• LANCEMENT DE DEUX PROJETS PILOTES DE BANDES RÉSERVÉES AU COVOITURAGE EN WALLONIE

    thumbnail_image005.jpg

     

    Depuis ce mardi matin, deux projets pilotes de covoiturage innovants ont été lancés au nord et au sud de l’autoroute E411/A4, à Wavre et à Arlon. Ces projets, premiers du genre en Europe, ont été officiellement présentés ce jour par le Ministre wallon de la Mobilité et des Transports Carlo DI ANTONIO, la SOFICO ainsi que le SPW Mobilité et Infrastructures.

     « Ces projets pilotes contribueront à diminuer la congestion automobile à l’approche de Bruxelles et de la frontière luxembourgeoise, souligne Carlo DI ANTONIO. Écologique, convivial et économique, le covoiturage est aujourd’hui simple à organiser et doit s’imposer comme une véritable solution de mobilité. Que ce soit en termes d’infrastructures ou de véhicules, il permet d’utiliser au maximum des ressources déjà existantes. »

    En Belgique, plus de 8 automobilistes sur 10 sont seuls dans leur voiture. 10% "d’autosolistes" en moins permettrait de diminuer les files de 40%. 25% "d’autosolistes" en moins pourrait mettre un terme aux bouchons !

     Ces projets s’intègrent dans la vision Fast 2030 du Gouvernement wallon qui, pour rappel, entend endiguer de manière intégrée et cohérente l’ensemble des nuisances occasionnées par la mobilité. Dans ce cadre, en ce qui concerne la charge moyenne des véhicules, l’objectif est de tendre vers un taux d’occupation de 1.8 personne/véhicule à l’horizon 2030 (contre 1.3 actuellement).

      

    DEUX SITES PILOTES : WAVRE ET ARLON

    Deux sites ont été choisis sur l’E411/A4 pour mener ces projets pilotes. Il s’agit d’endroits qui subissent régulièrement les remontées de file depuis Bruxelles ou depuis le Grand-Duché du Luxembourg. La vitesse de circulation y est donc régulièrement inférieure à 50 km/h. 

     Le premier projet est développé en province du Luxembourg, entre Arlon et Sterpenich, soit sur environ 10 kilomètres et porte sur les voies en direction du Luxembourg.

    COMMENT CA FONCTIONNE ?

     

    Concrètement, la bande d’arrêt d’urgence peut être empruntée en cas d’embouteillage, avec une vitesse maximale autorisée de 50 km/h, par tout véhicule léger comprenant au minimum 3 personnes - conducteur compris - à son bord. Les camions et motos ne peuvent donc pas emprunter cette voie dédiée au covoiturage. Les bus (service public) sont uniquement autorisés à Wavre (marquage au sol spécifique) et non à Arlon (impossible suite à l’étroitesse de la BAU).

     

     

    Arlon

    Wavre

    thumbnail_image003.jpg

    thumbnail_image004.jpg

     

     Des dispositifs électromécaniques permettront de vérifier si ces consignes sont bien respectées. Deux points de contrôle par zone pilote sont installés, ils se composent de :

     

    • deux caméras ANPR, permettant de relever les plaques du véhicule (avant et arrière), de définir le type de véhicule qui emprunte la bande et de calculer sa vitesse (à titre informatif et à destination du panneau à message variable)  ;
    • deux caméras d’analyse d’images de dernière génération, qui, grâce à une série de clichés pris au travers du véhicule et à un logiciel de détection faciale déterminent le nombre d’occupants à bord du véhicule (elles sont équipées de projecteur infrarouge pour assurer la détection de nuit) ;
    • deux caméras d’environnement permettant une vue globale sur le trafic.

     

     

    Ces informations sont centralisées au Centre Perex.

     Pour tout véhicule dont le gabarit est inadapté ou dont les occupants ne sont pas suffisamment nombreux, une fiche de verbalisation sera créée et transmise pour validation à la Police. Les amendes pourront s’élever à 58 €. Il est à noter que les points fixes précités seront complétés par un point de contrôle mobile.

     

    Concernant la vitesse, un panneau à message variable situé à environ 200 mètres en aval du premier point de contrôle permettra d’avertir les conducteurs dont la vitesse serait trop élevée. Il n’est pas prévu de verbalisation via les dispositifs fixes pour la vitesse. Par contre, des radars mobiles seront installés régulièrement.

     

    Ces projets pilote seront évalués sur une période d’un à deux ans, pour juger la pertinence d’une extension à d’autres zones, d’autres portions du réseau structurant pourraient en effet à l’avenir offrir une bande rapide pour les covoitureurs.

     

    Ces projets représentent un budget de 906.000€ HTVA, financés par la SOFICO. Ils sont réalisés en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO, le SPW Mobilité et Infrastructures.

     

    3 CLES POUR SE METTRE AU COVOITURAGE EN WALLONIE

    En complément des deux projets pilotes dévoilés ce jour, le Ministre wallon de la Mobilité et des Transports rappelle que deux autres outils sont également disponibles afin d’encourager le covoiturage en Wallonie :

    UNE CAMPAGNE POUR INCITER AU COVOITURAGE

     

    Actuellement, le covoiturage est également au centre de la campagne d’affichage le long de nos autoroutes et grandes nationales.

     

     

    « Toujours accro aux plaisirs solitaires », l’humour a été utilisé pour inciter les usagers du réseau à covoiturer afin de réduire les files et donc pour davantage de mobilité.

     

    Cette campagne, qui s’affiche sur les 300 panneaux du réseau, restera en place jusqu’à la fin du mois.

     

    Vous pouvez télécharger les visuels de la campagne via ce lien :

    https://we.tl/t-589J9RIu3V  

     

    Les photos des aménagements à la frontière luxembourgeoise et la vue des écrans de contrôle sont téléchargeables via ce lien : https://we.tl/t-iWuFwGUGQR

     

    Contacts presse :

    Francois Dubru – attaché communication du Ministre Carlo Di Antonio – 0498102620

    Héloïse Winandy – porte-parole de la SOFICO - 0495284346

    Laurence Zanchetta – porte-parole du SPW Mobilité et Infrastructures - 0470991860