Histoire

  • Aline Wilmet : "De la pierre au chantier"

    tumblr_p4hvrgeqGL1rjrvmto1_540.jpg

    Aline Wilmet, doctorante en Histoire de l'art et Archéologie à l'université de Namur sera présente à Visé ce vendredi 18 mai à 20H. Elle viendra nous parler de l'histoire des pierres sculptées de la vallée de la Meuse. Et il en faut, du talent, pour faire parler des pierres! 

    Si vous désirez connaître quelles informations sur le passé et sur nos ancêtres, des siècles après avoir été sculptées, ces pierres peuvent nous apprendre, rendez-vous  à la salle n° 5 du Centre culturel, rue du Collège 31. Attention : entrée par la rue de la Chinstrée. P.A.F 4 € (3€ pour les membres). 

     

     

  • Demain à 20h20, la RTBF diffusera le film "Enfants du Hasard" tourné à Cheratte.

    Le mercredi 9 mai à 20h20
    RTBF - LA UNE
    Rediffusion sur    La Une le samedi 12 mai à 08h50 – Sur La Trois le 17/05 à 10h30 – le 21/05 à 23h45 et le 24/05 à 13h30
     
     
     
     

    Nous avons le plaisir de vous annoncer la première diffusion en télévision du film


    ENFANTS DU HASARD

    de Thierry MICHEL & Pascal COLSON
    Un documentaire co-produit par la RTBF

    Le mercredi 9 mai à 20h20
    RTBF - LA UNE
    PRIX INTERNATIONAUX

    . FIPA (Biarritz) prix du jury des jeunes européens
    . Festival2Valenciennes : grand prix du documentaire et prix du jury étudiant
    . IRTS (Nancy) : mention du jury
    . Watch Docs (Varsovie) prix Marek Nowicki
    « Une ode à la vie racontée par les enfants. »
    Bruno Boutsen
     - La Libre Belgique


     « Un pur bonheur ... une vraie réussite »
    Nicolas Crousse 
    - Le Soir

         
    « Un documentaire bouleversant. »
    Aurélie Drion
     - La Meuse


    « Un vrai beau film »
    L’Avenir
         
    « L’intelligence de ce fllm magnifique »
    Sylvestre Sbille - L’Echo 
     
    « Une sarabande colorée et gorgée de vie. » 
    Dany Habran - Journal des Grignoux
       
    « Révélateur et émouvant, un rempart contre 
    tous les replis identitaires »  
    Juliette Goudot - Moustique

    « Madame Pirlet, l’institutrice qui crève l'écran »
    Philippe Bodeux
     - Le Soir


    « La parole de futurs citoyens avec leur rêves de bonheur. Un beau travail …»
    Karin Tshidimba
     - La Libre Belgique


    « Un théâtre chatoyant de vie, de passion, 
    et d’espoir en l’avenir. Une réussite magnifique. »
    Cinestan
     – Alain Berenboom


    A ne pas manquer le mercredi 9 mai à 20h20 sur La Une
    « Enfants du hasard » : 

     de Thierry Michel et Pascal Colson 
    un documentaire coproduit par la RTBF 
    Après une sortie en salles couronnée de succès il y a un an et plusieurs prix remportés sur la scène internationale, La Une nous propose de découvrir en prime time ce très beau film qui suit une année scolaire d’enfants dans une petite école de la région liégeoise. Petits-enfants de mineurs pour la plupart, majoritairement musulmans et d’origine turque, ils terminent leur cycle de primaire avec Brigitte, leur institutrice bienveillante. Véritable ode à la vie, ce documentaire révèle leurs espoirs et leur vision du futur. 

    Il nous emmène dans une école primaire de Cheratte, une petite cité minière située en province de Liège. Dans la petite école communale à discrimination positive, Brigitte, institutrice de 5e et 6e primaires qui a 30 ans d’expérience, prépare avec enthousiasme et bienveillance ses jeunes élèves à s’épanouir dans un monde en mutation. Partant de leur propre histoire, elle retrace avec eux le parcours de leurs grands-parents, qui ont quitté leur pays d’origine pour travailler dans la mine de Cheratte, le " charbonnage du hasard ".

    Nous suivons cette année scolaire charnière pour ces élèves qui vont bientôt quitter le cycle primaire et leur petite école.  Le film met en lumière la manière dont les enfants cherchent à se construire et à donner un sens à leur vie. Il saisit leurs doutes et leurs réflexions lors des attentats terroristes et face au harcèlement sur les réseaux sociaux. Ode à la vie, narré par la voix des enfants, ce documentaire capte la spontanéité, le plaisir d’être, la fin d’un temps d’insouciance avec ses fragilités. Le film tisse ainsi les liens entre passé, présent et futur et dessine un sens du bonheur possible, au sein de l’école et de la société.

