Sécurité routière

  • Chantiers : Dès le 1er panneau, je réagis !

    image002.jpg

     

    Le retour du printemps sera synonyme, en ce mois de mars, de la réapparition de nombreux chantiers sur le réseau routier. Certains d’entre eux, de courte durée et parfois mobiles, peuvent particulièrement surprendre les usagers. Le Ministre wallon des Travaux publics et de la Sécurité routière, Maxime PREVOT et la SOFICO, ont donc décidé de consacrer la campagne de sensibilisation de ce mois de mars à l’importance de suivre dès que possible les injonctions délivrées par les premiers panneaux de signalisation, en amont de ces chantiers. 

    En 2016, environ 10.000 chantiers de courte durée ont été réalisés sur les autoroutes wallonnes. Ces travaux, dont la durée varient entre moins d’une heure et maximum une journée, peuvent parfois être mobiles. La SOFICO tient à rappeler l’importance d’être vigilant à l’approche de ces chantiers et de respecter les injonctions figurant sur les premiers panneaux de signalisation. Ils peuvent inciter à libérer dès que possible une voie de circulation ou à diminuer sa vitesse. Pour rappel, sur autoroute, 500 mètres peuvent être parcourus en 15 secondes.

    De très nombreux usagers semblent encore trop peu attentifs puisque chaque semaine, sur les autoroutes belges, au moins deux camions absorbeurs de chocs, destinés à protéger les ouvriers, sont endommagés suite à un accident de la circulation. 

    On recense chaque année, en moyenne, sur les autoroutes wallonnes, 3 décès et 123 blessés suite à des accidents survenus à hauteur de chantiers (80 accidents).

    Respecter la signalisation, c’est à la fois assurer sa propre sécurité, mais également celle des autres usagers, et des ouvriers qui travaillent souvent à forte proximité avec le trafic.

    Cette campagne sera affichée sur les 300 panneaux qui bordent les autoroutes et principales nationales de Wallonie pendant tout le mois de mars.

     

     

  • Drame à Berneau - Décès de la passagère

    DSC_4808_2_2.JPG

    Nous avons appris que la passagère de la Renault Duster sur laquelle un arbre s'était abattu hier n'a pas survécu à ses blessures. Elle est malheureusement décédée dans les heures qui ont suivi.

    Des responsables du SPW "routes" sont venus sur place ce matin. Il a été décidé d'abattre sept arbres qui se sont révélés être potentiellement dangereux. La rue des Fusillés sera donc fermée à toute circulation ce jour et le week-end.

    Le sujet fera l'entrée du journal télévisé de RTL et sera repris dans les informations sur RTC Liége et Télévesdre.

    Suite aux nombreux commentaires de lecteurs évoquant la responsabilité de la commune de Dalhem, il me paraît utile de préciser qu'il s'agit d'une "route nationale" (la 608) qui est gérée par le Service Public Wallonie. 

  • Drame à Berneau : un arbre s'abat sur une voiture. Le conducteur est mort sur le coup, les jours de sa passagère sont en danger

     DSC_4808_2.JPG

    Il était environ 22 hr ce jeudi soir lorsque le drame s'est déroulé. Une Dacia Duster circulait à Dalhem Berneau, rue des Fuslliés, venant de Warsage et se dirigeant vers Berneau. C'est à ce moment u'un violent coup de vent a déraciné un arbre implanté le long de la voie publique. Le végétal s'est écrasé sur le toit de la voiture, "laminant", pour ainsi dire, le véhicule.

    DSC_4812.JPG

    A bord, les deux personnes originaires de la région d'Aubel. Le conducteur, né en 1972 a été tué sur le coup. Sa passagère, elle en est sortie vivante, mais très grièvement blessée. Ses jours sont considérés comme étant en danger. Les identités des victimes ne nous ont pas été communiquées. 

    DSC_4809.JPG

    La zone de police Basse-Meuse se charge du constat d'usage, un expert a été délégué sur les lieux. La voirie a été dégagée par les pompiers.

    (Texte et photos  © P. Neufcour)

  • Plan "Lumière 4.0."

    image001.jpg

    Pour un éclairage intelligent sur les autoroutes et les principales routes wallonnes

    Conformément à la volonté de Maxime PREVOT, Ministre wallon des Travaux publics et de la Sécurité routière, l’éclairage qui équipe actuellement les autoroutes wallonnes et les nationales du réseau structurant, soit les nationales 2X2 bandes, sera entièrement remplacé par des luminaires de nouvelle technologie. Il s'agira de lumières LED dont l’intensité pourra être pilotée à distance en fonction de divers critères.

    En effet, le Conseil d’Administration de la SOFICO a approuvé, ce vendredi 27 janvier, le scénario qui permettra l’installation d’un éclairage plus écologique, plus économique et plus performant sur le réseau structurant, soit sur près de 2.300 km.

