Commerces

  • L’AFSCA demande aux clients de Colruyt de rapporter cette marque de céréale en magasin

     

    fullsizeoutput_13288.jpegDans un communiqué de presse, l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire annonce, en accord avec Colruyt Group Services, le rappel des Cereal Flakes au chocolat de la marque Boni Selection.

     La cause ? La possible présence de petits morceaux de plastique qui risquerait d’entraîner la suffocation des consommateurs.


    Le groupe belge demande donc à ses clients de ne pas consommer le produit et de le rapporter en magasin. Les personnes ayant acheté le paquet de céréales après le 10 avril 2018 seront remboursées.

  • Rappel produit chez Zeeman: des substances toxiques décelées dans des bols en mélamine (photo)

    © News
    © News

    Zeeman procède au rappel de bols en mélamine avec motifs imprimés représentant des voitures. Des substances toxiques y ont été décelées et peuvent imprégner la nourriture, indique l’enseigne vendredi.

    « Un contrôle de l’AFSCA a mis en évidence un dépassement des limites légales de migration de mélamine. Lors de l’utilisation de ce bol, des substances toxiques sont susceptibles de migrer dans les aliments, pouvant entraîner à long terme un risque pour la santé des consommateurs. Par conséquent, Zeeman a décidé, en accord avec l’AFSCA, de retirer ce produit du marché et de procéder à un rappel auprès des consommateurs.

    Il s’agit du troisième et dernier rappel de produits en mélamine vendus chez Zeeman. Des assiettes Disney en mélamine similaires avec des motifs de Mickey/Minnie Mouse, La Reine des neiges, La Pat’Patrouille, Cars, Avengers, Spiderman, Princesses et La Garde du Roi lion ont déjà été rappelé précédemment. C’est pourquoi, en accord avec l’AFSCA, Zeeman a également analysé les bols et les gobelets similaires. Suite à ces analyses, Zeeman a décidé de retirer le bol avec un motif Cars du marché et de procéder à un rappel auprès des consommateurs. La vente de cet article a déjà été suspendue. Les articles qui sont encore commercialisés chez Zeeman ne présentent pas de risque pour la santé. »

    B9715607190Z.1_20180504163344_000+GLFB7OK1E.1-0.jpg

  • Visé : Marc Wagelmans, un passionné de gestion

    Avec quelque 500 mètres carrés installés en plein centre de Visé, avenue du Pont, la librairie-papeterie Wagelmans est emblématique de la Cité de l’Oie.

    Et pour cause, puisqu’elle a été créée en 1910 par Simon Wagelmans et son épouse Chantal Cerfontaine. Marc Wagelmans représente la troisième génération. Agé de 70 ans, il travaille désormais avec ses deux fils, Marcel et Brice. Il raconte : « En fait, je n’ai pas le moindre souvenir de mes grands-parents paternels. Et pour cause, mon grand-père est décédé en 1933, alors que mon père n’avait que quatorze ans. Et ma grand-mère est morte l’année suivante. Mon père, qui était le plus jeune des trois frères Wagelmans – l’aîné est devenu prêtre, et le deuxième a créé une imprimerie – a donc repris le magasin familial à l’âge de 15 ans ! » Un magasin qui n’était pas du tout semblable à ce qu’il est aujourd’hui. D’abord, il faut préciser que la première papeterie, où Simon Wagelmans vendait aussi et réparait des chaussures, tout en vendant… des cigarillos, avait été détruite en 1914 lors de l’invasion de la Belgique par les Allemands. Ensuite, après la guerre, l’avenue du Pont a été déplacée et remodelée.

     

    Edition numérique des abonnés

    Pendant la durée des travaux, le magasin, qui s’appelait La bonne presse, s’est installé sur la Grand’Place, l’actuelle place Reine-Astrid. Puis il a retrouvé l’avenue du Pont.

    Avec ses deux fils

    Marc Wagelmans : « Mon père, Albert Wagelmans, a développé le magasin en compagnie de ma mère, Germaine Swennen. Il a même créé une imprimerie dans cette maison, et il est aussi à la base de la création de Visé-Magazine. En 1973, la surface du magasin a été carrément doublée avec l’achat de la maison voisine. Personnellement, j’ai fait des études de sciences économiques, puis de gestion, à l’Université catholique de Louvain. Après mes études, j’ai travaillé pendant cinq ans à l’imprimerie familiale qui, entre-temps, avait déménagé un peu plus loin. Et puis, en 1979, j’ai rejoint mes parents au magasin.»

