Enseignement

  • Visé : 10 nouveaux jeunes conseillers communaux ont prêté serment en notre Hôtel de Ville

    DSC_7676.JPG

    Prestation de serment ce lundi des 10 nouveaux conseillers élus au Conseil Communal des enfants. Après avoir mené campagne dans leur école, les élections ont rendu leur verdict. Ce sont  Bastian, Clémentine, Eva, Kemal-Cem, Léa, Louis, Madelyne, Nadya, Nina et Sofiane qui ont réuni le plus grand nombre de suffrages parmi leurs condisciples. Issus de la 5 ème primaire de divers établissements de l'entité, ils siégeront donc durant deux ans, à raison de deux séances par mois, en compagnie d'Amélie, Alexandre, Léa, Lina, Lola, Loric, Lucie, Louis, Nathan et Nina qui eux avaient été élus l'année dernière.

    C'est en présence de Bourgmestre et des membres du Conseil communal que la cérémonie a eu lieu. Nous leur souhaitons à tous un bon travail et espérons que nombre de leurs projets aboutiront. (Reportage photo en marge droite)

     © P. Neufcour

     

     
     
     
  • Visé : L'Echevinat de la mobilité et Taxistop lancent "Schoolpool"

    search.pngC'est à l'Echevinat de la mobilité, du développement schoolpool_logo.gifterritorial et de l'entretien que Luc Lejeune, l'échevin en charge, recevait la presse ce matin pour faire part d'une initiative de ses services : le projet de co-voiturage scolaire "Schoolpool"

    Tout le monde en conviendra : circuler dans Visé aux heures de pointes est de plus en plus difficile, pour ne pas dire infernal.

    Devant ce constat, une évidence s'est imposée : pourquoi ne pas proposer le co-voiturage aux parents qui amènent leur(s) enfant(s) en voiture dans un établissement scolaire du centre ville?

    De là est née l'idée. L'institut Saint-Joseph, l'Institut du Sacré Coeur, l'Athénée Royal, l'Institut et le Collège St-Hadelin et l'école communale de Devant le Pont ont directement adhéré au projet. Un "référent schoolpool" a d'ailleurs été désigné dans chaque établissement.

    Deux sites plateformes ont été retenus : un premier pour l'école communale de Devant-le-Pont et le sec ond regroupant tous les autres établissements scolaires du centre de Visé. 

    Nombre d'étudiants

    En janvier 2016, l'école communale de Devant le Pont accueillait quotidiennement 209 enfants; ils étaient 315 à l'Institut St Joseph, 91 dans le primaire et 980 dans le secondaire du Sacré-Coeur, 1150 au Collège St-Hadelin, 246 à L'institut (primaire), 285 dans les sections primaires de l'Athénée rue de la Prihielle tandis que 1305 étudiants étaient inscrits dans le secondaire rue du Gollet. Ce sont donc 3276 jeunes qui fréquentent quotidiennement nos établissements scolaires. Ajoutons également que près d'un millier de personnes travaillent à Visé.

    Le pédibus a été lancé par la section primaire de l'Athénée : le mercredi les parents déposent les enfants à proximité de la collégiale, et en rang, ils sont accompagnés à l'établissement scolaire. La "dépose rapide" existe place des Déportés pour les enfants qui fréquentent les sections primaires du Sacré Coeur et de l'Institut St Hadelin. Le dernier Plan Communal de Mobilité avait été établi il y a 12 ans, il était donc temps de le revoir.

    Près de 5000 flyers ont été distribués, ainsi que des questionnaires qui invitaient les parents à répondre avant le 7 avril 2017. Deux questions étaient posées :

    1 - Trouvez-vous ce concept de co-voiturage intéressant     oui/non

    2 - Seriez-vous prêt à participer à ce projet                        oui/non

    Un total de 948 formulaires a été rentré (sur les 5.000 distribués). Dans les formulaires complétés, on peut voir que 82,49 % de parents trouvent le concept intéressant et que 26,16% seraient prêts à s'impliquer.

