Le billet du C.A.L

  • Le Cri de la Chouette

    thumbnail_CriChouetteCouleur.jpg

    La Maison de la Laïcité de Visé asbl et Culture et Action Laïque de la Basse-Meuse vous invite à la conférence :

     

    LE MONDE EST UNE CHANSON

     

    Par Monsieur Guy Delhasse, écrivain et chroniqueur musical.

    À partir du livre « Le monde est une chanson » (éd. Le Somnambule équivoque), voici un voyage de ville en ville à travers le monde par les chansons francophones qui les racontent.

     

    Truffé d’anecdotes de souvenirs, ce voyage qui démarre de Liège fait étape à Paris, Toulouse, Montréal, New-York, Los Angeles, Liverpool, Saint-Malo…et Bruxelles.

     

    Une conférence joyeuse, interactive et résolument engagée dans la défense de la langue française de par le monde.

    Cette soirée s’intègre dans un cycle de conférences initié par l’Echevinat de la Culture de la Commune de Dalhem

     

    Quand ? Le jeudi 15/11/2018 à 20h.

    Où ? À la Maison Communale de Dalhem, Salle des Mariages.

    27, Rue Général Thys Renseignement : Maison de la Laïcité de Visé, 0477 / 78.34.79 ou laicité.vise@gmail.com

    JORIS Jean. Administrateur de la Maison de la Laïcité.

  • Visé : la Maison de la Laïcité fête ses 10 ans.

    DSC_2544.JPG

    Présent dans la Basse-Meuse depuis de nombreuses années, le Centre d'Action laïque ne dispose d'une "Maison" que depuis 10 ans. C'est cet anniversaire qui vient d'être fêté.

    Les locaux, situés dans le bâtiment du Centre Culturel sont accessibles à partir de la rue des Béguines  (sic)

    Une cinquantaine de personnes ont tenu à participer à l'évènement. Après son discours d'introduction, le Président, Victor Massin,  céda la parole à Monsieur Benoît van der Meerchen, Secrétaire général adjoint du C.A.L Communautaire, puis vint au micro Monsieur Roland Brulmans, Président de la fédération des Maisons de la Laïcité et il fut suivi par Monsieur robert Moor, Vice-Président du Centre D'action Laïque de la Province de Liège.

    Les intervenants se plurent à rappeler l'historique de lé présence du CAL à Visé, tout en soulignant qu'il existait 68 "Maisons" en Wallonie dont trois en Basse-Meuse.

    Les points évoqués 

     • le libre examen qui est de considérer toute idée reçue avec une absolue liberté de conscience

    • la libre pensée qui est l’absolue liberté de penser par soi-même

    • l’égalité de chaque Homme quelle que soit sa race, sa couleur de peau, son origine

    • la fraternité de vouloir dégager un sentiment de solidarité, d’amitié sincère et d’harmonie entre les humains

    Marcel Neven, le Bourgmestre de Visé, clôtura la partie académique avant que l'assemblée ne se retrouve autour d'un vin d'honneur.

    Les participants ont eu le plaisir d'écouter Régine Logen et son époux Philippe Bastin, tous deux professeurs de musique d'Académie. Madame enseigne le saxophone à Visé et Monsieur le piano, le banjo et l'ukulélé à Waremme.

    (P. Neufcour)

     

  • Le Cri de la Chouette

     

    thumbnail_CriChouetteCouleur.jpg

    LE DEVENIR DE LA WALLONIE, THRILLER OU RÉALITÉ ?      fullsizeoutput_2d3.jpeg

    Par Monsieur Paul Mélot, Directeur d’école retraité - écrivain public bénévole, ancien vice-président du CPAS de Liège

     

    "Fîîîr d'èsse Wallon",...hein m'Fi !

    Un si beau pays de rivières et de forêts.

     

    Il serait peut-être temps de sortir la tête du sable... et de voir la réalité en face et les fauves qui rôdent... au-delà de la route du pèket, des chopes et des vociférations des Kops soutenant les « Rouches » ou les « Zèbres »...

    La Wallonie est sous perfusion flamande, mais les robinets à euros se ferment inexorablement. Ne voyons pas tout en noir mais restons lucides : taux de chômage élevé, état calamiteux des routes, vétusté des écoles, dette publique, soins de santé...

    Un état des lieux s'impose car il est grand temps de comprendre ce qui se passe, de nettoyer les écuries... puis de proposer des pistes de solutions... car "on va où, là ?"

