Vie communale

  • Modifications Au Règlement communal portant sur les Funérailles et les Sépultures

    thumbnail_ecu_vise2_v2.jpg

    En date du 18 février 2019, le Conseil communal a adopté et ratifié certaines modifications au Règlement du 30 juin 14. Le nouveau texte est porté à la connaissance de la population. (Ndlr : Bonne journée)

    Chapitre 1

    Article 1 : Pour l’application du présent règlement, on entend par :

    - Gestionnaire : proches du défunt ou entrepreneur mandaté par la famille qui, au moment du décès, se chargent des formalités administratives et reprennent les obligations du défunt.

    - Bénéficiaire d’une concession de sépulture (ayant droit) : personne désignée par le titulaire de la concession pour pouvoir y être inhumée. Après le décès du concessionnaire, les bénéficiaires peuvent, de commun accord, décider de l'affectation des places non désignées ou des places désignées devenues libres. A défaut d'accord, les ayants droit du concessionnaire peuvent prendre la décision.

    - Concessionnaire : personne qui conclut le contrat de concession de sépulture avec l’Administration communale. Il s’agit du titulaire de la concession.

    - Déclarant : personne venant déclarer officiellement un décès

    - Indigent : personne sans ressources ou disposant de ressources insuffisantes pour couvrir ses besoins élémentaires en référence à la loi du 26 mai 2002 concernant le droit à l’intégration sociale.

    - Administration : autorités publiques communales ou son représentant à l'exception des fossoyeurs.

    - Mode de sépulture : manière dont la dépouille mortelle est détruite notamment par décomposition naturelle ou crémation.

    - Concession de sépulture : contrat aux termes duquel la Commune cède à une ou deux personnes appelée(s) concessionnaire(s), la jouissance privative d’une parcelle de terrain ou d’une cellule de columbarium située dans l’un des cimetières communaux. Le contrat est conclu à titre onéreux et pour une durée déterminée (30 ans) renouvelable par tranche de dix ans (10 ans). La parcelle de terrain ou la cellule doit recevoir une affectation particulière : la parcelle est destinée à l’inhumation de cercueils ou d’urnes cinéraires, la cellule est destinée au dépôt d’urnes cinéraires.

    - Caisson d’inhumation : fosse murée préfabriquée posée à l’initiative de la Ville à des fins de revente.

    - Caveau : ouvrage souterrain de la concession destiné à contenir un ou plusieurs cercueils, une ou plusieurs urnes cinéraires. Les caveaux peuvent être traditionnels ou préfabriqués.

    - Fosse : excavation destinée à contenir un ou deux cercueils, une ou plusieurs urnes cinéraires.

    - Cavurne : ouvrage souterrain de la concession destiné à contenir une ou plusieurs urnes cinéraires.

    - Columbarium : structure publique obligatoire dans tous les cimetières, constituée de cellules destinées à recevoir une ou plusieurs urnes cinéraires pour une durée déterminée.

    - Cellule de columbarium : espace concédé destiné à recevoir une ou plusieurs urnes cinéraires.

    - Champs commun : zone du cimetière réservée à l’inhumation des corps ou des urnes cinéraires en pleine terre pour une durée de 5 ans. Espace non concédable.

    - Ossuaire : monument mémoriel fermé, situé dans le cimetière, où sont rassemblés les restes mortels ou les cendres provenant des sépultures désaffectées.

    - Aire de dispersion des cendres : espace public obligatoire dans chaque cimetière réservé à la dispersion des cendres.

    - Parcelle aux étoiles : espace réservé aux fœtus et enfants de moins de sept (7) ans.

    - Cimetière traditionnel : lieu géré par la Ville de Visé dans le but d’accueillir tous les modes de sépulture prévus par le présent règlement.

    - Cimetière cinéraire : lieu géré par la Ville de Visé et réservé à la dispersion des cendres et à l’inhumation des urnes.

    - Sépultures d'importance historique locale : toute sépulture qui peut être considérée comme un élément du patrimoine local funéraire est reconnue sépultures d'importance historique local. Il peut s'agir d'une sépulture à valeur patrimoniale qui se justifie par son intérêt historique, artistique, social, technique ou paysager.

