Mot du Bourgmestre

  • Le mot du Bourgmestre

    1261441037.jpgVisé : Deux manifestations ce week-end de Pentecôte qui méritent d’être relatées

    1. A propos du jumelage :

    La prochaine édition du jumelage avec la Ville d’Aiguillon aura lieu du 13 au 16 juillet. Ce sera le 60ème anniversaire de cette union entre les deux villes.  Inutile de rappeler que depuis 1958, les mentalités ont considérablement évolué. A l’époque, Aiguillon était une destination exotique : peu de Visétois s’étaient déplacés à une telle distance (un peu plus de 1.000km). Les voyages en avion étaient rares et les autoroutes peu nombreuses.

    La Province de Liège bien consciente de cette particularité organise tous les 5 ans une réception des villes françaises et belges jumelées. Celle-ci eut lieu ces vendredi et samedi passés. Visé et Aiguillon est le plus ancien de ces jumelages (avec Liège-Nancy).

    Pour nous ce fut l’occasion d’organiser une petite réunion de travail pour vérifier que tout était en ordre pour le mois de juillet.

    2. Beaucoup trop de nos concitoyens ont pris la mauvaise habitude de critiquer les enseignants.  Je m’oppose toujours très catégoriquement à ce type de comportement. Brigitte Pirlet-Waroquier a été l’héroïne du film « Enfants du hasard » qui a fait l’admiration de nombreux spectateurs et de différents jurys en Belgique et à l’étranger et elle a aussi reçu le prix du mérite culturel de la Ville de Visé.

    Ce vendredi, une autre manifestation très intéressante également s’est déroulée à l’école communale de Richelle : les classes de 5ème et 6ème primaires (Mr Frédéric Claessens) ont donné une représentation de la pièce « Le dîner de Cons ». Tout qui est monté sur les planches connaît les difficultés de paraître devant le public. Mais affronter de telles difficultés quand on est encore à l’école primaire mérite les plus vives félicitations tant pour les acteurs que pour le metteur en scène (l’instituteur). Bravo et surtout continuez !

     

    Marcel NEVEN - Bourgmestre

  • Le mot du Bourgmestre

    maria_lennertz_001.jpgBientôt, le prix Maria Lennertz

    Chaque année, j’ai l’occasion de rappeler qui fut Maria Lennertz.

    Pour nous qui vivons en temps de paix, il est nécessaire de redire régulièrement que, il y a quelques décennies, ce n’était pas le cas. Ceux qui ont vécu les périodes difficiles des 2 guerres mondiales sont morts pour la plupart, mais notre devoir, par reconnaissance, est de ne pas les oublier et aussi de faire en sorte que les générations plus jeunes sachent à la fois ce qu’ils ont enduré et aussi ce qu’elles-mêmes leur doivent.

    Certains subirent l’occupation allemande avec difficulté et avec crainte. D’autres menèrent une opposition active et souvent dangereuse pour leur vie.

    Certains laissèrent leur vie, d’autres passèrent plusieurs années dans des camps de prisonniers politiques.

    Parmi eux, Maria Lennertz. Une petite femme modeste que j’ai bien connue et dont je n’aurais pas imaginé quels furent ses exploits patriotiques si je n’avais été mis au courant.

    Elle fut emprisonnée mais revint vivante de sa captivité.

    Mais son patriotisme était tel qu’elle décida de décerner un prix de civisme récompensant un élève de 6ème primaire de chaque école de Visé.

    Dans un premier temps, une asbl fut créée et depuis l’année passée, la Ville de Visé a décidé de prendre le relais.

    Les lauréats, selon la formule initiale, se verront remettre un prix le dimanche 3 juin, à 11 heures, à l’Hôtel de Ville.

    Les élèves des différentes écoles auront entre temps la faculté d’accueillir Monsieur Simon Gronowski qui produira un témoignage passionnant et triste à la fois de cette époque. Félicitations aux lauréats mais ayons avant tout un souvenir ému pour Maria Lennertz.

    Marcel NEVEN - Bourgmestre

  • Le mot du Bourgmestre

    139852928.14.jpg

    Photo : archives P. Neufcour

    Dimanche prochain 13 mai, le 20ème Maasmarathon de la Basse-Meuse

    Il y a plus de 20 ans déjà que la Ville de Liège s’était portée candidate pour l’organisation d’un marathon, mais avait déclaré forfait quelques jours avant l’épreuve. Du coup, quelques Visétois dont Pierrot Brouha, Charles Havard le secrétaire communal et moi-même avons décidé avec peut-être un grain de folie de prendre le relais. C’était évidemment sous estimer les difficultés. Mais la fortune sourit aux audacieux. Et dans ce cas-ci, la fortune fut multiple. Il y eut bien entendu Tony Guarino, très féru dans ce genre d’organisation. Il y eut aussi tout le personnel de l’échevinat des sports. Il y eut enfin les nombreux collaborateurs bénévoles.

