Enseignement

  • Visé : l'asbl Zephyr présente son nouveau module d'apprentissage du français

    54416673_2267256783555194_8963922988172836864_n.jpg

    Nouveau module

    Les premiers pas en français avec la méthode « Pourquoi pas ».

    Son objectif: 
    A partir de dialogues et d’exercices variés, transmettre le goût des mots, apprendre la langue française aux nouveaux arrivants sur le territoire de la Basse-Meuse.

    Dans un premier temps, nous proposons de travailler principalement la compréhension orale et la production orale.
    C’est un apprentissage dynamique ou le participant doit s’impliquer.

    Public cible:
    Cette formation s’adresse à
    - un public non-francophone, débutant
    - inscrit sur le territoire 
    - scolarisé dans sa langue maternelle, 
    - désireux de s’intégrer dans le nouveau milieu 
    socioculturel, de rompre l’isolement social…

    Module :
    Lundi et vendredi de 9h à 12h
    Centre Culturel de Visé, rue du Collège 31
    Début : mercredi 23/4/19

    Renseignements et inscription:avant le 5/4/19
    0497/248.682 (lundi-mercredi et jeudi de 13h30 à 15h30)
    ou 04/374.31.45 (lundi, mardi et jeudi de 13h à 15h)

  • Les directeurs du réseau libre se rebiffent contre le "décret catastrophe"

    fullsizeoutput_14efb.jpeg

    Le caliquot qu'a fait afficher Eddy Bonten, directeur de l'Institut du Sacré Coeur de Visé 

    Calicots sur les écoles, lettre aux parents : des directeurs du réseau libre passent à l’offensive  

    Les directeurs des établissement d'enseignement du réseau libre l'avaient promis. C'est chose faite depuis hier. A Visé comme ailleurs, les calicots exprimant leur colère contre le "Décret catastrophe - Des élèves sans profs".

    fullsizeoutput_14efc.jpeg

    Celui qu'à fait afficher Sabrina Russo, la directrice du Collège Saint-Hadelin de Visé

    Une lettre dont nous reproduisons le contenu intégral ci-dessous a été remise aux parents, expliquant les raisons pour lesquelles leur enfant n'a pas cours.

    fullsizeoutput_14efd.jpeg 

    Selon Patrick Dekelever, le président de l'Association des directeurs de l'enseignement secondaire catholique (Bruxelles et Brabant), nombreux sont les établissements scolaires à participer à cette action.
     
    Contacté, Eddy Bonten, le directeur de l'Institut du Sacré Coeur de Visé ne mâche pas ses mots : "Ce décret est une véritable catastrophe! La surcharge administrative qu'entraîne la recherche d'un remplaçant est lourde. Les conditions à remplir sont telles qu'il nous est quasiment impossible de rencontrer tous les critères pour pouvoir faire appel à un enseignant remplaçant. De ce fait, nous préférons nous en priver et tenter de nous débrouiller en interne"
     
     
    Milliers d’heures perdues
     
     DSC_5851.jpg
     © P. Neufcour
    La ministre Schyns avait promis des assouplissements à ce décret, mais les directions d'école les attentend toujours. Des milliers d'heures de cours ont déjà été perdues depuis la rentrée, faute de pouvoir faire appel à un enseignant remplaçant tant les conditions à respecter sont strictes.Les directeurs souhaitent plus de liberté d'agir.
     
    Les syndicats, eux, ne verraient pas d'un bon oeil ces assouplissement car "le décret apporte énormément de clarté et de progrès dans la nomination des enseignants." Ils freineraient donc des quatre fers, arguant du fait que le réseau libre recruterait "de façon peu orthodoxe."
     
    Dans leur lettre aux parents, les directeurs du réseau libre insistent sur le nombre d'heures de cours qui n'ont pu être données parce qu'un enseignant n'a pu être engagé. Ils mettent également en évidence le fait qu'un jeune professeur doit parfois circuler entre trois ou quatre établissements afin d'obtenir un horaire complet, perdant ainsi un temps précieux qui pourrait être utilisé au mieux en participant à la vie d'une école et en s'investissant dans son projet pédagogique.
     
     (Texte et photos © P. Neufcour)
     
  • Sacré-Coeur : plus de peur que de mal

    IMG_20190107_150755.jpg

    Peu avant 15h00, le SMUR et une ambulance sont arrivés devant l'établissement scolaire visétois. Les deux véhicules se sont garés Avenue Albert 1er. Environ une demie-heure plus tard, le personnel médical a quitté les lieux en emmenant une victime. Des renseignements que nous avons pu obtenir, une professeure a fait un malaise mais a vite repris connaissance. Par mesure de sécurité la dame, qui enseigne dans le domaine social, a été hospitalisée dans un établissement proche afin d'y passer divers examen. Plus de peur que de mal, donc, dans cette école. (P. Neufcour)

  • Visé : les élèves ont décidé de diversifier les plantations du parc des Libellules

     

    fullsizeoutput_14e0e.jpeg

    Ils n'étaient pas 13 à tables, mais 13 jeunes "planteurs" ce 29 novembre dans les sentiers du parc des Libellules à Visé.

