Le mot du bourgmestre

_DSC0029.jpg

Comme je l'ai déjà communiqué, le mois d'août 1914 sera pour la Ville de Visé un mois du souvenir : nous aurons l'occasion de commémorer le centenaire du début des hostilités de l'un des plus grands conflits de l'histoire du monde, l'un des plus sanglants, l'un des plus atroces, l'un des plus regrettables et l'un des plus absurdes, si l'on considère que, un siècle plus tard, beaucoup de belligérants forment ensemble l'Union Européenne.

En ce qui concerne notre Ville, le 4 août est une date qui postule un grand recueillement: c'est à Visé que les deux premiers gendarmes, victimes de la guerre, trouvèrent la mort et c'est à Visé aussi que, suite au premier combat, les deux premiers fantassins tombèrent à Devant-le-Pont.

Le 15 août fut le deuxième épisode de la guerre particulièrement pénible pour Visé puisque la rive droite de notre Ville (à l'exception de Souvré) fut incendiée, y compris l'Hôtel de Ville et la Collégiale; il y eut 42 victimes.

Ces deux événements tragiques seront célébrés 100 ans après leur déroulement.
Nous souhaitons que les Visétois qui possèderaient des documents d'époque  nous en fassent part et nous pourrons les photocopier ou les photographier ou utiliser toute autre technique à notre disposition.
Je leur demande de bien vouloir prendre contact avec mon secrétariat à l'Hôtel de Ville 

(04/374 84 35).
Merci d'avance de votre collaboration.

 

Marcel NEVEN,

bourgmestre.

Les commentaires sont fermés.