Sécurité routière

  • Sécurité routière - Communiqué de la SOFICO

     

    image004.jpg

    Chantier ? Lève le pied ! 

    La SOFICO lance, avec le soutien du Ministre wallon des Travaux publics et de la Sécurité routière Carlo DI ANTONIO, une campagne visant à sensibiliser les usagers à l’importance de ralentir à l’approche des chantiers autoroutiers et de respecter les limitations de vitesse imposées.

     

    5aaa5de5cd709bfa6acb9f36.jpg

    UNE VITESSE MIEUX ACCEPTEE QUAND LES AGENTS SONT VISIBLES… ET POURTANT !

     

    Une enquête de l’Agence Wallonne de la Sécurité Routière sur l’acceptabilité de la vitesse sur autoroute en zone de chantier nous apprend que la vitesse de 70 km/h, généralement imposée en cas de travaux, serait jugée acceptable par une très large majorité de Wallons : de jour, comme de nuit, 75% minimum estiment cette vitesse acceptable.

     

    • Lorsque les ouvriers sont visibles, de jour comme de nuit, ce chiffre grimpe même jusqu’àplus de 95%.

     

    • Par contre, lorsque les ouvriers ne sont pas visibles, les Wallons sont plus nombreux à contester cette limitation : 25% de jour et 21,5% de nuit.

     

    fullsizeoutput_13ff0.jpeg

     

    La visibilité des ouvriers[1] joue donc un rôle dans l’acceptabilité de la vitesse. Pourtant, s’il est évident que lever le pied à hauteur d’un chantier concourt à la sécurité du personnel qui y travaille – souvent à très forte proximité du trafic - il est important de rappeler qu’un chantier, avec ou sans ouvriers en activité, reste une zone de danger pour tout conducteur puisque la configuration habituelle de la voirie est modifiée : les bandes de circulation sont rétrécies, déviées, …

    Il est donc essentiel de respecter les limitations de vitesse pour sa propre sécurité et pour celle des autres usagers. Par ailleurs, on peut également rappeler que les agents de terrain peuvent être présents mais non visibles (exemple : travail sous un pont…).

     

    ACCEPTER… MAIS RESPECTER ?

    Si une très large majorité de Wallons dit accepter cette vitesse, ce n’est pas pour autant qu’elle est respectée sur le terrain. Dans son récent baromètre  européen de la conduite responsable, la Fondation VINCI Autoroutes a mis en exergue que les conducteurs belges sont les plus nombreux parmi les 11 pays sondés à reconnaître oublier de ralentir à proximité d’un zone de travaux en dépit du risque que cela peut entraîner pour le personnel qui y intervient : ils sont 67%.

     

    EN QUELQUES CHIFFRES…

    Chaque année, sur les autoroutes wallonnes, à hauteur d’un chantier, on recense en moyenne[2] 4 décès et 145 blessés (90 accidents). 

     

    Chaque semaine, sur les autoroutes belges, deux camions absorbeurs de chocs, qui accompagnent les chantiers mobiles, sont endommagés suite à un accident de circulation.

    ***

    Cette campagne, qui sera affichée pendant tout le mois d’août sur les 300 panneaux qui bordent les autoroutes et principales nationales de Wallonie rappellera donc à chacun l’importance de ralentir à proximité d’une zone de chantier.

     

    Elle sera également déclinée dans une vidéo disponible sur la page Facebook, le compte Twitter et le site Web de la SOFICO.

    Vous pouvez télécharger via ce lien les affiches et la vidéo de la campagne :

    https://we.tl/wW6vli5Fcw

     

    Contact : Héloïse WINANDY | Porte-parole de la SOFICO | +32 495 28 43 46 | +32 42 31 67 39 | heloise.winandy@sofico.org

     

  • GÉRER SES DÉCHETS : AUSSI SUR LES AIRES D’AUTOROUTES

     

    Opé_propreté_sur_Aire_autoroute_2.jpg

     Avec la complicité de Freddy Tougaux, le Ministre de l’Environnement Carlo DI ANTONIO, Wallonie plus propre et la Sofico lancent une campagne originale et humoristique pour sensibiliser les usagers à la propreté des aires de repos.


    Une série de 6 vidéos tournera à partir de ce lundi sur les réseaux sociaux. Filmées avec la complicité de Freddy Tougaux - l’as du micro-terroir aux millions de vues sur YouTube - ces capsules ont pour objectif, à la veille des départs en vacances, de sensibiliser les usagers des aires de repos à différentes problématiques en lien avec la propreté publique, et ce de façon humoristique.

