Environnement

  • Visé : les élèves ont décidé de diversifier les plantations du parc des Libellules

     

    fullsizeoutput_14e0e.jpeg

    Ils n'étaient pas 13 à tables, mais 13 jeunes "planteurs" ce 29 novembre dans les sentiers du parc des Libellules à Visé.

    Ces 13 jeunes, ce sont les élèves des classes de Madame Brigitte Malherbe et Monsieur Stephane Vrancken, ont décidé de s’engager, avec l’ASBL Sentiers.be, dans un projet « Chemins au Naturel ».  A l'initiative de madame Maherbe, ils se sont investis  en faveur de la biodiversité locale : ils ont décidé de replanter  de jeunes plants de haie sauvage, d’arbustes fruitiers,…

    Les enfants et leurs enseignants se sont ainsi retrouvés, pelle en main, pour effectuer les travaux. La Ville de Visé était bien entendu partie prenante de ce projet, les ouvriers communaux avaient préalablement préparé le sol et étaient prêts à les assister pour les tâches les plus lourdes.

    fullsizeoutput_14e0c.jpeg

    Ce n’est pas leur premier jour de travail sur ce chemin et certainement pas le dernier ! En effet, les élèves seront officiellement « parrains » de ce lieu qu’ils adopteront pour en préserver et en améliorer la biodiversité. Leur engagement sera formalisé avec la Commune de Visé par la signature d’une charte d’adoption. D’ici la fin de l’année scolaire, les enfants compléteront leur travail par d’autres aménagements : semis d’une bande fleurie, création de nichoirs, tas de bois et de pierres destinés à servir d'abris pour les animaux...

    Le prochain rendez-vous est fixé fin d’année scolaire. Les élèves inaugureront leurs aménagements et présenteront leur travail et les panneaux didactiques installés le long du chemin. Un bon moyen de sensibiliser un plus large public. Une belle initiative où les enfants se feront ambassadeurs de la nature.

    L’action « Chemins au naturel », initiée par Sentiers.be, ASBL de promotion des chemins et sentiers a pour objectif de mettre en avant le rôle moins connu de refuge et de couloirs écologiques des chemins et de donner l’occasion aux enfants d’agir pour la biodiversité. Chaque année, Sentiers.be accompagne les élèves d’une dizaine d’écoles à qui elle offre des animations, un suivi et le matériel nécessaire pour mener à bien un beau projet : des nichoirs prêts à monter, des graines, des fruitiers…

    "Je suis chargée des cours de citoyenneté" nous explique Brigitte Malherbe, "et c'est dans le cadre de ce cours que j'ai proposé le projet. Monsieur Vrancken et ses élèves s'y sont directement associés".

    Comme vous pouvez le constater, ils ont été enchantés d'y participer. (P. Neufcour)

  • Distribution d’arbustes mellifères par Visons DEMAIN et Ecolo

     

    thumbnail_Visuel mellifères.jpg

    Ce samedi 24 novembre, de 10h à 12h, Place de la Collégiale à Visé.
     
    Pendant la semaine de l’arbre, Visons DEMAIN se joint à Ecolo pour vous offrir un arbuste mellifère. Pourquoi des mellifères? La disparition des abeilles figure parmi les menaces les plus inquiétantes qui pèsent sur notre environnement. Les abeilles sont essentielles à la pollinisation qui permet aux plantes de se reproduire et, à terme, de fournir la population en fruits et légumes jusqu’à la fin de la saison et de les fidéliser.
     
    Pour venir en aide aux abeilles et autres pollinisateurs et leur fournir de la nourriture jusqu’à la fin de la saison, la création d’habitats avec des plantes mellifères et nectarifères est la manière la plus adéquate. Notre choix s’est porté sur le cornouiller sanguin, l’amélanchier et le viorne obier.
     
    Visons DEMAIN et Ecolo auront le plaisir d’offrir 200 arbustes (un par personne) dans une ambiance sympathique et conviviale.
    Bienvenue à tous!
    (Communiqué)
  • 1.250 tonnes de chaux vive dans le canal Albert à Lanaye

    B9717512689Z.1_20181106185335_000+G6CCC4T2N.1-0.jpg

    Selon le directeur des voies hydrauliques, la barge aurait coulé dans la nuit de samedi à dimanche. Elle était amarrée lorsque, pour une raison inconnue, elle a sombré. L'écluse a été fermée afin d'éviter au maximum la propagation de cette "pollution chimique". Et il faudra un certain temps avant que toute cette chaux vive ne devienne de la chaux morte!
     
     
    Dès dimanche, tous les services compétents étaient sur place, mais il n'y avait pas grand'chose à faire. Notons que la vapeur d'eau qui se dégage ne constitue absolument aucun danger pour la santé.
     
    Hier, la décision d'amener une barge équipée d'une grue a été prise. Venant d'Anvers, cet engin devrait arriver sur place aujourd'hui dans la matinée. Toute la difficulté de l'opération va constituer à renflouer la barge sans libérer les centaines de tonnes de chaux vive se trouvant toujours à bord.
  • Richelle : l'urbanisation continue

     

    42985453_700412503663271_3875927098073808896_o (1).jpg

    © Photo D.R.

    L’Association de Protection du Chemin de Richelle a été récemment créée par des riverains de ce chemin reliant Richelle et Visé sur la crète de la falaise. Ce chemin représente un lieu champêtre apprécié des promeneurs mais menacé depuis des années par l’urbanisation. Après une première maison construite en 2007, c’est maintenant une seconde construction qui est en cours. Alors que le collège communal avait pourtant marqué un refus, c’est l’accord du Ministre de l’Urbanisme Carlo di Antonio qui a mené à cette construction. Le collège renonçant à s’opposer à cette décision ministérielle, ce sont des riverains réunis en association qui ont sollicité un bureau d’avocats spécialistes. Après s’être assuré que cette action avait des chances d’aboutir, un recours au Conseil d’Etat a été introduit par ce bureau.

    Cette saga fait suite à une enquête publique présentée en 2017 pour un projet d’un quartier de 26 habitations avec une voirie pré-financée par la Ville de Visé. Dénoncé par des centaines de personnes, ce projet avait alors été mis au frigo par le collège communal.

    L’objectif de l’association n’est ni politique, ni en opposition aux propriétaires des terrains bordant le chemin. Le Conseil d’Etat, composé de magistrats, est ici sollicité pour juger de la légalité de la procédure ayant conduit à l’octroi du permis. Si les politiques se déclarent volontiers opposés à l’urbanisation du chemin, cette nouvelle construction montre que des actions concrètes et légales pour clarifier cet imbroglio sont absolument nécessaires. L’engagement de l’association est cependant une action aussi courageuse que couteuse. Tout soutien financier est donc bienvenu sur le compte

    0489/886.834

    L’association propose différents moyens pour suivre l’évolution de cette action et pour les soutenir :

    Cheminderichelle@gmail.com

    https://cheminderichelle.wixsite.com/accueil

    https://www.facebook.com/asprocheri/