Vise - Page 5

  • Pont de Lixhe : on sait ce qu'il s'est passé

     «  Nous avons été très réactifs face à ce problème inattendu  », nous explique Laurence Zanchetta, porte-parole du Service Public de Wallonie. «  Nous avons maintenant identifié la cause : les 6 boulons d’une bielle ont lâché sous le pont et celui-ci est remonté. » Un peu comme un ressort. Car si les haubans tirent le tablier du pont vers le haut, les bielles sont chargées de le retenir vers le bas, le tout assurant sa stabilité sous tension. «  C’est un incident extrêmement rare. Le pont avait d’ailleurs été inspecté l’an passé et rien n’avait été signalé. Le gel a-t-il joué un rôle ? Peut-être au niveau des contraintes sur les haubans, mais rien ne l’assure encore.  » Ce sera aux ingénieurs du SPW et aux membres du Bureau Greisch -concepteur du pont- de le certifier. Ils sont tous à pied d’oeuvre sur place.

    La cause connue, il faut maintenant réparer. «  Nous allons devoir poser du poids sur le pont afin de le remettre en place  », poursuit Laurence Zanchetta. «  Via des bobines, des machines… On ne sait pas encore. Selon les calculs il faut 140 tonnes dessus. Une opération assez délicate car dans le même temps il faut éviter que l’autre bielle cède à son tour. » Cette opération de lestage pourrait se faire peut-être ce jeudi, plus vraisemblablement vendredi. Le pont en place, «  on pourra redonner le feu vert à la circulation sur le canal Albert  ». Mais pas encore au passage des voitures sur le pont. «  Non, il faudra attendra la réparation complète. Or, on ne connaître le réel travail à effectuer qu’une fois le tablier remis en place. »

  • Visé : sept nouvelles chambres inaugurées à Clairefontaine

    DSC_0224.JPG

    Déjà en 2011, des travaux étaient prévus dans la maison de repos visétoise, afin de moderniser certaines chambres, et d'en aménager d'autres. Le montant, subséquent, était estimé à 3.300.000 €, dont 60% subsidiés.  Ces travaux étaient absolument nécessaires : il était prévu que la législation change en 2018 et que les chambres à trois lits soient interdites; or il en existait encore trois à Clairefontaine. Il fallait donc trouver une solution pour héberger les résidents. Par la même occasion, la maison de repos obtint l'autorisation d'ouvrir 10 nouveaux lits. Les travaux prévus devaient donc permettre d'installer sur le site un nouveau bâtiment capable d'héberger 19 lits (les 9 existant et les 10 nouveaux, mais aussi toute l'infrastructure y afférente.

    DSC_0215.jpg

    Suite à un contact pris avec le ministre Prévot au début de cette mandature, la réponse fut "Pas de subside cette mandature faute de moyens à la Région Wallonne" . 

    La cession de Clairefontaine fut envisagée : il fallait trouver un opérateur spécialisé pouvant assumer la charge financière de ces travaux afin d'assurer la pérennité de l'établissement. Mais il fallait que cet opérateur respecte "les balises "sociales, humaines et financières".

    DSC_0199.JPG

    Fin 2014, les services administratifs et sociaux du CPAS déménagent dans les locaux de l'ancien commissariat de police, libéré, lui, suite à son départ vers l'ancienne brigade de Gendarmerie. Une aile fut donc libérée, et avec l'accord des autorités communales la décision fut prise de transformer ces locaux en 5 chambres à 2 lits et deux chambres individuelles. Le montant de l'opération étant estimé à +/- 700.000 euros sur fonds propres.

    DSC_0205.jpg

    C'est ainsi qu'en 2018, année qui commémore les 120 ans de la création de la maison la pérennité de Clairefontaine semble assurée, et ce toujours dans le "giron" du CPAS visétois.

    Et à l'avenir?

    Les subsides attendus grâce au plan "Papy boom" gérés maintenant par la ministre Gréoli devraient être libérés en 2019 et le 1.500.000 € tant attendus devrait permettre d'accueillir 7 résidents supplémentaires mais également permettre de moderniser plusieurs chambres (plus spacieuses, avec douches, commodités...) et également réaliser les locaux prévus au préalable suite à la délocalisation des services sociaux vers la rue de la Chinstrée.

