Politique

  • Visé : Ordre du jour du Conseil Communal du 23 octobre 2017

     image_preview.png

     Conformément à l'article L1122-12 du code de la démocratie locale et de la décentralisation, nous avons l'honneur de vous convoquer à la séance du conseil communal qui se tiendra à la salle des mariages de l'hôtel de ville de Visé le lundi 23 octobre 2017 à 20.32h.

     

    SÉANCE PUBLIQUE:

    1. Finances – Finances – Crédits urgents – Acceptation.

    2. Hygiène publique – Taux de couverture 2018 en matière de collecte et de traitement des déchets.

    3. Taxes 2018 – Arsenal sur les déchets pour le millésime 2018.

    4. Cultes - Fabriques d’églises – Derniers budgets 2018- Approbation.

    5. Finances – Modification budgétaire n°2 à l’exercice 2017.

    6. CPAS – Modification budgétaire n°2 à l’exercice 2017 - Approbation

    7. CPAS – Budget pour l’exercice 2018 – Approbation.

    8. Finances – Procès-verbal de vérification de caisse, 3ème trimestre 2017 – Notification.

    9. Bâtiments – Crèche colorée de Devant-le-Pont – Décompte final.

    10. Bâtiments – Complexe de la salle Braham – Rénovation des vespasiennes et des colonnes Rambuteau – Mode de passation et conditions du marché.

    11. Bâtiments – Annexe 2 de l’hôtel de Ville – Mise en location du rez-de-chaussée à l’agence locale pour l’emploi – Modification du loyer à la baise par condescendance.

    12. Bâtiments – Horeca de la capitainerie – Reconduction tacite en 2018.

    13. Voirie – Dénomination de la voirie de lotissement entre la rue des Trixhes et la rue Hoignée à Cheratte Haut – Clos Simone Veil.

    14. Voirie sensu lato – Dénomination de l’arboretum et de la tour de la Belle Fleur à Cheratte Haut (Hoignée) – Espace Marcel Levaux

    15. Urbanisme - Permis d'urbanisation - Demonceau - Création de 4 lots destinés à la construction d'habitations unifamiliales et la cession d'une bande de terrain à la Ville de Visé en vue de la création d'un trottoir – Approbation.

    16. Bureaucratie inflationniste – Classement et archivage des dossiers de la Ville et du CPAS de Visé (synergie!) sur base du système DECASEPEL- Mode de passation et conditions du marché.

    17. Règlements complémentaires de police – Adoption.

    18. Propositions étrangères à l'ordre du jour, inscrites à la demande des conseillers communaux (L1122-24 al.3 du CDLD) – Délai de 5 jours francs + note explicative. Questions écrites (5 jours francs) et questions orales d'actualités (L1122-10 §3 du CDLD et 59 à 63 du ROI).

    19. Procès-verbal de la séance publique du 11 septembre 2017 – Adoption.

     

    SEANCE A HUIS CLOS:

    1. Personnel enseignant communal – Désignation d'intérimaires – Ratification.

    2. Personnel enseignant communal – Prises en charge.

    3. Personnel enseignant communal – Admission à la pension de retraite (DHEUR G.)

    4. Personnel enseignant communal – Affectation explicite d’une enseignante.

    5. Justice – SAC – Désignation nominative des fonctionnaires constatateurs communaux - Modification

    6. Propositions étrangères à l'ordre du jour, inscrites à la demande des conseillers communaux (L1122-24 al.3 du CDLD) – Délai de 5 jours francs + note explicative. Questions écrites (5 jours francs) et questions orales d'actualités (L1122-10 §3 du CDLD et 59 à 63 du ROI).

