Environnement

  • Richelle : l'urbanisation continue

     

    42985453_700412503663271_3875927098073808896_o (1).jpg

    © Photo D.R.

    L’Association de Protection du Chemin de Richelle a été récemment créée par des riverains de ce chemin reliant Richelle et Visé sur la crète de la falaise. Ce chemin représente un lieu champêtre apprécié des promeneurs mais menacé depuis des années par l’urbanisation. Après une première maison construite en 2007, c’est maintenant une seconde construction qui est en cours. Alors que le collège communal avait pourtant marqué un refus, c’est l’accord du Ministre de l’Urbanisme Carlo di Antonio qui a mené à cette construction. Le collège renonçant à s’opposer à cette décision ministérielle, ce sont des riverains réunis en association qui ont sollicité un bureau d’avocats spécialistes. Après s’être assuré que cette action avait des chances d’aboutir, un recours au Conseil d’Etat a été introduit par ce bureau.

    Cette saga fait suite à une enquête publique présentée en 2017 pour un projet d’un quartier de 26 habitations avec une voirie pré-financée par la Ville de Visé. Dénoncé par des centaines de personnes, ce projet avait alors été mis au frigo par le collège communal.

    L’objectif de l’association n’est ni politique, ni en opposition aux propriétaires des terrains bordant le chemin. Le Conseil d’Etat, composé de magistrats, est ici sollicité pour juger de la légalité de la procédure ayant conduit à l’octroi du permis. Si les politiques se déclarent volontiers opposés à l’urbanisation du chemin, cette nouvelle construction montre que des actions concrètes et légales pour clarifier cet imbroglio sont absolument nécessaires. L’engagement de l’association est cependant une action aussi courageuse que couteuse. Tout soutien financier est donc bienvenu sur le compte

    0489/886.834

    L’association propose différents moyens pour suivre l’évolution de cette action et pour les soutenir :

    Cheminderichelle@gmail.com

    https://cheminderichelle.wixsite.com/accueil

    https://www.facebook.com/asprocheri/

  • Visé : 37.000 tonnes de déchets vont être évacués

    fullsizeoutput_3e9.jpeg

    Bonne nouvelle pour les riverains de la société SAREC située quai des Fermettes à Visé, sur l’ancien site de Navagne.

    Cette société, spécialisée dans le recyclage et le traitement des déchets, a stocké, durant l’année 2017, 37.000 tonnes de sable, de déchets de construction mais pas seulement. Car de nombreux riverains ont subi d’importantes nuisances olfactives. « La composition de ces déchets n’était pas conforme aux conditions du permis unique, valable jusqu’en 2036, dont disposait SAREC. Le Collège communal n’a pas ménagé ses efforts pour mettre un terme à ces nuisances, notamment en modifiant le permis de façon restrictive et en le limitant au traitement de déchets inertes », explique le bourgmestre de Visé, Marcel Neven. SAREC a introduit plusieurs recours mais un ordre d’évacuation de ces déchets a été donné en décembre dernier par le Département de la Police et des Contrôles de Wallonie.

    Or, ces déchets sont toujours présents. Et en juillet dernier, le Collège visétois a refusé une nouvelle demande de permis unique qui prévoyait notamment la construction d’un hall de 8.000 m2 pour le traitement des déchets.

     

    SAREC REPRIS PAR MAES

    Bonne nouvelle pour les riverains. La société SAREC vient d’être rachetée par la sprl Yves Maes, spécialisée dans la gestion des déchets de construction, qui reprend à son compte le permis de SAREC en vigueur. « Il lui appartient de mettre fin aux infractions de l’exploitant précédent. Nous avons rencontré récemment les représentants de la sprl Maes qui ont déclaré qu’ils n’iraient pas en recours contre le refus de permis par le Collège. Et ils se sont engagés à évacuer les déchets litigieux. Ils ont entamé une procédure européenne complexe de transfert international de déchets qui seront traités aux Pays-Bas », se félicitent Marcel Neven et l’échevin Luc Lejeune. Plus que quelques mois de patience pour les riverains qui seront débarrassés de ces déchets, sous le contrôle du Collège. - (Marc Gérardy)

  • Marche anti-nucléaire le dimanche 26 août 2018

    startseite_about2.jpg

    En 2017, 50.000 personnes se tenant la main avaient formé une chaîne humaine entre Tihange, Liège, Visé, Maastricht et Aachen afin de demander la mise à l'arrêt du réacteur fissuré Tihange 2, réacteur considéré comme une menace pour les habitants de l'Eurégio.

    Cette année, deux jeunes participants ont décidé de "remettre le couvert". Le 13 juillet 2018, la pétition qui a accompagné les manifestations des trois dernières années a abouti sur le bureau de monsieur Hardeman, le nouveau patron de l'Agence Fédérale de Contrôle nucléaire. Drei Rosen Initiative, WISE Amsterdam, 11-maartbewegging et Nucléaire Stop Kernenergie lui ont fait parvenir les 500.000 signatures de la pétition demandant la fermeture de Tihange 2 et Doel 3.

    Selon ces associations (et bien d'autres groupes de citoyens), le monde nucléaire et les autorités administratives paraissent sourds au mécontentement et à l'inquiétude des citoyens qui vivent sous le vent des centrales. Les cuves de ces réacteurs ne correspondent plus aux normes en vigueur et le béton des bâtiments qui doivent confiner un accident n'est plus contrôlé.

    L’action Walk-off Tihange, une initiative de l’Aktionsbündnis gegen AKW Aachen (AAA) est soutenue par une large gamme d’associations locales et nationales : ACTE (comité local à Huy), COBAN (comité local à Blegny), Nucléaire Stop Kernenergie, Greenpeace Belgium et Aachen, ECOLO Kelmis/La Calamine.

    En une seule journée, des marcheurs aguerris rejoindront Tihange à Aix-la-Chapelle en passant par Liège, manifestant ainsi de façon très sportive pour la fermeture de la centrale atomique de Tihange.
     – Distance totale : 75,95 km (dénivelé positif : 927 mètres).
     – Départ à 4 h, arrivée prévue à 18 h 45.
     – Vitesses prévues : de 5,3 à 5,7 km/h selon les portions.

    Rendez-vous vers 09h00 devant la gare des Guillemins à Liège pour rencontrer des marcheurs et les organisateurs.

    (P. Neufcour)

     

      

  • Lanaye : le Jardin en folie

    aout2018-02.jpg

    Le 2 septembre 2018, l'ASBL "Les Z'amis de Zoé" vous propose de participer à l'opération "Le jardin en folie.

    Rendez-vous à partir de 11h00 au centre Zoé Vie, au pied de la rampe du pont (lieu-dit le viaduc).

    Vente de légumes 100 % bios, bar, petite restauration, animations diverses, une boisson "nature"  offerte à chaque

    participant. (Communiqué)