    Parmi le "camembert" de réponses négatives on trouve : 24% d'horaires variables des parents, 21 % d'élèves qui utilisent les transports en commun, 17 % ne manifestent pas d'intérêt au concept, 16 % signalent que leur enfant est en rhéto, puis suivent le manque de place en voiture, le fait qu'ils pratiquent déjà le co-voiturage, tandis que d'autres ont mal compris le concept, pensant qu'ils devaient être le conducteur du véhicule, etc.

    Que des avantages

    Selon l'étude menée par Marco de Waeghe, chargé du projet chez Taxistop, ce plan ne présente que des avantages : le co-voiturage est plus convivial, on fait la connaissance drautres enfants, d'autres parents; il est plus écologique puisqu'il y a moins de véhicules en chemin; il laisse plus de temps libre aux parents qui ne doivent pas chaque jour amener et venir rechercher leur progéniture à l'école et la sécurité est assurée puisque les enfants sont conduits par d'autres parents connus. Au point de vue des assurances, pas de problèmes. Les enfants transportés sont couverts tant par l'assurance de l'école que par la RC du conducteur. 

    Pas besoin d'être motorisé

    Et les parents qui n'ont pas de voiture, me direz-vous? Ce n'est pas un problème : le conducteur peut demander une participation financière d'un maximum de 0,34€ par km parcouru ou convenir d'un arrangement autre, invitation à dîner, autre service rendu, échange de bons procédés, etc...

    Ce qui est super, c'est que TOUTES les directions d'écoles sont fortement impliquées dans le projet, ce qui est déjà un signe d'engagement des enseignants.

    Comment s'inscrire 

    Visitez le site https://vise.schoolpool.be ou contactez Didier Hanozin (04/374.84.92 ou Vincent Calers (04/374.85.13) du service mobilité de la Ville de Visé en n'oubliant pas Marco de Waeghe, chargé du projet pour l'asbl Taxistop au 081/62.50.90 ou mdw@taxistop.be. Vous pouvez également prendre contact avec l'établissement scolaire de vos enfants et demander à parler au "référent co-voiturage". Assurons plus de sécurité aux abords des écoles tout en diminuant notre empreinte écologique.

    Maintenant, pour que ce projet soit une réussite, tout dépend de vous, les parents, d'y adhérer ou pas... (P. Neufcour)

  • Visé : 680 kg de bouchons en plastique récoltés pour aider à sauver des lévriers en Espagne

    IMG_6899.PNG

    Marie Fromont - Marie Calamity - est l'initiatrice de ce projet. Après avoir constaté par elle même la cruauté dont certaines espèces de lévriers étaient victimes en Espagne, elle a décidé de tout faire pour venir en aide à ces malheureuses victimes de la cupidité des hommes. En effet, si les résultats ne suivent pas lors des courses, certains "participants", sont torturés, battus à mort, privés de nourriture, abandonnés blessés dans la nature...

    Etant institutrice maternelle à l'école communale de Devant-le-Pont et en collaboration avec l'école communale de Richelle, elle a décidé de sensibiliser ses collègues, ses amis, les élèves et leurs parents aux véritables tortures qui étaient infligées à ces races d'animaux (Galgos et Podencos) par une autre race animale : l'homme!

    Et puis l'idée à germé : pourquoi pas ne pas inviter toutes ses connaissances à conserver tout au long de l'année les bouchons en plastique des bouteilles et flacons divers utilisés dans les ménages ? Le prix de rachat est certes extrêmement faible (220 € la tonne), mais tous comptes faits, cela ne coûte rien d'essayer.

    IMG_6903.PNG

    C'est ainsi qu'un jour de la semaine dernière tout ce petit monde s'est retrouvé dans la cour de récréation de l'école pour participer à la pesée de la collecte de cette troisième année d'activité.

    A l'issue de la pesée, les participants ont pu constater que 680 kg avaient été récoltés. Pour avoir modestement participé moi-même à cette opération, je me suis rendu compte du nombre de ces petits bouts de plastique nécessaire pour arriver à 1 kg!

