Terrorisme

  • NICE FRAPPEE PAR LA TERREUR

    0001c7.jpeg

    - 14 juillet sanglant à Nice

    - Météo : une perte de 25° par rapport à l'an passé

    - Charles Michel invite des Ansois au défilé du 21 juillet

    - Politique : COOLS, ou le courage

    - Braquage dans une librairie à Hermée

    - Dauvister double ses effectifs avec EDF Luminus

    - Objectif Miss Belgique

    - Des travaux citoyens plutôt que des amendes

    - Eric Hanquet, atteint d'un handicap mental, pris en otage par son beau-père au Maroc

    - Saint-Martin, ce n'est pas toujours le rêve... Le corps de Wendy reviendra samedi

    - Thierry Bodson (FGTB) : "On appauvrit les gens et les communes"

    - Tour de France : il fallait courir

    - Froome : deux poids deux mesures?

    - Thomas De Gendt, comme Eddy Merckx

    - L'Angleterre et l'Italie se disputent Witsel

    - Morandini a usurpé la photo d'une Belge

    - En pleine expansion et rénovation en 2016, le CRH Citadelle recrute

    - Etc, etc...

     

  • Visé: la police découvre des armes et un coran chez Hazamat, un jeune homme de 23 ans

    1882575220_B978717240Z.1_20160520202255_000_G076R6J9N.1-0.jpg

                                                                                                          P.N.

    Hazamat, un Visétois de 23 ans, a été interpellé le 15 avril dernier dans le cadre d’un dossier de voiture volée. Plus inquiétant, lors d’une perquisition à son domicile, on a aussi retrouvé des armes et un coran...

    (Rédaction en ligne)

     Le 15 avril dernier, une patrouille de la zone de police Secova a interpellé Hazamat, un jeune Visétois de 23 ans, en compagnie de deux autres individus. Lors de la fouille d’Hazamat, les policiers ont notamment découvert un trousseau de clés d’un véhicule signalé volé la veille.

    Entendu dans un premier temps par les services de police, Hazamat a été déféré devant un juge d’instruction. Un mandat de perquisition a été délivré à son encontre et la police s’est donc rendue à son domicile.

    Chez lui, les policiers de la BLR de Visé vont faire une découverte surprenante... Des armes et un coran seront retrouvés parmi ses affaires, et emportés par les services ad hoc.

    Un dossier a été envoyé à un des magistrats en charge de la matière terroriste au parquet de Liège.

    Retrouvez tous les détails de cette information dans La Meuse Liège de ce vendredi 21 mai.

  • Mohamed Abrini, recherché depuis les attentats de Paris, a été arrêté ce vendredi à Anderlecht avec un complice du kamikaze de Maelbeek

    1383330101_B978342442Z.1_20160408174506_000_GO76IBG6P.1-0.jpg

    Mohammed Abrini (31 ans) a été interpellé, ont annoncé la VRT et la RTBF vendredi vers 16h15. Un deuxième suspect a également été intercepté. Les interpellations ont eu lieu à Anderlecht, selon la VRT.

    Le parquet fédéral a confirmé que la police avait procédé à deux interpellations mais n’a pas souhaité faire de commentaires à ce sujet. Mohammed Abrini serait plus que vraisemblablement l’homme au chapeau aperçu sur les images des caméras de surveillance de l’aéroport de Zaventem le matin des attentats, selon la VRT et la RTBF.

    La deuxième personne interpellée serait Osama K :

    1940220984_B978342475Z.1_20160408180212_000_G7S6IC2E7.1-0.jpg

    Il s’agirait de la personne aperçue à la station de métro Pétillon en compagnie de Khalid El Bakraoui, l’homme qui s’est fait sauter à la station de métro de Maelbeek, selon les deux chaînes publiques. D’après la RTBF, ce serait lui qui aurait acheté, au centre commercial City2 à Bruxelles, les sacs ayant servi lors des attentats du 22 mars.