    Le conférencier abordera le sujet sans passion, il s’agira donc d’une analyse comparative positive et négative des économies régionalisées, sans concession et il terminera par la question essentielle, voire vitale : que faire dès lors que :

     

    • soit la Flandre « débranche la prise »,

    • soit qu’une nouvelle réforme de l’Etat annule la solidarité nationale (sécurité sociale régionalisée).

     

    Les différentes hypothèses (maintien de « l’unité nationale », Wallonie indépendante, Wallonie « française ») seront abordées en laissant la parole au public.

    Concerné ? Envie de savoir ce qui peut nous arriver demain ? Venez nous rejoindre nombreux pour en débattre.

     

    Quand ?  Le mardi 19/06/2018 à 20h

    Où ?  Maison de la laïcité, rue des Béguines 7A 4600 Visé (Tél : 0477 78 34 79 )

    Jean Joris

    Administrateur

  • Le billet du C.A.L. Basse-Meuse

    Les-drones-armes-de-l-armee-francaise-ne-seront-pas-des-robots-tueurs.jpg

    Photo USAF/AFP

    LE DRONE ARMÉ

    QUESTIONNEMENTS DOCTRINAUX, JURIDIQUES, ÉTHIQUES ET IDÉOLOGIQUES

    Par Monsieur André DUMOULIN, Docteur en Sciences politiques de l’Université de Lille II, Licencié en Sciences politiques de l’Université de Liège (ULiège), Professeur à l’ULiège, au département de science politique.

    L’actualité du drone militaire nous amène à aborder les aspects stratégiques et doctrinaux mais aussi juridiques et éthiques autour des robots pilotés à distance.

    > Est-ce pertinent

    > Est-ce rentable

    > Est-ce légal

    > Est-ce moral, ….

     Les enseignements pluridimensionnels tirés de l’analyse de cette arme en opérations en Afghanistan, au Yémen ou ailleurs entraînent une série de questions, souvent polémiques et contradictoires, imposant à la fois l’identification des idéologies sous-jacentes, et la mise en évidence des éléments de désinformation d’où qu’ils viennent.

     

    Comment démêler le vrai du faux, venez vous informer et en débattre avec nous.

     Quand ? : Le jeudi 17/05/2018 à 20h

    Où ? : Maison de la laïcité, rue des Béguines 7A 4600 Visé ( 0477 78 34 79 )

     

    Jean Joris Administrateur

  • Le Cri de la Chouette

    thumbnail_CriChouetteCouleur.jpg

    Le droit à l’avortement, vers une (nouvelle) régression ?

    C’est dans un rapport publié fin 2017 que le Conseil de l’Europe s’est inquiété d’une possible régression non pas seulement du droit à l’avortement mais surtout de son accès pour les femmes. Ce droit est donc une fois de plus clairement menacé par des législations nationales beaucoup plus contraignantes.

     

    Et chez nous ?

    Alors que sous certaines conditions, l'avortement est autorisé par la loi belge depuis le 3 avril 1990, il apparaît que les menaces sont toujours plus fortes sur ce droit que beaucoup considèrent, à tort, comme un droit acquis. Abordons deux axes de réflexion.

     

    D’une part, il est encore temps aujourd’hui de poursuivre les efforts pour sortir définitivement l’avortement de son cadre juridique actuel. Ceci pour laisser une totale liberté de choix aux femmes et en rendant légale sa pratique. Tout cela bien au-delà de simples considérations politiques et philosophiques. Faut-il le rappeler, cela reste un cheval de bataille de la Laïcité depuis plus de quarante ans.

     

    Néanmoins, une dépénalisation totale doit bien entendu se compléter par des mesures spécifiques d’encadrement et d’accompagnement des femmes et de leur entourage.

    Dans un deuxième temps, malheureusement, cette situation risque d’accentuer encore le désintérêt des praticiens à suivre une formation spécifique. La pénurie de médecins formés sera aussi à terme, un nouveau défi à relever pour éviter aux femmes de pratiquer un avortement mal encadré, mal sécurisé voire clandestin.

     

    A la lumière des dernières manifestations pour la vie et de la position de l’Eglise qui qualifie encore l’avortement de péché même s’il est ‘’réservé’’, le droit à l’avortement risque bien de régresser voire subir une remise en question globale.

     

    Continuons à défendre ce droit et cette liberté de choix qui nous sont précieux mais restent fragiles.

     

    F.Guillaume,
    Administrateur

    (Ndlr : cet article n'engage que la responsabilité de son auteur)