    La campagne débute ce lundi 18 juin et durera 6 semaines. Un sujet différent sera abordé chaque semaine :

    1. Comment faire bon usage des aires de repos, en y déposant exclusivement les déchets générés en cours de route ?
    2. Comment choisir la bonne poubelle ?
    3. La propreté sur les aires de repos, qu’est-ce que c’est exactement ?
    4. Que faire de ses mégots de cigarettes ?
    5. Un petit besoin sur la route ?
    6. Que faire des déchets générés dans son véhicule ?

    Les vidéos seront publiées à raison d’une par semaine sur les réseaux sociaux de Wallonie Plus Propre (Facebook, Instagram et Youtube) et de la SOFICO (Facebook et Twitter). 

    Retrouvez la première vidéo en exclusivité via ce lien.

     

    Etre propre, sur les aires, comme à la maison !

    La Wallonie compte plus de 100 aires autoroutières : près de 70 sont non concédées et 40 sont concédées à des pétroliers ou à des PME qui y assurent l’entretien et une offre de services (sanitaire 24/sur 24, station essence, shop et restauration avec large horaire d’ouverture). Carte disponible via ce lien :

    http://www.sofico.org/sites/default/files/contribute/Communiques/Carte%20aires%20autoroutieres_2018.pdf

     

    Tous les petits déchets générés lors d’un trajet doivent impérativement être conservés dans le véhicule et jetés dans les poubelles prévues à cet effet sur les aires de repos ou lors de l’arrivée à destination.

    « Ce geste simple permet non seulement de préserver l’environnement mais il évite également un désagrément visuel et un sentiment d’insécurité. Les dépenses publiques sont également diminuées : sur une année, un peu plus de 3.000 tonnes de déchets sont ramassés dans et autour des poubelles des aires autoroutières pour un montant de 2 millions d’€ et 1.200 tonnes sont ramassées sur le domaine public (autoroutes, échangeurs, aires) pour un montant d’un peu plus de 4 millions d’€ » explique le Ministre DI ANTONIO.

    Eviter de se débarrasser de ses emballages de nourriture et de boissons n’importe où, c’est également veiller à la sécurité de tous, puisque ces déchets sont susceptibles de boucher des avaloirs et donc, d’augmenter le risque d’aquaplanage en cas de fortes pluies.

    Pour rappel, toute personne qui jetterait une canette, un mégot, ou tout autre déchet par la fenêtre de son véhicule s’expose à une sanction de 100 € (montant majoré depuis le 1er janvier 2016).

    Soulignons par ailleurs que l’apport de sacs-poubelle contenant des déchets autres que ceux générés lors du trajet (exemple : déchets ménagers) dans ou à côté des poubelles d’une aire autoroutière, donne également lieu à une sanction de minimum 150 €.

    Enfin, la SOFICO, la Direction Générale des Routes du Service Public de Wallonie, en collaboration avec la cellule Be WaPP et Fost Plus ont lancé un projet pilote de tri  sur 9 aires de repos non concédées du district autoroutier de Liège. Elles ont ainsi été équipées d’un dispositif permettant aux usagers de séparer les PMC (bouteilles et flacons en Plastique, emballages Métalliques et Cartons à boissons) des autres déchets qu’ils déposent dans les poubelles des aires. Ce projet pilote et son évaluation sont toujours en cours et feront l’objet d’une communication ultérieure.

     

    A PROPOS DE WALLONIE PLUS PROPRE

    La propreté publique est l'affaire de tous. Pour mobiliser toutes les énergies autour de cet enjeu, un plan d’actions pour une Wallonie Plus Propre, établi en référence au cahier 5 relatif à la propreté publique du Plan wallon déchets-ressources à l’initiative du Ministre wallon de l’Environnement Carlo DI ANTONIO, est coordonné par la Cellule Be WaPP, pour une Wallonie Plus Propre(www.walloniepluspropre.be).

    Cette cellule est le fruit d’un accord de partenariat signé le 1er février 2016 entre la Wallonie et les entreprises qui commercialisent des produits emballés sur le marché belge, représentées par Fost Plus, Comeos et Fevia.

    A PROPOS DE LA SOFICO

    La SOFICO est le gestionnaire des autoroutes et principales nationales de Wallonie, soit un réseau d’environ 2.300 km, en ce compris les aires autoroutières. Elle bénéficie pour ces missions de l’assistance technique de la Direction générale des Routes et Bâtiments du Service public de Wallonie.

     

    Wallonie infrastructures SOFICO

    Héloise Winandy
    Porte-parole – Responsable de la Communication
    Rue Canal de l’Ourthe 9/3 • 4031 Angleur
    Mob. : +32 (0)495 28 43 46

    Tél. : +32 (0)4 231 67 39
    www.sofico.org

    (Communiqué)

  • Crash mortel de Visé : on en sait un peu plus

    fullsizeoutput_121ac.jpeg

    D'après les renseignements que nous avons pu obtenir, la victime décédée lors de l'accident est un représentant de commerce de la région namuroise âgé de 61 ans. Quand au camion "fou" qui a provoqué l'accident, le conducteur en aurait perdu le contrôle suite à l'éclatement d'un pneu. Tous les tests qui lui ont été imposés se sont révélés négatifs.

