Vandalisme

  • GÉRER SES DÉCHETS : AUSSI SUR LES AIRES D’AUTOROUTES

     

    Opé_propreté_sur_Aire_autoroute_2.jpg

     Avec la complicité de Freddy Tougaux, le Ministre de l’Environnement Carlo DI ANTONIO, Wallonie plus propre et la Sofico lancent une campagne originale et humoristique pour sensibiliser les usagers à la propreté des aires de repos.


    Une série de 6 vidéos tournera à partir de ce lundi sur les réseaux sociaux. Filmées avec la complicité de Freddy Tougaux - l’as du micro-terroir aux millions de vues sur YouTube - ces capsules ont pour objectif, à la veille des départs en vacances, de sensibiliser les usagers des aires de repos à différentes problématiques en lien avec la propreté publique, et ce de façon humoristique.

    La campagne débute ce lundi 18 juin et durera 6 semaines. Un sujet différent sera abordé chaque semaine :

    1. Comment faire bon usage des aires de repos, en y déposant exclusivement les déchets générés en cours de route ?
    2. Comment choisir la bonne poubelle ?
    3. La propreté sur les aires de repos, qu’est-ce que c’est exactement ?
    4. Que faire de ses mégots de cigarettes ?
    5. Un petit besoin sur la route ?
    6. Que faire des déchets générés dans son véhicule ?

    Les vidéos seront publiées à raison d’une par semaine sur les réseaux sociaux de Wallonie Plus Propre (Facebook, Instagram et Youtube) et de la SOFICO (Facebook et Twitter). 

    Retrouvez la première vidéo en exclusivité via ce lien.

     

    Etre propre, sur les aires, comme à la maison !

    La Wallonie compte plus de 100 aires autoroutières : près de 70 sont non concédées et 40 sont concédées à des pétroliers ou à des PME qui y assurent l’entretien et une offre de services (sanitaire 24/sur 24, station essence, shop et restauration avec large horaire d’ouverture). Carte disponible via ce lien :

    http://www.sofico.org/sites/default/files/contribute/Communiques/Carte%20aires%20autoroutieres_2018.pdf

     

    Tous les petits déchets générés lors d’un trajet doivent impérativement être conservés dans le véhicule et jetés dans les poubelles prévues à cet effet sur les aires de repos ou lors de l’arrivée à destination.

    « Ce geste simple permet non seulement de préserver l’environnement mais il évite également un désagrément visuel et un sentiment d’insécurité. Les dépenses publiques sont également diminuées : sur une année, un peu plus de 3.000 tonnes de déchets sont ramassés dans et autour des poubelles des aires autoroutières pour un montant de 2 millions d’€ et 1.200 tonnes sont ramassées sur le domaine public (autoroutes, échangeurs, aires) pour un montant d’un peu plus de 4 millions d’€ » explique le Ministre DI ANTONIO.

    Eviter de se débarrasser de ses emballages de nourriture et de boissons n’importe où, c’est également veiller à la sécurité de tous, puisque ces déchets sont susceptibles de boucher des avaloirs et donc, d’augmenter le risque d’aquaplanage en cas de fortes pluies.

    Pour rappel, toute personne qui jetterait une canette, un mégot, ou tout autre déchet par la fenêtre de son véhicule s’expose à une sanction de 100 € (montant majoré depuis le 1er janvier 2016).

    Soulignons par ailleurs que l’apport de sacs-poubelle contenant des déchets autres que ceux générés lors du trajet (exemple : déchets ménagers) dans ou à côté des poubelles d’une aire autoroutière, donne également lieu à une sanction de minimum 150 €.

    Enfin, la SOFICO, la Direction Générale des Routes du Service Public de Wallonie, en collaboration avec la cellule Be WaPP et Fost Plus ont lancé un projet pilote de tri  sur 9 aires de repos non concédées du district autoroutier de Liège. Elles ont ainsi été équipées d’un dispositif permettant aux usagers de séparer les PMC (bouteilles et flacons en Plastique, emballages Métalliques et Cartons à boissons) des autres déchets qu’ils déposent dans les poubelles des aires. Ce projet pilote et son évaluation sont toujours en cours et feront l’objet d’une communication ultérieure.

     

    A PROPOS DE WALLONIE PLUS PROPRE

    La propreté publique est l'affaire de tous. Pour mobiliser toutes les énergies autour de cet enjeu, un plan d’actions pour une Wallonie Plus Propre, établi en référence au cahier 5 relatif à la propreté publique du Plan wallon déchets-ressources à l’initiative du Ministre wallon de l’Environnement Carlo DI ANTONIO, est coordonné par la Cellule Be WaPP, pour une Wallonie Plus Propre(www.walloniepluspropre.be).

    Cette cellule est le fruit d’un accord de partenariat signé le 1er février 2016 entre la Wallonie et les entreprises qui commercialisent des produits emballés sur le marché belge, représentées par Fost Plus, Comeos et Fevia.

