Civisme

  • Le mot du Bourgmestre

    maria_lennertz_001.jpgBientôt, le prix Maria Lennertz

    Chaque année, j’ai l’occasion de rappeler qui fut Maria Lennertz.

    Pour nous qui vivons en temps de paix, il est nécessaire de redire régulièrement que, il y a quelques décennies, ce n’était pas le cas. Ceux qui ont vécu les périodes difficiles des 2 guerres mondiales sont morts pour la plupart, mais notre devoir, par reconnaissance, est de ne pas les oublier et aussi de faire en sorte que les générations plus jeunes sachent à la fois ce qu’ils ont enduré et aussi ce qu’elles-mêmes leur doivent.

    Certains subirent l’occupation allemande avec difficulté et avec crainte. D’autres menèrent une opposition active et souvent dangereuse pour leur vie.

    Certains laissèrent leur vie, d’autres passèrent plusieurs années dans des camps de prisonniers politiques.

    Parmi eux, Maria Lennertz. Une petite femme modeste que j’ai bien connue et dont je n’aurais pas imaginé quels furent ses exploits patriotiques si je n’avais été mis au courant.

    Elle fut emprisonnée mais revint vivante de sa captivité.

    Mais son patriotisme était tel qu’elle décida de décerner un prix de civisme récompensant un élève de 6ème primaire de chaque école de Visé.

    Dans un premier temps, une asbl fut créée et depuis l’année passée, la Ville de Visé a décidé de prendre le relais.

    Les lauréats, selon la formule initiale, se verront remettre un prix le dimanche 3 juin, à 11 heures, à l’Hôtel de Ville.

    Les élèves des différentes écoles auront entre temps la faculté d’accueillir Monsieur Simon Gronowski qui produira un témoignage passionnant et triste à la fois de cette époque. Félicitations aux lauréats mais ayons avant tout un souvenir ému pour Maria Lennertz.

    Marcel NEVEN - Bourgmestre

  • La Résistance en Basse-Meuse

    fullsizeoutput_fd26.jpeg

    (Photo : la carte de résistante de ma maman. P. Neufcour)

    LA RESISTANCE EN BASSE-MEUSE

    Il y a plus de 75 ans, les réseaux de résistance se mettaient en place en Belgique.

    Le musée régional de Visé a réalisé un panorama des principaux résistants en Basse-Meuse (de Herstal à Visé en passant par Oupeye, Visé, Dalhem, Blegny et Fouron) . Ceux de l’entité de Bassenge ont été particulièrement bien notés dans les livres coordonnés par Lucien Van Stipelen.

    Un numéro des notices visétoises (fin 2016) a passé en revue les résistants de notre région. Nous avons également investi sur un site internet, annexé au site du musée de Visé  (www.museedevise.be) et qui peut se trouver facilement en tapant « resistanceenBasse-Meuse.be » Celui-ci est illustré par un petit film sur le sacrifice des Résistants à la libération de septembre 1944.

    Ce site vient de s’enrichir d’une notice sur le dernier bourgmestre de l’ancien Cheratte, Marcel Levaux, jeune résistant à Cheratte et récrite par Jean-Marie Theunissen. Celui-ci sera bientôt commémoré à Cheratte. D’autres notices devraient enrichir  ce site. Nous faisons appel a tout qui aurait des renseignements sur un membre de sa famille ou un ami, membre de la résistance. Nous réitérons notre appel lancé il y a quelques semaines pour les souvenirs que vous auriez sur les visites domiciliaires opérées par la Gestapo ou tout autre service de collaboration belge pendant la 2e guerre  (recherche par l’occupant de juifs cachés, de jeunes réfractaires, de résistants, de déserteurs, d’évadés…..) dans notre région. Une seule adresse museedevise@skynet.be ou au n° 0495-496391

    Dernier point : une série de manifestations (conférences, visites, animations et commémorations mémorielles) seront organisées par le musée regional à partir du 20 avril  (les 20,25, 27,28 avril et les 6 et 7 mai)

    LE MUSEE REGIONAL DE VISE

  • La propreté publique : une priorité en Wallonie

    image003.jpg

    Sous l'impulsion du ministre Di Antonio, la Wallonie a fait une priorité de la propreté publique. De nombreuses campagnes ont déjà été organisées sur ce sujet ces derniers mois.

    Cette fois, c'est le réseau routier qui est visé. La Sofico et la cellule Wallonie plus propre se sont associées pour lancer une campagne d'affichage visant à sensibiliser les usagers de la route. Soutenue par le ministre Carlo Di Antonio cette campagne sera visible durant tout le mois de mars. Une affiche portant le slogan "Tous ensemble pour une Wallonie plus propre" sera placée sur les près de 300 panneaux qui bordent les autoroutes et voies importantes.

    Une action d'envergure 

    La SOFICO et le SPW s’associent pour concentrer leurs moyens en vue de prolonger l’action du Grand Nettoyage de Printemps sur le réseau routier wallon. Cette action sera menée les 23, 24 et 25 mars prochains par la Cellule Be Wapp pour une Wallonie plus propre.

    Une action en deux temps :

    1. Le GNP pour les bénévoles (citoyens, écoles, clubs de sport, voisins, entreprises, groupes d’amis, mouvements de jeunesse…) : 23, 24 et 25 mars 2018 ;

    2. Le GNP pour les professionnels sur les routes : du 26 au 30 mars 2018 A la sortie de l’hiver, de nombreux professionnels prendront le relais des bénévoles et s’activeront pour nettoyer autoroutes et nationales wallonnes pendant la semaine du 26 au 30 mars.

