Police - Page 2

  • Basse-Meuse : quatre policiers blessés par un homme déchaîné

    000198.jpeg

                                                                                   Photo : GSV

    Il était environ 13h50 hier, lorsqu'une habitante d'Oupeye a appelé la permanence de police de la Basse-Meuse. La victime expliquait qu'elle venait de recevoir des coups de la part de son papa qui venait de "pèter un cable". La maman aurait voulu s'interposer et aurait également reçu des coups.

    Immédiatement Deux équipes de 2 inspecteurs se sont rendus sur place, Voie de Liège. Là, les policiers se sont trouvés en face d'un homme déchaîné, particulièrement violent, qui s'est empressé de s'en prendre physiquement à eux. L'individu a été maîtrisénon sans mal puisque les quatre policiers ont été blessés à des degrés divers durant l'intervention. Ils ont été vus par un médecin et subissent tous les quatre une incapacité de travail de 10 jours. Quand à l'auteur des faits, il a été emmené à l'hôpital pour examen mais il ne portait pas de trace de blessure. Averti, le Magistrat de garde a privé l'homme de 57 ans de sa liberté. Il a été déféré devant les autorités judiciaires ce matin.

    Les hommes de la zone de police Basse-Meuse étant impliqués, c'est la police de Herstal qui s'est chargée de l'enquête.

    Une fois encore, nous pouvons constater que les citoyens se montrent de plus en plus violents envers ceux qui ont pour mission de veiller à leur sécurité. Le respect envers les forces de l'ordre semble bien loin... Il faudrait peut-être revoir la formation des hommes sur le terrain. Les académies de police ont semble-t-il, tendance à privilégier le volet "social" dans la formation des jeunes policiers au détriment des techniques "d'intervention", là où il faut manifestement avoir été entrainé à gérer le violence de manière plus "physique"...

    (P. Neufcour)

     

     

  • La Police nous rappelle

    220px-Logopol.jpg

    Chers citoyens Bassi-Mosan,

    Nous avons voulu vous conscientiser à un certain nombre de comportements dérangeants dans les quartiers. Nous souhaitions vous faire partager l'idée qu'un quartier bien tenu à un effet positif sur notre qualité de vie.

    Des progrès ont été perceptibles à différents endroits et j'ose croire que cette période de prévention a été mise à profit par le plus grand nombre. Nous devons tous nous sentir concernés et lorsque l'occasion le permet nous pouvons également apporter notre écot non seulement en adoptant un comportement adéquat mais également en attirant (gentiment) l'attention d'un voisin, d'un citoyen.

    Le nouveau RGP (règlement général de police) a été adopté par les six conseils communaux de la zone de police (pour rappel : Bassenge, Blegny, Dalhem, Juprelle, Oupeye et Visé). Les protocoles d'accord avec le Parquet de Monsieur le Procureur du Roi ont également été signés. L'action de la police va désormais entrer dans une phase répressive. Nous demandons à nos policiers de conserver le sens du discernement mais recommandons la fermeté avec les récidivistes.

    Parmi les nombreuses missions de la police, celle de veiller à la propreté et à la tranquillité se marquera par un plan d'action. < 1 Police Les priorités seront axées sur : Les chiens en laisse, les déjections canines, les poubelles publiques (non censées recueillir les déchets ménagers), l'heure de rentrée de poubelles privées, la surveillance des parcs, espaces publics et des écoles (en dehors des heures de présence), les dépôts d'immondices, les stationnements (dangereux ou dérangeants), la circulation dans les chemins de remembrement.

    Il existe d'autres infractions au RGP. Celles-ci peuvent également être verbalisées mais l'accent sera mis sur ce qui précède. Vous pouvez trouver le RGP sur le site des communes ou sur le site internet de la zone de police. Nous attirons votre attention sur une petite phrase qui peut améliorer notre qualité de vie. « Soyons citoyens et tout ira bien ».

    La zone de Police Basse-Meuse,

    Le Chef de Corps A. LAMBERT

  • L'application qui sauve des vies!