    A PROPOS DE LA SOFICO

    La SOFICO est le gestionnaire des autoroutes et principales nationales de Wallonie, soit un réseau d’environ 2.300 km, en ce compris les aires autoroutières. Elle bénéficie pour ces missions de l’assistance technique de la Direction générale des Routes et Bâtiments du Service public de Wallonie.

     

    Wallonie infrastructures SOFICO

    Héloise Winandy
    Porte-parole – Responsable de la Communication
    Rue Canal de l’Ourthe 9/3 • 4031 Angleur
    Mob. : +32 (0)495 28 43 46

    Tél. : +32 (0)4 231 67 39
    www.sofico.org

    (Communiqué)

  • Dalhem : des cadavres de moutons le long de la Berwinne

    14484758_10210691982562809_3969066293907997686_n.jpg

                                                                      Photo : Serge Belleflamme
     
    Alors qu’il comptait profiter du charme des endroits bucoliques situés entre Aubin-Neufchâteau et Val-Dieu pour réaliser quelques clichés dont il a le secret, Serge Belleflamme a découvert l’horreur. Le docteur en médecine vétérinaire dalhemois, habitué à la prise de photos liées à la beauté de la nature et du monde animalier, est tombé sur des restants de cadavres de cinq moutons le long de la Berwinne.  
    Lorsqu’il a le temps, Serge Belleflamme parcourt les plus beaux coins de la commune de Dalhem. Armé de son appareil photo, il a l’habitude de déceler la présence d’animaux rares ou de constater des faits naturels pour le moins étonnants. Amoureux de la photographie, il n’hésite d’ailleurs pas à capturer ces instants de pur bonheur. Avant de publier les clichés sur son compte Facebook.
     
    Mais ce samedi, alors qu’il effectuait sa tournée matinale, le docteur en médecine vétérinaire a rapidement déchanté. « Je voulais profiter du charme de la vallée de la Berwinne », énonce-t-il. « Je suis ainsi passé par le bois de Mauhin avant de redescendre vers la rivière. Soudain, j’ai vu des sachets au loin. Je me suis approché et j’ai senti une odeur nauséabonde. J’ai rapidement compris que quelque chose ne tournait pas rond. Et lorsque j’ai vu ce qui se trouvait dans les sachets, j’ai été choqué. Il y avait des restants de cinq moutons au sol. Surtout des peaux et des organes digestifs putréfiés dans des sacs. L’odeur pestilentielle me fait dire que ce dépôt ne date pas de samedi. C’est répugnant. Je n’avais jamais vu ça dans notre belle commune»
     
     
    DES MOUTONS SANS TÊTE
     
    Outré, Serge Belleflamme a trouvé des indices permettant de déceler l’une des causes probables de ce dépôt clandestin. « Des carcasses de moutons sans tête à une telle période de l’année, on se doute de quel genre de personnes ça peut venir… Il ne s’agit pas d’un dépôt d’une entreprise, mais bien de la part de particuliers. Ces derniers tuent les moutons, ne savent ensuite que faire des restes de bêtes et les jettent n’importe où. Ils ne respectent pas la loi belge. Et encore moins celle au sujet du bien-être des animaux, la loi sur l’abattage de ceux-ci et la loi sur la protection de l’environnement et des cours d’eau. Le hic, c’est que si on laisse ces carcasses le long de la Berwinne, cela pourrait devenir infectieux pour d’autres animaux. Il est donc primordial d’enlever rapidement ces sacs ! À ce sujet, j’ai essayé de contacter la commune. Les ouvriers communaux devraient, je l’espère, vite réagir . »
     
    À noter que Serge Belleflamme a posté une photo de ce dépôt clandestin sur son compte Facebook. Les réactions ont rapidement fusé. À l’instar du docteur en médecine vétérinaire, tout le monde est outré.
    Écœurant. Scandaleux. Dégueulasse. Voici les adjectifs le plus souvent utilisés pour qualifier ce triste spectacle. (Yannick Goebbels)
  • Visé: une cinquantaine de pneus jetés au bord des étangs de la Julienne

     

    709220652_B978412322Z.1_20160417110221_000_GPF6JU54C.2-0.jpg

                                                                                              Photo : Lem

    Ce samedi, des promeneurs, mais aussi des bénévoles occupés à nettoyer les abords des étangs de la Julienne, à Argenteau (Visé) ont eu la mauvaise surprise de tomber sur une cinquantaine de pneus jetés dans la nuit de vendredi à samedi.

    La nuit de vendredi à samedi, une cinquantaine de pneus ont été déversés à quelques mètres de l’entrée des étangs de la Julienne à Argenteau.

    La Ville de Visé a constaté les faits ce samedi matin alors qu’elle organisait une journée de nettoyage de printemps. Des bénévoles étaient d’ailleurs présents aux Étangs et à la Darse de Cheratte. Un camion communal viendra enlever ces pneus ce lundi afin de rendre accueillant cet endroit de verdure. (Rédaction en ligne)