    - Zone conservatoire : espace du cimetière destiné à accueillir des éléments du petit patrimoine sélectionnés pour leur valeur mémorielle historique, architecturale ou artistique, sans relation avec la présence d’un corps.

    - Corbillard : véhicule hippomobile ou automobile affecté au transport des cercueils et des urnes cinéraires.

    - Crémation : réduction en cendres les dépouilles mortelles dans un établissement crématoire.

    - Défaut d’entretien et/ou état d’abandon : état d’une tombe, constaté par le personnel communal, caractérisé par le manque manifeste d’entretien : tombe malpropre, envahie par la végétation, délabrée, effondrée, en ruine, ou dépourvue des signes indicatifs de sépultures exigés par le présent règlement.

    - Inhumation : placement en terrain concédé ou non-concédé d’un cercueil contenant les restes mortels ou d’urne cinéraire soit dans la terre soit dans un caveau soit dans une cellule de columbarium.

    - Exhumation : retrait d’un cercueil ou d’une urne cinéraire de sa sépulture.

    - Exhumation de confort : exhumation réalisée à l’initiative ou au bénéfice d’un concessionnaire.

    - Levée du corps : enlèvement du cercueil de la maison mortuaire ou du funérarium.

    - Mise en bière : opération qui consiste à placer la dépouille dans un cercueil, en vue d’une inhumation ou d’une incinération.

     

    CHAPITRE 2 : GENERALITES

    Article 2 : Sauf dérogation expresse du Bourgmestre ou de son Délégué, les cimetières de la Ville sont ouverts au public tous les jours, samedis, dimanches et jours fériés inclus. L'administration communale décide du jour et de l'heure des funérailles en conciliant les nécessités du service des sépultures, du service des cimetières et les désirs légitimes des familles. Les inhumations, dispersions et mises en columbariums se feront selon une grille horaire de 9h à 16h30’ (fin de la dernière opération) du 1er octobre au 31 mars et de 9h à 17h30 (fin de la dernière opération) du 1er avril au 30 septembre. Les samedis seront couverts par une grille allégée allant de 9h à 16h (fin de la dernière opération) quelle que soit la saison. 

    Quiconque pénètre dans le cimetière, le visite ou y accompagne un convoi, a l’obligation de s’y comporter avec la décence et le respect dus à la mémoire des morts. Toute personne qui se rend coupable d’une action inconvenante peut être expulsée par le fossoyeur responsable du cimetière, le responsable communal ou par la police sans préjudice des sanctions prévues à l’article 70 du présent règlement.

    Article 3 : Les ministres des différents cultes reconnus ou les représentants de la laïcité peuvent procéder librement aux cérémonies funèbres propres à leur religion ou philosophie, en se conformant aux dernières volontés du défunt si elles sont connues ou, à défaut, des proches et en respectant les législations régionales et communales.

    Article 4 : Pour des motifs exceptionnels tels que des conditions atmosphériques out des circonstances familiales spéciales empêchant l'inhumation (pris dans le sens général) ou la dispersion, celles-ci peuvent être reportées de commun accord avec la famille lorsque celle-ci a manifesté sa volonté d'y assister. L'urne cinéraire ou le cercueil est alors conservé dans un caveau d'attente.

     

    CHAPITRE 3 : REGISTRE DES CIMETIERES

    Article 5 : Le service sépultures, implanté à l'Hôtel de Ville de Visé, rue des Récollets, 1, est chargé de la tenue du registre général des cimetières. Ce registre est conforme aux modalités arrêtées par le Gouvernement wallon.

    Article 6 : Il y est tenu un plan général des cimetières actualisé. Ces plan et registre sont déposés au service sépultures de l’Administration communale. La personne qui souhaite localiser la tombe d’un défunt s’adressera au service sépultures.