    IMG_6902.PNG

     La récolte a été vendue à la société  Cabka pour la somme de 163,20 € destinés à aider à la construction du refuge de Sophia "El Refugio Escuela" de Seville, en Espagne . 

    La somme peut paraître dérisoire face à l'énergie dépensée :  loin de là! C'est aussi - et peut-être principalement - le symbole de sensibilisation à la cause animale, de preuve de la volonté de tenter de faire changer les choses, mais aussi d'aider.

    Excellente nouvelle : pour l'année scolaire prochaine, l'école de devoirs de Cheratte Haut s'engage également à participer à l'opération!

    Marie adresse un grand "merci" à ses collègues de  primaire, de maternelle, aux dames des garderies, ainsi qu'à toutes les personnes extérieures à l'école :voisins, amis, commerçants (Sun Boulevard, Club sportifs, associations...) .

    thumbnail_IMG_6905.jpg

    Elle tient également à remercier Sébastien, le concierge, Christophe Nottet (qui est aussi l'auteur des photos) et Jean-Paul de "Pod and co" pour la prise en charge et le transport. 

    Vous faites de cette action une grande réussite ! Plus que jamais : L'union fait la force ! 

    (Pierre Neufcour avec Marie Fromont)

  • Maria LENNERTZ nous a quitté depuis plusieurs années mais le prix qui porte son nom est pérennisé !

     

    thumbnail_DSC_0025.jpg

                                                                                     Photo F. Papiernik                       

    Maria LENNERTZ : une petite femme qui ne payait pas de mine !

    Mais Mme Maria LENNERTZ était une grande femme qui a payé de sa personne dans la lutte contre l'envahisseur nazi.

    Résistante, elle fut arrêtée par l'occupant et incarcérée au camp de Ravensbruck spécialisé dans la détention des femmes.

    Revenue après la guerre, loin de se reposer sur son passé héroïque, elle a créé le prix qui porte son nom et qui récompense un élève de chaque classe de 6ème primaire de la Ville de Visé, de chacun des réseaux.

    Après son départ, le prix fut pérennisé car elle avait créé une donation dans cette intention.

    Les lauréats sont Lorenzo VANDORMAEL – Laura FERNANDEZ – Soline MAREE – Estelle GERARDY – Solène IACHETTA – Idriss VRIJENS – Amélie TROISFONTAINES – Ibtissam HAKIKI – Antoine JANSSEN – Florian LEGEAY – Léa FERON – Eythan BACZYNSKI – Aude COURTOIS – Eva JANSSENS – Hatice KARATAY – Mohamed ELMAKHLOUK – Mathéo DEBUISSON – Laure-Anne LETEHEUX – Gizem DINC

    Félicitations à tous les lauréats, ainsi qu'à leurs enseignants et aussi à leurs parents pour l'éducation civique qu'ils ont inculquée à leurs enfants.

     

    Marcel NEVEN

    Bourgmestre

     

  • Vendredi, la Ministre de l'Enseignement était chez nous

    DSC_5826.JPG

    Vendredi dernier, répondant à l'invitation de Patrick Willems, Echevin de la Famille et de la Citoyenneté, la Ministre de l'Enseignement Marie-Martine Schyns a rendu visite aux établissements scolaires visétois. 

    DSC_5791.JPG

    A l'Institut Saint-Hadelin, la ministre a assisté à un cours de langue française donné à des élèves de troisième année primaire à l'aide d'un tableau interactif (Ndlr : tous les "tableaux verts" ont été remplacés par des tableaux interactifs dans les différentes classes).

    DSC_5807.JPG

    Ensuite, en sixième année elle s'est intéressée au cours d'éveil. Lors de ce cours, les élèves se préoccupaient de la révolution industrielle. Par groupes, ils travaillaient sur divers projets : la locomotive à vapeur, la dynamite... tous projets choisis par les élèves eux-même et développés par l'intermédiaire de tablettes électroniques.

