Culture

  • Papy, ça sert à quoi ?

    printcomp.jpg

    Chaque année, à l'occasion du  Nouvel an, mon ami Jean-Marie Kreusch rédige un petit conte qu'il me transmet. Comme les fois précédentes, je ne peux m'empêcher de vous le donner à lire. Je pense que mon ami aurait pu intituler son texte "Initiation à la Vie". 

    J’étais installé confortablement dans mon fauteuil, tournant lentement les pages de mon journal qui parfois s’échappait de mes doigts, mon esprit somnolant. 

    Une petite menotte prit, doucement, ma main.

    « Dis Papy, dis papy… »

    « Oui mon petit bonhomme… »

    « Non ! »

    « Qu’y a-t-il ? » 

    « Papy arrête de faire des blagues. Je ne suis pas un bonhomme, je suis un enfant. »

    Ses cheveux bouclés et le regard de l’innocence, sa gentillesse, son esprit vif mais candide, il ne pouvait en être autrement.

    « Alors que veux-tu ? »

    « A quoi ça sert d’être ici, qu’il y a des hommes ? »

    Le journal s’échappa de mes mains, la TV  allait rediffuser un match que je n’avais pu regarder la veille. Sur la tablette, devant moi, un café entamé et refroidi car dégusté entre deux plongées dans des songes réparateurs. Cruelle solitude de l’adulte coincé dans ses certitudes, sans réponse devant le naturel des enfants. La pluie battait le carreau et l’hiver n’était pas loin. Heureusement le thermostat fonctionnait à nouveau.

    « Attends, je vais couper le son de la télévision et mettre sur pose, puis me resservir une tasse, et puis on parle. »

    La stratégie pour gagner un peu de temps, afin de concevoir une réponse, semblait fonctionner. Mon petit bonhomme restait là, attendant la vérité. Les Papys détiennent souvent la vérité, capable d’éclairer la vie. Certains les comparent même à Dieu.

    J’avais déjà entendu quelque chose qui ressemblait à cette question. Cherchant une réponse, je tentais également de m’engouffrer dans le passé pour retrouver l’origine de cette impression. Pris pas ces pensées, je ne vis pas le temps défiler. Celui-ci me replongea dans un demi-sommeil, m’entrainant dans une autre dimension…

    ***

    « Dis papa, réveille-toi… Allez réveille-toi ! »

    « Oups, mon petit bout de chique, je me suis rendormi. »

    Elle s’était assise sur le bras du fauteuil, le regard perçant mais affectueux, comme elle savait l’avoir. Sa main serrait la mienne. Très fort ! Pas question de fuir, la question reviendrait. D’un air décidé, avec un sourire enjôleur, qui vous emprisonne dans les yeux de celui qui le produit, elle me le répéta d’ailleurs.

    « A quoi sert qu’on est là et de vivre, alors que tout le monde doit mourir ? »

    Dehors un soleil radieux illuminait le jardin.

    Que répondre à un enfant qui vous renvoie la vie comme elle est ?

    « Allez papa raconte-moi comme tu nous racontes les histoires… »

    « Mon verre est vide, lui dis-je, et toi tu veux un jus d’orange ? »

    Je me dirigeai dans la cuisine attenante à la terrasse.

    « J’arrive, le temps de presser tes oranges. »

    Les grands savent tout. Il suffit de s’adresser à eux. Et un papa, à défaut de l’institutrice, c’est encore mieux que tout.

    Dans ces moments, n’importe quel subterfuge est bon. On voudrait parfois n’être plus là, être seul, passer dans un autre temps, dans un autre monde…

    ***

    Plus moyen d’échapper, la tasse de café à la main je franchis la porte du salon.

    Il m’attendait calmement, certain d’obtenir une réponse à sa question existentielle.

    « Ha, te voilà ! Alors Papy ? »

    Par où commencer et lui raconter l’inexplicable, l’histoire du monde en une seule réponse.

    Mais je savais tout, et il fallait répondre.