    7. Procès-verbal de la séance à huis clos du 11 septembre 2017– Adoption.

     

    PAR LE COLLÈGE;

    LE COLLÈGE COMMUNAL

    Le DG (secrétaire communal) Le bourgmestre

    Ch. HAVARD M. NEVEN

  • FLASH ! Elections communales visétoises : le cdH s'ouvre aux citoyens et devient "Ensemble"

    0001Fe.jpeg

    0002jt.jpeg

    Comme vient de nous le confirmer Patrick Willems, "la liste "Ensemble" est ouverte à tous, simples citoyens, mais aussi aux membres des autres partis qui désirent continuer à faire de la politique "autrement" et "Ensemble", tout en conservant leur politique basée sur les réalités locales, sans nécessairement devoir suivre une ligne imposée par Bruxelles."

    www.ensemblepourvise.be

  • Féminisme contre démocratie. Un tiers voire la moitié de femmes dans les collèges communaux dès demain

    DSC_0017_2.jpg

                                                                                                                 © P. Neufcour

    Si certains l'ignoraient encore, Chales Havard, le Directeur Général de la ville de Visé est une "pointure" dans le monde des administrations communales. Nous vous faisons part ci-dessous de la réflexion qu'il vient de nous envoyer concernant un "texte anti-démocratique (NDLR)" que le Parlement wallon doit voter aujourd'hui.

    Dans une ignorance quasi-généralisée, le parlement wallon s’apprête à voter en séance plénière, ce mercredi 6 septembre, un texte destiné à ‘garantir une présence équilibrée de femmes et d’hommes au sein des collèges communaux et provinciaux de Wallonie’. Tout collège de pouvoirs locaux devra comporter au maximum deux tiers de membres du même sexe. Actuellement, un collège communal ou provincial doit comporter au moins une femme.

    Un collège communal en Wallonie est composé d’un bourgmestre, d’un président de CPAS et d’un nombre d’échevins variant selon la population, de 2 dans les communes de moins de 1.000 habitants à 9 dans les communes de plus de 200.000 habitants. Un grand nombre de communes wallonnes se trouvent entre 10.000 et 30.000 habitants et le collège comporte donc 7 membres dont 5 échevins. Pour être complet, le collège peut se réduire d’une unité. Donc pour un collège communal de 7 membres, il faudra à l’avenir au maximum deux tiers d’hommes, soit 4 hommes avec 3 femmes, ou l’inverse, ce qui équivaut de facto à une répartition moitié-moitié.

    Au départ ce fut une initiative de deux députés wallons écolos, Monsieur Hazée et Madame Ryckmans. Chaque député est en effet en droit de proposer des textes décrétaux indépendamment des projets du gouvernement. Par un engrenage au sein de la commission des pouvoirs locaux du parlement wallon, les députés de tous les partis ont fini par se rallier à la proposition. C’était le 11 juillet 2017 et la modification en gestation a échappé à presque tous les observateurs, qu’ils soient issus du monde communal ou de la presse. La torpeur de l’été, les caméras sur la métamorphose du gouvernement wallon ont escamoté la diffusion de la nouveauté dans les bases locales. Ce 6 septembre 2017, le texte sera soumis au vote en séance plénière et deviendra texte légal alors même que la plupart des députés qui le voteront ne sont pas intimement convaincus de sa pertinence. Or il est ignoré dans les fondements des communes. Il va provoquer des secousses sismiques dans la majorité des communes de Wallonie.

    L’idée est certes noble

    Assurer une plus grande présence des femmes dans les exécutifs locaux, c’est une tendance depuis plusieurs décennies. Les listes électorales doivent être paritaires, avec l’alternance parfaite homme-femme appelée tirette. L’électeur reste cependant libre de voter pour qui il veut. Les hommes restent majoritairement élus par l’électeur, parce qu’ils disposent peut-être de plus de temps pour s’investir dans le monde politique. Mais de nombreuses femmes ont percé dans les règles ordinaires. Il y a de nombreuses femmes bourgmestres, échevines et présidentes de CPAS. Elles y sont parvenues par leur propre valeur, par le choix de l’électeur et le monde masculin a toujours accueilli ces femmes populaires. Ici avec des quotas obligatoires on contourne les choix électoraux. On va imposer des membres de collèges locaux qui n’ont pas été choisis par l’électeur et on privera de responsabilité certains hommes qui eux ont été plébiscités dans le scrutin. Au terme des échéances électorales locales de 2018, comment expliquera-t-on à l’électeur qu’un homme qui a obtenu 1000 voix de préférence ne peut devenir échevin pour laisser la place à une femme qui a récolté 200 voix de préférence ?

