Traque des frères Kouachi: "l'assaut est en cours, l'épilogue est proche", selon la préfecture de police (vidéos et direct)

La traque des frères Kouachi, jihadistes français soupçonnés d’avoir perpétré la tuerie à Charlie Hebdo, s’est déplacée vendredi matin de Picardie en Seine-et-Marne, où des coups de feu ont été échangés avec deux suspects et où une personne est prise en otage. L’assaut a été donné selon des médias français. Il est actuellement en cours. Des mesures de sécurité sont prises à l’aéroport de Roissy tout proche.

(Rédaction en ligne)

AFP

SUIVEZ LE DIRECT VIDEO SUR BFMTV.

C’est l’état de siège à Dammartin-en-Goële, au nord-est de Paris où l’assaut aurait été donné. Selon la préfecture de police, on «est proche de l’épilogue».

L’aéroport de Roissy est concerné car il ne se trouve qu’à 10 kilomètres du lieu où se déroulent les événements. Des avions sont détournés de leur itinéraire; deux pistes sur quatre sont fermées. On sait en effet que les frères Kouachi disposent d’armes lourdes et notamment d’un lance-roquettes.

Prise d’otages

Tout a commencé, ce vendredi matin par des coups de feu échangés entre les forces de l’ordre et deux suspects qui pourraient être les frères Kouachi soupçonnés de l’attentat contre Charlie Hebdo et une prise d’otage était en cours dans une imprimerie de Dammartin-en-Goêle, au nord-est de Paris. Cette petite société basée à environ 40 kilomètres au nord-est de Paris, aux confins de la Picardie.

Les médias français ont un moment parlé de 2 morts mais l’information a été démentie.

L’imprimerie Création tendance découverte. (Google street)

Les coups de feu se sont produits à hauteur de cette commune de Seine-et-Marne, à environ une demi-heure de route de la zone où les fugitifs étaient recherchés depuis jeudi, selon l’une de ces sources, confirmant une information de RTL.

Une institutrice témoin du vol de la voiture : « Ils avaient un lance-roquette »

Auparavant, ils avaient volé une Peugeot 206 à Montagny-Sainte-Félicité (Oise) à une femme qui a formellement reconnu les deux hommes comme étant les frères Kouachi, selon une source policière. Une institutrice qui arrivait à l'école a vu la scène. Elle a vu la voiture devant elle se faire braquer par les deux frères. Elle vu leurs armes et notamment le lance-roquette. Elle n'y croyait pas. Ils lui ont fait signe de passer avant de partir avec la 206 grise.

La prise d’otage a lieu dans une entreprise de la commune, une imprimerie nommée CTD. «Il n’y a pas de certitude sur le nombre de personnes à l’intérieur», d’après une source proche de l’enquête.

Selon un témoin sur place, employé de l’entreprise YBE dans la zone industrielle de la ville et contacté par l’AFP, un échange nourri de coups de feu a été entendu à 08H50.

 

 

B65ZUh6CUAAl6MV.jpg

Le village est bouclé par les forces de l’ordre où des dizaines de gendarmes étaient en train de se déployer, a constaté un journaliste de l’AFP. Ils ont notamment établi un barrage à l’entrée de la commune sur la nationale 2 qui mène vers la zone de Villers-Cotterets où les les deux hommes étaient recherchés depuis jeudi.

Les journalistes présents sur place témoignent qu’il y a un ballet d’ambulances dans le quartier.

L’assaut est en cours.

Google Street View

Trois hélicoptères survolent la zone

Une témoin a contacté RTL pour raconter ce qu'elle a entendu elle a souhaité rester anonyme: « J'ai entendu des coups de feu juste en face de notre entrepôt, les gendarmes sont intervenus dans une société depuis trois hélicoptères survolent la zone. Honnêtement je n'ai pas envie d'aller dehors. Le climat est tendu, on a connu mieux  ».

Selon une riveraine, les personnes habitant le quartier ont été priées de rester chez elles.

Les commentaires sont fermés.