    Fait interpellant

    L'utilisation de pneus rechapés est est autorisée en Belgique (pneus re-manufacturés) ce type de pneu peut donc équiper les poids lourds. Nous avons tous eu l'occasion  d'apercevoir sur les bandes de circulation ou la bande d'arrêt d'urgence des autoroutes ce type de bande de roulement qui s'était décollées d'un pneu. La photo prise hier sur les lieux de l'accident montre une de ces bandes de roulement décollée d'un pneu. N'y aurait-il pas là lieu à revoir la législation qui autorise l'usage de ce type de bandage pneumatique "réparés", quand on sait qu'ils équipent souvent des véhicules dont la masse atteint parfois les 40 tonnes et circulant à 90 km/h?

    (Texte et photo © P. Neufcour)

  • La propreté publique : une priorité en Wallonie

    image003.jpg

    Sous l'impulsion du ministre Di Antonio, la Wallonie a fait une priorité de la propreté publique. De nombreuses campagnes ont déjà été organisées sur ce sujet ces derniers mois.

    Cette fois, c'est le réseau routier qui est visé. La Sofico et la cellule Wallonie plus propre se sont associées pour lancer une campagne d'affichage visant à sensibiliser les usagers de la route. Soutenue par le ministre Carlo Di Antonio cette campagne sera visible durant tout le mois de mars. Une affiche portant le slogan "Tous ensemble pour une Wallonie plus propre" sera placée sur les près de 300 panneaux qui bordent les autoroutes et voies importantes.

    Une action d'envergure 

    La SOFICO et le SPW s’associent pour concentrer leurs moyens en vue de prolonger l’action du Grand Nettoyage de Printemps sur le réseau routier wallon. Cette action sera menée les 23, 24 et 25 mars prochains par la Cellule Be Wapp pour une Wallonie plus propre.

    Une action en deux temps :

    1. Le GNP pour les bénévoles (citoyens, écoles, clubs de sport, voisins, entreprises, groupes d’amis, mouvements de jeunesse…) : 23, 24 et 25 mars 2018 ;

    2. Le GNP pour les professionnels sur les routes : du 26 au 30 mars 2018 A la sortie de l’hiver, de nombreux professionnels prendront le relais des bénévoles et s’activeront pour nettoyer autoroutes et nationales wallonnes pendant la semaine du 26 au 30 mars.

    Ramassage des déchets bordant les voiries, nettoyage des panneaux de circulation, des filets d'eau seront au menu pour les professionnels. Ce sera également l'occasion de rappeler que tous les petits déchets générés lors d'un trajet doivent être conservés à bord du véhicule afin d'être jetés dans les poubelles des aires de repos ou une fois arrivés à destination. En un an, près de 4.300 tonnes de ces déchets sont ramassés sur nos autoroutes, et cela pour un budget de 6 millions d'euros!

    Rappelons que la présence de ces déchets est tout d'abord une nuisance pour notre environnement, mais qu'ils sont susceptibles de boucher les avaloirs et ainsi augmenter les risques d'aquaplanage en cas de fortes pluies.

     (P. Neufcour)

  • Lixhe : le pont s'est soulevé de 50 centimètres

    DSC_0233.JPG

    Gros incident de matin, lorsque des automobilistes ont constaté que le pont de la rue des Cimentiers à Lixhe (Nationale 602, pont surplombant la rue de la Croix et amenant à la bretelle d'autoroute) s'était soulevé d'une hauteur, par endroit, avoisinant les 50 cm.

    DSC_0236.JPG

    La circulation est  bien évidemment interdite tant sur que sous le pont. L'accès aux villages de Lixhe et de Lanaye est ainsi rendu extrêmement malaisé. La police, les ingénieurs et responsables du MET ainsi que de la construction de l'ouvrage d'art sont sur place afin de tenter de comprendre ce qu'il s'est passé. 

    Une des hypothèses qui circulait sur les lieux évoque le fait que le gel de cette nuit aurait provoqué la contraction des câbles d'acier qui soutiennent le tablier du pont. Cependant, depuis 1984, date de sa construction, l'ouvrage d'art a subi d'autres fortes gelées sans qu'aucun problème ne se soit jamais manifesté.

    DSC_0237.JPG

    D'après Guy Jolly, le directeur de communication de la ville de Visé, es service de la zone de police de la Basse-Meuse sont en train d'établir un itinéraire de déviation afin de rendre de nouveau possible l'accès tant à Lixhe qu'à Lanaye.

    Selon les dégâts que nous avons pu constater, la remise en état de l'ouvrage d'art prendra "un certain temps".

    (Texte et photos © P. Neufcour)