissage de plus en plus intéressant. L’immersion ne doit pas être obligatoire et les pouvoirs organisateurs doivent veiller à maintenir le niveau d’études à un excellent niveau pour ceux qui n’auraient pas fait ce choix. C’est le cas pour les écoles dont j’ai la responsabilité parce que communales. Mais je suis convaincu que c’est le cas partout.

    Notre enseignement doit rester à la pointe du progrès mais j’ai malheureusement l’impression qu’il n’y a pas assez d’efforts consentis par la Communauté Française (pouvoir subsidiant). On a l’impression qu’elle s’est contentée de courir derrière une volonté des parents qu’elle n’a jamais essayé d’accompagner, voire de précéder.

    Après tout, il est fréquent que les réformes se produisent avant que ne le prévoient ceux qui détiennent le pouvoir de décision.

     

    Le 26 septembre 2018,

     

    Marcel NEVEN - Bourgmestre

  • Souper multi-culturel à l'école communale de Cheratte-Bas

    fullsizeoutput_14218.jpeg

    Le vendredi 5 octobre prochain, l'école communale de Cheratte-Bas (105 rue de Visé) vous invite à participer à son souper multiculturel. 

    Etant donné le succès rencontré par la formule "buffet à volonté" les organisateurs vous demandent de bien vouloir vous inscrire avant le mardi 2 octobre.

    P.A.F : repas adulte : 12€ dessert compris - Enfants (de 6 à 12 ans, soit école primaire) 6 €

    ecolecomch-b@skynet.be - bobjack@skynet.be Tél 04/362.27.65

  • Visé : Ouverture d'un espace publique numérique

    computer-768608_960_720.jpg

    Depuis le 25 septembre, la Ville de Visé a rejoint la liste des nombreuses villes wallonnes qui proposent un Espace Numérique à leur population !

    Le monde numérique, grâce au développement technologique et à internet, est sans cesse en évolution !

    Internet, pc banking, smartphones, web shops font désormais partie de notre quoti-dien !

    Mais encore aujourd’hui, tout le monde n’a pas nécessairement accès ou ne se sent pas vraiment à l’aise dans cet univers…

    La « fracture numérique » touche aussi bien certaines couches sociales plus défavorisées qu’une part non négligeable de personnes de générations plus âgées !

    C’est la raison pour laquelle, la Ville de Visé a trouvé nécessaire de mettre sur pied un Espace public numérique accessible à tous !

    En collaboration avec la Bibliothèque du Centre Culturel de Visé et l’Échevinat de la Famille et de la Citoyenneté, des ordinateurs sont accessibles aux personnes qui désirent accéder à Internet.

    Moyennant une inscription obligatoire au préalable, les ordinateurs seront accessibles à la Bibliothèque de Visé tous les mardis de 13h à 19h et les vendredis de 13h à 18h.

    Chaque mercredi matin, de 9h à 13h, les ordinateurs seront installés dans les locaux de l’Échevinat de la Famille et de la Citoyenneté (au rez-de-chaussée du Centre Culturel) et seront réservés aux seniors et/ou personnes à mobilité réduite qui pourront bénéficier d’une assistance à l’utilisation si nécessaire.

    Dans un second temps, l’EPN organisera également des ateliers thématiques. Ceux-ci seront définis en fonction de la demande.

    De même, à certaines périodes, l’EPN se délocalisera et ira à la rencontre de la population tantôt à Cheratte ou encore à Lanaye.

    L’objectif est non seulement de rendre le Web accessible aux personnes ne disposant pas du matériel nécessaire mais également d’aider les personnes moins habituées à cet univers à se familiariser au numérique.

    Pour de plus amples informations sur les horaires et les conditions d’accès, vous pouvez vous adresser à l’Echevinat de la Famille et de la Citoyenneté au 04/374 85 73 ou encore par mail : michael.labiouse@vise.be

    Patrick Willems

    Echevin de la Famille et de la Citoyenneté

  • "Sommes-nous tous des toxicomanes?"

    UneAutrePolitiqueDrogues-CAL-2017-1.jpg

    La Maison de la Laïcité de Visé et Culture et Action Laïque de la Basse Meuse sont heureux de vous convier à la prochaine conférence intitulée :

     

     

    « SOMMES-NOUS TOUS DES TOXICOMANES ? »

     

    par Étienne Quertemont

    Professeur ordinaire à l’Université de Liège

    Doyen de la Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Éducation, directeur du service de Psychologie Quantitative.

