Alimentation

  • Une association veut protéger l'appellation "Boudin blanc de Liège"

    Plusieurs bouchers liégeois ont déposé une demande allant en ce sens. Damien Boca, membre actif de l’Association des Producteurs de Boudin Blanc de Liège, et boucher à Héron, en fait partie : « À mes yeux, il est important de défendre notre patrimoine et la qualité de notre boudin», nous confie-t-il.

    Des chercheurs de Gembloux ont apporté leur soutien à cette démarche, en analysant les composantes de notre boudin liégeois. La demande de l’appellation protégée du Boudin blanc de Liège progresse et est arrivée, en octobre dernier, à l’Europe. Malgré une telle avancée, les grandes entreprises s’opposent farouchement à ce choix. Pourquoi? Notamment parce que ça entraîne de nombreuses obligations pour les fabricants. Notamment, son diamètre qui doit être de 4 à 5 cm, avec une longueur de 20 centimètres.

    Au niveau de sa fabrication, aussi, des changements sont à prévoir : la marjolaine, ingrédient obligatoire, doit donc être produite à Liège, sur les Coteaux de la Citadelle. Mais c’est justement là qu’elle est plus chère par rapport à celle produite à l’étranger. Une fois l’appellation prononcée, sa quantité sera contrôlée et devra s’élever de un à trois grammes par kilo.

    Cette augmentation du prix fait dresser les poils de quantité d’entrepreneurs. Frileux de mettre la main au portefeuille, ils seront, si l’appellation est octroyée, dorénavant contrôlés sur la façon dont ils produisent le boudin blanc.

    Damien Boca, de son côté, soutient ardemment la cause. Il participera d’ailleurs, le 22 novembre prochain, à Liège, au concours du « Boudinwall », qui élira notamment le meilleur boudin blanc de Liège.

    CÉLINE GONZALEZ-GONZALEZ

  • Attention si vous avez fait vos courses chez Aldi: fièvre, vomissements, diarrhées… les magasins rappellent et retirent le produit de la vente


    Le rappel concerne le rosbif cuit conditionné en paquet de 100 grammes de la marque Délifin dont les dates de péremption expirent le 13 octobre. Le produit était en vente dans les magasins Aldi jusqu’au 4 octobre.

    La listériose peut être dangereuse pour les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes à faible immunité et les personnes âgées. Elle se marque par les symptômes suivants : nausées et vomissements, douleurs abdominales, diarrhée ou constipation, maux de tête et fièvre permanente.

    Il est demandé aux personnes ayant acheté ce produit de ne pas le consommer et de le ramener dans le magasin où ils l’ont acheté. L’article leur sera remboursé.

    Pour toute information complémentaire, les consommateurs peuvent prendre contact avec ALDI via contact@aldi.be

     

  • Visé : la RTBF est venue filmer la préparation de l'Oie à l'instar

    DSC_3884.JPG

    Ce lundi, la journaliste Anne-Catherine Croufer et Benoît Huc, le cadreur, ont passé une bonne partie de la journée dans la Basse Meuse.

    La recette de la préparation de notre "Oie à l'instar" a faire l'objet d'un reportage qui sera présenté au cours du J.T. dans les jours qui suivent. Nous avons pu assister au tournage.

    L'équipe s'est rendue chez Jean Castadot, Maître des Agapes de la Confrérie et par ailleurs Président de l'association Eurotoques, qui nous attendait devant ses fourneaux. C'est Jean qui a en effet réalisé la recette officielle reconnue par la Confrérie. Sous le regard attentif d'Anne Catherine et de l'objectif de la caméra de Benoît, il a détaillé toutes les étapes de la préparation.

    Paul Delepine, en sa qualité de le Grand Maître de la Confrérie, assistait bien évidement au tournage. La cuisson d'une oie demandant environ 2 heures et demie les journalistes en ont profité pour tourner quelques images d'oies ans la nature et réaliser l'interview du grand maître. 

    Retour ensuite au domicile du Chef pour la suite de la préparation, suivie de la dégustation du plat. A l'issue du repas, les commentaires étaient unanimes, succulent !  

    Merci au Chef qui a accepté de donner plusieurs heures de son temps pour mettre à l'honneur cette préparation typiquement visétoise. 

    (P. Neufcour)

  • Colruyt rappelle des chipolatas de poulet surgelées Boni Selection

     

     

    En accord avec l’AFSCA (l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire), Colruyt a donc décidé de retirer ce produit de la vente.Colruyt demande à ses clients de ne pas consommer ce produit et de bien vouloir le ramener en magasin, où il leur sera remboursé.

    Entre-temps, cet article a été retiré des rayons dans tous les magasins Colruyt.

    Les symptômes possibles d’une intoxication causée par la Salmonella sont fièvre, crampes abdominales et diarrhée. Ces symptômes se déclarent dans un délai de 12 à 48 h après l’ingestion.

     

    Il est recommandé aux personnes ayant consommé ces chipolatas de poulet, et qui présentent ces symptômes, de consulter leur médecin.

    Le risque de contamination est très faible si les chipolatas de poulet ont été bien cuites (comme il est conseillé sur l’emballage).

    Description du produit :

    Boni Selection chipolatas de poulet ± 1,2 kg

    Numéro d’article : 30265

    Période de vente : du 19/12/2018 au 21/12/2018 inclus

    Date limite de consommation : 27/03/2020