Monarchie

  • Le roi Philippe était chez nous ce matin

    DSC_0049.JPG

    Le Roi à la quatrième écluse de Lanaye

    DSC_0088.JPG

    Durant la séance académique au Trilogiport de Hermalle

    Notre roi était chez nous ce matin, où il a inauguré officiellement la 4ème écluse de Lanaye avant de se rendre en bateau à Hermalle où il a procédé à l'inauguration du nouveau pont raccordant le Trilogiport à l'autoroute, puis a assisté à la séance académique sur la dalle des nouvelles installations poruaires.

    L'article complet et le reportage photo seront en ligne demain.

  • Saint-Remy et le prince Laurent : le charme est réciproque

    DSC_0107.jpg

    C'est une initiative de Marc Bolland, le Bourgmestre de Blegny. En effet, il avait averti le Palais du 150ème anniversaire de la société royale "La Jeunesse" de Saint-Remy. Et hier, à l'occasion de la fête locale, le village a reçu la visite du Prince.

    DSC_0075.JPG

    Il est venu, tout simplement, seul, sans escorte, sans falbalas, dans son petit monospace personnel. Attendu par le Gouverneur de la Province, Hervé Jamar (dont c'était la première sortie officielle) et le mayeur de la commune, son Altesse est arrivée à la salle de la Jeunesse en voiture "officielle". Les habitants étaient nombreux à se presser pour tenter de l'apercevoir.

    DSC_0122.jpg

     

    DSC_0124.JPG

    DSC_0129.JPG

    Après avoir écouté les discours de bienvenue, le prince a ensuite dévoilé la plaque commémorative de ce prestigieux anniversaire. 

    Le livre d'or signé, le prince a écouté très attentivement les explications qui lui étaient données sur les quelques objets anciens qui étaient exposés. Il a manifesté tout son intérêt, n'hésitant pas à poser de nombreuses questions.

    DSC_0135.jpg

    La salle qui l'attendait était comble, même le balcon où les enfants étaient impatients de le voir. Albert Gérardy, puis Samuel Habets, l'actuel président, se sont relayés au micro pour relater l'histoire et les buts de "La Jeunesse". Enchanté, semble-t-il par cette petite fête locale, son Altesse a désiré prendre la parole :

    DSC_0185.jpg

    « Ce n’était pas prévu que je prenne la parole », lançait-il. « Mais j’ai quelque chose qui me tient à cœur à vous dire. J’apprécie et j’admire le dévouement des membres qui travaillent activement dans les associations de villages comme celle-ci. Certains ont donné leur vie pour faire vivre un comité local ! Par cette création, ils sont parvenus à inculquer des valeurs. Personnellement, je me demande parfois pourquoi on vit. Et dans quel but. Eh bien, ce genre d’organisation donne un objectif à la société. Peu de gens peuvent se targuer de réaliser de tels accomplissements dans leur vie. Je suis vraiment sous le charme de cette impulsion et de sa pérennité. J’espère d’ailleurs que l’initiative perdurera. Le président a une vingtaine d’années, donc je ne me tracasse pas. Et c’est tant mieux. Vous le méritez » !  

    DSC_0163.jpg

    Le prince Laurent a également remis une enveloppe souvenir aux trois plus anciennes membres cotisantes, Mesdames Gaillard, Gérardy et Liégeois ainsi qu'aux plus jeunes, des bébés de quelques mois.

    DSC_0171.jpg

    Ayant goûté au traditionnel péket, le cortège, harmonie en tête, le cortège s'est rendu vers le monument aux victimes des guerres où des gerbes de fleurs furent déposées.

    DSC_0227.JPG

    Le village de Saint-Remy compte deux "sociétés" : "La Jeunesse" d'obédience catholique, et "La ligne droite", socialiste. Les premiers avaient invités les seconds à participer à la fête, en invitant les deux harmonies à jouer ensemble notre hymne national à l'occasion du dépôt de fleurs. 

    Un bref historique des festivités et des traditionnels cramignons de la Basse-Meuse, au cours desquels les deux harmonies s'opposent musicalement -en général- a été fait au prince. Ce dernier aurait voulu se rendre compte par lui même de quoi il s'agissait. C'est donc à sa demande que les deux harmonies "rivales" se sont mises face à face pour jouer le traditionnel "Quéne daye" de manière tout à fait festive et pacifique.

    DSC_0239.JPG

    DSC_0238.JPG

    Quittant les lieux, le prince Laurent et les personnalités se sont ensuite dirigées vers l'école communale où le prince Laurent avait garé sa voiture. Il ne s'est volontiers dirigé vers les petits écoliers qui l'attendaient, tout en criant "Vive le Prince". Après avoir serré de nombreuses mains, comme "monsieur tout le monde", son Altesse a retiré sa veste, a salué la foule, puis est remonté en voiture et est parti.

    DSC_0259.jpg

    Les habitants sont unanimes : "Merci Monseigneur, non seulement de nous avoir honoré de votre présence, mais aussi pour votre gentillesse, votre simplicité et votre disponibilité".

    Un 150ème anniversaire qui restera dans les mémoires des Saint-Rémois!

    (NDLR : Quéne Daye est un morceau wallon que les deux harmonies jouent en canon, de manière décalée. La première commence, puis la seconde reprend le même air, mais décalé de quelques mesures. Le but étant de faire perdre le fil de la partition aux musiciens de la société adverse)

    Le reportage photo est en ligne, voir marge droite.

