Humour

  • L'interview surréaliste de Claude Potiquet-Tchantchès

     

    DSC_6783.jpg

    Exclusif : interview de Claude Potiquet, contre-expert en contre-terrorisme

    Blog Visé :  Claude Potiquet, merci d'avoir accepté de répondre à nos questions en cette période particulièrement trouble au point de vue de la météo nationale.
    Claude Potiquet : Ne me remerciez pas, vous sourirez moins lorsque vous recevrez ma note de frais.
    B.V. : Sur la chaîne privée belge, les téléspectateurs ont l'habitude de vous entendre raconter un peu n'importe quoi, il faut bien le dire. Quelles sont vos aptitudes réelles à exercer cette profession?
    C.P. : Eh bien, honnêtement, je n'en ai aucune, je me suis auto-proclamé expert, et pour les téléspectateurs de Belgique, cela suffit largement!
    B.V. : Vous êtes né en Belgique, vous avez opté pour la nationalité française et vous avez surtout opté pour l'accent…
    CP : Evidemment, lorsqu'on veut se donner de l'importance, il vaut mieux se présenter comme un citoyen d'une grande nation que comme un habitant d'un petit pays divisé par des querelles politiques et linguistiques idiotes tout en étant le champion du monde du nombre de politiciens véreux au mètre carré!
    B.V. : Là, on peut comprendre votre opinion! Vous aimez mettre en exergue le fait que vous avez été "un espion" comme vous le dites, vous auriez donc travaillé pour la DGSE française? C'est une annonce étonnante, lorsque l'on sait que les véritables hommes de l'ombre préfèrent y rester, et ne font pas état dans la presse de leur profession!
    C.P. Eh bien oui! Moi j'aime dire que j'ai été espion, si je ne le dis pas moi-même personne ne le saura! Et puis, j'estime que ce "profil" ne peut qu'augmenter la crédibilité de mes propos.
    B.V. : Vous avez débuté votre carrière comme journaliste free-lance, pourquoi ce changement de cap?
    C.P. : Eh bien c'est simple! Je me trouvais en Pologne afin de me documenter sur le présumé alcoolisme des citoyens de ce pays et mes "papiers" ne trouvaient pas de rédactions intéressées. C'est alors quel j'ai été contacté par un membre du personnel de l'ambassadede France. Il m'était demandé d'essayer de trouver la meilleure vodka au meilleur prix pour une réception que l'Ambassadeur allait donner. Après moultes "cuites", j'ai enfin trouvé la marque (qui de plus était la préférée du Président polonais de l'époque) et j'ai communiqué le résultat de mes recherches à mon contact à l'ambassade.
    B.V. : C'est donc ainsi que vous êtes entré dans "le monde du renseignement"?
    C.P. : Tout à fait! Il m'a ensuite été demandé de trouver des jeunes femmes pas trop farouches, à un tarif honnête, pour satisfaire les désirs de certains invités de marque! J'ai aussi fourni de nombreux renseignements qui m'étaient demandés : les prix des trams à Varsovie, les horaires des trains, etc
    B.V. : Une fois rentré en France, vous avez décidé de créer votre propre agence de renseignements privée, et vous vous êtes auto-proclamé "contre-expert en contre terrorisme" De quelle manière avez-vous procédé pour faire admettre vos propos comme crédibles?
    C.P. : Eh bien j'ai visionné de nombreuses interventions télévisées de vrais professionnels, et je me suis dit qu'il n'était pas difficile de se faire passer pour l'un d'eux.
    B.V. : Comment cela? Expliquez à nos lecteurs la technique que vous appliquez…
    C.M. : Eh bien c'est très simple. J'ai tout d'abord commencé sur les réseaux de communication grand public en certifiant après chaque attentat commis que je l'avais annoncé, que j'avais été le premier à mettre le monde en garde. Après quelques communications de ce genre, j'ai été contacté par un responsable de l'information de la chaîne de télévision privée belge, qui me demandait d'apporter mon témoignage dans leurs journaux télévisés. En France, aucune chaîne ne s'était montrée intéressée par mes publications, normal puisqu'ils savaient qui j'étais en réalité. Puis de fil en aiguille, je me suis imposé comme LE spécialiste de la question pour cette chaîne. Vous savez, n'importe qui peut prédire qu'il y aura encore des attentats dans le monde, sur tous les continents, et que la guerre contre le terrorisme sera longue encore! Mais cette évidence n'apparaît pas toujours aux yeux de certains téléspectateurs, alors entre nous, j'en profite, et j'augmente mes honoraires à chacune de mes prestations. Tiens, je vais vous faire une annonce en priorité : je prévois la possibilité d'attentats imminents en Espagne, plus précisément en Catalogne. Et ça, je suis le seul à le prévoir!
    B.V. : Mais Claude Potiquet, ils ont eu lieu Il y a plusieurs jours déjà !
    C.P. : C'est bien ce que je vous disais, une fois de plus, j'étais le seul… à l'ignorer.
    B.V. : L'anti-terrorisme n'est pas la seule spécificité de votre agence de renseignements, je crois?
    C.P. : Non bien sûr! Mes collaborateurs mais surtout moi, fournissons des renseignements de tous types : demandez-nous quelle sera la température en Ukraine à une certaine date, et nous pourrons vous affirmer que si elle n'est pas négative, c'est parce que elle est positive! Vous voulez savoir si il pleuvra sur Paris la semaine prochaine? Très simple également : si il ne pleut pas, il fera sec! Quelles sont les heures d'ouvertures de la mairie de Cucugnan? Les bureaux sont accessibles au public en dehors des heures de fermeture! Encore plus simple, et là je suis catégorique : les horaires des trains de la dorsale wallonne seront -ils respectés cette semaine? Dans ce domaine je peux vous affirmer avec 100 % de certitude qu'il y en aura plusieurs en retard!
    B.V. : Claude Potiquet, merci de nous avoir accordé du temps pour répondre à nos questions et avoir éclairé nos lecteurs sur votre incroyable don de prévoir les faits passés.
    C.P. : Vous savez, ce n'est pas tellement difficile, il y a tellement de monde prêt à gober n'importe quoi! Ah, j'allais oublier, voici le n° de compte sur lequel vous verserez le montant de mes honoraires…
    (Toute ressemblance avec des personnes ou des faits existants ou ayant existés ne serait pas complètement fortuite)