    Les quotas, point final

    Cette proposition de décret est contraire aux attentes des citoyens, au respect des votes exprimés et il va à contre-courant du vote des électeurs. Il va éloigner le mandataire de l’électeur qui ne comprendra pas ces échanges. D’un côté, avec l’élection quasi-directe du bourgmestre, on dit à l’électeur qu’il a son mot à dire pour le choix du premier magistrat communal, mais, d’un autre côté, on lui dit que s’il ne vote pas pour des femmes, on les lui imposera quand même.

    Faut-il pratiquer de la démocratie dirigiste ? Je ne le pense pas. Ce décret va encore plus compliquer le paysage de la gestion publique locale. On sombre davantage encore dans la complication et l’opacité. Les ténors locaux auront un sordide jeu de monopoly à jouer et devront se livrer à un triste marchandage pour savoir qui se sacrifie pour les femmes prioritaires. L’électeur n’en sera que plus dégoûté. Et pourquoi se limiter aux femmes ? Pourquoi ne pas aussi créer d’autres quotas pour assurer au sein des collèges communaux la présence de jeunes, de retraités, d’homosexuels, d’allochtones, de chômeurs, etc. ? Le brouillard va s’épaissir autour de l’institution communale.

    Ce décret va provoquer le découragement

    Ce mécanisme dirigiste va aussi provoquer du découragement. Les volontaires compétents ne sont pas si nombreux qu’on peut l’imaginer pour s’investir dans la gestion publique. Les candidats qui seront écartés pour faire place aux réservataires seront amputés de leur énergie future et ils seront perdus pour l’administration locale.

    Et si les élues n’ont pas l’ambition de monter au collège communal, que deviendront-elles ? Tout conseiller communal n’a pas le désir de s’investir dans l’exécutif. Seront-elles sanctionnées en cas de refus ? N’y aura-t-il pas encore de sourdes pressions ?

    Enfin, n’aurait-on pas pu consulter la base locale avant de la dynamiter ? Les penseurs du parlement wallon ont concocté ce texte sans même prendre la température dans les communes ? Les bourgmestres, échevins et présidents de CPAS ne sont même pas au courant de qui se trame dès demain et qui va exploser l’alchimie électorale. Le gouvernement wallon ne comporte que deux femmes sur sept membres, mais la Wallonie imposerait à toutes les communes d’en avoir trois là où elle ne pratique pas elle-même sa propre norme. Il urge de diffuser l’information dans les fondements de la démocratie que sont les communes pour qu’un appel à la raison et à la réflexion soit adressé au parlement wallon avant qu’il ne sape la crédibilité d’un grand nombre de collèges communaux. Et c’est ce mercredi que cela va se passer.

    On me taxera peut-être de misogynie pour mes propos tenus, mais il urge d’exprimer certaines vérités simples qui raffermissent la vraie démocratie et pas les soi-disantes avancées dont on se congratule et qui ne sont finalement que des reculades dans la limpidité démocratique.

     

    Charles HAVARD

    Directeur général d’une commune de 17.500 habitants

    Auteur de l’ouvrage ‘Manuel pratique de droit communal en Wallonie’.

    Que dire de plus ?

    Encore une fois, l'électeur, vous, moi, allons nous faire "rouler dans la farine" sous de fallacieux prétextes. Une preuve de plus, si besoin en était, qu'en politique, la compétence de l'individu, qu'il soit homme ou femme, importe peu. En ces temps troublés, où le citoyen lambda ne perçoit plus le monde politique que comme une "soupe glauque" est-il bien utile d'en rajouter encore ? A chacun son avis, mais personnellement, je ne me sens pas rassuré par les décisions de ceux qui veulent s'affirmer comme "les gardiens de la démocratie. (P. Neufcour)

  • Gouvernement wallon: voici la répartition des portefeuilles par parti, avec un ministre en moins que précédemment

    Le nouveau gouvernement wallon comptera sept ministres, soit un de moins que l’exécutif précédent, ont confirmé les présidents du MR, Olivier Chastel, et du cdH, Benoît Lutgen, sur les ondes de la RTBF et de Bel-RTL. Les libéraux disposeront de quatre ministres dans la nouvelle équipe, tandis que les humanistes en auront trois.