    « Tu sais bonhomme, enfin l’enfant…  Tu n’étais pas encore né, mais avant toi, d’autres enfants m’ont posé la même question et je me suis aussi demandé ce que j’allais leur répondre. Et puis moi aussi, quand j’étais petit, je me suis interrogé comme toi. Je me souviens du lieu, des perruches qui chantaient dans le grand living, des papiers crêpons qui enjolivaient les cache-pots verdâtres de hautes plantes dont les feuilles masquaient un cadre placé de travers, du poêle à charbon qui réchauffait les corps et brûlait les cœurs. »

    Il m’écoutait avec attention, lisant sur les lèvres. Bercé par la mélodie du verbe, il scrutait mon regard tentant de le capturer.  

    « Avec les grands de mon enfance, nous avons continué à parler des minutes et des minutes, des jours et des jours, des années et des années. Nous partagions le livre de la vie tournant, eux puis moi, les pages une à une s’arrêtant à chaque détail qui construit l’histoire de chacun. »

    « C’est comme ça qu’on grandit, Papy ? » 

    Il pouvait maintenant comprendre ce qui est incompréhensible. Le secret du grand chemin entre printemps, été, automne et hiver.

    « Le paysage change et l’ambiance tout aussi affectueuse se colore autrement, bonhomme. »

    « Bon ça va parce que c’est toi, tu peux m’appeler bonhomme si tu veux. Mais pas devant les autres… »

    « Tu vois finalement je ne suis pas Dieu. En fait à ta question, je ne peux pas répondre avec certitude. J’ai mon idée et vais te la donner mais tu construiras la tienne. En te disant cela je te réponds déjà. Qu’y a-t-il d’autre que de transmettre, à ceux qu’on aime, ce que l’on  sait, ce que l’on ne sait pas, l’amour, la connaissance ? Qu’y a-t-il d’autre que de permettre de comprendre ce qui est bien, le respect de soi, des autres et de la nature, ou encore la fraternité, que de savoir que l’on se sent bien quand on transmet cela aux plus petits… »

    Un silence se fit. Il me fixait droit dans les yeux.

    « Un jour cela t’appartiendra.. »

    Il avait deviné le sous-entendu mais voulut me l’entendre dire.

    « Un jour c’est toi qui devras écouter les questions et tenter d’y répondre en expliquant à ton tour qu’on n’a pas toutes les réponses, et que finalement ce n’est pas si grave, que le plus important est d’être là à côté des autres, avec eux, de les aider et d’accepter leur aide. »

    Ses yeux pétillaient, il me regarda contrôler une larme, se pencha vers moi et m’embrassa.

    « Je t’aime bien Papy. Bonne année 2018, Papy. »

    Il tourna les talons. Puis revint vers moi.

    « Dis Papy, j’ai encore une question… »

    « Ah non tu ne vas pas recommencer ! »

    « Si, puisque tu m’as appris qu’il fallait le faire. »

    « Bon, OK. »

    « Pour le réveillon, elle revient quand avec les glaces, Nannie ? »

    Merci Jean-Marie.

  • AU MOINS QUARANTE ACTIVITES GRAND PUBLIC QUI VOUS SONT PRESENTEES EN 2018 PAR LE MUSEE DE VISE

     logo.png

    Pour sa 37e saison d’activités que  la société archéo-historique vous propose en 2018, on trouvera des conférences, des déplacements culturels en Belgique et à l’étranger, des animations et des expositions.

    Toujours réglés par un calendrier presqu’immuable.

    Une visite dans l’Eurégio le deuxième dimanche de janvier (le 14) avec l’exposition sur le nombre d’or dans l’art à l’abbaye de Stavelot, précédée d’une conférence « Nombre d’or, nombre d’art » le vendredi 12 janvier à 20 h.

    Le patrimoine immatériel se retrouvera dans la conférence de Marc Libin sur Liège, la Belle Province le 26 janvier à 20 h. toujours au centre culturel

    En février, (du 1er au 25) dans la chapelle des Sépulcrines, au 31, rue du Collège, le musée de Visé présentera plus de cinquante peintures de paysages de chez nous. Des peintres déjà connus comme les frères Cambresier ou Lagasse mais aussi des peintres inédits du moins à Visé comme Joseph Vreuls, Marcel de Lincé et bien d’autres mais aussi des artistes actuels bien de chez nous comme Jacques Donnay  ou Pierrot Lensen. La plupart des œuvres proviendront des collections du musée régional. La commissaire de l’exposition, Marylène Zecchinon en fera une visite le premier dimanche le 4 février à 15 h.