     

  • Le Prince Laurent était à Saint-Remy cet après-midi

    DSC_0108.JPG

    Son Altesse Royale le Prince Laurent s'est déplacé à Saint-Remy (Blegny) cet après-midi. Il s'est déplacé pour participer aux festivités de 150 ème anniversaire de la société "La Jeunesse".

    L'article comlet et le reportage photo sur votre blog dès demain

  • Le discours du Roi à l'occasion du 21 juillet

    220px-Koning_Filip_van_België.jpgA l'occasion de la fête nationale, voici le texte du discours du Roi dans son intégralité

    « Mesdames et Messieurs,

    La fête nationale est une bonne occasion pour réfléchir à la qualité des liens qui nous unissent. Ces liens sont précieux. Ils sont aussi constamment mis à l’épreuve.

    Nous vivons dans un monde interconnecté, hyper-connecté. Les médias sociaux nous rapprochent. Les progrès de l’informatique et de l’internet sont fascinants. Ils ont un impact fondamental sur nos vies, sur notre travail. Ils offrent un excellent atout pour affronter les défis de la globalisation et rendre notre monde durable. En effet, l’informatique nous permet de gérer de façon efficiente nos activités, nos soins de santé, nos modes de production et notre mobilité, tout en réduisant les coûts et l’impact sur l’environnement.

    Mais cette hyper-connexion comporte aussi des zones d’ombre. Parfois, le monde virtuel envahit notre vie et s’impose à nous sans que nous l’ayons réellement décidé. Ayant considérablement réduit le temps et l’espace, il nous pousse à vouloir tout, tout de suite. Cela peut conduire à des relations superficielles qui ne laissent plus le temps au ciment humain de ‘prendre’ et de construire durablement. Par ailleurs, la surinformation nous arrive souvent sous la forme d’un « prêt à penser » pré-formaté. Elle risque à certains moments de prendre le pas sur une réflexion plus personnelle.

    Plus que virtuelles ou immédiates, nous avons besoin de relations réelles et profondes : elles seules développent la personnalité et l’esprit critique, encouragent à donner le meilleur de soi-même, elles seules permettent aux talents de s’exprimer pleinement et à chacun de trouver sa place dans la société.

    Au cours de nos déplacements dans le pays, la Reine et moi avons rencontré de nombreuses personnes qui investissent quotidiennement dans ce capital social et humain. Je pense par exemple à ces écoles et à ces entreprises qui stimulent la créativité et l’initiative. Je pense à ces réseaux d’entrepreneurs qui aident des jeunes à lancer leur propre entreprise. Je pense à ces associations qui, à travers le sport, le théâtre ou d’autres activités, aident des personnes fragilisées à se donner un nouvel élan. Toutes ces initiatives se fondent sur des relations vraies qui sont une source d’énergie humaine renouvelable pour notre société.

    De même, il est essentiel de créer des liens réels forts et sincères entre les peuples. J’ai à nouveau pu le constater lors de notre visite d’Etat en Chine. Avec les autorités fédérales, les ministres-présidents régionaux et une centaine d’hommes d’affaires et de recteurs d’universités, nous avons avant tout cherché à entretenir un espace de confiance dans l’intérêt des deux pays. Les liens avec la Chine engagent l’avenir.

    Aux portes de l’Europe se déroulent des drames qui ne peuvent nous laisser indifférents. Des guerres civiles y sévissent, des Etats se désagrègent, des milliers de réfugiés affluent. Il est illusoire de penser que nous pouvons nous en isoler. L’Europe se doit de soutenir, dans les pays qui l’entourent, les forces qui prônent la participation politique et le partage économique.

    Je voudrais enfin vous parler des liens entre les peuples d’Europe. Après des siècles parsemés de guerres s’est créée entre Européens une Union dont bénéficient tous les pays qui en font partie. L’Union permet un enrichissement mutuel unique des peuples et des cultures. Nous réalisons cette unité grâce à une foi commune dans l’être humain et dans la plus-value qui naît de la mise en commun de nos talents. Quand le projet européen traverse une période difficile, comme c’est le cas aujourd’hui, évitons que nos pays ne se dressent les uns contre les autres. Au contraire, approfondissons les liens qui nous unissent sur base d’une confiance retrouvée.

    Mesdames et Messieurs,

    Que ce soit pour nous-même, comme citoyens de notre pays, de l’Europe ou du monde, oui, nous sommes en mesure de faire la différence en créant et en nourrissant des liens profonds, solides et durables. Ils sont le ciment de notre civilisation, de notre sécurité et de notre avenir.

    La Reine et moi, et toute notre famille, vous souhaitons une belle Fête Nationale. »

  • Hommage de la population Visétoise à Sa Majesté la Reine Fabiola (11/06/1928 - 05/12/2014) - Livre de condoléances


    3238544103_1_3_BCU4QMnZ.jpg

    Suite au décès de Sa Majesté la Reine Fabiola, survenu ce vendredi 5 décembre 2014, la Ville de Visé a ouvert à la population un livre de condoléances afin que les Visétois mais également les habitants de la Basse Meuse puissent rendre hommage à Sa Majesté la Reine Fabiola.

    • Un livre de condoléances a été  mis à disposition de la population, à l'Hôtel de Ville de Visé, rue des Récollets, 1 , à 4600 Visé. 

      Le registre sera ouvert dans la Salle du Conseil Communal (1er étage) selon l'horaire suivant : de mercredi à vendredi de 09h30 à 12h00 et de 13h00 à 17h00.