    Article 7 : Les dépouilles mortelles sont placées dans un cercueil. Un embaumement peut être autorisé dans les cas déterminés par la tutelle régionale. En cas de thanatopraxie, les substances Thana chimiques utilisées garantissent la putréfaction cadavérique de la dépouille mortelle dans les 2 ans du décès ou permettent sa crémation. L’emploi des cercueils en polyester, de gaines en plastic, de linceuls, de produits et de procédés empêchant soit la décomposition naturelle et normale des corps, soit la crémation, est strictement interdit. Dans ce cas, il sera exigé un certificat garantissant la biodégradabilité. Lors d’inhumation en caveau, il sera exigé un cercueil muni d’une enveloppe intérieure en zinc.

    CHAPITRE 4 : DISPOSITIONS RELATIVES AUX TRAVAUX

    Article 8 : L'accès à tous véhicules motorisés est soumis à autorisation écrite préalable du Bourgmestre ou de son délégué ; il est limité aux allées principales, transversales, centrales et de contour. Ce transport ne sera pas autorisé en temps de dégel ou conditions climatiques défavorables. Les ornières ou les détériorations causées du chef d’un tiers seront réparées immédiatement par l’auteur, sur l’ordre et les indications du responsable du cimetière concerné.

    Article 9 : Il est défendu d’effectuer des travaux de terrassement, de pose de monument fixé au sol, sans autorisation préalable du Bourgmestre ou de son délégué. Cette autorisation sera détenue dans le véhicule et ces travaux ne peuvent avoir lieu qu’après une prise de rendez-vous avec l'administration. A l’arrivée au cimetière, une copie sera remise au responsable du cimetière et ramenée a l’administration. Ce dernier veillera à ce que ces travaux soient exécutés conformément aux conditions du présent règlement. Les alignements et niveaux seront respectés. Un état des lieux d’entrée et de sortie sera effectué si nécessaire à l'initiative du tiers. Dans ce cas, il sera communiqué à l'administration avant les travaux.

    Article 10 : Les travaux de construction ou de terrassement peuvent être momentanément suspendus pour des cas de cause majeure à apprécier par le Bourgmestre ou son délégué. Tous travaux de pose de caveaux et autres travaux importants sont interdits les dimanches et jours fériés. La semaine précédant la Toussaint, il est interdit d’effectuer des travaux de construction, de plantation ou de terrassement.

    Article 11 : Tout dépôt de matériaux ou de matériel est strictement interdit.

    Article 12 : Les terres et déblais provenant de travaux de pose de caveaux ou autres seront évacués immédiatement par l’entrepreneur responsable et à ses frais.

     

    CHAPITRE 5 : LES SEPULTURES

    Section 1 : Les concessions – Dispositions générales

    Article 13: La durée initiale d’une concession est fixée à 30 ans, à partir du jour de l’entrée en vigueur du contrat de concession (ratification par le collège), pour les concessions en caveau, columbarium, cavurnes et pleine terre.

    Article 14 : Les concessions dites « à perpétuité » ont été abrogées et ramenée à une concession temporaire renouvelable par période de 10 ans.

    Article 15 : Les concessions sont unes, incessibles et indivisibles.

    Article 16 : Le défaut d’entretien est constaté par un acte du Bourgmestre ou de son délégué. Une copie de l’acte est affichée pendant 1 an sur le lieu de sépulture et à l’entrée du cimetière. A défaut de remise en état à l’expiration de ce délai, la sépulture revient à la commune qui peut à nouveau en disposer.

    Article 17 : Au moins un an avant le terme de la concession, le Bourgmestre ou son délégué dresse un acte rappelant qu’une demande de renouvellement doit lui être adressée avant la date qu’il fixe. Une copie de l’acte est affichée pendant un an au moins sur le lieu de la sépulture et à l’entrée du cimetière.

    Article 18 : Le renouvellement ne peut être accordé qu’après un état des lieux de l’entretien du monument. Tout renouvellement est accordé par tranche de 10 ans.

    Article 19: Tout renouvellement de concessions subordonne le nouveau concessionnaire aux obligations générales du concessionnaire initial et reprend la concession dans « l’état »

    Article 20 : La Ville veillera à protéger les sépultures dites d'importance historique locale (S.I.H.L.).

