Le printemps des musées (suite)

 

 

La collégiale Saint Martin et Saint Hadelin

_DSC0167.jpg

_DSC0168.jpg

 

La châsse de St Hadelin est un magnifique exemple de l'orfèverie mosane des XI et XIIe siècle. Les deux pignons les plus anciens ( "Le couronnement de St Hadelin et de St Remacle" ainsi que "le Christ guerrier") proviennent de la première châsse.

Les quatre plus beaux panneaux sont attribués à l'orfèvre principal : ce sont "le miracle de la source", "St Hadelin recevant des visiteurs", "St Hadelin rendant visite à St Remacle" et "la guerison de la femme muette". Dans ces quatre scènes, les inscriptions présentent les mêmes caractéristiques.

"Le songe de St Hadelin" et "La visite de Pepin" sont de moindre qualité. Malgré un souci du détail poussé, les personnages sont plus massifs, plus lourds. Ils portent les traces d'une restauration au XIV ou XV siècle.

Les deux dernières scènes, "la résurrection de Guiza " et " les funérailles de St Hadelin ont été réalisés par des mains moins habiles. Les détails sont intéressants, les inscriptions sont toutes horizontales et les lettres beaucoup plus grandes. 

_DSC0161.JPG

_DSC0162.JPG

_DSC0164.jpg

_DSC0165.JPG

 

 

Le buste de St Hadelin

L'ancien reliquaire en bois du XIVe S contenant le crâne du Saint fut restauré en 1654 à la demande du chanoine Jean de Bloquerie. Il se fit repréenter contre l'épaule gauche d'Hadelin. Le buste porte le poinçon du prince-evêque Maximilien Henri de Bavière . Un cartouche contient les initiales de l'ofèvre : IG pour Jean Goesin.    

_DSC0171.jpg

_DSC0170.jpg

                                                   

 

                                                    La Montagne St Pierre                                                            

  La Maison de la Montagne Saint Pierre n'est pas un musée dans le sens où on le comprend habituellement. Ici, pas de grandes vitrines, pas de grandes collections d'objets plus ou moins hétéroclites. Il s'agit d'un lieu qui, au moyen de modules interactifs didactiques et ludiques permet de découvrir l'origine, l'histoire et les particularités du site et de la réserve naturelle. On y trouve cependant une mâchoire de mosasaure, ce reptile géant, lézard de la Meuse, qui vivait dans la région au Mesozoïque. Cet animal pouvait mesurer de 5 à 18 m   et sa colonne pouvait compter jusqu'à 150 vertèbres. Le premier exemplaire aurait été exhumé il y a environ 2 siècles par des ouvriers travaillant dans les carrières de la montagne. Il y a quelques années, une tortue marine fossilisée a été découverte dans ces mêmes carrières. Elle a été extraite de sa gangue de tuffeau et semble prête à rejoindre le lieu où elle doit être exposée. Un problème se pose cependant : vu sa taille, elle n'entre ni par la porte ni par les fenêtres. Les moyens budgétaires disponibles ne semblent pas permettre la réalisation des travaux nécessaires. Alors, on attend...  

La maison est ouverte tous les samedis, dimanches et jours fériés du 1 avril au 31 octobre, et de 14h à 18h.

_DSC0001.jpg

_DSC0002.jpg

_DSC0003.JPG

_DSC0004.JPG

_DSC0005.jpg

_DSC0006.jpg

Les commentaires sont fermés.