    Notre premier déplacement en train se fera le 18 février à Namur où le musée Rops présente Shakespeare Romantic ou l’influence de ces drames dans la peinture d’il y a plus d’un siècle ainsi que la Citadelle de Namur avec la nouvelle présentation high tech des souterrains.

    La visite en Basse-Meuse aura lieu à Petit-Lanaye et Caster le dimanche 25 février et sera aiguillée par Guy Reggers de Lanaye. Elle sera précédée d’une conférence sur les grottes de Caster par Luc Willems (Karsts et paysages souterrains dans les craies crétacées de la Hesbaye liégeoise) qui se donnera au musée de Lanaye le vendredi 23 février à 20 h.

    Le premier dimanche du mois de mars, le 4 verra une visite de quelques lieux insolites de Visé par le conservateur Jean-Pierre Lensen. Trésors, souterrains et sculptures étranges au programme !

    L’architecture gothique sera à la une de la conférence d’une doctorante de l’université de Namur, Aline Wilmet le 9 mars  à 20 h. toujours au centre culturel (salle n°5)

    Le 1er dimanche d’avril tombe le 1er et ce sera l’occasion d’en faire une journée familiale au musée. Cécile Lensen nous en garde le mystère.

    Quatre activités auront trait à une meilleure connaissance de la seconde guerre mondiale : Thierry Marthus nous contera la campagne des 18 jours de l’armée belge le vendredi 20 avril à 20 h. et le lendemain, nous visiterons le musée du Pont de Vroenhoven qui évoque grandement les 3 premiers jours de la seconde guerre et la défense du canal Albert. Le vendredi suivant, c’est d’Auschwitz et de Cracovie  dont viendra nous parler Georges Piaia avec un film émouvant. Le premier dimanche de mai, le 6 à 15 h., c’est Jean-Marie Levo  qui présentera au musée de Visé  les armes de la 2e guerre.

    Lors du week-end de l’Ascension, les 12 et 13 mai, nos pas nous conduiront à Auvers sur Oise et Giverny ou une rencontre avec quelques paysagistes renommés qu’ils soient Van Gogh ou Monet et d’autres aussi.

    Le musée régional de Visé sera partie prenante de deux opérations proches : la nuit et le printemps des musées les 19 et 20 mai et les journées églises ouvertes le 3 juin.

    Le 26 mai, la visite de Liège sera fera en fonction des expositions en cours.

    Lors de la braderie des 16 et 17 juin, nous tiendrons les deux jours notre marché du livre d’été en rue.

    L’habitude est prise de visiter un lieu de saveur en juin : ce sera le 20 juin à la chocolaterie Smeets de Berneau.

    Et comme c’est devenu une tradition, la dernière activité du premier semestre (le samedi 23 juin) sera consacrée au 17e s. et à une conférence  d’Odile Bordaz sur la gastronomie du Roi Louis XIV , suivie d’un souper « baroque » à la ferme d’Artagnan, cela va de soi.

    Trois activités en été : une visite familiale à l’archéosite d’Aubechies le 1er juillet, les 4 et 5 août, un voyage à Reims et en Argonne aux 3 C (Cathédrale, Champagne et Combat) et enfin le 25 août, visite des châteaux du Dinantais avec Vêves sur Lesse  et Poilvache .

    Le mois de septembre rime avec les journées du patrimoine : la 30e édition sera consacrée au patrimoine insolite et nous en ferons une visite insolite du musée ainsi que les dessous du patrimoine avec la crypte funéraire de l’ église de Devant-le-Pont. Les deux soirées des 8 et 9 septembre seront consacrées à découvrir les insolites du patrimoine visétois revisité par des personnalités historiques.  Le dimanche précédent, ce sera un tour familial de la ville qui sera mis su pied .

