Mot du Bourgmestre

  • Le mot du Bourgmestre

    enfants_du_hasardWEB.jpg

    Enfants du Hasard à Aiguillon

    J'avais eu l'occasion, au moment de sa sortie d'évoquer l'admiration que j'avais ressentie en voyant le film de Thierry MICHEL « Enfants du Hasard ».
    J'avais, bien sûr, autorisé le cinéaste à venir tourner à l'école communale de Cheratte-Bas, mais je ne savais pas quelle serait le sens du film. On tourne pendant une centaine d'heures un film qui dure une heure et demi. Les assemblages ont dès lors un côté aléatoire y compris pour ceux qui sont filmés.
    Mais le film s'est avéré être un chef d'oeuvre. Il a été projeté de nombreuses fois dans toute la Communauté Française. Il a été rejoué une nouvelle fois à l'occasion de la célébration du 40ème anniversaire de la fermeture du charbonnage. Quel hommage via leurs petits-enfants aux anciens mineurs qui ont tant peiné dans les mines.

    Nos amis d'Aiguillon avaient émis le souhait que le film soit présenté chez eux.
    Ce sera chose faite le 27 novembre prochain en présence des élèves de 5ème et 6ème de l'école qui sont invités avec leur institutrice Brigitte Warocquier.
    Plusieurs membres du Collège se déplaceront : ce sera l'occasion de préparer en même temps les fêtes du 60ème anniversaire du jumelage prévue en 2018 à Visé et en 2020 à Aiguillon.

    Voilà donc une excellente occasion de vivifier le jumelage et de manière quelque peu inattendue mais particulièrement culturelle et sympathique.
     
     
     
    Le 16 novembre 2017,
    Le Bourgmestre,
    Marcel NEVEN

     

  • Le mot du Bourgmestre

    B9713286033Z.1_20170924180759_000+GET9RIGDH.1-0.jpg

    Les 2 équipes (dames et hommes) en coupe d’Europe

    Visé a toujours, depuis le milieu des années 50, été un endroit où le handball tient un rôle important.
    C’est à l’Athénée de Visé que ce sport a pris son envol. Très vite les équipes scolaires de l’établissement se sont mises en évidence au point de disputer une finale nationale contre Anvers.
    Si assez vite un club s’est constitué pour disputer le championnat, ce n’est que plus tard qu’il put jouer un rôle très important dans celui-ci. A l’époque c’était Flémalle, Beyne puis l’université et Herstal qui dominaient.
    Il faut encore souligner qu’en Belgique du moins, le handball féminin n’était pas pratiqué. Toutefois, c’est en 1975 qu’une section féminine apparut. Un peu plus tard, il fut décidé de séparer le club des hommes et celui des dames.
    Assez rapidement, les dames se hissent au sommet de la hiérarchie belge et participent à la coupe d’Europe dès 1990. Le Fémina Visé fut d’ailleurs le dernier club, tous sports confondus, à rencontrer une formation d’Allemagne de l’est : le match eut lieu 2 jours avant la réunification (à Leipzig).
    Aujourd’hui les 2 clubs Visétois sont devenus les n°1 francophones. Le Fémina a remporté 12 championnats et 13 coupes de Belgique. Il va participer pour la 28 ème fois consécutive à une coupe d’Europe : les 18 et 19 novembre à Kristianstad (en Suède). Par souci d’économie, les 2 matches se déroulent en Suède.
    L’équipe masculine dispute pour la 2ème fois la BeNeligue, confrontation qui oppose les 6 meilleures équipes hollandaises et les 6 meilleures belges. Les résultats sont particulièrement bons (2ème équipe belge).
    L’équipe joue aussi en coupe d’Europe. Le 18 et 19 novembre, elle affrontera la formation moldave de TV Tiraspol. Là aussi les 2 matches se dérouleront dans le même pays mais ce sera à Visé, le samedi 18, à 20H30 et le dimanche 19, à 16H30.
    Le handball n’est pas le sport le plus populaire en Belgique, mais ses adeptes doivent s’entraîner fermement tout en continuant à travailler ou à étudier.
    Il s’agit donc de 2 équipes qui font la fierté de notre ville.

    Marcel NEVEN – Bourgmestre

     

  • Le mot du Bourgmestre

    DSC_0029.jpg

    Bientôt le 11 novembre !


    Nous continuons à célébrer l'anniversaire de l'armistice qui mit fin à la première guerre mondiale le 11 novembre 1918.
    Avons-nous raison de poursuivre dans cette voie ? Assurément oui !

    Mais peut-être avec le recul, l'analyse de ces événements maléfiques a-t-elle quelque peu évolué.
    La responsabilité des différents belligérants est assurément engagée. Seule la Belgique n'a rien à se reprocher. Elle était neutre à la fois parce que ses gouvernements le souhaitaient et surtout parce que les différents traités du début du XIX siècle le lui imposaient.
    Ce fut une boucherie comme on n'en avait jamais connue et ceux qui en réchappèrent furent marqués à vie. Il importe que cette tragédie soit relatée aux plus jeunes pour qui le temps ne doit pas avoir pour effet d'effacer l'horreur.
    Tant aussi grave parmi les causes de la 2ème guerre mondiale, figure la 1ère guerre mondiale qui n'a pas pu mettre un terme définitif à la propension de certains aux massacres.

    La 2ème guerre mondiale s'est-elle mieux terminée ? La réponse est double. D'une part, l'Europe occidentale n'a plus connu de conflit grâce à la construction politique de l'Europe. Une ère de paix s'est développée comme on n'en avait plus connue depuis l'empire romain.
    D'autre part, l'invention des armes de destruction massive laissera à tout jamais planer le doute sur la réalisation d'une paix durable dans l'ensemble du monde.
    Et cette dernière considération démontre si c'est nécessaire que les jeunes non seulement doivent se souvenir mais aussi sont concernés.
     
