Visé: des rugbymen sauvent un joueur d'un arrêt cardiaque

 

1830971802_B9710190747Z.1_20161109215537_000_GGK7V9EEQ.1-0.jpg

Sur son lit d'hôpital, Ludovic a reçu, ce mercredi soir, la visite de ses trois sauveteurs

Les vrais héros du gazon, ce sont eux ! Dimanche, le match de rugby entre Visé et Nivelles a été stoppé net peu avant 14 heures. Un joueur de Nivelles, Ludovic Dumont, s’effondre au bord du terrain, terrassé par une crise cardiaque. Des rugbymen et supporters de l’équipe adverse se précipitent, prodiguent un massage cardiaque et le choquent avec le défibrillateur installé dans la buvette. Mercredi, Ludovic a pu rencontrer ses sauveurs dans sa chambre d’hôpital à Liège. De quoi rappeler l’importance des formations aux premiers secours.

Ludovic Dumont, de Nivelles, était venu avec son équipe de rugby affronter le club de Visé, ce dimanche. À la mi-temps, il regagne les vestiaires, souffrant d’une douleur au mollet, mais lorsqu’il en ressort, il s’effondre au sol.

Très vite, quelques supporters se pressent, et l’un d’eux appelle : « un médecin », une infirmière. Ce sera un rugbyman. « En m’approchant, j’ai d’abord cru à une crise d’épilepsie », explique Jean, qui était justement tout près de la scène. L’homme est policier à Herstal, il avait passé son brevet aux premiers secours.

« À ce moment-là, il respirait encore. Mais très vite, sa respiration devient plus difficile. Et ensuite, il arrête de respirer, et son visage devient bleu ». Véronique, elle, a déjà appelé les secours. Jean le met alors sur le dos, dégage ses voies respiratoires et entame un massage cardiaque.« Heureusement, Jérémy qui est secouriste, jouait dans notre équipe et est venu nous rejoindre. C’était un travail d’équipe, entre le massage cardiaque et les insufflations. On nous a amené le défibrillateur qui se trouvait dans la buvette et on a suivi les instructions dictées par l’appareil ».

La victime est emmenée au CHR de la Citadelle.

L'article complet dans nos éditions "papier" de ce matin

(L.P.)

Les commentaires sont fermés.