    Le film a déjà rassemblé plus de 10.000 spectateurs en salles. Sélectionné plusieurs fois dans des festivals internationaux, il a été doublement primé cette année à la fois au FIPA de Biarritz et au 8ème Festival de Valenciennes où il a décroché le Grand Prix du documentaire.

    Production : Les Films de la Passerelle / la RTBF / WIP Wallonie Image Production

    Rediffusion sur La Une le samedi 12 mai à 08h50 – Sur La Trois le 17/05 à 10h30 – le 21/05 à 23h45 et le 24/05 à 13h30

  • DIMANCHE 6 MAI A 15H : VISITE DU MUSEE : L’ARMEMENT DU SOLDAT ENTRE 1940 ET 1945 par Jean-Marie Levo

     870158_1.jpg

    Le fusil est le meilleur ami du soldat ! Qui donc n'a pas entendu cet adage ? Bien sûr, si la silhouette du militaire en opération a, au cours des siècles, beaucoup évolué, deux éléments de son harnachement restent constants. Tout d'abord, son armement individuel qui l'accompagne en toute circonstance : fusil, avec sa baïonnette, mitraillette…, mais aussi, revolver et pistolet.

    Depuis la Grande Guerre, le soldat est casqué. Cet attribut personnel renforce, pour longtemps encore, l'image du militaire en arme. La deuxième Guerre mondiale est une des périodes les plus riches en armement individuel divers, belge et étranger, dont notre musée possède quelques exemplaires. Nous allons donc, au cours de notre visite, en découvrir quelques-uns. Participation libre.

     Et surtout, bloquez dans vos agendas le week-end des 19 et 20 mai avec le Printemps des Musées de 7 musées visétois. (Communiqué)

  • La Résistance en Basse-Meuse

    fullsizeoutput_fd26.jpeg

    (Photo : la carte de résistante de ma maman. P. Neufcour)

    LA RESISTANCE EN BASSE-MEUSE

    Il y a plus de 75 ans, les réseaux de résistance se mettaient en place en Belgique.

    Le musée régional de Visé a réalisé un panorama des principaux résistants en Basse-Meuse (de Herstal à Visé en passant par Oupeye, Visé, Dalhem, Blegny et Fouron) . Ceux de l’entité de Bassenge ont été particulièrement bien notés dans les livres coordonnés par Lucien Van Stipelen.

    Un numéro des notices visétoises (fin 2016) a passé en revue les résistants de notre région. Nous avons également investi sur un site internet, annexé au site du musée de Visé  (www.museedevise.be) et qui peut se trouver facilement en tapant « resistanceenBasse-Meuse.be » Celui-ci est illustré par un petit film sur le sacrifice des Résistants à la libération de septembre 1944.

    Ce site vient de s’enrichir d’une notice sur le dernier bourgmestre de l’ancien Cheratte, Marcel Levaux, jeune résistant à Cheratte et récrite par Jean-Marie Theunissen. Celui-ci sera bientôt commémoré à Cheratte. D’autres notices devraient enrichir  ce site. Nous faisons appel a tout qui aurait des renseignements sur un membre de sa famille ou un ami, membre de la résistance. Nous réitérons notre appel lancé il y a quelques semaines pour les souvenirs que vous auriez sur les visites domiciliaires opérées par la Gestapo ou tout autre service de collaboration belge pendant la 2e guerre  (recherche par l’occupant de juifs cachés, de jeunes réfractaires, de résistants, de déserteurs, d’évadés…..) dans notre région. Une seule adresse museedevise@skynet.be ou au n° 0495-496391

    Dernier point : une série de manifestations (conférences, visites, animations et commémorations mémorielles) seront organisées par le musée regional à partir du 20 avril  (les 20,25, 27,28 avril et les 6 et 7 mai)

    LE MUSEE REGIONAL DE VISE

  • Conférence au Musée Archéo-Historique de Visé

    thumbnail_campagne.jpg

    CYCLE SUR LA 2E GUERRE MONDIALE

     

    VENDREDI 20 AVRIL A 20H (salle n° 5) CONFERENCE PAR THIERRY MARTHUS

    « LA CAMPAGNE des 18 JOURS DE MAI 40 » 

    "Alors que les Français et les Anglais pensaient pouvoir arrêter toute offensive allemande en Belgique  dès le premier jour de l’invasion, ils sont rapidement confrontés à l’une des opérations militaires les plus audacieuses de toute l’histoire de la guerre, celle qui va mettre la France à genoux en un peu plus d’un mois de combats."

    C’est ce fameux coup de faux de Sedan dont traitera cette conférence mais aussi de la façon dont les Belges ont tenté de résister à un envahisseur résolu et doté d’un armement nettement supérieur au leur. Depuis Eben-Emael jusqu’à la Lys, c’est toute la campagne des 18 jours qui sera ainsi retracée.

    Paf de 4 € et réduction à 3 € (pour le membre)