    DSC_5810.JPG

    L'Institut a fait l'achat d'une centaine de ces tablettes qui circulent de classe en classe selon las besoins. La Ministre s'est montrée "épatée par ce qui était déjà mis en place, alors que son cabinet n'est guère si avancé dans l'étude de réalisations de ce type".

    DSC_5823.JPG

    Passant ensuite au Collège Saint-Hadelin (même établissement mais destiné aux élèves du secondaire) Marie-Martine Schyns a pu se rendre compte du travail effectué par le groupe "Terra Viva" (voir encadré).

    DSC_5827.JPG

    Des élèves (des filles principalement), des enseignants et la direction se sont impliqués dans un projet consistant principalement à changer les habitudes de consommation des jeunes, et avec succès. Le groupe se réunit dans la classe d'informatique, selon les disponibilités de ses membres et des locaux, mais toujours hors des heures de cours. Il s'agit donc d'un véritable engagement social.

    DSC_5844.JPG

    Un bref apéro (la Ministre fêtait ses 40 ans) a été partagé, reprenant uniquement des produits sains : diverses boissons à base de jus de pommes et fruit secs.

    IMG_9240.JPG

    Direction ensuite Athénée Royal Visé où durant plus d'une heure, une table ronde regroupant 19 directeurs, préfets et proviseurs d'écoles des trois réseaux ont pu exposer, faire entendre leurs principales craintes et préoccupations pour l'avenir. En grande partie, ils ont reçu réponses et clarifications. 

    IMG_9266.JPG

    Enfin, la Ministre a assisté à un cours de néerlandais en classe d'immersion, donné lui aussi à l'aide de tablettes et a pu se rendre compte de la réalité du travail avec un tableau interactif dans une classe d'enseignement différencié.

    IMG_9274.JPG

    A l'issue de sa visite, la Ministre, ancienne enseignante, nous a confié qu'elle s'efforçait de se rendre "sur le terrain" tous les vendredis, afin de conserver le contact avec la réalité.

    DSC_5851.jpg

    Elle a également  souligné le dynamisme et l'implication des équipes pédagogiques des deux établissements où les projets foisonnent.

     

    Terra Viva:

    15590400_104768083356753_8285247389332571797_n.jpg

    Il s'agit d'un projet lancé en octobre 2016 soumis à un jury composé de membres de diverses O.N.G. La finalité de ce projet de développement durable, retenu par le jury, a pour finalité unique "Nourrir le monde". 

    C'est très bien, belles intentions, mais pourquoi pas commencer par modifier nous-mêmes nos habitudes de consommation en tentant de privilégier le bio et le local? 

    Dans ce cadre, suite à une première information proposée tant aux élèves qu'aux enseignants en juin 2016, pus de la moitié des enseignants ont spontanément marqué leur intérêt et leur adhésion, tandis qu'une vingtaine d'élèves se sont engagés.

    Deux "Teams" ont été crées : le Team Action qui propose, pense et agit pour faire changer les choses au sein même de l'école et le Team Communication qui se charge de faire passer les idées et sensibiliser les élèves et leurs proches à cette thématique.

    Les objectifs :

    • Provoquer un changement durable dans le comportement et la mentalité
    • Partir au maximum des idées des jeunes et les aider à les réaliser
    • Créer une citoyenneté active dans l'école.
    • Se centrer sur un seul thème pour éviter de se disperser et de se lasser.
    • Intégrer au maximum les infos dans les cours
    • Donner du sens, ancrer dans la formation et dans la vie
    • Axer les efforts sur la communication, la diffusion des idées dans et hors collège.

     

    Ce projet d'école est ambitieux MAIS possible ! Vivre une époque charnière est une chance et nous pouvons être à la hauteur.

     

    Pourquoi ce projet est-il important ?

    Nous nous demandons - sans cesse - quelle terre nous laisserons à nos enfants; mais ne faudrait-il pas également se poser la question "Quels enfants laisserons-nous à notre Terre?"