    Mohammed Abrini, Belgo-Marocain, avait été filmé deux jours avant les attaques parisiennes en compagnie de Salah Abdeslam, à la station-service de Ressons-sur-Matz, près de Compiègne, dans l’Oise, sur l’autoroute en direction de Paris. Mohamed Abrini était au volant de la Renault Clio qui avait été retrouvée à Paris après les attentats. Mohamed Abrini et Salah Abdeslam, tous deux originaires de Molenbeek, avaient encore été vus la veille des attentats à Bruxelles.

    Mohamed Abrini est suspecté d’avoir séjourné en Syrie. Son jeune frère Souleymane a rejoint l’Etat islamique en janvier 2014 et est mort huit mois plus tard. Ce jeune frère aurait combattu dans la même cellule qu’Abdelhamid Abaaoud. Mohamed Abrini a été condamné à plusieurs reprises pour des délits de droit commun, principalement pour des vols avec violence.

    Selon les deux chaînes, l’ADN de Mohammed Abrini avait été retrouvé dans l’appartement rue Max Roos à Schaerbeek, d’où étaient partis les auteurs de l’attentat de Brussels Airport le 22 mars. (Rédaction en ligne)

     

  • Attentats de Bruxelles: le Conseil des Théologiens refuse de réciter une prière dédiée aux victimes "pas toutes musulmanes"


    1168046769_B978213278Z.1_20160325001945_000_GJP6FDUUV.1-0.jpg

    Dès ce jeudi, l’Exécutif des musulmans de Belgique avait annoncé dans nos colonnes vouloir planifier une action pour ce vendredi au sein des mosquées du pays suite aux attentats de Bruxelles. Mais également, d’unifier un discours pour la prière du vendredi 25 mars. Finalement, son Conseil des Théologiens a préféré appeler tous les imams de Belgique à consacrer le sermon du vendredi au refus de toute forme de radicalisme, de fanatisme et de terrorisme, sans faire de déclaration commune à toutes les mosquées.

    Une position qui manque de fermeté dénoncée par certains membres de la communauté musulmane. Mais plus encore. Lors d’un conseil, comme nous l’affirment plusieurs sources, les représentants religieux ont refusé de demander aux imams de réciter la sourate « Al-Fatiha » (l’ouverture) en hommage aux victimes des attentats. Et ce, parce que les victimes ne sont pas toutes musulmanes. « Ils ont prétexté que cela n’était pas prévu dans les codes rituels. C’est-à-dire qu’il n’est pas prévu dans la pratique de dédier une prière à des non-musulmans. »

    Une information qui nous a été confirmée par l’islamologue Michaël Privot. « Il a été refusé de réciter cette prière en hommage à des « mécréants » pour reprendre les propos. Une minute de silence a également été proposée lors de la réunion, qui a été une nouvelle fois refusée », ajoute-t-il.

    Cette position n’a pas été exprimée d’une seule voix. La proposition a été mise sur la table et a été discutée, mais le refus l’a emporté. « Que peut-on attendre d’un corps de garde qui se base sur une matière prémâchée ? Plus que jamais, il faut un sursaut de la part de la communauté musulmane. Car c’est en leur nom qu’on commet des actes barbares. Que ce soit réciter Al-Fatiha ou observer une minute de silence, il faut une initiative unanime. Les représentants religieux expriment finalement une rupture avec l’altérité », dénonce l’une de nos sources. (Rédaction en ligne)

     
  • Bassenge: victime des attentats de Bruxelles, Aline Bastin demeure introuvable

    816512203_B978205808Z.1_20160324110919_000_GR86F8P82.1-0.jpg

    La situation d’Aline, une jeune femme de 29 ans originaire de Bassenge, suscite toujours les plus vives inquiétudes quant à son état de santé. Hier, ses parents ont passé la journée à l’hôpital de Neder-Over-Heembeek. Ils ont également rencontré le DVI. « Mon mari a téléphoné aux hôpitaux, moi aussi. Nous refaisons le 1771 qu'il est conseillé de répéter toutes les heures. Mais encore une fois, Aline ne sait certainement pas décliner son nom », expliquait sa maman en marge de l’avis de recherche lancé sur les réseaux sociaux. (Rédaction en ligne)