Commémoration - Page 3

  • Saint-Remy et le prince Laurent : le charme est réciproque

    DSC_0107.jpg

    C'est une initiative de Marc Bolland, le Bourgmestre de Blegny. En effet, il avait averti le Palais du 150ème anniversaire de la société royale "La Jeunesse" de Saint-Remy. Et hier, à l'occasion de la fête locale, le village a reçu la visite du Prince.

    DSC_0075.JPG

    Il est venu, tout simplement, seul, sans escorte, sans falbalas, dans son petit monospace personnel. Attendu par le Gouverneur de la Province, Hervé Jamar (dont c'était la première sortie officielle) et le mayeur de la commune, son Altesse est arrivée à la salle de la Jeunesse en voiture "officielle". Les habitants étaient nombreux à se presser pour tenter de l'apercevoir.

    DSC_0122.jpg

     

    DSC_0124.JPG

    DSC_0129.JPG

    Après avoir écouté les discours de bienvenue, le prince a ensuite dévoilé la plaque commémorative de ce prestigieux anniversaire. 

    Le livre d'or signé, le prince a écouté très attentivement les explications qui lui étaient données sur les quelques objets anciens qui étaient exposés. Il a manifesté tout son intérêt, n'hésitant pas à poser de nombreuses questions.

    DSC_0135.jpg

    La salle qui l'attendait était comble, même le balcon où les enfants étaient impatients de le voir. Albert Gérardy, puis Samuel Habets, l'actuel président, se sont relayés au micro pour relater l'histoire et les buts de "La Jeunesse". Enchanté, semble-t-il par cette petite fête locale, son Altesse a désiré prendre la parole :

    DSC_0185.jpg

    « Ce n’était pas prévu que je prenne la parole », lançait-il. « Mais j’ai quelque chose qui me tient à cœur à vous dire. J’apprécie et j’admire le dévouement des membres qui travaillent activement dans les associations de villages comme celle-ci. Certains ont donné leur vie pour faire vivre un comité local ! Par cette création, ils sont parvenus à inculquer des valeurs. Personnellement, je me demande parfois pourquoi on vit. Et dans quel but. Eh bien, ce genre d’organisation donne un objectif à la société. Peu de gens peuvent se targuer de réaliser de tels accomplissements dans leur vie. Je suis vraiment sous le charme de cette impulsion et de sa pérennité. J’espère d’ailleurs que l’initiative perdurera. Le président a une vingtaine d’années, donc je ne me tracasse pas. Et c’est tant mieux. Vous le méritez » !  

    DSC_0163.jpg

    Le prince Laurent a également remis une enveloppe souvenir aux trois plus anciennes membres cotisantes, Mesdames Gaillard, Gérardy et Liégeois ainsi qu'aux plus jeunes, des bébés de quelques mois.

    DSC_0171.jpg

    Ayant goûté au traditionnel péket, le cortège, harmonie en tête, le cortège s'est rendu vers le monument aux victimes des guerres où des gerbes de fleurs furent déposées.

    DSC_0227.JPG

    Le village de Saint-Remy compte deux "sociétés" : "La Jeunesse" d'obédience catholique, et "La ligne droite", socialiste. Les premiers avaient invités les seconds à participer à la fête, en invitant les deux harmonies à jouer ensemble notre hymne national à l'occasion du dépôt de fleurs. 

    Un bref historique des festivités et des traditionnels cramignons de la Basse-Meuse, au cours desquels les deux harmonies s'opposent musicalement -en général- a été fait au prince. Ce dernier aurait voulu se rendre compte par lui même de quoi il s'agissait. C'est donc à sa demande que les deux harmonies "rivales" se sont mises face à face pour jouer le traditionnel "Quéne daye" de manière tout à fait festive et pacifique.

    DSC_0239.JPG

    DSC_0238.JPG

    Quittant les lieux, le prince Laurent et les personnalités se sont ensuite dirigées vers l'école communale où le prince Laurent avait garé sa voiture. Il ne s'est volontiers dirigé vers les petits écoliers qui l'attendaient, tout en criant "Vive le Prince". Après avoir serré de nombreuses mains, comme "monsieur tout le monde", son Altesse a retiré sa veste, a salué la foule, puis est remonté en voiture et est parti.

    DSC_0259.jpg

    Les habitants sont unanimes : "Merci Monseigneur, non seulement de nous avoir honoré de votre présence, mais aussi pour votre gentillesse, votre simplicité et votre disponibilité".

    Un 150ème anniversaire qui restera dans les mémoires des Saint-Rémois!

    (NDLR : Quéne Daye est un morceau wallon que les deux harmonies jouent en canon, de manière décalée. La première commence, puis la seconde reprend le même air, mais décalé de quelques mesures. Le but étant de faire perdre le fil de la partition aux musiciens de la société adverse)

    Le reportage photo est en ligne, voir marge droite.