    "A l'école, nous formons les adultes de demain" explique madame Demarche  "et il est de notre devoir d'en faire des citoyens responsables du Monde."

     

    1er objectif atteint : la marche parrainée

    TerraViva - "Nourrir le monde" - donne la priorité aux circuits courts, aux producteurs locaux, à l’alimentation saine et à l’agriculture bio ou raisonnée et à une rémunération juste des producteurs.

    C'est pourquoi, au menu, cette année sont proposés des sandwiches “nouvelle génération” accompagnés de jus de pomme et d'eau. Dans le même esprit, ces boissons ont été distribuées en cubis pour limiter les déchets : les élèves devaient donc emporter leur gobelet.

    "Afin de mener à bien nos actions, nous avons mis en vente des crayons TerraViva" nous dit encore la jeune enseignante. "Ces crayons, produits durablement, vous réservent une petite surprise : une GRAINE... une fois votre crayon usé, vous pouvez le planter et obtenir un plant de basilic, tomate-cerise ou tournesol."

    Le bénéfice intégral de cette journée a été entièrement dédié aux projets portés par TerraViva, en fonction des choix réalisés par les élèves et les professeurs. L'an prochain, l'équipe se tournera vers le soutien à un projet d'agriculture paysanne dans un pays du Sud.

     

    16 décembre 2016

    Le projet remporte l'appel lancé par l'organisme "Annoncer la couleur".

     

    10 mars 2017

    Visite de Mgr Ramazzini au Collège ce vendredi 10 mars, évêque du Guatemala, témoin partenaire d'Entraide et Fraternité

    Il est invité par l'équipe TerraViva pour un souper-échange . Ce témoin privilégié du Sud. qu'est Mgr Ramazzini est très engagé auprès des paysans. Il est donc acteur de transition, notamment par le soutien de projets d'agriculture familiale et biologique qui est très présente et est la seule source d'avenir pour les paysans du Sud confrontés à l'agriculture intensive et mondialisée. Donc aussi de la nécessaire et incontournable transition pour relever les enjeux sociaux, économiques, écologiques et humains,..

    Son engagement et son action rejoignent et peuvent nourrir le projet TerraViva que nous portons dans notre école : nourrir le monde, travailler à la transition, initier des projets d'alimentation plus saine, locale, biologique...

    Cette rencontre s'est montrée riche en échanges, permettant de partager le projet avec lui et d'entendre ce que lui-même pouvait envoyer comme message du Sud.

    Mai 2017

    Début du grand test "live"... Deux jours par semaine, les jeudis et vendredis, vente de nouveaux sandwiches "bio", garnis de produits locaux, d'origine de circuits courts, etc... Tous les jours à la récréation, vente de raisins secs, amandes, noix, noix de cajou, cacahuètes grillées...

     

    27 mai 2017

    Participation au Salon "Visez les alternatives" à Visé le samedi 27 mai 2017 de 14h à 18h.

    (Concernant l'utilisation de produits bios ou locaux, les sandwiches sont fabriqués dans une boulangerie bio de Visé, le jambon provient d'un producteur de Blegny, le fromage, lui, vient de Soumagne...) 

    De nombreux enseignants se sont montrés intéressés par ce projet, et en ont profité pour l'utiliser dans la pratique. Ainsi, c'est dans le cadre du cours de socio que l'étude de marché a été réalisée : sont-ils demandeurs? Que souhaitent-ils? En math, on s'est chargé du calcul des statistiques et en économie, on a déterminé le seuil de rentabilité tout en tenant compte des prix d'achat et des moyens des élèves. Quasiment toute l'école s'est ainsi retrouvée autour de "Terra Viva"

    Actuellement, une étude est en cours pour remplacer les distributeurs de "sodas" par d'autres boissons. Des fontaines à eau seront installées, mais il ne faut pas négliger que les "sodas" sont une source de revenus pour l'école. Dès lors, comment procéder?

    (Nous tenons à remercier particulièrement madame Céline Demarche pour les précieux renseignements qu'elle nous a fournis) P. Neufcour