     

    Quand : le jeudi 04/10/2018 à 20h

    Où : à la Maison de la Laïcité, rue des Béguines 7A à 4600 Visé

     

    « Alcool, tabac, caféine, médicaments psychotropes, ecstasy, marijuana, amphétamines… Les drogues à potentiel toxicomanogène font partie intégrante de notre vie quotidienne au point qu’il est difficile d’imaginer une société sans drogue. Malheureusement, tout le monde n’est pas égal face aux effets de la consommation de drogue. Une minorité d’usagers, pour des raisons diverses, développe une dépendance que l’on qualifie également de syndrome d’addiction. Ce syndrome se définit par une hypermotivation pathologique pour la drogue. Les théories scientifiques contemporaines permettent de mieux comprendre les mécanismes par lesquels certains individus développent progressivement une dépendance potentiellement fatale envers une drogue. Ces théories visent plusieurs objectifs : identifier qui est dépendant ou à risque de développer une dépendance et mettre en place des outils utiles au traitement des patients toxicomanes »

     

    Au plaisir de vous y voir !!!

     

    Renseignement :

    0477 78 34 79 ou laicite.vise@gmail.com

  • Visé : Le samedi 13 octobre se tiendra le XXXII Grand Chapitre de la Confrérie de L'Oie

    fullsizeoutput_14214.jpegA Visé, nous n'avons pas que des Gildes. Nous avons la grande chance d'avoir une confrérie gastronomique de réputation européenne.

    En effet, la "Confrérie de la délicieuse Oie du Gay Savoir en bien mangier" a été élue meilleure Confrérie Gastronomique Européenne au Congrès International à Perpignan en 2015. 

    Voici d'ailleurs comment la Confrérie se définit ainsi que les renseignements concernant la participation aux "Agapes de ce Grand Chapitre".

    La Confrérie de la Délicieuse Oie du Gay Savoir en Bien Mangier de Visé a vu le jour en 1987.

    Elle a pour but le maintien et le développement de la recette séculaire de l'Oie "à l'Instar de Visé", recette qui fait partie du patrimoine culturel et gastronomique de notre Bonne Ville de Visé.

    Elle a pour but également, la promotion des produits de l'oie et l'organisation de toute manifestation en sa faveur.

    Durant l'année, la Confrérie de la Délicieuse Oie n'a de cesse de sillonner la Basse-Meuse gastronomique afin qu'une majorité de restaurateurs proposent à leur carte la fameuse recette de l'Oie "à l'Instar de Visé", recette qui ravit depuis toujours, gourmets et gourmands.
    Nos Visétois sont conscients qu'à notre époque, trop de gourmets influencés par les défenseurs d'une nouvelle cuisine souvent trop inventive, reconnaissons-le, oublient les richesses de notre vraie cuisine régionale. C'est pourquoi les fondateurs de la Confrérie tiennent à rappeler que l'oie était dans les siècles passés, très estimée gastronomiquement des grands de ce monde et domestiquée depuis des temps reculés. Ce grand oiseau s'il a charmé notre enfance avec son jeu, fait partie de nos souvenirs historiques avec l'épopée des oies du Capitole.
    Mais le prestige de l'oie a, on ne sait pourquoi, diminué et son nom est devenu synonyme d'une femme niaise. Côté culinaire, l'oie a cependant gardé un prestige gastronomique certain avec le foie gras et les délicieux confits du Sud-Ouest de la France, sans oublier la finesse de sa graisse. Malheureusement, les rôtisseurs ou "ayers" du Moyen-âge ont disparu et certains, qui se parent encore de ce titre, ne sont que trop souvent des imitateurs vendant un poulet d'élevage industriel fade et sans goût si ce n'est celui de la farine de poisson qui l'a nourri.
    L'oie par contre, a conservé toute sa saveur, il est vrai que sa chair est grasse mais ses calories sont souvent les bienvenues en période de froidure.

    Notre devise : «Oie un jour, oie toujours !»

    Si vous souhaitez déguster notre recette, la confrérie organise chaque année, le 11 novembre à la salle des Francs Arquebusiers, un repas intitulé "L'Oie de la Saint-Martin".
    Cette tradition ancestrale a une origine historique : « Le 11 novembre, à la Saint Martin, dans une grande partie de l’Europe, suivant la tradition, on mange l’oie de la Saint-Martin rôtie le soir, dans une ambiance de fête, pour punir les oies qui avaient trahi Martin de Tours quand il se cachait pour ne pas être nommé évêque ».
    Au cours de ce repas simple, vous pourrez (re)découvrir notre recette de l'Oie à l'Instar de Visé, préparée par la Confrérie. Vous y êtes d'ores et déjà cordialement invités.

    Notre prochain chapitre aura lieu le samedi 13 octobre 2018.
    Vous trouverez tous les renseignements pratiques ici.