    Le dimanche 23 septembre , c’est à Bruxelles que nous découvrirons plusieurs expositions du moment.

    Le premier dimanche d’octobre, c’est à une découverte des 28 (27 selon) pays d’Europe que nous vous convions au musée de Visé car des documents de chacun de ces pays y sont conservés !

    La fin du mois sera consacrée à trois activités « préhistoriques » : la découverte du site mystérieux de Stonehenge dans une exposition au musée gallo-romain de Tongres le 28 octobre , la veille, un montage sonorisé de Dominique et Jean-Pierre Lensen aura trait au «  Pays des Dolmens » et finalement le mardi 30 octobre, ce sera le site de Wéris, le « Carnac belge » qui fera l’objet d’une visite détaillée ;

    Novembre est un mois particulièrement mémoriel : nous referons une visite patrimoniale d’un cimetière et non des moindres, celui de Lorette(Visé)  le samedi 3 novembre. Il va de soi que la première ville martyre de Belgique en 1914, Visé présentera une exposition sur les derniers mois de la guerre : « il y a 100 ans, nous étions libres ».

    Sur ce thème, trois conférences au moins auront lieu 3 vendredis successifs à 20 h. : le 9, Alain Colignon (Ceges) sur les derniers jours de 1918, le 16 Louis Maraite (CHR) sur le rôle des médecins durant ce conflit, le 23 Claude Fluchard sur l’opinion publique belge, face aux Allemands après 1918.

    Le traditionnel voyage à Paris est aussi prévu du vendredi 30 novembre au dimanche 2 décembre.

    Deux activités aussi classiques sont prévues pour le mois de décembre :  le marché du livre d’histoire  les 15 et 16 décembre et le vendredi 28 décembre, une visite de Liège au goût du jour.

     

    Mais le musée a aussi comme projets de réaliser plusieurs livres : sur la reconstruction morale et patrimoniale après la Grande Guerre, le second tome de Dalhem le Comté de feu Jacques Detro avec les personnalités locales, les évènements des 19e et les 2 conflits du 20e siècle ainsi que le rappel des commémorations des 900 ans du Comté de Dalhem.

    Une rénovation du musée est aussi à l’ordre du jour avec l’intensification du numérique, un nouvel éclairage, l’adaptation de certaines réserves, l’intensification des réseaux sociaux et le développement pédagogique.

    Toutes ces activités et travaux seront mis en action par une équipe qui en veut, Cécile Lensen et Marylène Zecchinon aidé par l’ensemble du comité.

    Pour le musée et la SRAHV, Jean-Pierre Lensen

  • Argenteau : Balade dans la vallée de la Julienne

    DSC_0031.JPG

    Activité : Etang de la Julienne - Argenteau - La Chataigneraie - Chapelle de Wixhou - Le champignon - Sabaré - Notre-Dame des champs

      

     Activité :    ATTENTION !!!      Wixhou

     

    Pour ceux et celles qui souhaitent reprendre le fil de l’histoire de la forteresse du Xe siècle, rendez-vous à 12 h 30 sur la place de l’église de Hermalle sous Argenteau (place Gérard Froidmont). 

    Nous irons contempler le " Trou Baraux "  seul vestige de la forteresse " l’île aux nuages".

    Vers 13 h 00 nous nous dirigerons vers le parking des étangs de la Julienne où nous nous retrouverons pour la balade : Sur la rive droite de la Meuse fleurit le souvenir de Rose.

    Rendez-vous sur le parking près du premier étang de la Julienne à 13 h 15 pour la balade. Les oies vous y accueilleront bruyamment.

     

    Cordialement

     

    Marcy 

    DSC_0053.jpg

     

    La balade proprement dite : Etang de la Julienne – Argenteau – La Chataigneraie – Chapelle de Wixhou – Le champignon – Sabaré – Notre-Dame des champs 

     

    Belle balade que voilà située non loin de Liège dans un véritable écrin de verdure.

    Chemin faisant Marcy notre guide du jour vous racontera quelques anecdotes et histoires

    Durée de  la balade pédestre : +/ – 3 heures 1/4.

