Consommation

  • Rappel de produit chez Lidl: il est conseillé de ne pas le consommer et de le rapporter en magasin!

     

    Edition numérique des abonnés
    DR

    Ce vendredi, l’AFSCA, l’agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, rappelle le « boudin noir 480 g avec DLC 02/12/18 » vendu dans les supermarchés Lidl.

    La Date Limite de Consommation ne peut pas être garantie en raison d’une perforation possible de l’emballage du produit qui peut amener à une dégradation plus rapide du produit. La société Noyen a donc décidé, en accord avec l’AFSCA, de le retirer de la vente et de rappeler auprès des consommateurs le produit suivant

     

     
     
     
    Edition numérique des abonnés

     

     

  • La chope d’or 2018 revient au café «Les Arbalétriers» à Visé

     B9717676522Z.1_20181121201812_000+GVHCFHEEF.1-0.jpg

    Et cette année c’est le café « Les Arbalétriers », rue Haute 46 à Visé, qui a été primé. En 2017, la chope était revenue au café « Aux Sottay’ », situé rue Hors-Château à Liège.

    Pour désigner le nouveau bénéficiaire de la chope d’or, la Confrérie a dégusté des bières dans près d’une cinquantaine de cafés dans l’arrondissement de Liège. Ils veillaient à ce que toute une série de critères d’hygiènes soient respectés : «  des verres et des installations propres, par exemple  », explique le Grand Maître Joël Leclercq, « il est important aussi que le bec ne touche pas le verre et la bière  »

     

    Edition numérique des abonnés

     

    Pour l’année prochaine, le périmètre de recherche va être élargi aux régions de Verviers et de Waremme : «  La qualité se perd dans les cafés  », confie le Grand Maître, «  Le service est moins bon, c’est de plus en plus difficile de trouver un établissement à qui donner la récompense  ».

    La remise officielle aura lieu le jeudi 6 décembre 2018 à 11h30. Le tenancier recevra également une plaque de rue émaillée avec dessus l’inscription « Confrérie des bons métiers » qui sera remis par Saint-Nicolas.

     

    Edition numérique des abonnés
    Edition numérique des abonnés  Edition numérique des abonnés

    (Source : La Meuse Basse-Meuse)

  • Avertissement de l'AFSCA concernant du pain de viande de marque Aoste

    B9717085361Z.1_20180928205734_000+G7BC4J5O6.1-0.jpg

    Voici l’avertissement de l’AFSCA :

    Les employés d’Imperial Meat Products ont noté qu’une étiquette incorrecte avait été utilisée, qui ne mentionnait pas le gluten et les œufs présents dans le produit : Pain de viande Aoste.

    La société Imperial Meat Products a donc décidé, en accord avec l’AFSCA, de retirer ce produit de la vente et d’envoyer un communiqué de presse pour informer les consommateurs qui possèdent le produit.

    Description du produit

    - charcuterie

    - Pain de viande

    - Aoste

    - Date limite de consommation : 24/09/2018, 3/10/2018, 9/10/2018, 18/10/2018, 19/10/2018

    - Numéros de lot : 004028, 004036, 004041, 004049, 004050

    - Période de vente: du 27-08-2018 au 28-09-2018

    - Poids: 100g

    Bien que la DLC 24/09/2018 soit dépassée, il se peut que ce produit ait été surgelé.

  • Delhaize rappelle son "émincé de jambon cuit"

    Si le produit a été retiré des rayons, Delhaize appelle à ne pas consommer ceux qui auraient été vendus et les rapporter au magasin pour remboursement.

    L’aliment est conditionné dans des emballages de 125 grammes portant la marque Delhaize, le code EAN « 5400112355039 » et la date de péremption du 21 septembre 2018.

    Les personnes qui ont consommé ce produit et qui ont de la fièvre ou des maux de tête sont invitées à consulter leur médecin pour le signaler. Les femmes enceintes, les personnes immuno-déficientes, les personnes âgées et les enfants doivent être particulièrement attentifs à ces symptômes qui peuvent indiquer une listériose, potentiellement grave.

