Quartiers

  • Cheratte Haut a maintenant sa Maison de Quartier

    DSC_4711.JPG

    Charles, Joaquin et Mohamed

    Si Cheratte Hauteur a sa sa maison de quartier, c'est en grande partie à grâce au travail de Charles Charneux, un jeune étudiant. 

    Charles est étudiant en 3ème année "Assistant Social" à l'Helmo. Dans le cadre du Plan Social de Cohésion, il a été invité par l'Echevinat de la Famille de Visé à venir effectuer son stage de fin d'études dans la Cité de l'Oie. L'étudiant s'est donné pour but de redynanamiser le quartier en axant prioritairement son action sur les jeunes.

    "J'ai tout d'abord parcouru les rues à la rencontre des jeunes, nous explique-t-il, je voulais connaître leurs attentes, leurs souhaits. Mais il me fallait aussi savoir si ils étaient demandeurs d'une maison de quartier, et si le projet pouvait être viable".

    DSC_4719.JPG

    Tout de suite, Charles a obtenu des réactions positives. De nombreux jeunes se sont montrés intéressés et se sont investis dans le projet. "Nous avons réhabilité un local, une annexe du club de foot local. Il a été repeint, meublé, équipé d'une TV et d'un comptoir. Nous sommes à la recherche d'un babyfoot, d'un jeu de fléchettes, de jeux de table..." 

    Mais, comme le futur assistant social le fait remarquer, il ne s'agit pas d'une maison de jeunes. Le local est destiné à accueillir également des adultes, voire des personnes plus âgées. Le but est de parvenir à une meilleure intégrations entre personnes de cultures et d'âges différents.

    Mohamed Lamrah et Joaquin Menendez sont les deux animateurs de cette "maison de quartier". C'est à eux qu'incombe la tâche de gérer les activités futures. "Nous envisageons des sorties ciné, la participation au potager communautaire... Nous en sommes au tout début, d'autres activités suivront"

    Lors de leur prise de parole, hier à l'inauguration, tant Patrick Willems, l'échevin de la Famille, que Marcel Neven, le bourgmestre, se sont félicités du résultat obtenu. Et ce n'est pas la présence de nombreux jeunes sur place qui les contrediront. Tous se sont attachés à mettre en exergue le travail réalisé par Charles Charneux.

    Charles est arrivé au mois de décembre et termine son stage le 3 mars. Il peut être fier du travail qu'il a réalisé.

    DSC_4712_2.JPG

    Eda, la jeune stagiaire 

    Compte tenu des diverses cultures cohabitant à Cheratte, ce sont surtout les garçons qui fréquentent la Maison de quartier. Eda Ackadag, élève en 2ème année du même établissement que Charles, vient d'arriver en stage à Visé. Sa tâche sera de tenter d'attirer des jeunes filles, pas nécessairement au même moment que les garçons. "Ce sera à eux de décider " nous confie-t-elle. Rude tâche que celle qui attend Eda...

    Pour notre part, nous ne pouvons que féliciter tous ceux et celles qui se sont investis dans la création de ce lieu de rencontres multiculturel, multiconfessionnel et inter-générationnel. Bonne route à tous. 

    (Quelques photos lors de l'inauguration en marge droite)

  • Richelle : c'est aujourd'hui que le navire "Chez Hugo" reprend la mer

    DSC_4378.JPG

    C'est à l'occasion de la St-Valentin que "Chez Hugo", le désormais célèbre glacier richellois ouvre ses portes pour une nouvelle saison. Entouré de son fidèle équipage, c'est maintenant sous les ordres de Benjamin Vanderheyden que le navire reprend sa route. Assisté de son épouse, le jeune "Meilleur Artisan Glacier de Belgique" va ainsi perpétuer le savoir-faire - le savoir glacer - de son mentor, Georges Stebel.

    Bonne route, Monsieur Vanderheyden, c'est tout ce que l'on peut vous souhaiter. (Et à bientôt pou un caramel/beurre salé)

  • Des élèves de Cheratte au coeur d'un film

    B9711095345Z.1_20170210210937_000+GGG8GKB78.1-0.jpg

    Durant un an, les réalisateurs Thierry Michel et Pascal Colson ont posé leurs caméras dans la classe des 6ème primaires de l’école communale de Cheratte. Un an durant lequel il a filmé les joies, les peines, les doutes et l’évolution de huit enfants de 11 ans, dont sept sont musulmans et d’origine turque. Un film-documentaire bouleversant.