    Ces 13 jeunes, ce sont les élèves des classes de Madame Brigitte Malherbe et Monsieur Stephane Vrancken, ont décidé de s’engager, avec l’ASBL Sentiers.be, dans un projet « Chemins au Naturel ».  A l'initiative de madame Maherbe, ils se sont investis  en faveur de la biodiversité locale : ils ont décidé de replanter  de jeunes plants de haie sauvage, d’arbustes fruitiers,…

    Les enfants et leurs enseignants se sont ainsi retrouvés, pelle en main, pour effectuer les travaux. La Ville de Visé était bien entendu partie prenante de ce projet, les ouvriers communaux avaient préalablement préparé le sol et étaient prêts à les assister pour les tâches les plus lourdes.

    fullsizeoutput_14e0c.jpeg

    Ce n’est pas leur premier jour de travail sur ce chemin et certainement pas le dernier ! En effet, les élèves seront officiellement « parrains » de ce lieu qu’ils adopteront pour en préserver et en améliorer la biodiversité. Leur engagement sera formalisé avec la Commune de Visé par la signature d’une charte d’adoption. D’ici la fin de l’année scolaire, les enfants compléteront leur travail par d’autres aménagements : semis d’une bande fleurie, création de nichoirs, tas de bois et de pierres destinés à servir d'abris pour les animaux...

    Le prochain rendez-vous est fixé fin d’année scolaire. Les élèves inaugureront leurs aménagements et présenteront leur travail et les panneaux didactiques installés le long du chemin. Un bon moyen de sensibiliser un plus large public. Une belle initiative où les enfants se feront ambassadeurs de la nature.

    L’action « Chemins au naturel », initiée par Sentiers.be, ASBL de promotion des chemins et sentiers a pour objectif de mettre en avant le rôle moins connu de refuge et de couloirs écologiques des chemins et de donner l’occasion aux enfants d’agir pour la biodiversité. Chaque année, Sentiers.be accompagne les élèves d’une dizaine d’écoles à qui elle offre des animations, un suivi et le matériel nécessaire pour mener à bien un beau projet : des nichoirs prêts à monter, des graines, des fruitiers…

    "Je suis chargée des cours de citoyenneté" nous explique Brigitte Malherbe, "et c'est dans le cadre de ce cours que j'ai proposé le projet. Monsieur Vrancken et ses élèves s'y sont directement associés".

    Comme vous pouvez le constater, ils ont été enchantés d'y participer. (P. Neufcour)

  • Visé : le Conseil Communal des Enfants est installé

    fullsizeoutput_14950.jpeg

    C'est ce 22 octobre que s'est déroulée la prestation de serment des nouveaux "Jeunes Conseillers" du Conseil communal des Enfants, en présence des parents, enseignants et chefs d'établissements réunis pour l'occasion. 

    En effet, les enfants sont élus pour une période de deux ans. Issus à l'origine de 5eme année primaire, ils quittent le Conseil à la fin de la 6eme année. La moitié du Conseil doit donc être renouvelée chaque année. Les candidats mènent campagne dans leur école respective. Ils proposent un programme et se font connaître au moyen "d'affiches" électorales. Un vote est alors réalisé, et, selon la taille de l'établissement scolaire, un ou deux Conseillers sont élus. Le Conseil se réunit deux fois par mois, entouré d'animateurs, et aidés par des adultes élus, ils font valoir et proposent leur programme. Comme il s'agit de tous candidats "indépendants", il n'y a pas d'alliances à trouver, mais bien, plus raisonnablement, un consensus entre les participants.

    Les nouveaux élus

    - HAID Noa, de l'école communale de Sarolay

    - BEN MOHAMED Jade, de l'école Saint-Joseph de Cheratte Hauteur

    - BELDE Alizée, de l'école communale de Lixhe

    - NOEL Edouard, de l'école communale de Richelle

    - BORSU Adrien, de l'école communale de Cheratte Hauteur

    - DETRO Maxence, de l'école libre de Richelle

    - LAMOTTE Elodie et VRIJENS William, de l'Institut Saint Hadelin de Visé

    - DUCHESNE Gabriel et JANSSEN Alice, de l'Athénée royal de Visé, et

    - HALACOGLU Alper, de l'école Notre Dame de Cheratte-Bas.

    Ils rejoignent ainsi AHMEDY Madeline, L'HOEST Clémentine, KERF Louis, DEPROOT Bastian, GLOUIA Sofiane, MUNYAKINANI Eva, WAGELMANS Nina, WILLEMS Léa et GULTEKIN Kemal-Cem, élus l'an dernier et qui continuent la seconde année de leur mandat.

    Chaque jeune conseiller s'est vu revêtir de l'écharpe scabinale aux couleurs de Vise, bleu et blanc, par Patrick WILLEMS, échevin de la Famille et de la Citoyenneté. Souhaitons à tous ces jeunes une expérience positive dans leurs premiers pas de politiciens en herbe tout en espérant que la nouvelle majorité chez les adultes conserve cette initiative très instructives.

    Un album photo de l'évènement est disponible en marge droite.

    (©Pierre Neufcour texte et photos)