    L'avenir de la maison de repos visétoise semble d'ores et déjà assuré.

    (© Texte et photos P. Neufcour)

  • Visé : Bourse aux vieux papiers ce 25 février

     

    840152_1.jpeg

    Ce dimanche 25 février 2018, les collectionneurs de la Basse-Meuse entament la 45e saison de la bourse d'échanges "Vieux papiers".

    A cette première bourse 2018 vous pourrez découvrir, pour la 9e édition, tout ce qui est en rapport avec l'automobile, la moto, sous la forme d'anciens catalogues, affiches, photos, vieux documents, livres, programmes...

    Bien entendu les échanges habituels de cartes postalesz, chromos, timbres-poste, monnaie, livres anciens et régionalistes sont de la partie ainsi que tout le matériel nécessaire : fardes, chemises...

    Une soixantaine d'exposants "Vieux papiers" seront présents. Soyez nombreux à venir visiter et rencontrer d'autres passionnés et conservateurs de notre patrimoine. 

    Institut Saint-Joseph, rue de la Croix-Rouge 12 à Visé. Salles chauffées et vaste parking sur place.

    Le 25 février de 08h00 à 13h00; infos au 0498/21.02.56

  • Lixhe : le pont s'est soulevé de 50 centimètres

    DSC_0233.JPG

    Gros incident de matin, lorsque des automobilistes ont constaté que le pont de la rue des Cimentiers à Lixhe (Nationale 602, pont surplombant la rue de la Croix et amenant à la bretelle d'autoroute) s'était soulevé d'une hauteur, par endroit, avoisinant les 50 cm.

    DSC_0236.JPG

    La circulation est  bien évidemment interdite tant sur que sous le pont. L'accès aux villages de Lixhe et de Lanaye est ainsi rendu extrêmement malaisé. La police, les ingénieurs et responsables du MET ainsi que de la construction de l'ouvrage d'art sont sur place afin de tenter de comprendre ce qu'il s'est passé. 

    Une des hypothèses qui circulait sur les lieux évoque le fait que le gel de cette nuit aurait provoqué la contraction des câbles d'acier qui soutiennent le tablier du pont. Cependant, depuis 1984, date de sa construction, l'ouvrage d'art a subi d'autres fortes gelées sans qu'aucun problème ne se soit jamais manifesté.

    DSC_0237.JPG

    D'après Guy Jolly, le directeur de communication de la ville de Visé, es service de la zone de police de la Basse-Meuse sont en train d'établir un itinéraire de déviation afin de rendre de nouveau possible l'accès tant à Lixhe qu'à Lanaye.

    Selon les dégâts que nous avons pu constater, la remise en état de l'ouvrage d'art prendra "un certain temps".

    (Texte et photos © P. Neufcour)

  • Le groupe Colruyt et Delhaize rappellent les Tortilla Rolls à la tomate Boni Selection Bio et les totillas chili bio ainsi que les tortillas nature bio

    B9714660866Z.1_20180205193008_000+G4JAL0AEJ.1-0.jpg

    Colruyt et ses enseignes Bio-Planet et Collect & Go rappellent les Tortilla Rolls à la tomate Boni Selection Bio, annonce le distributeur lundi dans un communiqué. La présence de l’allergène «gluten» n’a pas été mentionnée sur l’emballage.

    Dans le cadre d’un contrôle effectué par le fournisseur, des traces de gluten ont été décelées dans les Tortilla Rolls à la tomate Boni Selection Bio, sans que cet allergène ne soit mentionné sur l’emballage, explique Colruyt.

    BONI

    Il est demandé aux clients qui présentent une intolérance ou une allergie au gluten et qui ont acheté ce produit, de ne pas le consommer et de le ramener au point de vente, où il leur sera remboursé. Le produit ne présente aucun danger pour les consommateurs ne présentant pas d’allergie ou d’intolérance au gluten.

    Nous apprenons que pour les mêmes raisons, le groupe Delhaize rappelle les produits suivants :

    B9714664654Z.1_20180206105001_000+G83AL27EF.1-0.png.jpg

    Colruyt et Delhaize ont donc manifestement le même producteur