    Edition numérique des abonnés

    Edition numérique des abonnés

    Cela fait donc près de 40 ans que Marc Wagelmans s’est impliqué dans la librairie-papeterie familiale. « Mon père est décédé en 1983, à l’âge de 64 ans. Ma mère, elle, a continué à travailler au magasin pendant de nombreuses années. Elle est décédée en 2010. Aujourd’hui, j’ai passé l’âge de la retraite, mais je travaille toujours. Désormais avec mes deux fils, Marcel et Brice. Mais je ne les y ai jamais poussés : s’ils veulent poursuivre l’entreprise, ce sera à eux de le décider. Personnellement, ce qui me motive, c’est la gestion, faire tourner une société. Ici, par exemple, nous avons une équipe de 6 à 7 personnes. Avec la nécessaire présence de trois personnes au moins dans le magasin. »

    Edition numérique des abonnés

    Marc Wagelmans a longtemps été le président des commerçants visétois et, à l’âge de 70 ans, il est toujours aussi actif, y compris sur Facebook : « Je ne peux pas m’empêcher de donner mon avis », conclut-il en souriant.

     

    Edition numérique des abonnés

    La librairie-papeterie Wagelmans est installée avenue du Pont, à Visé. Elle est ouverte le lundi de 13h30 à 18h, et du mardi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h.

    (Texte Ch. Ledent - Photos Th. Van Ass)

  • Visé - Quel avenir pour l'hôtel du Pont ?

     

    B9715136530Z.1_20180321163744_000+G63AU48IV.2-0.jpg

    Photo : LEM
     
    Appartenant à la famille Galère, l'ancien hôtel est en cours de réfection depuis plusieurs mois. Le 30 mars verra l'ouverture de la "Brasserie de Léa", au rez-de-chaussée. Les deux premiers étages seront occupés par 6 appartements de standing d'une et deux chambres tandis que le 3è étage et les combles se verront transformés en un loft de deux chambres.
     
    Aux fourneaux on retrouvera Sylvain Galère, un cuisinier qui a plus de 20 ans de métier. Oie à l'instar et cuisine du terroir seront au menu ainsi que nos "boulets" à la liégeoise et bien sûr d'autres plats classiques. Quotidiennement des suggestions seront proposées selon les les saisons, le tout à des prix démocratiques.
     
    Nouvelle cuisine, nouveau comptoir, nouveau plafond, dans une salle réaménagée.
    L'établissement sera ouvert tous les jours de 11h00 à 23h00, excepté le samedi à midi. Entre les heures de repas, la brasserie pourra vous servir des cocktails, softs et autres bières spéciales accompagnés d'une planche de fromage, de charcuterie ou de saumon fumé dans une salle pouvant accueillir une quarantaine de convives.
     
    N'oublions pas la terrasse qui sera complètement rénovée pour l'été et qui pourra recevoir 90 personnes. Véronique Dupont, visétoise d'origine et  Sylvain Boniver, les nouveaux patrons, engageront trois cuisiniers et trois membres du personnel de salle. (P. Neufcour)
     
  • YESSSSS! Le Pain Se Sent Rire est réouvert !

     B9714965401Z.1_20180305230032_000+GFDAR4FRV.1-0.jpg

    Enfin, l'équipe de la boulangerie bio de Visé a pu reprendre le travail.

    La nouvelle demande d'agréation a été traitée en "express" par l'Afsca et à l'issue de ce contrôle la boulangerie a pu se remettre au boulot. Notons que les médias et de nombreux internautes avaient manifesté leur étonnement devant la célérité mise par l'agence fédérale pour contraindre un petit commerce à cesser ses activités alors que les pratiques de l'atelier de Bastogne étaient dénoncées et connues depuis près de deux ans. Evidemment, il est plus facile de faire frôler la faillite à un petit commerce local que s'attaquer à un "géant" de l'industrie de la viande qui occupe à lui seul près de 30 % du marché belge...

    Le blog de Visé tient à manifester son soutien et sa solidarité avec "Le Pain Se Sent Rire" (P. Neufcour)