Faits divers

  • Visé : ils perdent une roue sur l'autoroute

    DSC_7758.JPG

    Peu avant 22h00 ce soir, un petit utilitaire Ford immatriculé en Irlande a vu sa roue avant gauche se détacher. Le conducteur a perdu le contrôle de son véhicule qui est allé heurter violemment la berme centrale. D'après les éléments en notre possession le véhicule était occupé par un couple de gens du voyage et trois enfants. Ces derniers, qui avaient pris place sur un siège fixé au plancher à l'aide de ceintures, ont été blessés et conduits à l'hôpital. Quant au conducteur, il a disparu et aurait rejoint un camp de gens du voyages situés à proximité.

    DSC_7759.jpg

    La roue avant-gauche ne tenait plus que par un seul boulon.

    DSC_7761.JPG

    La "banquette" arrière plus ou moins fixée par une ceinture

  • Visé : gros émoi ce matin rue de Jupille

    DSC_7748.JPG

    Aux environs de 8h30 ce matin, les habitants de la rue de Jupille, dans le quartier de Souvré, ont été surpris par un bruit très fort de fracas venant de l'extérieur. Nombreux sont ceux qui sont sortis afin de voir ce qu'il venait de se passer. 

    Un camion Man de la société Koziel, tractant une remorque chargée d'une grue sur roues est sorti de la propriété n° 51 (anciens établissement Dossin) où les véhicules sont entreposés depuis 17 ans. Pour une raison qui reste à déterminer, le bras de la grue n'était pas dans sa position la plus basse, ce que n'a pas remarqué le chauffeur. Le camion est passé sans encombre mais la le bras de l'engin de chantier a accroché et arraché le linteau qui soutenait la porte et qui était fixé au mur de l'habitation. Comme le montre les photos, les dégâts sont très importants. Le risque d'effondrement étant réel, la circulation a été interrompue et déviée. Deux ouvriers se trouvaient à bord de la camionnette blanche sur laquelle des débris sont tombés. Ils n'ont pas été blessés.

    DSC_7753.JPG

    La police de la Zone Basse-Meuse est chargée des constats.

    (Texte et photos P. Neufcour)

  • Que s'est-il passé hier en soirée dans le ciel de la Basse-Meuse ?

    570f965b35708ea2d4891855.jpg

    Hier en fin d'après-midi et en début de soirée, la quiétude du ciel de la Basse-Meuse a été troublée par de nombreux survols d'un hélicoptère.

    Que s'est-il passé?

    Une bande de voleurs, probablement d'origine roumaine a été surprise sur le site d'Arcelor Mittal à Chertal. Ils ont bien évidement pris la fuite. Un important dispositif policier a été mis en place pour tenter de les intercepter, et c'est dans ce cadre qu'il a été fait appel en renfort à un hélicoptère de la Pol Fed. C'est donc le bruit de cette machine qui vous a intrigué. A l'heure où nous écrivons ces lignes, le résultat des recherche ne nous est pas connu.

    10h00 : nous apprenons que quatre individus de nationalité roumaine ont été interceptés

     

  • Basse-Meuse : quatre policiers blessés par un homme déchaîné

    000198.jpeg

                                                                                   Photo : GSV

    Il était environ 13h50 hier, lorsqu'une habitante d'Oupeye a appelé la permanence de police de la Basse-Meuse. La victime expliquait qu'elle venait de recevoir des coups de la part de son papa qui venait de "pèter un cable". La maman aurait voulu s'interposer et aurait également reçu des coups.

    Immédiatement Deux équipes de 2 inspecteurs se sont rendus sur place, Voie de Liège. Là, les policiers se sont trouvés en face d'un homme déchaîné, particulièrement violent, qui s'est empressé de s'en prendre physiquement à eux. L'individu a été maîtrisénon sans mal puisque les quatre policiers ont été blessés à des degrés divers durant l'intervention. Ils ont été vus par un médecin et subissent tous les quatre une incapacité de travail de 10 jours. Quand à l'auteur des faits, il a été emmené à l'hôpital pour examen mais il ne portait pas de trace de blessure. Averti, le Magistrat de garde a privé l'homme de 57 ans de sa liberté. Il a été déféré devant les autorités judiciaires ce matin.

    Les hommes de la zone de police Basse-Meuse étant impliqués, c'est la police de Herstal qui s'est chargée de l'enquête.

    Une fois encore, nous pouvons constater que les citoyens se montrent de plus en plus violents envers ceux qui ont pour mission de veiller à leur sécurité. Le respect envers les forces de l'ordre semble bien loin... Il faudrait peut-être revoir la formation des hommes sur le terrain. Les académies de police ont semble-t-il, tendance à privilégier le volet "social" dans la formation des jeunes policiers au détriment des techniques "d'intervention", là où il faut manifestement avoir été entrainé à gérer le violence de manière plus "physique"...

    (P. Neufcour)

     

     

  • Bassenge : un "Fort Chabrol" qui a duré toute la nuit

    Fort Chabrol rue Nouwen, 11 à Bassenge, au coin de la rue de l’Hospice, ce vendredi à minuit. Un père de famille de 49 ans s’est retranché seul à son domicile avec des armes blanches. Il s’est montré menaçant et il semble qu’il voulait se suicider et être abattu par les forces de l’ordre qu’il disait « attendre de pied ferme ». C’est finalement une équipe  des unités spéciales de la police fédérale qui a donné l’assaut ce samedi matin vers 7h. L’homme a été arrêté puis entendu par la police. Personne n’a été blessé durant cette intervention, L’homme devait être déféré devant la juge d’instruction. Il ne supportait pas la rupture annoncée par son épouse il y a un mois après 27 ans de vie commune. Toute sa famille est sous le choc.