Culture - Page 5

  • Les rencontres de "L'oiseau-Lire"

    27545677_2005287113021730_181509386263922560_n.jpg

    Une fois de plus, la librairie visétoise a mis la barre très haut. Cette fois, c'est un livre de Valentine Goby " Je me promets d'éclatantes revanches" qui nous sera proposé, et ce en présence de l'auteure.

    Valentine Goby, née à Grasse en 1974, est écrivain de littérature et de littérature jeunesse.

    Diplômée de Sciences-Po, elle a effectué des séjours humanitaires à Hanoi et à Manille. Enseignante, elle a aussi fondé l'Écrit du Cœur, collectif d'écrivains soutenant des actions de solidarité.

    La jeune femme est lauréate de la Fondation Hachette, bourse jeunes écrivains 2002 et a reçu le prix Méditerranée des Jeunes, le prix du Premier Roman de l'université d'Artois, le prix Palissy et le prix René-Fallet en 2003 pour son roman "La note sensible".

    En 2014, elle reçoit le prix des libraires et le prix littéraire des lycéens d'Ile-de-France pour "Kinderzimmer". Roman traduit ou en cours de traduction dans six autres langues. 

    Elle est présidente du Conseil Permanent des Écrivains depuis 2014, et Vice-Présidente de La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse. Valentine est l'auteure de 38 ouvrages.

    Charlotte Delbo, née en 1913, est décédée en 1985. Cette femme écrivaine tant de livres que de pièces de théâtre était engagée dans la résistance française durant la seconde guerre mondiale. Arrête, déportée, elle survivra aux affres des camps de concentration nazis. A sa libération, elle se mettra à l'écriture.

    C'est après avoir pris connaissance de l'oeuvre de Charlotte que Valentine décide d'écrire "Je me promets d'éclatantes revanches", une phrase tirée de l'oeuvre de Charlotte Delbo. L'ouvrage de Valentine peut-être considéré comme un hommage rendu à "la survivante".

    (P. Neufcour)

     

  • DIMANCHE 25 FEVRIER A 14h : VISITE GUIDEE DE PETIT LANAYE, DU COMPLEXE ECLUSIER ET DE CASTER PAR GUY REGGERS

     

    Chateau-de-caster.jpg

    Dans un premier temps, vous allez découvrir ou redécouvrir un patrimoine industriel remarquable : les écluses de LANAYE (Merci aux voies hydrauliques).

    Nous descendrons ensuite vers le village de Petit-Lanaye. Guy vous parlera de sa splendeur passée, cette fantastique époque du canal LIEGE-MAASTRICHT pour terminer par une visite du plateau de Caster (de bonnes chaussures) où, jadis, se dressait un château magnifique. Nul doute que ce nom vous rappellera « les Paix de Caster » mais aussi  les prestigieux visiteurs de ce site ou occupants des lieux en vous parlant  des personnalités comme VOLTAIRE, BROUCKERE,… Une solide documentation vous sera remise.  La visite sera prise en charge par Guy Reggers, habitant de Lanaye.

    Participation aux frais de 4 € pour le membre et de 5 € pour le non-membre. Gratuit pour les – 12 ans.

  • Visé : Le Musée expose à la Chapelle

    DSC_0150.JPG

    Cette fois, c'est au tour du Musée archéo-historique de Visé d'exposer ses trésors.

    Depuis hier, plus de cent toiles issues des collection de notre musée sont exposées à la chapelle des Sépulcrines, au Centre Culturel. Comme l'explique Jean-Pierre-Lensen, "Il ne s'agit que d'une partie de nos collections. Le thème choisi est "Les paysagistes de chez nous". Le visiteur peut donc admirer des oeuvres deMarcel delincé, Jean et Joseph Cambresier, Joseph et Marcel Lagasse, Jean Vreuls, Jacques Donnay, Mittéi et bien d'autres".

    La plus grande partie des travaux exposés, tant les huiles que les aquarelles, représentent des paysages de chez nous, de la Basse-Meuse, et ce depuis le début du siècle dernier. "Et ce ne fut pas une mince affaire que de descende ces peintures du second étage par le petit escalier en colimaçon", ajoute en souriant Marylène Zecchinon, membre de l'équipe du musée.

    L'exposition est accessible de 14h00 à 17h00 du mardi au dimanche. Le dimanche 4 février à 15h00 une visite commentée sera organisée.

    Une occasion de (re)découvrir des petits coins bien de chez nous et de constater combien certains paysages ont changé.

    Pour tout renseignements, contacter www.museedevise.be.