    Article 21 : La Ville établit un inventaire des concessions non renouvelées. Elle peut, concernant toutes sépultures, concéder à nouveau le caveau avec le monument. Ces concessions, avec un éventuel monument, seront reprises dans un registre avec photo, mentionnant les caractéristiques techniques et financières. Section 2 : Autres modes de sépulture

    Article 22 : Une sépulture non concédée est conservée pendant 5 ans. Au terme de ces 5 ans et de l'affichage légal (1an), celle-ci est récupérée de plein droit et les restes mortels sont transférés vers l'ossuaire communal.

    Article 23 : Aucune sépulture en terrain non concédé ne peut être transformée sur place en concession de sépulture. La famille ou les proches souhaitant se voir octroyer une concession pour un défunt inhumé dans un espace non concédé devront introduire une demande d'exhumation et solliciter l'octroi d'une concession.

    Article 24 : Si une communauté religieuse structurée, ressortissant d’un culte reconnu, introduit une demande justifiée par un besoin collectif, une zone spécifique, dans un ou plusieurs cimetière(s) de l’entité peut lui être réservée. L’aménagement tiendra compte des rites de la communauté, dans les limites de la législation belge. L’aménagement de ces parcelles devra se faire en accord avec les autorités communales. Afin de préserver l’aspect multiculturel des lieux, ces parcelles sont intégrées, sans séparation physique, dans le cimetière. Une traduction officielle des épitaphes, dont les frais seront à charge des dépositaires, devra être conservée dans les registres communaux.

    Article 25 : Une parcelle est spécialement réservée à l’inhumation des personnes d’origine ou de confession musulmane uniquement au cimetière de Cheratte-Bas et moyennant le respect des principes suivants : Tous les articles du présent règlement sont applicables à l'espace musulman y compris les spécifications ci-après : - l’inhumation sans cercueil est strictement interdite, - les inhumations ont lieu à la suite les unes des autres à l’emplacement désigné par l’administration - les sépultures seront tournées vers la Mecque (orientée à l’Est et ensuite 30° vers le Sud) - le défunt doit peut reposer dans une tombe individuelle et enterré à 2.00m. - aucune séparation matérielle de quelque nature que ce soit ne peut être érigée entre la ou les parcelles musulmanes et le reste du cimetière.

    Article 26 : Des parcelles aux étoiles sont aménagées dans les cimetières de Lorette, Cheratte-Bas, Cheratte-Haut et Richelle.

    Article 27 : Les plaques de fermeture de niche de columbarium ou de cavurne pourront comporter, un emplacement pour un bouquet ou une épitaphe.

    Article 28 : Le signe indicatif de sépulture des cavurnes et urnes pleine terre est composé d'une dalle horizontale de 5 cm d'épaisseur et/ou d’une stèle en élévation qui ne pourra dépasser les 2/3 de la longueur de la dalle horizontale.

    Article 29 : L’édification de columbariums aériens privés est strictement interdite.

    Article 30 : Les plaquettes commémoratives seront disposées par le responsable communal sur une stèle mémorielle aux endroits prévus à cet effet à proximité des parcelles de dispersion.

    Article 31 : Les plaquettes commémoratives respecteront les prescriptions communales : - inscriptions : noms – prénoms – date de naissance – date de décès

    Article 32 : La fourniture et la pose de plaquettes commémoratives sont effectuées par les services communaux à l’exclusion de tout autre. La durée de concession des plaquettes est de 30 ans. Au-delà de ce délai, la plaquette est conservée aux archives communales.

    Article 33 : Tout dépôt de fleurs, de couronnes ou de tout autre signe distinctif amovible est strictement interdit sur les parcelles de dispersion. Un endroit est prévu à cet effet.

    Article 34 Les cendres des corps incinérés sont dispersées sur l’aire de dispersion ou peuvent être recueillies dans des urnes qui sont, dans l’enceinte du cimetière :

    - soit inhumées en terrain non concédé, soit en terrain, 1 cercueil = 8 « équivalent urne » ;

    - soit en caveau ou en pleine terre (en ce qui concerne les urnes en pleine terre, l’administration exige des urnes biodégradable), 1 cercueil = 8 « équivalent urne » ;

    - soit placées dans un columbarium ;

    - soit placées en cavurne.