     

    Degré de difficulté : balade par monts et par vaux (descentes et montées) – Terrain boueux par temps de pluie et / ou de neige.

     

    Recommandations : munissez-vous de chaussures de marche ou de bottes et, d’un bâton de marche.

    En cas de non-respect des consignes de sécurité (par exemple : chaussures de marche non adéquates), le Groupe Découvertes décline toute responsabilité. 

         .  Regroupement : 13 h 15, rendez-vous SUR LE PARKING SITUE près du premier étang de la Julienne (à côté de la cafétéria rebaptisée : Ô Bois de la Julienne – Fonds Sainte-Julienne – rue des étangs de la Julienne (sans numéro) à  4601 Argenteau (Visé)).

        

    Itinéraire voiture : Au départ de la gare des Guillemins (Liège), prenez la rue des Guillemins, le boulevard d’Avroy, puis tournez à droite au coin de l’immeuble rouge Axa Assurances.   Au rond-point des Chiroux, prenez la première à droite direction Evêché de Liège et au rond- point suivant, suivez les  quais en  direction de Saint-Léonard.

    Continuez sur les quais jusqu’au pont Atlas, sur lequel vous passerez après avoir tourné à droite. À la sortie du pont, tournez à gauche pour rejoindre l’autoroute en direction de Maastricht.

    Sortez de l’autoroute à la sortie Argenteau, prenez à droite, sortez du rond-point par la première sortie, suivez la chaussée d’Argenteau jusqu’au pied de la montée vers Sarolay, avant la montée de Sarolay, prenez à gauche une petite route étroite qui vous conduira aux étangs de la Julienne, parquez-vous dans les emplacements situés avant d’arriver au premier étang.

    Rendez-vous à la cafétéria rebaptisée : Ô Bois de la Julienne.

     

    Drink : à la cafétéria rebaptisée : Ô Bois de la Julienne – Fonds Sainte-Julienne à  4601 Argenteau (Visé). 

     

    P.A.F : 5 € par personne : ce prix est votre participation à la journée organisée par le Groupe Découvertes

     Groupe Découvertes : Philippe Slootmans – 04 / 252.92.41. (si possible les vendredi et samedi de 19 h à 20 h 30 et le dimanche de 10 h à 12 h )  Merci d’avance.

     

    Site : http://www.groupe-decouvertes.be 

     

    N’hésitez pas à consulter régulièrement notre blog, d’abord pour vous tenir au courant de nos activités mais aussi pour prendre connaissance d’éventuelles modifications de dernière minute

     

  • Visé : une soirée "jeux" organisée par la librairie "L'oiseau Lire"

     

    23231295_1966605576889884_809885182135224284_n.jpg

    Allez jouer entre amis ou en famille lors de la soirée jeux, le vendredi 17 novembre à partir de 19h à la section primaire de l'Athénée Royal de Visé.

    Après avoir testé, sélectionné et approuvé un grand nombre de jeux de société, toute l'équipe de l'Oiseau Lire est prête à vous présenter une vingtaine de jeux.
    Il y en aura pour tous les goûts et pour tous les âges à partir de 8 ans: stratégie, ambiance, coopération, jeu de mots, jeu à deux,...

    Réservation souhaitée par téléphone ou email! 

    P.A.F.: 3€ / personne (déductibles à l'achat d'un jeu de société)

    Lieu: : rue de la Prihielle à Visé, section primaire de l’Athénée Royal

    Horaire: 19h-21h30      Tél.: 04/379.77.91           Mail: loiseau-lire@hotmail.be

  • Cheratte Haut : exposition photo à la salle Braham

    22728985_10215010210757043_5844871558264925695_n.jpg

    Le samedi 18 novembre de 13h à 21h ainsi que le dimanche 19 novembre de 10h à 19h, rendez-vous à Cheratte Haut, salle Braham afin d'y admirer les travaux des membres de l'Amicale Liégeoise des Photographes Amateurs.

    C'est pour nous tous l'occasion d'aller contempler le travail de quelques photographes amateurs liégeois, dont les oeuvres sont plus des "photos" que de "belles images photoshoppées". Entrée gratuite.