    Bonne visite!

    Un aperçu du vernissage dans l'album photo en marge de droite (P. Neufcour)

  • Le film "Enfants du hasard" récompensés au FIPA de Biarritz

     enfants-du-hasard.20170314115222.jpgLe film "Enfants du hasard", des Belges Thierry Michel et Pascal Colson, a été récompensé samedi au festival FIPA, le Festival International de Programmes Audiovisuels qui a lieu annuellement à Biarritz, en France. Lors de la cérémonie de clôture, ce documentaire est reparti avec le Prix du Jury des jeunes Européens, un prix décerné par 13 jeunes issus de différents pays.

    Selon un communiqué des Films de la Passerelle, société liégeoise qui a produit le film, celui-ci a été récompensé pour son aspect "émouvant, touchant et bienveillant". Les réalisateurs ont suivi les enfants d'une classe de 6e primaire de l'école communale de Cheratte, en province de Liège. Le titre du film fait référence à l'ancien charbonnage du Hasard, où ont travaillé les grands-parents de nombre d'élèves de cette classe, issus de l'immigration. Les deux réalisateurs ont accompagné la classe pendant une année scolaire, après avoir expliqué le projet aux parents et avec le soutien de l'institutrice, Brigitte. Pour le "carolo" Thierry Michel, travailler avec des enfants, ainsi que s'intéresser à l'héritage des mines de la Wallonie industrielle, n'étaient pas une nouveauté, après des films comme "Gosses de Rio" ou encore "Pays Noir, Pays Rouge", consacré à sa région d'origine. Le réalisateur a récemment été récompensé pour l'ensemble de sa carrière au Festival international du film documentaire "Watch Docs" de Varsovie. Il était présent samedi soir à Biarritz pour venir récupérer, sur scène, le prix qui lui a été attribué par le jury de "jeunes Européens".

     Le FIPA, qui connaissait sa 31e édition cette année, vise à offrir au grand public et aux professionnels du secteur un "véritable panorama mondial de la création audiovisuelle", allant de la création digitale aux films documentaires ou de fiction, en passant par les séries. (Belga)

  • Papy, ça sert à quoi ?

    printcomp.jpg

    Chaque année, à l'occasion du  Nouvel an, mon ami Jean-Marie Kreusch rédige un petit conte qu'il me transmet. Comme les fois précédentes, je ne peux m'empêcher de vous le donner à lire. Je pense que mon ami aurait pu intituler son texte "Initiation à la Vie". 

    J’étais installé confortablement dans mon fauteuil, tournant lentement les pages de mon journal qui parfois s’échappait de mes doigts, mon esprit somnolant. 

    Une petite menotte prit, doucement, ma main.

    « Dis Papy, dis papy… »

    « Oui mon petit bonhomme… »

    « Non ! »

    « Qu’y a-t-il ? » 

    « Papy arrête de faire des blagues. Je ne suis pas un bonhomme, je suis un enfant. »

    Ses cheveux bouclés et le regard de l’innocence, sa gentillesse, son esprit vif mais candide, il ne pouvait en être autrement.

    « Alors que veux-tu ? »

    « A quoi ça sert d’être ici, qu’il y a des hommes ? »

    Le journal s’échappa de mes mains, la TV  allait rediffuser un match que je n’avais pu regarder la veille. Sur la tablette, devant moi, un café entamé et refroidi car dégusté entre deux plongées dans des songes réparateurs. Cruelle solitude de l’adulte coincé dans ses certitudes, sans réponse devant le naturel des enfants. La pluie battait le carreau et l’hiver n’était pas loin. Heureusement le thermostat fonctionnait à nouveau.

    « Attends, je vais couper le son de la télévision et mettre sur pose, puis me resservir une tasse, et puis on parle. »

    La stratégie pour gagner un peu de temps, afin de concevoir une réponse, semblait fonctionner. Mon petit bonhomme restait là, attendant la vérité. Les Papys détiennent souvent la vérité, capable d’éclairer la vie. Certains les comparent même à Dieu.

    J’avais déjà entendu quelque chose qui ressemblait à cette question. Cherchant une réponse, je tentais également de m’engouffrer dans le passé pour retrouver l’origine de cette impression. Pris pas ces pensées, je ne vis pas le temps défiler. Celui-ci me replongea dans un demi-sommeil, m’entrainant dans une autre dimension…

    ***

    « Dis papa, réveille-toi… Allez réveille-toi ! »

    « Oups, mon petit bout de chique, je me suis rendormi. »

    Elle s’était assise sur le bras du fauteuil, le regard perçant mais affectueux, comme elle savait l’avoir. Sa main serrait la mienne. Très fort ! Pas question de fuir, la question reviendrait. D’un air décidé, avec un sourire enjôleur, qui vous emprisonne dans les yeux de celui qui le produit, elle me le répéta d’ailleurs.

