Faits divers - Page 5

  • Débouté au Conseil d'Etat, le Pain Se Sent Rire reste fermé

     

    B9714965401Z.1_20180305230032_000+GFDAR4FRV.1-0.jpg

    Le « Pain se sent rire », boulangerie bio installée à Visé, ne rouvrira pas ses portes ce week-end : elle avait introduit un recours en extrême urgence devant le conseil d’état, mais celui-ci l’a déboutée ce vendredi.

    Le texte complet dans nos éditions de ce samedi

  • Attaquée, l'AFSCA a répliqué sur Facebook

    B9714965401Z.1_20180305230032_000+GFDAR4FRV.1-0.jpg

    Photo : Thomas Van As

    C’est un véritable bras de fer qui s’est engagé entre Le Pain Se Sent Rire, une boulangerie de Visé, et l’Afsca, en charge des contrôles au niveau de la chaîne alimentaire. Bras de fer qui tourne au règlement de comptes sur la place publique : du jamais vu !

    (Lire l'article complet dans nos éditions "papier" ou "numériques")

  • Blegny : un blessé grave dans un accident

    Ce matin peu avant 9h, un automobiliste a perdu le contrôle de sa voiture rue Richelette à Blegny. Le conducteur, originaire de la Basse-Meuse semble avoir dérapé sur une plaque de verglas. L'homme est resté coincé dans sa voiture, immobilisée sur le flanc dans le fossé. Les pompiers de la zone Vesdre, aidés de leurs collègues de Liège ont du désincarcérer la malheureuse victime. Son état étant préoccupant, il a été transporté en hélicoptère vers un hopital proche. Le police de la Basse Meuse s'est occupée du constat. (Source : La Meuse).

     
     
  • Visé : le pervers de Facebook a récidivé!

    high_d-20180209-3KHX0R.jpg

    Le Visétois avait fait plus de 100 victimes en 2015, quand il venait à peine d'avoir 18 ans. Il semble n'avoir pas profité de la main que lui avait tendue la justice en lui accordant du sursis... Il est de nouveau sous les verrous pour des faits similaires !  Sullivan est de nouveau sous mandat d'arrêt.
     
    (Lire l'article complet dans nos éditions de ce jour)
     
  • Visé : une plantation de cannabis démantelée ce mercredi

    La découverte a été opérée ce mercredi. La protection civile de Crisnée s’est chargée de l’évacuation des plants.

    Aucune personne n’a été interpellée à l’heure actuelle.

    L’enquête, qui est toujours en cours, a été confiée à la BLR de la Basse-Meuse.