  • Exclusif ! Harley-Davidson et Bodart & Gonay vers un partenariat ?

    16-hd-heritage-softail-classic-medium.png

                                                     Harley-Davidson Heritage

    Harley Davidson condamné à une lourde amende

    Comme l'annonce nos confrères de La Libre, la justice américaine ne badine pas avec les normes anti-pollution. La mythique firme Harley Davidson vient en effet d'en faire les frais en se voyant condamnée à une amende de 12 millions de dollars pour avoir mis sur le marché des accessoires et kits qui augmentent les performances des gros V twins mais au détriment du respect des normes de pollution. Les moteurs ainsi "up-gradés" ne sont plus conformes aux normes d'émission.

    Selon le ministère américain, H & D aurait commercialisé plus de 300.000 "super-tuners" et aurait également mis sur le marché près de 12.000 motos (entre 2006 et 2008) ne correspondant pas aux normes

    En plus de l'amende, la société américaine devra consacrer 3 millions de dollars au remplacement de vieux poêles à bois qui équipent encore des collectivités aux USA. Remplacement par des dispositifs moins polluants, dans le cadre du programme visant à réduire les émissions polluantes, quelle que soit leur source a indiqué le ministère (DoJ).

    John Cruden, responsable de division pour la protection des ressources naturelles au DjO a affirmé qu' "En raison de la prééminence de Harley Davidson dans le secteur, c'est une étape très importante pour arrêter la mise en vente de systèmes illégaux qui polluent nos routes et l'air que nos citoyens respirent".

    5127a442f1dd4.jpg

    Une opportunité de développement pour Bodart et Gonay

    Selon une source (pas souvent) très bien informée, les responsables du service Recherche et Développement de Milwaukee auraient pris contact ces derniers jours avec les repreneurs de la société Bodart et Gonay de Harzé, afin de leur proposer un partenariat. La société liégeoise se verrait obtenir un accès beaucoup plus aisé aux marchés américains pour l'exportation de ses poêles à pellets, et se serait même vue proposer de participer, avec H & D, à la mise au point d'un prototype de V Twin zéro émission. Spécialiste dans la combustion des pellets, Bodart et Gonay devrait se charger d'étudier la possibilité de fabriquer un moteur "à bois", c'est à dire qui utiliserait de la poussière de pellets comme carburant, au lieu de l'essence brûlée actuellement. 

    Il s'agirait d'un moteur à injection, donc plus question de carburateur, et le soucis principal serait le graissage de cette pompe, la poussière de pellets étant très sèche et abrasive.

    Selon notre source, (rarement sûre), une rencontre aurait même eu lieu ce week-end au château de Harzé entre les responsables Ressources et Développement des deux sociétés.

    Si l'avant projet venait à être mis en phase de pré-étude, plus besoin de logiciels truqueurs comme VW avait installé sur certains de ses modèles. 

    Fondé en 1903 et réputé dans le monde entier pour ses motos bicylindres, Harley Davidson, basé à Milwaukee (Wisconsin, nord) a vendu en 2015 près de 265.000 motos dans le monde dont 168.000 aux Etats-Unis.