     

  • Merci Monsieur POELMANS : Devant-le-Pont, inaugure un monument en l'honneur du 12ème de Ligne et des Devant-le-Pontois

     

    DSC_0002.jpg

    Le bloc de roche qui pendant près de 70 ans remplaça devant la poste de Visé le monument dédié aux gendarmes Bouko et Thill détruit en 1942, a trouvé une nouvelle affectation.

    C'est à Devant-le-Pont que la pierre a pris place, munie d'une autre stèle rappelant le 12e de Ligne et certains Devant-le-Pontois.

    La ville de Visé avait accepté le projet, et l'échevinat des travaux a mis le rocher en place ainsi que la hampe de drapeau où flotteront les couleurs devant-le-pontoises.

    Le reste fut du ressort de Marc Poelmans qui dès 2014, lorsqu'il fut à l'initiative de la restauration dans son aspect d'origine du monument aux gendarmes, avait déjà imaginé et conçu ce nouveau projet et qui a offert à la communauté devant-le-pontoise la plaque commémorative placée peu de temps avant l'inauguration.

    C'est l'atelier Marquet qui s'est chargé de la gravure qui reprend le blason du 12e de Ligne et celui de Devant-le-Pont, ainsi que les noms des Devant-le-Pontois qui se sont illustrés dans les premières heures de la guerre.

    Lorsque les fantassins du 12e de Ligne, Maulus et Van Gastel, dont les photos illustrent la plaque, sont tombés, Jean Maquet tenta de leur porter secours et de ramener leurs dépouilles.

    Il récoltera la mort dans son acte héroïque, les allemands tiraient toujours d'en face.

    Libert Kinet fut blessé dans les mêmes circonstances et devant l'acharnement de l'ennemi ce n'est que le lendemain que Léon Prijot y parvint lorsque le feu fut moins intense.

    Près d'un an après, le 16 juillet 1915, fête de Notre-Dame du Mont Carmel, les Devant-le- Pontois se réunissaient dans leur église pour pleurer leurs morts et les honorer.

    À Devant-le-Pont on se souvient encore, et 100 ans après cette messe, lors des festivités de la Jeunesse, le quartier rend encore hommage à ses disparus en rappelant leur patriotisme et leur courage.

    Un hommage marqué dans la pierre, symbole de gratitude et message pour les générations futures pour qu'elles n'oublient pas.

    Le 12e de Ligne, où plusieurs Devant-le- Pontois servaient, y est salué.

    Il fut le premier régiment prêt à attendre l'ennemi et engagé au combat.

    Il se couvrira de gloire durant toute la Grande Guerre.

    Vivant, Libert Kinet souffrit de sa blessure jusqu'à sa mort début des années 20.

    Il ne connut pas ses petits-fils dont l'un d'eux fut présent à cette inauguration et avec lui ses descendants.

    Ce ne sont pas moins de quatre générations de Kinet qui avaient tenu à honorer leur aïeul. C'est un bel exemple à suivre. 

     

    Soyons tous des Passeurs de Mémoire.

    C'est au Colonel Babette, ancien chef de corps du 12e ainsi qu'à Emile Kinet, doyen de la famille, qu'il fut demandé de bien vouloir découvrir ce nouvel hommage, et à Corentin Poelmans de le fleurir au nom du donateur.

    La Grande Guerre dura 5 ans, il est donc normal que nous commémorions ces tristes années durant 5 ans au moins.

    D'autres projets sont en cours d'élaboration, vous pouvez les voir, et surtout les soutenir, via le site www.devantlepont.be à la rubrique articles, le Petit Devant-le-Pontois 2015. 

     

  • Visé : 101ème anniversaire de l'assassinat des gendarmes Bouko et Thill par les "casques à pointe"

    DSC_0274.JPG

    Ils étaient plus de 100 hier à 11h à s'être réunis sur la place Reine Astrid de Visé afin ce commémorer l'anniversaire de la mort de ces deux gendarmes de la brigade de Gemmenich.

     DSC_0240.jpg

    C'est sous la présidence de Gil Bourdoux, colonel de gendarmerie en retraite que tous se sont rassemblés. Membres des familles, anciens gendarmes, section locale des anciens para-commandos, anciens militaires, porte-drapeaux des associations patriotiques, policiers, délégation de l'administration communale - bourgmestre en tête- représentants des gildes, aucun n'aurait voulu manquer ce moment de recueillement et de souvenir. Après avoir mis en exergue le courage de ces deux héros, Gil Bourdoux rappela que tous les jours, des hommes, sur le terrain, mettaient leur vie en péril pour les autres, et de joindre à son hommage, les pompiers, membres de la protection civile, etc. 

    DSC_0288.jpg

    Marcel Neven fit un rappel des atrocités qui furent commises à Visé par l'occupant allemand, dont le sac et l'incendie de la ville. A l'issue de la cérémonie protocolaire, les participants purent participer à un drink offert dans les locaux des Anciens Arquebusiers Visétois, et y admirer, véritables reliques,  la veste et le bonnet à poils que portaient les maréchaux des logis Bouko et Thill.

