Inaugurations

  • Le Gyro Go, la nouvelle activité inaugurée à Sarolay.

    DSC_5512.JPG

    Depuis samedi, Maurice Dewalque nous offre la possibilité de nous familiariser avec les "gyropodes", ces drôles de petits véhicules électriques à deux roues.

    "Je désirais me lancer dans une nouvelle activité, nous explique Maurice. J'ai trouvé intéressant de proposer des gyropodes à la location. J'ai fait l'achat de 9 machines, elles sont disponibles tant pour les sociétés ou entreprises que pour les personnes privées".

    DSC_5517.jpg

    Comment ça roule?

    Il suffit de déplacer le poids du corps pour mettre l'engin en mouvement. Se pencher légèrement vers l'avant, et c'est parti. Tout en vous tenant au guidon, vous reprenez la position verticale et la machine freine et s'arrête. Pour faire marche arrière, il suffit de porter le corps vers l'arrière, et ça recule. Pour virer, inclinez le guidon a gauche ou à droite, et ça tourne court! Ces engins ont une autonomie d'environ 2 heures, tout dépend évidemment de la vitesse maximale à laquelle vous circulez, ( 6 ou 18 km/h), la nature du terrain, mais également le poids du pilote.

    "Après une dizaine de minutes d'initiation, vous êtes fin prêts pour le départ, actuellement au siège de la société, au 148 de la rue Michel Beckers à Sarolay. Mais vous avez également la possibilité de vous faire livrer ces engins à une adresse déterminée."

    DSC_5523.jpg

    Combien ça coûte?

    Au départ, la société Gyro Go conseille une balade d'une heure pour un montant de 30 €. Cet itinéraire est destiné à rester sur le plateau : Argenteau, Sarolay, Cheratte Haut. Autre possibilité, mais destinée aux pratiquants plus confirmés, une balade de deux heures comprenant un passage aux étangs de la Julienne pour la somme de 50 €.

    Rien ne vous empêche cependant de descendre le Thier de Sarolay puis d'emprunter la ravel jusqu'à Visé et retour. Des casques sont mis à la disposition des utilisateurs. Âge minimum requis : 12 ans. (P. Neufcour)

  • JUST LOU vous attend à Haccourt, au n° 28 du Square Roi Bauduin

    DSC_4762.JPG

    Cécile Horne, fondatrice d' " Avenue Louise " à Visé s'est tournée vers le futur. Jeudi avait lieu le cocktail d'ouverture de son nouvel établissement :  "Just Lou" à Haccourt. Nous l'y avons rencontrée.

    "Depuis longtemps j'avais envie d'ouvrir un nouveau commerce nous dit-elle d'emblée. J'étais allée voir une surface commerciale à Barchon, mais le loyer demandé était faramineux par rapport à la surface et aux commodités offertes. Un jour, en effectuant mon jogging, j'ai vu cet endroit-ci, occupé par une vieille maison, et qui était en vente. Tout de suite j'ai pensé qu'il s'agissait de l'endroit idéal pour ouvrir un commerce de vêtements de marques connues."

    Aussitôt dit, (presque) aussitôt fait! Notre commerçante se lance dans la réalisation de son rêve. La construction de "Just Lou". "Les travaux ont débuté en septembre, - précise Léon, son compagnon - et l'ouverture a lieu ce jeudi. C'est presqu'un record en aussi peu de temps. Il faut dire que nous avons été très bien secondés tant par le service "Urbanise" de la commune d'Oupeye que par l'architecte, l'entrepreneur et les différents corps de métiers qui ont finalisé le chantier."

    Cécile Horne a engagé deux vendeuses à temps plein pour la seconder dans sa tâche : France et Justine. Bien évidemment, Léon est là également pour seconder Cécile dans ses activités. Pourquoi " Just Lou " avons-nous demandé à Cécile ? " Simplement en hommage à ma maman qui se prénommait Louise " nous a-t-elle répondu avec un grand sourire.

    Just Lou offre une gamme de vêtements destinés tant aux dames qu'aux messieurs mais aussi aux jeunes. Actuellement, la partie "messieurs" est moins bien achalandée que celle destinée à dames, mais dès la prochaine collection, l'équilibre sera rétabli! 

    Parmi les marques reprises, nous retrouvons Twin Set, Iro, Essentiel, Caroline Bis, Kocca dans la gamme féminine, tandis que Diesel, Sun 68, Mason's et les bombers d'Alfa Industrie sont axés sur la clientèle masculine. N'oublions pas les accessoires, sacs à main et chaussures représentés par Clio Goldbrenner et Morobe. 

    Nous ne pouvons que lui souhaiter le meilleur dans ses nouvelles activités.

    Quelques photos d'illustration prises lors du cocktail d'ouverture en marge droite

  • Lu dans "Les Dernières Nouvelles d'Alsace"

    0001vT.jpeg

    Un grand merci à Marc Poelmans, passeur de mémoire, qui est l'initiateur du projet et qui nous a fait parvenir cet article

  • Visé : un nouveau hangar pour le RoyalCentre Nautique sur l'île Robinson

     

    thumbnail_Visé club nautique aviron91.jpg

    Ce week-end, le club visétois organisait sur la Meuse la 39 ème édition du Championnat interclubs francophone d'aviron.

    thumbnail_Visé club nautique aviron94.jpg

    Profitant de l'occasion, les membres ont procédé à l'inauguration du nouveau bâtiment destiné à abriter les bateaux. Le Ministre du Tourisme, René Collin rehaussait cette cérémonie par sa présence. Les autorités communales étaient également présentes.

    thumbnail_Visé club nautique aviron6.jpg

    Baptisé "Hall Guy Deliège", en mémoire de ce membre instigateur et même concepteur, cette construction de 200 m² est destinée à abriter des intempéries les skiffs et autres bateaux allant jusqu'au huit avec barreur. Ils se verront ainsi à l'abri du vent, de la pluie et des intempéries hivernales. Leur durée de vie pourrait même se voir triplée. Conçu pour s'intégrer dans le paysage, les murs sont en planches reliées par des lamelles d'aluminium. De par sa conception, les bateaux de un, deux, quatre et huit avec barreur pourront y trouver un abri.

    thumbnail_Visé club nautique aviron3.jpg

    Les 220.000 € qui représentent le coût de la nouvelle construction ont été partiellement subsidiés par InfraSports, le reste étant pris en charge par le Centre nautique lui même et la ville de Visé. (P. Neufcour avec Luc Lemoine)

    © Photos LEM