    La ministre-présidence de ce gouvernement, dont le casting sera dévoilé ce mercredi, reviendra au Mouvement Réformateur. Les libéraux hériteront également des compétences de l’économie et l’industrie, de l’emploi et de la formation, du budget et des finances, de l’énergie et du climat ainsi que des pouvoirs locaux et de la politique des grandes villes, a expliqué M. Chastel sur Bel RTL. Le MR sera aussi en charge du logement, des infrastructures sportives et des aéroports

    Les trois ministres cdH obtiendront pour leur part la santé, les affaires sociales, l’environnement et l’aménagement du territoire, les travaux publics ainsi que la fonction publique, a précisé M. Lutgen sur La Première.

    MR et cdH disposent à deux d’une courte majorité de 38 sièges sur 75 au Parlement de Wallonie, soit le strict nécessaire. Le 19 juin dernier, Benoît Lutgen avait appelé à former de nouvelles majorités sans le PS en Wallonie, en Fédération Wallonie-Bruxelles et à Bruxelles, rompant une alliance de près de 13 ans.

    Lisez m'article complet dans nos éditions "digitales" ou "Papier"

  • Ordre du jour de la séance du Conseil Communal du 19 juin 2017

    image_preview.png

    Préambule :

    - 20h01 : Assemblée générale de l’asbl Petite Enfance

    - 20h16 : Assemblée générale de l’asbl Centres culturels

    Conformément à l'article L1122-12 du code de la démocratie locale et de la décentralisation, nous avons l'honneur de vous convoquer à la séance du conseil communal qui se tiendra à la salle des mariages de l'hôtel de ville de Visé le lundi 19 juin

    2017 à 20.32h.

     

    SÉANCE PUBLIQUE:

    1. Finances – Subsides 2017 – Octroi (fête de la Wade, ... )
    2. Finances – Crédits urgents – Acceptation.
    3.   Conseillers communaux – Désignation en remplacement de Claude Melen à l’AG de la SPI.
    4. Intercommunales - CHR Citadelle, INTRADEL, IMIO, SPI, AIDE, ECETIA's, CILE, IILE, PUBLIFIN, ISOSL, NEOMANSIO, AIDE… - Position sur les points des assemblées générales pré-estivales.
    5. Cultes – Fabriques d’église – Saint-Lambert à Lixhe –  Comptes 2016.
    6. Urbanisme - Permis d'urbanisme INFRABEL - Suppression des passages à niveau n°15 (entre la Rue du Curé et la Rue Césaro) et n°16 (entre la Rue Pierre Andrien et la rue Joseph Lhoest)  et la construction d'un passage inférieur et de deux couloirs sous-voie - Accord conseil communal.
    7. Taxes pour documents administratifs – Modification du règlement
    8. Régie communale Braham – Comptes 2016.
    9. Règlement général de police – Modification sous forme d’un addendum pour les mineurs.
    10. Hygiène publique - Collecte hebdomadaire des crasses vertes non professionnelles - Approbation du mode de passation et conditions du marché.
    11. Immobilier – Accord sur les tantièmes de l’acte de base Albert Ier.
    12. Immobilier – Site classé de l’ancien charbonnage de du Hasard de Cheratte Bas – Convention de partenariat avec la SPI.
    13. Enfance – Reprise en gestion directe de la crèche de Devant-le-Pont – Création de crédits urgents et intention future quant à l’asbl Petite Enfance.
    14. Civisme – Création du conseil consultatif Maria Lennertz.
    15. Voiries – Réfection des rues pavées de l’entité – Mode de passation et conditions du marché.
    16. Investissements publics – PIC 2017-2018 - Sélection d'un auteur de projet / Égouttage et aménagement de la rue Voie Mélard à Cheratte - Approbation des conditions du marché et du mode de passation.
    17. Matériel informatique - Achat et maintenance du logiciel de population - Mode de passation et conditions du marché.
    18. Propositions étrangères à l'ordre du jour, inscrites à la demande des conseillers communaux (L1122-24 al.3 du CDLD) – Délai de 5 jours francs + note explicative. Questions écrites (5 jours francs) et questions orales d'actualités (L1122-10 §3 du CDLD et 59 à 63 du ROI).
    19. Procès-verbaux des séances publiques des 28 mars et 8 mai 2017 – Adoption.

     

                PAR LE COLLÈGE; 

    LE COLLÈGE COMMUNAL

     

    Le DG (secrétaire communal)                                        Le Bourgmestre

    Ch. HAVARD                                                                    M. NEVEN