    - il est permis de réaliser sur toute concession pleine terre ou caisson d’inhumation complet un espace cinéraire destiné à recevoir uniquement des urnes biodégradables pleine terre. La pose de cavurne, dans ce cas, est interdite pour raison de tassement dû aux inhumations antérieures. La dispersion des cendres est également interdite.

    Article 35: Un ossuaire est mis en place dans chaque cimetière, afin d’assurer le traitement des restes humains. Cet ossuaire est identifié par affichage. Les noms de famille des corps placés dans cet ossuaire sont également affichés par l'administration. 

     

    CHAPITRE 6 : ENTRETIEN ET SIGNES INDICATIFS DE SEPULTURE 

    Article 36 : L'entretien des sépultures est obligatoire dès l'entrée en vigueur du contrat de concession.

    Article 37 :

    §1er Le signe indicatif de sépultures en pleine terre (monument) doit être placé entre le 6° et 18° mois suivant la première ou l'unique inhumation.

    §2 : Le signe indicatif de sépultures en caveau, cavurne, columbarium ou caisson d’inhumation, doit être obligatoirement placé dans les 6 mois à partir de l’octroi de la concession. Les dalles de couvertures amovibles des dessus de caveaux ou caissons d’inhumation seront enlevées avant toute pose de monument et/ou de dalle de répartition.

    §3 : Les signes distinctifs des columbariums ne peuvent être constitués que à l’aide des dalles de fermeture initiales ou leur équivalentes avec autorisation de l’administration.

    §4 : Au cimetière de Sarolay, les signes distinctifs des cavurnes 4 places ne peuvent être constitué que à l’aide des dalles de couverture initiales ou leurs équivalentes.

    Article 38 : L’Administration communale ne peut, en aucun cas, être tenue responsable des vols ou des dégradations commis au préjudice des propriétaires d’objets divers déposés sur les sépultures ou en tout endroit prévu à cet effet.

    Article 39 : Tout apport de déchets extérieurs au cimetière est interdit sous peine d’amende administrative.

    Article 40 : La circulation des chiens est strictement interdite sous peine d'amende administrative excepté dans les cas médicaux (PMR).

    Article 41 : Les monuments funéraires placés en élévation ne peuvent dépasser en hauteur les 2/3 de la longueur de l’emplacement et doivent être suffisamment établis dans le sol pour ne pas faire craindre l’inclinaison par le terrassement des terres ou toute autre cause.

    Article 42 : Les pousses des plantations doivent être placées dans la zone affectée à chaque sépulture de manière à ne jamais empiéter sur le terrain voisin. Elles doivent toujours être disposées de façon à ne point gêner le passage. Les plantations ne peuvent dépasser une hauteur de 40 cm et de diamètre 50 cm. Au-delà de cette taille et après un rapport du fossoyeur responsable, les plantes seront élaguées ou abattues aux frais des ayants droits à la première réquisition du Bourgmestre ou de son délégué. A défaut, elles seront enlevées par le fossoyeur ou le service technique communal.

    Article 43 : Les fleurs, les plantes, les ornements devront être entretenus convenablement par les proches sous peine de les voir enlever d’office.

    Article 44 : Les déchets provenant des tombes (bouquets séchés, papiers, couronnes…) se trouvant dans les allées, sur les pelouses ou sur les tombes voisines seront déposés dans l’endroit réservé à cet effet.

    Article 45 : La réparation ainsi que l’entretien des tombes et des plantations situées sur le terrain concédé incombent aux familles et aux proches. Tout matériau en bon état mais présentant des signes évidents de salissures peut être considéré en défaut d’entretien.

    Article 46 : Lorsque l'Administration constate un danger évident pour la salubrité ou la sécurité publique, le délai d'affichage tel que prévu dans l'article 16 du présent règlement n'est pas d'application. L'administration pourra donc procéder à tout démontage de sécurisation s’avérant nécessaire.

     

    CHAPITRE 7 : EXHUMATION ET RASSEMBLEMENT DES RESTES

    Article 47 : Les exhumations obligatoires ou techniques ne peuvent être réalisées que par les fossoyeurs communaux en hiver et après avoir reçu une autorisation du Bourgmestre. Les exhumations de confort sont réalisées à la demande et à charge de la famille demanderesse par une entreprise de pompe funèbre et après avoir reçu une autorisation du Bourgmestre.

