Consommation - Page 3

  • Visé - Quel avenir pour l'hôtel du Pont ?

     

    B9715136530Z.1_20180321163744_000+G63AU48IV.2-0.jpg

    Photo : LEM
     
    Appartenant à la famille Galère, l'ancien hôtel est en cours de réfection depuis plusieurs mois. Le 30 mars verra l'ouverture de la "Brasserie de Léa", au rez-de-chaussée. Les deux premiers étages seront occupés par 6 appartements de standing d'une et deux chambres tandis que le 3è étage et les combles se verront transformés en un loft de deux chambres.
     
    Aux fourneaux on retrouvera Sylvain Galère, un cuisinier qui a plus de 20 ans de métier. Oie à l'instar et cuisine du terroir seront au menu ainsi que nos "boulets" à la liégeoise et bien sûr d'autres plats classiques. Quotidiennement des suggestions seront proposées selon les les saisons, le tout à des prix démocratiques.
     
    Nouvelle cuisine, nouveau comptoir, nouveau plafond, dans une salle réaménagée.
    L'établissement sera ouvert tous les jours de 11h00 à 23h00, excepté le samedi à midi. Entre les heures de repas, la brasserie pourra vous servir des cocktails, softs et autres bières spéciales accompagnés d'une planche de fromage, de charcuterie ou de saumon fumé dans une salle pouvant accueillir une quarantaine de convives.
     
    N'oublions pas la terrasse qui sera complètement rénovée pour l'été et qui pourra recevoir 90 personnes. Véronique Dupont, visétoise d'origine et  Sylvain Boniver, les nouveaux patrons, engageront trois cuisiniers et trois membres du personnel de salle. (P. Neufcour)
     
  • Débouté au Conseil d'Etat, le Pain Se Sent Rire reste fermé

     

    B9714965401Z.1_20180305230032_000+GFDAR4FRV.1-0.jpg

    Le « Pain se sent rire », boulangerie bio installée à Visé, ne rouvrira pas ses portes ce week-end : elle avait introduit un recours en extrême urgence devant le conseil d’état, mais celui-ci l’a déboutée ce vendredi.

    Le texte complet dans nos éditions de ce samedi

  • Delhaize retire un lot de lait de ses rayons

    B9714945163Z.1_20180303224425_000+GUKAQP68T.1-0.jpg

  • Les OGM dans l'alimentation humaine, parlons-en

    22491911_1962898527369568_1102939164855986523_n.jpgEn collaboration avec la section locale de "Nature et Progrès", "Visez les alternatives" organise une conférence débat portant sur la présence des OGM dans l'alimentation humaine. Cet évènement se déroulera le 8 mars 2018 au Centre culturel de Visé, rue du Collège 31.

    Il y a maintenant plusieurs décennies que l'homme s'est mis en tête de modifier les gênes de certains organismes vivants pour leur donner de nouvelles caractéristiques.C'est ainsi que sont nés les Organismes Génétiquement Modifiés.

    A l'origine, ces recherches étaient menées dans un but médical (thérapeutique) mais très vite, elles se sont orientées vers l'agriculture : augmenter les rendements en rendant les cultures plu résistantes aux maladies, aux parasites et aux pesticides dont le terrible glyphosate !

    Mais quelles sont les conséquence de la présence de ces OGM dans notre alimentation? Sont-ils nocifs pour l'espèce humaine? Pour les animaux? Pour les végétaux? Qu'en est-il de la biodiversité, que fait-on du principe de précaution? Ces OGM constituent-ils une menace pour les cultures bio? 

    C'est à toutes ces questions que nous nous posons légitimement que Madame Zilha, de Nature et Progrès, tentera de répondre en évoquant la percée de ces OGM dans notre alimentation, dans l'écosystème. Après cet échange entre informations et réflexion, le public sera mieux en position pour comprendre toute la problématique liée à ces OGM, mais aussi pour prendre position face aux nombreux enjeux en cause.

    Renseignements et inscription : 
    Cécile Marchal Tél : 0494 059266 - E-mail : ccilmarchal@gmail.com , 
    Guy Paulus Tél : 0498 637707 – E-mail : guymar5354@gmail.com

    (P. Neufcour)

     

     

  • Visé : "Le Pain se sent rire" fermé pour refus de contrôle AFSCA

    B9714935458Z.1_20180302174928_000+G3BAQJ3J8.1-0.jpg

    A Visé, la boulangerie « Le Pain Se Sent Rire » n’a pas ouvert ses portes ce samedi. En cause, un contrôle de l’Afsca qui n’a pas pu se réaliser ni la semaine dernière, ni cette semaine.

    (Lire l'article complet dans nos éditions du jour)