    (Reportage photo sur la page Facebook Sudinfo Visé)

     

  • Le samedi 30 mai, le musée de Visé organise une visite du Mémorial de la Citadelle accompagnée par Anne Gadisseur

     

    CLOKERS_Jean_11173.jpg

    Jean Clokers, originaire de Vivegnis, grand résistant méconnu condamné à mort pour "terrorisme" et fusillé à la Citadelle le 10 avril 1942 (photo : archives PNF)

    La Résistance à Liège... Une histoire parmi d'autres.... Mais, quelle histoire ! Devant la flèche en marbre blanc, apposée sur le mur de la Citadelle, côté point de vue, là où ils ont sauté pour s'évader, Annie Gadisseur nous racontera l'aventure extraordinaire de son père, Georges Gadisseur, et de ses deux amis, dans le cadre de la résistance à l'occupation allemande. Arrestation, emprisonnement, vie en cellule, jugement, condamnation à mort... jusqu'à leur évasion en janvier 1942. Une histoire à n'y pas croire... et pourtant ! Ce récit sera précédé par une visite de « l'Enclos des Fusillés », un des rares endroits conservés de cette époque ; visite commentée par un de ses collègues guides, Jean-Pierre Dechesne. L'enclos, petit cimetière situé dans le parc de la citadelle, compte aujourd'hui 415 tombes de personnes fusillées ou abattues par la Wehrmacht ou la Waffen-SS pendant la Seconde Guerre mondiale ainsi que celle de l'aumônier de la citadelle de Liège, l'abbé Voncken. Vient ensuite la pelouse d'honneur avec les poteaux d'exécution, un enclos muré, dit place d'arme, avec le souterrain par où arrivaient les condamnés en provenance du bloc 24 et un deuxième enclos muré accessible du premier par un escalier et qui a servi de lieu d'exécutions et de fosse commune. RV à 13h45 au plus tard à l'entrée du parking gratuit de l'hôpital de la Citadelle (entre la rue des Glacis et l'hôpital, petite route à gauche qui mène à ce parking (1er et 2e étages souvent complets... monter jusqu'au 3e ...!).  Durée de la visite : de 1h30 à 2 h. PAF : 4 € pour les membres et 5 € pour les non membres.

  • La Résistance en Europe du 22 mai au 17 juin de 14h00 à 18h00 et aux durant les heures de cours pour les élèves en la collégiale de Visé

     

    philimg319.jpg

     

    L’exposition proposée par l'institut des exposition proposée par l’Institut des Vétérans explique la naissance, les actions des mouvements de Résistance dans 21 pays d’Europe pendant la Deuxième Guerre mondiale. Presse clandestine, résistance armée, sabotages, filières d’évasion, aide aux Juifs et aux réfractaires : 5 thèmes pour développer ce que fut la Résistance de 1940 à 1945.  À travers 51 panneaux, l’exposition vous fera revivre les actes héroïques de ces hommes et femmes et vous parlera aussi de liberté, de démocratie, d’égalité, et de respect de la dignité humaine… autant de valeurs transcendant ces nations et qui furent à la base de la naissance de l’Union européenne. PAF de 2 € pour le grand public et de 1 € pour les membres et le public scolaire pour une visite guidée d’1 h.30 (avec rendez-vous dès maintenant au 0495-496391). Le vernissage aura lieu le jeudi 21 mai à 19 h. à la Collégiale.

    VENDREDI 22 MAI 2015 À 20 H. CONFÉRENCE PAR ALAIN COLIGNON, CHRONIQUE D’UNE LÉGION PERDUE : LA MÂLE AVENTURE DE LA LÉGION WALLONNE AU CENTRE CULTUREL DE VISÉ

    On ne présente plus Alain Colignon, expert des deux guerres mondiales au CEGES et habitué des plateaux de télévision, comme récemment avec les émissions sur Stalingrad et fréquemment invité à notre tribune. « Quelles étaient les motivations de ces jeunes et moins jeunes, qui ont suivi les discours enflammés de Léon Degrelle, le chef de REX pour revêtir l’uniforme allemand et servir de chair à canon aux troupes  allemandes qui les envoyaient au casse-pipe ?.

    Antibolchévisme, défense de la civilisation chrétienne, idées fascistes, fascination pour l’aven ture…….plusieurs Visétois et plusieurs milliers de Wallons se sont fourvoyés dans cette légion wallonne. Se sont-ils peut-être comportés comme des « héros » ? mais ils n’ont servi qu’à assouvir l’ambition de Mr Degrelle……Le conférencier a pu étudier maints dossiers car la plupart ont été jugés comme inciviques après la guerre. La Wallonie ne fut pas la seule région à envoyer des « légions » à l’Est de l’Europe :les Flamands, les Français, les Italiens, les Roumains, les Hollandais.

    Nul doute que Alain nous révèlera encore des nouveaux éléments sur cette tache noire de notre histoire contemporaine.

    PAF de 3 € pour les membres et de 4 € pour les non-membres, payables sur place. Pas besoin de réserver cette conférence qui aura lieu dans la salle N°5 du centre culturel, rue du Collège, 31