    Article 47 bis : Les exhumations ne peuvent pas être exécutées pendant la période d'inhumation + 15 jours à 5 ans d’inhumation.

    Article 48 : L’accès au cimetière est strictement interdit au public pendant toutes les exhumations.

    Article 49 : Les exhumations ont lieu aux jours et heures fixés de commun accord entre les familles concernées et le service des cimetières.

    Article 50 : Sauf celles requises par l’autorité judiciaire, les exhumations de confort seront réalisées par une entreprise de pompes funèbres. En outre tous les frais et sujétions quelconques qui s’imposeraient sont à charge des personnes qui ont sollicité l’exhumation de confort.

    Article 50 bis : A la demande des ayants droit, les restes de plusieurs corps inhumés depuis plus de 30 ans peuvent être rassemblés dans un même cercueil. Ce délai est de 10 ans pour les urnes. Ce rassemblement se conforme aux mêmes modalités qu’une exhumation à la demande et donc soumis à une entreprise de pompes funèbres.

     

    CHAPITRE 8 : CIMETIERE CONVENTIONNEL

    Section 1 : L’urne en pleine terre ou en cavurne

    Article 51 : Le signe indicatif de sépulture des cavurnes et urnes pleine terre est composé d'une dalle horizontale de 5 cm d'épaisseur et/ou d’une stèle en élévation qui ne pourra dépasser la longueur de la dalle horizontale. Cette dalle ne débordera en aucune façon du sol. +

    Section 2 : Le cercueil en pleine terre, caisson d’inhumation ou en caveau

    Article 52 : L’emplacement des différentes inhumations sera délimité par limites de la concession octroyée, des bords du caveau ou du caisson d’inhumation. Les caveaux 2-3-4 places ne sont posés ou réalisés que à l’initiative de l’administration communale.

    Article 53 : Le signe indicatif monument sera complété au minimum d’une stèle horizontale. La tête de monument verticale (facultative) ne pourra excéder les 2/3 de la longueur de la stèle horizontale. Sur demande particulière dument justifiée, le concessionnaire pourra, pour raison financière demander à ne réaliser qu’un encadrement en pierre-naturelle. L’encadrement aura minimum une section de 15 cm de large et 10 cm de Hauteur.

    Article 54 : Le numéro d’ordre et l’année de la concession seront apposés par l’administration en lettres et chiffres au bas et à droite de la face antérieure du monument. Ces indications sont réalisées en lettres et chiffres de 3 cm maximum de haut. La pérennité de ces indications devra être assurée durant toute la durée de la concession.

    Article 55 : Les matériaux autorisés pour les stèles seront en pierre naturelle.

    Section 3 : Le columbarium

    Article 56 : Les cellules de columbarium sont exclusivement érigées et vendues par l'administration.

    Section 4 : La parcelle aux Etoiles

    Article 57 : Le signe indicatif sera constitué d'une stèle horizontale et/ou verticale qui ne pourra excéder les dimensions maximales de la concession et deux tiers de la hauteur.

    Section 5 : Aire de dispersion

    Article 58 : Les plaques commémoratives se référeront aux articles 28, 29 et 30 du présent règlement.

    Section 6 : Aires paysagères

    Article 59 : Les seuls moyens d'inhumation autorisés sont la concession pleine terre (traditionnelle ou cinéraire) 1 cercueil = 8 « équivalent urne ».

    Article 60 : Dimensions des concessions : - Pleine terre : 2m x 1m + 0,50m x1m réservé à la stèle - Urne pleine terre : 1m x 1m + 0,50mx1m réservé à la stèle avec un maximum de 4 urnes par m2 - Nul ne peut acheter plus d’une concession pour un seul défunt

    Article 61 : L'implantation des concessions se réalise dans les axes joignant l'arbre central en respectant une distance de 50cm minimum par rapport à toute autre concession.

    Article 62 : Les stèles ne seront que verticales, de dimension maximale de 0,80m de large, 1,70m de haut, de max 40 cm d’épaisseur ou de diamètre maximal 40cm et une hauteur maximale de 1,70m. Les stèles seront érigées sur la partie réservée à cet effet, sur une fondation en béton de 1,00m x 0,50m et 40cm de profondeur située 10cm sous le niveau de la pelouse.