    La crainte des motards

    Nous avons bien évidemment pris contact avec plusieurs bikers. Les commentaires sont unanimes : "Qu'en sera-t-il des good vibrations et du son mythique du V Twin longue course avec un moteur à bois ?"

    (P.NF)

     

     
  • Ce mercredi dans La Meuse

    0001Ut.jpeg

    - Grève des prisons : un détenu meurt à Lantin

    - Quatre gardes du corps du Roi pris dans une bagarre de rue

    - Exclusif : voici Mehmet Bejis, le meurtrier du commerçant de la Médiacité

    - Les confidences de Simon Mignolet

    - Réginald Goreux a signé : deux ans de plus au Standard

    - Malaise au Théâtre : l'affaire Dutroux jouée par des enfants

    - Marion Cottilard fait le buzz a Cannes en robe liégeoise

    - La RTBF prépare 13 nouvelles séries

    - Le banquier vole 300.000 € à un client

    - Il lance une soupière sur... des policiers

    - Le retour des étudiants de l'ULg au centre ville

    - Pour la 1ère année Voo est en boni

    - Les pompiers ouvrent leurs portes le temps d'un week-end

    - Glons : des ralentisseurs non conformes

    - Elle m'a dit que je devrais me suicider, que ce serait mieux

    - Manifestations des gardiens de prison : dérapages en série!

    - Etc, etc...

     

  • Accueil des migrants à Visé : vous avez mordu à l'hameçon?

    2_26.png

    C'était bien sur le "poisson d'avril du blog", il n'est pas question d'un soi-disant pré-accord entre les autorités communales et le comité de gestion de la Régionale visétoise pour que des locataires accueillent qui que ce soit dans une chambre excédentaire. Ceci dit, Nordpresse est parti dans le même sens, mais en "imposant aux célibataires" d'accueillir une de ces personnes. Ceci dit, hier, j'ai quand même mangé du poisson.

    Bonne journée à toutes et à tous, d'autres notes vont paraître 

  • Accueil des migrants à Visé : vers une solution à l'amiable?

    687390249.26.jpegTous les Visétois sont au courant maintenant. Le fédéral impose à chaque commune l'accueil d'un quota de migrants. Les propositions faites par nos responsables communaux rencontrent une certaine opposition parmi les citoyens qui seraient proches des lieux d'accueil. A un point tel qu'une page FB a même été créée, pour faire connaître l'opposition de certains Visétois au projet proposé.

    Nous venons d'apprendre d'une source généralement fiable, qu'un pré-accord serait en passe d'être signé entre la Ville et la Régionale Visétoise d'habitations.

    De quoi s'agirait-il?

    Certains locataires occupent des logements "inadaptés" à leur situation familiale, par exemple un isolé occupe un logement à deux ou trois chambres. De ce fait, la société de logement est en droit d'imposer une "surtaxe" de 25 €/mois et par chambre inoccupée. L'idée est la suivante : pourquoi ne pas exonérer de cette surtaxe les locataires volontaires qui accueilleraient un migrant chez eux? De plus, la ville (le CPAS très probablement) interviendrait dans les frais de nourriture des personnes accueillies (Le montant reste encore à être déterminé) et une "allocation de logement" serait versée par la ville à la régionale, allocation destinée à combler le manque à gagner.

    Il semblerait, si l'accord passe, qu'on se dirige vers une solution win-win : personne n'y perdrait. Le locataire serait exonéré de la surtaxe et recevrait une indemnité "nourriture", la Régionale percevrait un montant équivalent à la perte de revenus sur le loyer, et les finances communales seraient également en boni, les sommes dépensées étant inférieures à celles qui devaient être investies dans le cadre du premier plan proposé. Et cerise sur la gâteau, la personne accueillie le serait au sein de la population, donc pas question de créer des "ghettos" où ils se retrouveraient isolés de notre culture.

    Rappelons-le, il ne s'agit là que d'un avant-projet qui doit encore être discuté entre toutes les parties : Echevinat de la Famille et de la Citoyenneté, Comité de gestion de la Régionale, et Commission consultative des locataires et propriétaires.

    Certains habitants ont cependant déjà soulevé un problème : les différences de culture et de nourriture. Nous ne sommes pas en droit d'imposer une omelette au lard, de la potée au chou et de la saucisse ou un morceau de boudin blanc à ces nouveaux arrivants. Dans notre culture, le mouton et l'agneau ne sont pas consommés tous les jours...

    Le vendredi, il ne devrait pas y avoir de problème, dans notre éducation judéo-chrétienne, il nous est prescrit de s'abstenir de viande, de manger du poisson. Et justement, aujourd'hui, nous sommes vendredi!

    (Pierre Neufcour)