Consommation

  • De l'héroïne au glyphosate en passant par le Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz: voici des choses à savoir sur Bayer et Monsanto

    BBLShOh.jpg

     

    Le jury d'un tribunal de San Francisco a condamné vendredi le géant de l'agrochimie Monsanto, qui a immédiatement annoncé son intention de faire appel de cette décision, à payer près de 290 millions de dollars de dommages pour ne pas avoir informé de la dangerosité de son herbicide Roundup, à l'origine du cancer d'un jardinier américain. Aujourd'hui c'est le groupe allemand Bayer qui est propriétaire de Monsanto.

    La condamnation vendredi aux Etats-Unis de Monsanto, pour ne pas avoir informé de la dangerosité de son herbicide au glyphosate, pourrait coûter cher à l'allemand Bayer, qui vient de racheter l'américain pour 63 milliards de dollars. Voici trois choses à savoir sur ces deux groupes à la réputation déjà sulfureuse:


    Agent Orange et héroïne

    Monsanto, fondé en 1901 à Saint-Louis dans le Missouri, a d'abord produit de la saccharine, un puissant édulcorant, puis s'est lancé dans l'agrochimie à partir des années 1940. Son défoliant appelé "Agent Orange", connu pour ses funèbres traînées arc-en-ciel, a été utilisé comme arme de destruction massive par l'armée américaine au Vietnam. Son herbicide vedette et controversé, le Roundup, est lancé en 1976, et Monsanto met au point dans les années 1980 la première cellule de plante génétiquement modifiée avant de se spécialiser dans les OGM.

    Bayer, fondé en Allemagne en 1863, a inventé l'aspirine, mais aussi vendu de l'héroïne au début du XXe siècle, alors utilisé comme substitut à la morphine... et comme remède contre la toux. Pendant la Seconde guerre mondiale, Bayer fait partie tout comme son compatriote BASF du conglomérat chimique IG Farben, tristement célèbre pour avoir fourni aux nazis le Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz.

    images.jpg




    Monsatan ou Mutanto

    Alors que l'agriculture se prépare pour nourrir une population de plus en plus nombreuse, Bayer lorgnait depuis longtemps sur l'américain Monsanto et ses semences OGM capables de résister aux plus puissants pesticides. Espérant échapper à l'hostilité que suscite dans le monde la seule évocation de Monsanto, Bayer a décidé d'abandonner ce nom après son opération de rachat.

    Parfois appelée "Monsatan" ou "Mutanto" par ses détracteurs, la firme est aussi bien mise en cause pour les OGM que pour les effets du glyphosate, principe actif du Roundup, dont le caractère cancérogène fait l'objet d'études contradictoires. Le gouvernement français s'est récemment engagé à cesser d'utiliser cette substance d'ici 2021, sans pour autant inscrire l'interdiction dans la loi. L'ONG "les amis de la Terre" a elle rebaptisé la fusion Bayer-Monsanto "les noces du diable".


    4.000 plaintes

    La condamnation par un tribunal californien de Monsanto à payer près de 290 millions de dollars de dommages à Dewayne Johnson, un jardinier américain imputant son cancer à son exposition répétée au Roundup, pourrait faire jurisprudence. Au moins 4.000 affaires similaires sont en cours devant des tribunaux américains. 

    Bayer ne communique pas sur l'ampleur des provisions financières auxquelles il compte procéder pour parer aux conséquences juridiques de l'acquisition de la sulfureuse entreprise Monsanto. Les analystes estiment que ces procès en rafale pourraient couter à Bayer de 5 à 10 milliards de dollars. 

    En 2001, Bayer avait déjà été sérieusement ébranlé sur le marché américain par le retrait de son anticholestérol Lipobay/Baycol, soupçonné d'avoir provoqué la mort de plusieurs patients. Les multiples procès avaient alors coûté au géant allemand 4,2 milliards de dollars (3,7 milliards d'euros).

    Source : RTL

  • Aldi rappelle du filet de cheval fumé en raison d’une teneur élevée en cadmium

     

    Il s’agit des produits dont la date de consommation est valable jusqu’au 21 août et au 28 août. Ils ont été vendus entre le 11 juillet et le 6 août dans des magasins Aldi.

    L’entreprise a décidé, en consultation avec l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), de retirer le produit du marché et d’appeler les clients à ne pas le consommer et le ramener en magasin où ils seront remboursés.

     
     
    Edition numérique des abonnés

     

    Le cadmium peut engendrer des problèmes de santé en cas de consommation répétée, prolongée et en grande quantité, souligne Aldi.

    Les consommateurs peuvent contacter Aldi (contact@aldi.be) ou le fournisseur Equinox (03/326.38.48) pour obtenir des informations complémentaires. (Belga)

     
     
     
  • Lidl procède au rappel de l’article «connecteurs rapides» de la marque «Powerfix»

    L’entreprise demande dès lors aux clients de ne plus utiliser le produit et de le rapporter en magasin où ils seront remboursés, même en l’absence de ticket de caisse. L’article incriminé était mis en vente depuis le 7 juin.

    Le lot concerné par ce rappel porte le numéro HG02035A, dans les versions 1/2017 et 01/2018.

    Les autres articles de la marque « Powerfix » ne sont pas concernés par cette opération.