    IBZ
    Faites connaître l'application qui sauve des vies
    Header

     
    Les avantages de l'app :
     
    • 3 services de secours, 1 seule app : Le principal atout de cette app est que vous ne devez plus mémoriser ces numéros urgents et que vous ne pouvez donc pas non plus les oublier si vous êtes paniqué. Il vous suffit de cliquer sur l'icône du service d'incendie, de l'ambulance ou de la police, en fonction des secours dont vous avez besoin.
      Bien entendu, les centres d'appels urgents restent également joignables via les postes fixes ou les GSM.
    • Localisation : grâce à cette app, les centres d'appels urgents peuvent vous retrouver plus facilement. Lorsque vous vous trouvez dans un endroit isolé, au milieu d'une forêt ou sur un réseau compliqué d'autoroutes, vous avez souvent du mal à indiquer votre localisation exacte. L'app envoie votre position au centre d'appels urgents dès que vous appelez et transmet ensuite une actualisation de votre position toutes les 30 secondes. Cette app peut ainsi entraîner un gain de temps considérable. Si vous avez téléphoné aux centres d'appels urgents et que vous ne réagissez plus par la suite, les centres d'appels urgents font sonner votre smartphone afin de permettre aux services de secours de vous retrouver et vous aider plus facilement.
    • Fonction chat : les personnes sourdes, malentendantes et atteintes d'un trouble de l'élocution peuvent tout simplement indiquer dans cette app qu'elles ne sont pas à même de téléphoner. Elles peuvent alors communiquer avec le centre d'appels urgents via des messages.
      Si vous n'êtes pas sourd, malentendant ou atteint de troubles de l'élocution, le centre d'appels urgents n'activera qu'exceptionnellement la fonction chat si l'opérateur ne peut pas comprendre l'appelant. Tel peut être le cas, par exemple, lorsque le bruit de fond est trop important ou si l'appelant ne parle aucune des langues nationales ou l'anglais. Les messages dans une autre langue sont automatiquement traduits pour l'opérateur et vice-versa. Toutefois, l'envoi de messages prend plus de temps, et l'opérateur ne peut pas fournir aussi facilement les instructions de réanimation en cas de besoin.
    • Informations supplémentaires : L'enregistrement dans l'app comporte encore d'autres avantages que ceux que nous venons de citer. Vous pouvez ainsi transmettre certaines informations médicales, comme des problèmes cardiaques, des allergies (aux médicaments), l'épilepsie, le diabète… L'opérateur dispose déjà de ces informations avant même que vous n'ayez dit quelque chose et peut les transmettre aux services de secours qui arrivent sur place.
      

    Plus d’infos : www.112.be/fr/app


    SPF Intérieur et SPF Santé publique, sécurité de la chaine alimentaire et environnement

  • Prévention vols : Faites marquer vos divers objets

    19149464_681973272010544_6781281547684519977_n.jpg

    Le 24 juin, le service "Prévention vols" de la zone de Police de la Basse-Meuse organise une séance gratuite de marquage de vos objets. De cette manière, en cas de vol, ils pourront être signalés plus précisément, et et cas de découverte, ils pourront être identifiés et vous être restitués.

  • Juprelle : un fuyard repéré par l'hélico de la Police

     

    police1.jpg

    Vendredi après-midi, un Juprellois de 22 ans, cagoulé et armé, a tenté de s’introduire dans une habitation à Juprelle. Il a menacé un passant d’une arme, et a été rapidement repéré par un hélicoptère de la police fédérale avant d’être appréhendé. L’homme a été déféré ce samedi matin au parquet de Liège.  

    Ce samedi, un Juprellois de 22 ans a été déféré au parquet de Liège pour avoir fracturé la fenêtre d’une maison chaussée Brunehaut à Juprelle, et pour avoir menacé un passant avec une arme. Les faits se sont déroulés dans l’après-midi de vendredi. Une dame, qui se trouvait à son domicile, a entendu un bruit de bris de vitre. Elle s’est rendue compte qu’on avait jeté une pierre dans une de ses fenêtres. Visiblement apeurée, l’occupante des lieux est alors montée au premier étage, d’où elle a aperçu un homme encagoulé et armé. Ce dernier a été interpellé par un passant qui tentait de le retenir, tout en appelant la police de la Basse-Meuse. Ce passant a été menacé d’une arme. Un hélicoptère de la police fédérale, qui se trouvait dans les parages, a pu rapidement intervenir sur place. En hauteur, les policiers ont ainsi pu repérer le fuyard et donner des indications claires sur sa localisation aux collègues au sol. L’homme a été interpellé. Sur lui, des médicaments ont été retrouvés. Il était armé d’un pistolet d’alarme. Ce samedi, il a été déféré devant le juge d’instruction de garde. On ignore pourquoi il a ciblé cette maison. L’occupante n’a pas été blessée puisqu’il n’a, fort heureusement, pas pu pénétrer dans la maison.

     (Allison Mazzoccato)