    Ramassage des déchets bordant les voiries, nettoyage des panneaux de circulation, des filets d'eau seront au menu pour les professionnels. Ce sera également l'occasion de rappeler que tous les petits déchets générés lors d'un trajet doivent être conservés à bord du véhicule afin d'être jetés dans les poubelles des aires de repos ou une fois arrivés à destination. En un an, près de 4.300 tonnes de ces déchets sont ramassés sur nos autoroutes, et cela pour un budget de 6 millions d'euros!

    Rappelons que la présence de ces déchets est tout d'abord une nuisance pour notre environnement, mais qu'ils sont susceptibles de boucher les avaloirs et ainsi augmenter les risques d'aquaplanage en cas de fortes pluies.

     (P. Neufcour)

  • La chaîne humaine est passée par Visé !

     

    thumbnail_20170625_134159_resized.jpg

    50.000 personnes se sont données la main ce dimanche 25 juin pour relier symboliquement la centrale nucléaire de Tihange à Liège, Visé, Maastricht et Aix-la-Chapelle.

    Une mobilisation des citoyens de nos 3 pays pour demander la mise à l'arrêt de Tihange 2 et Doel 3 en raison des milliers de fissures - d'une longueur allant jusqu'à 18 cm - qui fragilisent leurs cuves nucléaires... Selon certains experts, cela aggrave de 1.000 fois le risque de catastrophe à Tihange et de 10.000 fois pour Doel. En cas de catastrophe, nos régions pourraient devenir inhabitables pour des centaines d'années. Et les vents dominants en Basse-Meuse passent par Tihange de sorte que les nuages radioactifs pourraient nous contaminer en moins de 2 h.

    De nouvelles fissures viennent encore d'être détectées ce qui a amené le Parlement néerlandais à demander à la Belgique de fermer ces 2 centrales. Rejoignant ainsi les demandes similaires faites par les gouvernements allemands et luxembourgeois. 

    De son côté, l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (belge) s'est inquiétée il y a quelques mois des « résultats effrayants » d'une étude sur la sécurité des centrales et a pointé « les valeurs alarmantes de probabilités de fusion de coeur » de nos réacteurs et le fait « qu'Electrabel semble peu concerné par cette question ».

    Quand le gouvernement fédéral va-t-il prendre ses responsabilités ?

    Faudra-t-il que les juges, saisis par le Conseil de la Région d'Aachen et par près de 90 communes néerlandaises, luxembourgeoises et allemandes dont les villes d'Aix-la-Chapelle et Maastricht, ordonnent l'arrêt de Tihange 2 ?

    En tout cas, le 25 juin, les citoyens ont délivré un signal clair. Il faut arrêter cette vieille centrale fissurée. On peut se passer du (risque) nucléaire si les décisions politiques sont enfin prises comme le montre d'ailleurs une étude financée par IEW, le WWF et Greenpeace http://www.renouvelle.be/fr/actualite-belgique/le-scenario-des-ong-pour-une-belgique-durable-en-2030 .

    A Visé, plus de 300 personnes se sont donné la main sur le km 44. Une belle réussite. Bravo aux participants d'ici et d'ailleurs. 

    thumbnail_20170625_141013_resized.jpg

    Ceci dit, au lieu de laisser se dérouler la chaîne humaine sur les trottoirs du Pont de Visé et de Devant-le-Pont comme demandé par les organisateurs, le bourgmestre Marcel Neven a imposé un parcours à l'écart. Evoquant abusivement des raisons de sécurité (et oubliant le vote unanime du Conseil communal demandant le réexamen de la réouverture de Tihange), il a pris un arrêté d'interdiction tardif et injustifiable du parcours demandé, interdisant de plus aux participants de se retrouver pour boire un verre sur l'Ile Robinson. Bel accueil pour les habitants de l'Eurégio qui nous avaient rejoints. Visé ville touristique accueillante ?

    En tout cas, un grand merci à celles et ceux qui, par leur participation, ont permis la réussite de cet événement populaire. Un merci tout particulier aux amis allemands venus nous soutenir.

    Martial Mullenders

    Contact de la chaîne humaine pour le km 44 

    martial.mullenders@gmail.com

     

  • Lanaye : les z'amis de Zoe vous invitent à leur bar de Noël sur la place du village

    0001sU.jpeg

    Les Z'amis de Zoé, une bande de copains qui décident de se mobiliser, en souvenir de Joëlle alias Zoé, contre le cancer qui l'a emportée beaucoup trop tôt.
     
    7 ans déjà qu'elle nous quittait, emportée par la maladie. Pour elle et aussi pour toutes celles et tous ceux qui se battent, nousses amis veulent participer et récolter des fonds pour faire avancer la recherche. Venez les rejoindre ou faites un don.

    Les Z'amis de Zoé organisent un bar de Noel sur la place de Lanaye le samedi 10 décembre à partir de 17h et le dimanche 11 décembre de 11h à 17h.

    Pour vous restaurez ils vous proposeront de la soupe et de la tartiflette.
    Pour vous hydratez ils auront du vin chaud, de la bière spéciale et différents alcools de fruits confectionnés par les z'amis.

    Venez nombreux, ils comptent sur vous!