    « A quoi sert qu’on est là et de vivre, alors que tout le monde doit mourir ? »

    Dehors un soleil radieux illuminait le jardin.

    Que répondre à un enfant qui vous renvoie la vie comme elle est ?

    « Allez papa raconte-moi comme tu nous racontes les histoires… »

    « Mon verre est vide, lui dis-je, et toi tu veux un jus d’orange ? »

    Je me dirigeai dans la cuisine attenante à la terrasse.

    « J’arrive, le temps de presser tes oranges. »

    Les grands savent tout. Il suffit de s’adresser à eux. Et un papa, à défaut de l’institutrice, c’est encore mieux que tout.

    Dans ces moments, n’importe quel subterfuge est bon. On voudrait parfois n’être plus là, être seul, passer dans un autre temps, dans un autre monde…

    ***

    Plus moyen d’échapper, la tasse de café à la main je franchis la porte du salon.

    Il m’attendait calmement, certain d’obtenir une réponse à sa question existentielle.

    « Ha, te voilà ! Alors Papy ? »

    Par où commencer et lui raconter l’inexplicable, l’histoire du monde en une seule réponse.

    Mais je savais tout, et il fallait répondre.

    « Tu sais bonhomme, enfin l’enfant…  Tu n’étais pas encore né, mais avant toi, d’autres enfants m’ont posé la même question et je me suis aussi demandé ce que j’allais leur répondre. Et puis moi aussi, quand j’étais petit, je me suis interrogé comme toi. Je me souviens du lieu, des perruches qui chantaient dans le grand living, des papiers crêpons qui enjolivaient les cache-pots verdâtres de hautes plantes dont les feuilles masquaient un cadre placé de travers, du poêle à charbon qui réchauffait les corps et brûlait les cœurs. »

    Il m’écoutait avec attention, lisant sur les lèvres. Bercé par la mélodie du verbe, il scrutait mon regard tentant de le capturer.  

    « Avec les grands de mon enfance, nous avons continué à parler des minutes et des minutes, des jours et des jours, des années et des années. Nous partagions le livre de la vie tournant, eux puis moi, les pages une à une s’arrêtant à chaque détail qui construit l’histoire de chacun. »

    « C’est comme ça qu’on grandit, Papy ? » 

    Il pouvait maintenant comprendre ce qui est incompréhensible. Le secret du grand chemin entre printemps, été, automne et hiver.

    « Le paysage change et l’ambiance tout aussi affectueuse se colore autrement, bonhomme. »

    « Bon ça va parce que c’est toi, tu peux m’appeler bonhomme si tu veux. Mais pas devant les autres… »

    « Tu vois finalement je ne suis pas Dieu. En fait à ta question, je ne peux pas répondre avec certitude. J’ai mon idée et vais te la donner mais tu construiras la tienne. En te disant cela je te réponds déjà. Qu’y a-t-il d’autre que de transmettre, à ceux qu’on aime, ce que l’on  sait, ce que l’on ne sait pas, l’amour, la connaissance ? Qu’y a-t-il d’autre que de permettre de comprendre ce qui est bien, le respect de soi, des autres et de la nature, ou encore la fraternité, que de savoir que l’on se sent bien quand on transmet cela aux plus petits… »

    Un silence se fit. Il me fixait droit dans les yeux.

    « Un jour cela t’appartiendra.. »

    Il avait deviné le sous-entendu mais voulut me l’entendre dire.

    « Un jour c’est toi qui devras écouter les questions et tenter d’y répondre en expliquant à ton tour qu’on n’a pas toutes les réponses, et que finalement ce n’est pas si grave, que le plus important est d’être là à côté des autres, avec eux, de les aider et d’accepter leur aide. »

    Ses yeux pétillaient, il me regarda contrôler une larme, se pencha vers moi et m’embrassa.

    « Je t’aime bien Papy. Bonne année 2018, Papy. »

    Il tourna les talons. Puis revint vers moi.

    « Dis Papy, j’ai encore une question… »

    « Ah non tu ne vas pas recommencer ! »

    « Si, puisque tu m’as appris qu’il fallait le faire. »

    « Bon, OK. »

    « Pour le réveillon, elle revient quand avec les glaces, Nannie ? »

    Merci Jean-Marie.