    Avions-nous les moyens de nos ambitions? Certes non. Mais avec de petits moyens, voilà 20 ans que l’entreprise réussit mettant en évidence que le sport n’est pas toujours une question de gros sous : il reste des exceptions. Les lauréats sont donc chichement récompensés mais ils continuent à apprécier cette manifestation qui comprend 6 compétitions dont ne sont pas exclus les plus jeunes : pour eux, un 300 mètres est organisé. Voilà donc une manifestation avec un grand nombre de collaborateurs, mais aussi la Ville de Maastricht concrétisant une fois de plus la qualification de « Ville Sportive » que porte depuis longtemps Visé. Ce sera déjà le 2ème marathon depuis le décès de Pierrot Brouha et nous ne manquerons pas d’avoir une pensée émue envers lui.

     

    Marcel NEVEN - Bourgmestre

  • Le mot du Bourgmestre

    DSC_5719.jpg

    Deux manifestations sportives différentes mais tout aussi importantes !

    Samedi passé, l’équipe de handball (masculine) de Visé a disputé la finale de la Coupe de Belgique (pour la 2ème fois).

    Le H.C. Visé est de très loin l’équipe la plus talentueuse de la partie francophone du Pays. Elle dispute également pour la deuxième fois la Bene-Ligue (championnat des 6 meilleures équipes néerlandaises et les 6 meilleures équipes belges) .

    La finale de la Coupe de Belgique (après un parcours de haut niveau en coupe d’Europe) était donc la cerise sur la gâteau.

    Félicitations pour cette qualification même si le match ne fut pas remporté. Certains émirent des regrets un peu amers.

    Telle n’est pas ma démarche, se hisser en finale mérite des félicitations et des encouragements pour l’avenir : rappelons aussi que le handball est un sport particulièrement difficile tant du point de vue tactique, technique que physique.

    Le même jour, avait lieu la traditionnelle fête de la gymnastique dont le moins que l’on puisse dire est que les responsables ont de la suite dans les idées. Cette manifestation existait déjà avant la création du hall omnisports (1981) et fut une des motivations qui nous poussèrent Pierre Brouha et moi-même à nous battre pour cette création.

    Les participants sont toujours aussi nombreux et l’objectif (sauf peut-être pour quelques-uns) n’est pas la performance. La participation regroupe des adeptes de qualités différentes mais qui ont tous envie de se surpasser.

    C’est donc une manifestation qui réunit des pratiquants proches des idéaux premiers du sport dont certains malheureusement s’éloignent parfois.

    Le public ne s’y trompe pas et comme d’habitude était nombreux et enthousiaste. Les gymnastes étaient de tout âge mais pas mal était encore fort jeunes.

    Le Bourgmestre,

    Marcel NEVEN

     
  • Le mot du Bourgmestre

    DSC_7673.JPG
    30ème édition du concours de déclamation de la Ville de Visé

    Lorsque j’étais échevin de la culture, j’avais mis sur pied un concours de déclamation réunissant tous les élèves des différentes écoles primaires de Visé, tous réseaux confondus.

    L’objectif était de donner l’occasion dès le plus jeune âge aux enfants fréquentant une école située sur le territoire de Visé de s’exprimer en public.

    Ce n’est pas une opération facile : même les échevins sont confrontés à cette démarche parfois difficile.

    Parallèlement, apprendre à bien dire un texte est une démarche qui repose sur une bonne compréhension, voire une bonne analyse du texte : il s’agit d’une réflexion importante à une époque où l’on aurait tendance à privilégier tout ce qui est mécanique négligeant quelque peu ce qui fait l’homme.

    Voilà 30 ans que nous persévérons à aller dans cette voie. Nous avons donc de la suite dans les idées.

    Cette année, en raison des travaux en cours dans la salle des Tréteaux, cette manifestation se tiendra à l’école communale de Cheratte-Hauteurs, rue de l’Église.

    L’année prochaine, nous pourrons réintégrer la salle du Centre Culturel entièrement transformée et qui sera une des plus originales de Belgique.

     

    Marcel NEVEN - Bourgmestre