    Pour plus d’informations, les clients peuvent s’adresser au service clients de Delhaize au numéro gratuit 0800/95.713.

  • De l'héroïne au glyphosate en passant par le Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz: voici des choses à savoir sur Bayer et Monsanto

    BBLShOh.jpg

     

    Le jury d'un tribunal de San Francisco a condamné vendredi le géant de l'agrochimie Monsanto, qui a immédiatement annoncé son intention de faire appel de cette décision, à payer près de 290 millions de dollars de dommages pour ne pas avoir informé de la dangerosité de son herbicide Roundup, à l'origine du cancer d'un jardinier américain. Aujourd'hui c'est le groupe allemand Bayer qui est propriétaire de Monsanto.

    La condamnation vendredi aux Etats-Unis de Monsanto, pour ne pas avoir informé de la dangerosité de son herbicide au glyphosate, pourrait coûter cher à l'allemand Bayer, qui vient de racheter l'américain pour 63 milliards de dollars. Voici trois choses à savoir sur ces deux groupes à la réputation déjà sulfureuse:


    Agent Orange et héroïne

    Monsanto, fondé en 1901 à Saint-Louis dans le Missouri, a d'abord produit de la saccharine, un puissant édulcorant, puis s'est lancé dans l'agrochimie à partir des années 1940. Son défoliant appelé "Agent Orange", connu pour ses funèbres traînées arc-en-ciel, a été utilisé comme arme de destruction massive par l'armée américaine au Vietnam. Son herbicide vedette et controversé, le Roundup, est lancé en 1976, et Monsanto met au point dans les années 1980 la première cellule de plante génétiquement modifiée avant de se spécialiser dans les OGM.

    Bayer, fondé en Allemagne en 1863, a inventé l'aspirine, mais aussi vendu de l'héroïne au début du XXe siècle, alors utilisé comme substitut à la morphine... et comme remède contre la toux. Pendant la Seconde guerre mondiale, Bayer fait partie tout comme son compatriote BASF du conglomérat chimique IG Farben, tristement célèbre pour avoir fourni aux nazis le Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz.

    images.jpg




    Monsatan ou Mutanto

    Alors que l'agriculture se prépare pour nourrir une population de plus en plus nombreuse, Bayer lorgnait depuis longtemps sur l'américain Monsanto et ses semences OGM capables de résister aux plus puissants pesticides. Espérant échapper à l'hostilité que suscite dans le monde la seule évocation de Monsanto, Bayer a décidé d'abandonner ce nom après son opération de rachat.

    Parfois appelée "Monsatan" ou "Mutanto" par ses détracteurs, la firme est aussi bien mise en cause pour les OGM que pour les effets du glyphosate, principe actif du Roundup, dont le caractère cancérogène fait l'objet d'études contradictoires. Le gouvernement français s'est récemment engagé à cesser d'utiliser cette substance d'ici 2021, sans pour autant inscrire l'interdiction dans la loi. L'ONG "les amis de la Terre" a elle rebaptisé la fusion Bayer-Monsanto "les noces du diable".


    4.000 plaintes

    La condamnation par un tribunal californien de Monsanto à payer près de 290 millions de dollars de dommages à Dewayne Johnson, un jardinier américain imputant son cancer à son exposition répétée au Roundup, pourrait faire jurisprudence. Au moins 4.000 affaires similaires sont en cours devant des tribunaux américains. 

    Bayer ne communique pas sur l'ampleur des provisions financières auxquelles il compte procéder pour parer aux conséquences juridiques de l'acquisition de la sulfureuse entreprise Monsanto. Les analystes estiment que ces procès en rafale pourraient couter à Bayer de 5 à 10 milliards de dollars. 

    En 2001, Bayer avait déjà été sérieusement ébranlé sur le marché américain par le retrait de son anticholestérol Lipobay/Baycol, soupçonné d'avoir provoqué la mort de plusieurs patients. Les multiples procès avaient alors coûté au géant allemand 4,2 milliards de dollars (3,7 milliards d'euros).

    Source : RTL