     
    Le Bourgmestre,
    Marcel NEVEN
  • Le mot du Bourgmestre

    dyn008_original_200_279_pjpeg_924_b3892ff7f03d5a4a3a34624c30b0cadc.2.jpg

    Simone VEIL et Marcel LEVAUX honorés par le Conseil Communal de Visé

    Il y a quelques semaines, Simone VEIL nous quittait : il s'agit d'une des dames les plus prestigieuses de notre époque. Incarcérée dans le camp d'Auschwitz puis de Bergen-Belsen, elle put cependant être délivrée par les alliés (les Anglais en l'occurrence). Avocate de grand talent , elle milite plus tard pour la libéralisation de l'avortement. Choisie par le Président Giscard d'Estaing, elle devint ministre dans le gouvernement Chirac dans lequel elle se battit courageusement pour obtenir sa légalisation et elle teint tête aux opposants les plus bornés. Elle fut plus tard Présidente du Parlement Européen.

    Il est difficile d'énumérer tous ses hauts faits. Elle fut encore élue à l'Académie Française.

    Lui octroyer le nom d'une rue à Cheratte est une modeste marque d'admiration.

    Marcel LEVAUX a en commun avec Simone VEIL son opposition radicale au nazisme (et à l'occupant). Très tôt membre de la résistance il fut pour l'envahisseur un adversaire déterminé qui s'illustra par plusieurs hauts faits.

    Il devint ensuite un militant politique et syndical qui se retrouva en 1971 Bourgmestre de Cheratte, puis il fut encore conseiller communal de Visé après la fusion des communes. A cette époque, il fut également député pendant 13 ans.

    C'est l'arboretum de Cheratte-Hauteurs qui lui sera dédié et qui désormais portera son nom. Il se trouve à quelques mètres de la « Belle Fleur » théâtre d'un des exploits de Marcel LEVAUX, en tant que résistant.

    C'est évidemment à l'unanimité que ces appellations éponymes furent votées lors du Conseil Communal de Visé ce lundi 23 septembre 2017.

     

    Marcel Neven,

    Bourgmestre

  • Le mot du Bourgmestre

    DSC_0161_2.JPG

                                                                                             © P. Neufcour

    40ème anniversaire de la fermeture du charbonnage du Hasard à Cheratte

    A l’occasion du 40ème anniversaire de la fermeture du charbonnage du Hasard de Cheratte, le Lions club Visé-Meuse et l’asbl Cheratte 2017 – en partenariat avec Cheratte Quartier de vie, les Compagnons de la Belle-Fleur, les écoles, le musée de Visé et la Ville de Visé – organisent un ensemble d’activités pour célébrer cet événement qui coïncide avec l’aboutissement des travaux d’assainissement du site par la SPI donnant ainsi un nouveau visage et de nouvelles perspectives à Cheratte-bas.

    Les journées du vendredi 27 octobre et du samedi 28 octobre seront les points d’orgue de ces manifestations.

    Du 24 octobre au 2 novembre, dans l’Atelier de couture, 119 rue de Visé, rebaptisé pour l’occasion « l’atelier revisité » se tiendra une exposition d’art contemporain « Lieux industriels revisités ». Nadine Fabry y exposera ses œuvres sur le thème industriel. Seront aussi exposées des peintures de Sophie Verbrouck et Antoine Claes (artiste de Montréal), des photos de Lon Persich et Bernard Rentier ainsi que des sculptures de Giovanni Gelmi.

    A partir du 27 jusqu’au 12 novembre, le musée de Visé organisera dans les locaux du comité de quartier, au rez-de-chaussée de l’ancienne école communale, rue de Visé 121, une exposition « Il y a 40 ans fermait le charbonnage » détaillant et illustrant abondamment la vie du charbonnage de ses origines au 19ème siècle jusqu’à sa fermeture le 30 octobre 1977.

    En parallèle, se déroulera du 27 au 31 octobre au 1er étage de cette ancienne école, dans les locaux de la maison de Quartier, une exposition des travaux des élèves en architecture de l’Ulg. « Rêves d’architectes ». Les plans et maquettes permettent d’imaginer des extensions et aménagements de la Cité-jardin et de la Paire au bois.

    Parallèlement, les écoles de Cheratte-bas organiseront des activités pédagogiques et des expositions en relation avec le passé et le renouveau de Cheratte-bas.

    Le vendredi 27 octobre à 18h aura lieu l’inauguration-vernissage de ce parcours des 3 expositions dans ces 3 lieux juxtaposés.

    A 20h dans la salle du Pacific, rue de Visé, sera projeté le film de Thierry Michel et Pascal Colson « Enfants du Hasard » qui a connu un succès retentissant dans de nombreuses salles wallonnes et qui sera projeté à Aiguillon le 27 novembre.

    Le samedi 28 octobre verra l’harmonie des Houyeux de 17 à 21h animer les rues et rendre hommage aux mineurs par le dévoilement d’un panneau mémoriel sur le site du Hasard.

    Des animations seront proposées par les jeunes et un espace convivial sera ouvert sur la cour de l’école communale en fin d’après-midi.

    La journée se clôturera par un grand feu d’artifice offert par la ville de Visé en face du charbonnage.

    Cette célébration sera une fête pour tous les habitants de Cheratte et une occasion pour tous les habitants de la région liégeoise et de la Basse-Meuse de redécouvrir un quartier et un patrimoine industriel majeur de Wallonie.

     

    Marcel NEVEN – Bourgmestre