Sécurité routière

  • Crash mortel de Visé : on en sait un peu plus

    fullsizeoutput_121ac.jpeg

    D'après les renseignements que nous avons pu obtenir, la victime décédée lors de l'accident est un représentant de commerce de la région namuroise âgé de 61 ans. Quand au camion "fou" qui a provoqué l'accident, le conducteur en aurait perdu le contrôle suite à l'éclatement d'un pneu. Tous les tests qui lui ont été imposés se sont révélés négatifs.

    Fait interpellant

    L'utilisation de pneus rechapés est est autorisée en Belgique (pneus re-manufacturés) ce type de pneu peut donc équiper les poids lourds. Nous avons tous eu l'occasion  d'apercevoir sur les bandes de circulation ou la bande d'arrêt d'urgence des autoroutes ce type de bande de roulement qui s'était décollées d'un pneu. La photo prise hier sur les lieux de l'accident montre une de ces bandes de roulement décollée d'un pneu. N'y aurait-il pas là lieu à revoir la législation qui autorise l'usage de ce type de bandage pneumatique "réparés", quand on sait qu'ils équipent souvent des véhicules dont la masse atteint parfois les 40 tonnes et circulant à 90 km/h?

    (Texte et photo © P. Neufcour)

  • La propreté publique : une priorité en Wallonie

    image003.jpg

    Sous l'impulsion du ministre Di Antonio, la Wallonie a fait une priorité de la propreté publique. De nombreuses campagnes ont déjà été organisées sur ce sujet ces derniers mois.

    Cette fois, c'est le réseau routier qui est visé. La Sofico et la cellule Wallonie plus propre se sont associées pour lancer une campagne d'affichage visant à sensibiliser les usagers de la route. Soutenue par le ministre Carlo Di Antonio cette campagne sera visible durant tout le mois de mars. Une affiche portant le slogan "Tous ensemble pour une Wallonie plus propre" sera placée sur les près de 300 panneaux qui bordent les autoroutes et voies importantes.

    Une action d'envergure 

    La SOFICO et le SPW s’associent pour concentrer leurs moyens en vue de prolonger l’action du Grand Nettoyage de Printemps sur le réseau routier wallon. Cette action sera menée les 23, 24 et 25 mars prochains par la Cellule Be Wapp pour une Wallonie plus propre.

    Une action en deux temps :

    1. Le GNP pour les bénévoles (citoyens, écoles, clubs de sport, voisins, entreprises, groupes d’amis, mouvements de jeunesse…) : 23, 24 et 25 mars 2018 ;

    2. Le GNP pour les professionnels sur les routes : du 26 au 30 mars 2018 A la sortie de l’hiver, de nombreux professionnels prendront le relais des bénévoles et s’activeront pour nettoyer autoroutes et nationales wallonnes pendant la semaine du 26 au 30 mars.

    Ramassage des déchets bordant les voiries, nettoyage des panneaux de circulation, des filets d'eau seront au menu pour les professionnels. Ce sera également l'occasion de rappeler que tous les petits déchets générés lors d'un trajet doivent être conservés à bord du véhicule afin d'être jetés dans les poubelles des aires de repos ou une fois arrivés à destination. En un an, près de 4.300 tonnes de ces déchets sont ramassés sur nos autoroutes, et cela pour un budget de 6 millions d'euros!

    Rappelons que la présence de ces déchets est tout d'abord une nuisance pour notre environnement, mais qu'ils sont susceptibles de boucher les avaloirs et ainsi augmenter les risques d'aquaplanage en cas de fortes pluies.

     (P. Neufcour)

  • Lixhe : le pont s'est soulevé de 50 centimètres

    DSC_0233.JPG

    Gros incident de matin, lorsque des automobilistes ont constaté que le pont de la rue des Cimentiers à Lixhe (Nationale 602, pont surplombant la rue de la Croix et amenant à la bretelle d'autoroute) s'était soulevé d'une hauteur, par endroit, avoisinant les 50 cm.

    DSC_0236.JPG

    La circulation est  bien évidemment interdite tant sur que sous le pont. L'accès aux villages de Lixhe et de Lanaye est ainsi rendu extrêmement malaisé. La police, les ingénieurs et responsables du MET ainsi que de la construction de l'ouvrage d'art sont sur place afin de tenter de comprendre ce qu'il s'est passé. 

    Une des hypothèses qui circulait sur les lieux évoque le fait que le gel de cette nuit aurait provoqué la contraction des câbles d'acier qui soutiennent le tablier du pont. Cependant, depuis 1984, date de sa construction, l'ouvrage d'art a subi d'autres fortes gelées sans qu'aucun problème ne se soit jamais manifesté.

    DSC_0237.JPG

    D'après Guy Jolly, le directeur de communication de la ville de Visé, es service de la zone de police de la Basse-Meuse sont en train d'établir un itinéraire de déviation afin de rendre de nouveau possible l'accès tant à Lixhe qu'à Lanaye.

    Selon les dégâts que nous avons pu constater, la remise en état de l'ouvrage d'art prendra "un certain temps".

    (Texte et photos © P. Neufcour)

  • Saive : un jeune garçon de 12 ans perd la vie, fauché par une voiture

    DSC_0143.JPG

                                                                         © P. Neufcour

    Il était environ 16h00 cet après-midi lorsque le drame s'est déroulé. Venant de Saive, et se dirigeant vers Bellaire, le bus 67 s'est arrêté rue Parfondvaux à hauteur de la cité afin de débarquer des passagers. Un jeune garçon de 12 ans, accompagné de sa soeur a débuté la traversée de la chaussée devant le bus. Alors que la jeune victime voulait rejoindre son domicile tout proche, il a été fauché par une voiture qui dépassait le bus arrêté. Projeté sur le bas côté de la route, l'enfant est décédé sur le coup. Sa soeur est physiquement indemne mais a été témoin de la scène. Le Parquet, averti, est descendu sur place. Ce sont les policiers de la zone Basse-Meuse qui se sont occupés des constatations. l'article complet dans votre Meuse de demain.

    (P. Neufcour)

  • Un quartier de Visé plongé dans le noir

    0001sQ.jpeg

                                                                                Photo : Street view

    Cela fait maintenant une semaine que le soir venu, une partie des rues de Visé est plongée dans le noir. Luc Lejeune, échevin de la Mobilité, du Développement territorial de l'Entretien et du bien-être animal le confirme : " II s'agit de l'allée des Platanes, de l'allée des Acacias, d'une portion de la rue de Maastricht et d'e la rue de la Brousse. Cette zone, proche du centre ville, héberge aussi plusieurs établissements scolaires et un quartier d'habitations. Cette situation présente encore un risque accru au moment où les parents amènent les enfants dans les écoles."

    Cette situation peut provoquer un sentiment d'insécurité chez certains, d'autant plus que les réparations nécessaires ne seront pas effectuées dans l'immédiat. Résa, l'opérateur, est au courant (sans jeu de mots).

    "Nous insistons tous les jours pour que le nécessaire soit fait le plus rapidement possible, mais pour Résa cela ne semble pas être une priorité. Le travail s'effectuerait, au mieux, vers le milieu de la semaine prochaine." Et de conclure : "Nous sommes contraints d'attendre le bon vouloir de l'opérateur car il s'agit de matériel de Résa. C'est donc uniquement cet opérateur qui doit gérer ls défectuosités de l'éclairage public..." (P. Neufcour)