    Reconnu internationalement, et après avoir filmé durant 25 ans l’Afrique, le réalisateur belge Thierry Michel est revenu à un thème qui lui est cher : l’enfance. Et pas n’importe comment : en installant ses caméras dans la classe de 6ème primaire de l’école communale de Cheratte. Une école qu’il n’a pas choisie par hasard. À part le petit Lucas, les huit élèves de 11 ans sont tous musulmans et issus de l’immigration turque. La plupart sont ainsi des petits-enfants d’un mineur qui a travaillé dans le charbonnage du Hasard, situé juste en face de leur école. Durant un an, Thierry Michel et Pascal Colson ont ainsi suivi ces futurs ados qui sont à une année charnière de leur vie et qui ont en ligne de mire, le CEB. Avec leurs mots bien à eux et leurs réflexions bien de leur âge, reflets également de leur éducation religieuse, ils nous parlent de certains thèmes, de leurs doutes et de leurs rêves. «  Ils sont à un âge fondamental. Ils se posent des questions et sont à l’aube d’une rupture », explique Thierry Michel. «  Jusque-là, ils vivaient en vase clos. Mais ils vont bientôt devoir quitter la matrice protectrice pour aller découvrir le monde. Et pour eux, Liège, c’est déjà un autre monde  ».

    Comme on le découvre dans le documentaire, ces enfants habitent Cheratte, vont à l’école à Cheratte et ne quittent pas vraiment Cheratte. En suivant le parcours de ces huit enfants, Thierry Michel et Pascal Colson ont aussi mis en lumière le travail extraordinaire de leur institutrice, Brigitte. Institutrice dans cette école depuis 1988, elle a créé un lien tout particulier et très fort avec ses élèves, dont elle a, pour la plupart, également eu les parents en classe.

    Toujours par le dialogue, elle fait réfléchir les enfants sur leur vie, leur histoire, leur religion et aussi l’actualité. Des enfants que l’on voit parfois, déjà, tiraillé entre leur vie familiale, communautaire et religieuse et la société occidentale dans laquelle ils vivent. « Les Enfants du Hasard » montre aussi et avant tout le rôle essentiel d’une institutrice primaire qui aide ses élèves à entrer dans un monde de grands. Durant un an, Thierry Michel et Pascal Colson ont réussi à faire oublier leur caméra pour nous livrer un documentaire intimiste, spontané et parfois émouvant sur la vie de ces huit enfants et de leur institutrice. À voir absolument.

    Source : La Meuse. 
     
  • VISÉ – TRAVAUX SUR LE PONT DES ALLEMANDS

    59c7cc36368d30880ac87b4f0a978183-1439213752.jpg

    La Ville de Visé vous convie à une réunion d’information concernant les travaux qui vont avoir lieu prochainement sur le Pont des Allemands.

    Cette réunion se déroulera le jeudi 19 janvier 2017, à 19h00, au réfectoire de l’école communale de Devant-le-Pont – rue de Tongres n°10 à 4600 Visé.

    La société INFRABEL vous présentera le projet et ce sera l’occasion pour les habitants du quartier de prendre connaissance du planning, de l’organisation générale du chantier…   

    Le Bourgmestre,

    Marcel NEVEN

     

  • Le Canard Richell'Oie nouveau est sorti

    sweet17 logo
    img 600 290
     

    L'asbl Les Rendez-Vous de Richelle
    a le plaisir de vous proposer son nouveau bimestriel

    Le Canard Richell'Oie

    distribué en toutes-boites et via cette messagerie.
    _______________________________________

    A Richelle, l'hiver est traditionnellement égayé par le Petit déj' chez le Glacier Hugo.
    Le 5 février, ne le manquez pas avec les nouveaux responsables Benjamin et Sarah Vanderheyden, accompagnés par Georges et Ana Streibel.


    Retrouvez tous les détails et le bon de réservation dans ce numéro.

    Au plaisir de vous rencontrer à Richelle !

    Cliquez sur le lien ci-dessous pour ouvrir le bimestriel.

    Aquarelle de Jean Lemeunier

     
    LE CANARD RICHELL'OIE - JANVIER 2017

     

     
    Version en ligne   |   Se désinscrire
    img 600 290