    Depuis 3 ans, l’éclairage du réseau structurant - qui compte plus de 63.000 supports et près de 73.000 luminaires - fait l’objet d’une réflexion approfondie menée par la SOFICO, le Ministre des Travaux publics, le SPW, ainsi que d’un consortium d’étude (STIBBE-HEXXA-EGIS-PWC) choisi au terme d’une sélection européenne.

    Cette réflexion a abouti à trois scénarii qui ont tous été étudiés pour atteindre des objectifs d’utilisation des nouvelles technologies, de respect de l’environnement, d’économie d’énergie et de sécurité routière, en maintenant au minimum l’éclairage des zones à risques, comme les rings, échangeurs, entrées et sorties d’autoroutes, carrefours, zones en agglomération :

    1.   Le maintien de l’éclairage aux endroits déjà actuellement équipés (autoroutes, rings, échangeurs, entrées et sorties, nationales) ;

    2.   La limitation de l’éclairage aux rings, échangeurs, entrées et sorties d’autoroutes et sur les nationales (suppression en berme centrale sur autoroutes) ;

    3.   La limitation de l’éclairage aux rings, échangeurs, entrées et sorties d’autoroutes et de nationales, carrefours et zones en agglomération (suppression sur les nationales hors agglomération, zones de conflits et sur les bermes centrales d’autoroutes).

    Concrètement, il s'agit, à la demande du Ministre, du scénario n°1, soit le maintien de l’implantation sur les autoroutes, rings, échangeurs, entrées et sorties d’autoroutes et nationales, qui a été retenu après avoir comparé les avantages et inconvénients de chaque formule, étant donné :

     

    -      le faible impact qu’entrainerait la suppression de l’éclairage en berme centrale - qui ne représente pas plus de 15% du patrimoine - et le coût significatif de son démantèlement ;

    -      les effets équivalents d’économie d’énergie qui peuvent être obtenus grâce à l’utilisation du LED et de la modulation de l’intensité de l’éclairage associés ;

    -      les surcoûts de l’adaptation du marquage et du balisage sur les secteurs qui deviendraient non éclairés ;

    -      la volonté de préserver un éclairage optimal et sécurisant sur le réseau wallon. L’enjeu de la sécurité routière a donc également largement pesé dans la balance.

    UN ECLAIRAGE INTELLIGENT

    Des luminaires LED remplaceront l’éclairage au sodium. Ils sont moins énergivores (environ 30% de diminution de consommation), nécessitent moins d’entretien et présentent une durée de vie plus longue. Ils sont donc plus écologiques et plus économiques. Ils offrent également un meilleur rendu des couleurs et un éclairage moins diffus, ce qui améliorera d’autant la visibilité et la sécurité de tous les usagers.

    L’intensité de l’éclairage sera modulable suivant le trafic, l’heure, les conditions météorologiques, la présence de chantier ou encore l’accidentologie. Elle sera pilotée, à la demande, depuis le centre Perex 4.0.

    Le scénario choisi permettra enfin d’assurer de nuit, ou lorsque la visibilité est réduite par les conditions météorologiques, la sécurité lors d’interventions des services de secours, le confort de route des usagers, la protection des usagers faibles sur les nationales.

    Par ailleurs, des possibilités technologiques novatrices pourront être proposées par les soumissionnaires, comme par exemple, un "faisceau" de lumière qui suivrait le trajet d’un véhicule, un passage « surlumineux » dès l’arrivée d’un piéton,…

    UN RENOUVELLEMENT COMPLET DES LE DEBUT DE L’ANNEE 2018

    Un appel à candidatures sera lancé par la SOFICO durant ce premier semestre 2017 (procédure négociée avec publicité européenne) pour conclure un contrat à performance de type DBFMO (Design, Build, Finance, Maintain et Operate). S’en suivra alors une sélection de candidats à qui sera transmis le cahier des charges fixant les exigences de la SOFICO notamment en matière de niveau d’éclairage et d’économie d’énergie. L’objectif est de pouvoir attribuer ce marché, estimé à environ 30 millions € par an, pour débuter les travaux courant 2018. La durée de ce contrat sera de 20 ans, avec obligation du maintien des performances durant toute la durée de celui-ci.

    Le Ministre wallon des Travaux publics, Maxime PREVOT, se réjouit de cette décision du Conseil d’administration de la SOFICO. Faire évoluer les installations existantes vers un système « intelligent » permettra non seulement de diminuer la facture énergétique liée aux équipements routiers mais également d’éclairer les endroits les plus stratégiques avec une intensité adaptée aux conditions de circulation et d'accroître encore davantage la sécurité routière sur les routes wallonnes.

    (Communiqué)

     

  • La peur de sa vie ce jeudi sur l'E25 à hauteur de Wandre: il croise un conducteur fantôme alors qu'il quitte l'autoroute (vidéo)