    Article 63 : Les matériaux autorisés pour les stèles seront uniquement la pierre bleue belge.

    Article 64 : Les pelouses seront rétablies et entretenues par les services communaux.

    Section 7 : Concession récupérée par l'Administration

    Article 65 : L'administration peut procéder à la revente des concessions récupérées avec signe distinctif.

    Article 66 : Ces concessions peuvent être destinées à l'inhumation traditionnelle ou cinéraire.

    Article 67 : En cas de sépulture d'importance historique locale, le monument doit être conservé et/ou restauré à l'identique (forme, nature et aspect des matériaux).

     

    CHAPITRE 9 : DISPOSITIONS FINALES

    Article 68 : Un règlement redevance arrêté par le Conseil communal fixe le prix des différentes opérations visées dans ce règlement.

    Article 69 : Sont chargés de veiller à la stricte application du présent règlement le Bourgmestre ou l’Échevin ayant les cimetières dans ses attributions, les officiers et agents de police locale, le personnel administratif ou technique affecté à la gestion des cimetières. Tous les cas non prévus au présent règlement sont soumis aux autorités responsables qui prendront les décisions qui s’imposent.

    Article 70 : Sans préjudice des peines prévues par les lois et règlements, les dispositions du présent règlement sont punies d'amende administrative allant de 80 à 800€. Article 71 : Le présent règlement est disponible sur simple demande. Article 72 : le présent règlement sera publié

  • Visé : Noces de Diamant de Monsieur et Madame Salvatore et Lucia CARTA-CARTA ce 9 Février 2019

     

    thumbnail_DSC_0126.jpg

    Photo F. Papiernik

    Il régnait une ambiance très familiale pour les 60 années de mariage de Salvatore et Lucia CARTA venus 

    célébrer ce prestigieux anniversaire en notre Hôtel de Ville.

    Avec leurs 4 fils, ainsi que leur sympathique petite famille ils ont profité de ce moment de convivialité 

    organisé en leur honneur.

    Nous leur souhaitons de profiter de nombreuses années encore de la vie, ainsi que de l'affection de tous. 

    Sincères félicitations ! 

    Viviane DESSART

    Bourgmestre

  • Visé : L'ordre du jour du Conseil Communal du 18 février 2019 à 20h32

    fullsizeoutput_53.jpeg

    fullsizeoutput_7be.jpeg

    D'une ville à l'autre...

    Depuis des temps immémoriaux, l'Ordre du jour du Conseil Communal Visétois est communiqué aux citoyens par voie de presse. A Waterloo, l'ex-journaliste Florence Reuter, devenue bourgmestre, a déposé plainte au Parquet du Procureur du Roi à l'encontre de Tanguy de Ghellinck, qui gère le blog Sudpresse de Waterloo. Motif de la plainte : divulgation du secret professionnel. Voilà donc mon collègue "inculpé"! Où allons nous ???

  • Visé : appel à candidatures pour la Commission Consultative de la Personne Handicapée

     

    thumbnail_ecu_vise2_v2.jpg

    La CCPH a été créée en septembre 2016 au sein de l'Echevinat de la Vie Sociale dans le but de faire connaître les droits et aspirations des personnes handicapées mais également de suggérer, favoriser et appuyer toute initiative sur l'entité Visétoise (exemples de projets en cours de réalisation: brochure « handy infos », journée de sensibilisation, stage d'initiation à l'handisport, prise en compte des difficultés rencontrées par les PMR dans les espaces publics communaux,…). Cette commission est composée de citoyens ayant un handicap ou étant concernés de près ou de loin par ce sujet.

     

    Si celui-ci vous intéresse et que vous voudriez vous y investir, vous pouvez prendre contact avec Laurent ROUSCH, HANDICONTACT et secrétaire de la CCPH, au 04/379.65.16 (du lundi au jeudi de 13 à 17h) ou par mail : laurent.rousch@gmail.com.

     

     

    Nadine Lach

    Echevin de la vie sociale