    Lidl ajoute que le service clientèle est accessible par téléphone au numéro gratuit 0800/73.520.

  • Rappel de produit chez Carrefour: il y a un risque de présence de morceaux de verre, l’AFSCA demande de ne pas le consommer et le rapporter en magasin

    B9715824610Z.1_20180525183423_000+GERBC92B8.1-0.jpg

    Si vous achetez récemment un pot de confiture extra abricot 320g marque Jardin BIO dans un magasin Carrefour, ne le consommez surtout pas. En effet, comme le rapporte l’AFSCA, le produit fait actuellement l’objet d’un rappel. En cause ? Un risque de morceaux de verre.

    Suite à un contrôle et par mesure de précaution afin de garantir la sécurité du consommateur, la société LEA NATURE a en effet demandé de retirer du commerce le produit CONFITURE EXTRA ABRICOT 320 g vendu à la marque Jardin BIO au rayon épicerie de 13 magasins Carrefour en Belgique et le rappelle auprès des consommateurs suite à un risque de présence de morceaux de verre

    Description du produit :

    Nom : JARDIN BIO CONFITURE EXTRA ABRICOT 320G

    EAN : 3307131305002

    Date de péremption et lot : 30/11/2020 B307

    Vendu :

    – Dans les hypermarchés de : Berchem-Sainte-Agathe, Bièrges, Herstal, Mont-St-Jean et Wépion

    – Dans les Market de : Floreffe, Genappe, Heusy, Maisières, Luttre, Uccle (Sq. Marlow), Tamines et Waterloo

    LEA NATURE demande aux personnes ayant acheté cette confiture avec la date de péremption et numéro de lot concerné, de ne pas le consommer et de le rapporter en magasin pour remboursement. Pour toute information complémentaire, les consommateurs peuvent contacter le service clients de Carrefour Belgique en composant le numéro 0800 9 10 11.

  • Présentation de la seule distillerie de rhum belge ce midi à la Maison de la Presse

    DSC_1547.JPG

    Pierre-Yves Smits et Olivier Fossoul présentent leurs produits à la presse

    C'est en 2015 qu'un jeune Sérésien, Pierre-Yves SMITS a crée la distillerie "Dr Clyde"

    Les rhums dits "belges" se trouvent déjà sur le marché, mais en réalité l'alcool est acheté à l'étranger puis transformé et mis en bouteille dans notre pays. Pierre-Yves SMITS voulait un VRAI rhum belge, avec de l'alcool distillé chez nous. Alors, il a transformé un garage de 72m2 en distillerie! L'atelier comporte trois zones distinctes correspondant chacune  à une étape : la zone de distillation avec l'alambic, et les cuves de fermentation, puis dans la seconde zone l'alcool est mis en vieillissement, soit en fûts de chêne, soit dans les cuves de stockage. On retrouve également la station de mise en bouteille et d'étiquetage. Pierre-Yves est le distillateur tandis qu'Olivier Fossoul se charge plus particulièrement de toute la partie administrative. Un déménagement des installations vers Trois-Ponts est prévu au mois de juin.

     

    L'Old Clyde

    DSC_1545.JPG

    Ce fut le premier alcool distillé à partir de cassonnade, de sucre de betterave donc. Comme l'appellation "Rhum" ne peut s'appliquer qu'à des alcools fabriqués à partir de canne à sucre, le nom Old Clyde lui a été donné. Il s'agit d'un alcool qui se positionne entre le rhum et le whisky. Sont disponibles : les versions "Classic", "Sheriff's reserve", "Smokey" (au parfum plus fumé) et le "Smokey" adouci au miel d'apiculteurs locaux.

     

    Vint ensuite le Rhum

    DSC_1544.JPG

    Distillé donc à partir de sucre de canne, cet alcool, blanc à la sortie de l'alambic peut être consommé tel, ou mis à vieillir dans des futs de chêne américain. Plusieurs saveurs sont sur le marché, dont le rhum blanc, le Classic et le Spiced. Ces variétés sont plus ou moins fortes en alcool, et ont un degré de vieillissement différent.

     

    La gamme "herbals"

    DSC_1546.JPG

    Ici, c'est la différence : ces produits sont construits sur une base d'alcool blanc issu de la distillation de cassonade, auquel sont ajoutées  diverses plantes.

    Pourquoi un gin Navy Strenght ? Eh bien simplement, dans le passé sur les bateaux de sa Gracieuse Majesté, l'alcool devrait titrer au moins 57°, car c'est à partir de ce degré d'alcool que, mélangé à la poudre à canon, il n'explose plus. Il titre donc 58 ° ! 

    Quand à l'absinthe, elle, bien entendu elle est composée à partir de cette plante diabolisée, interdite depuis 1915 en France, mais à nouveau autorisée depuis quelques années par l'Europe. Et je vous avouerai en toute humilité, que "ça arrache"! 

    En Basse-Meuse

    Vous pourrez aisément vous procurer l'assortiment du Dr Clyde à Dalhem, au magasin "50 à la Ronde" rue Lieutenant Pirard ou encore à la chocolaterie Schonmacker, rue Lieutenant Jungling 29 à Barchon.

    Informations complémentaires sur www.drclyde.be

    (Texte et photos P. Neufcour)