• Aux cimaises de la chapelle des Sépulcrines

    DSC_4944.JPG

    Une fois n'est pas coutume, c'est Julien Woolf, échevin visétois de la jeunesse et des sports qui a procédé au vernissage de l'exposition des oeuvres de Yola Bove et de l'Atelier Récup'Art. Mathieu Ulrici, échevin de la culture, étant retenu par d'autres obligations.

    fullsizeoutput_15938.jpeg

    "Il y a 25 ans maintenant que l'Ecole d'Arts de Visé ouvrait ses portes, un quart de siècle durant lequel de cours hebdomadaires de formations artistiques pour adultes et jeunes gens ont été prodigués et continuent de l'être" explique l'échevin.

    Ces cours s'adressent à toute personne motivée souhaitant se former à la peinture ancienne ou contemporaine. La pratique des différentes techniques de peinture et de sculpture associés à une pédagogie évolutive sont les outils privilégiés de cette école.

    fullsizeoutput_158f5.jpeg

    "Ceci dit, nous avons la chance d'accueillir ce soir une artiste émergente de cette école : Madame Yola Bove.. Madame Bove a commencé il y a 20 ans en peignant des icônes, des fresques et le la peinture à l'huile à l'ancienne"

    En 2000, avec l'émergence de l'acrylique, elle s'est initiée à la peinture contemporaine. Yola a réalisé sa première peinture abstraite en 2007 et commence une vraie démarche créative en choisissant l'évasion comme source d'inspiration, et les matériaux comme moyens d'exécution.

    fullsizeoutput_1592e.jpeg

    De la figuration, elle passe à l'Abstraction. C'est de la vue de son atelier qu'elle puise ses idées de paysages abstraits, atmosphériques. Elle cherche toujours à évoluer tout en réduisant sa palette à des camaïeux subtiles. L'ombre et la lumière, le silence de la brume, les coulées de rouille sont le résultat d'un travail libéré.

    Le Groupe Récu'Art réunit une douzaine d'artites. Jean-Vervier, Martine Thiry, Jenny Pirard, Elise Reul, Pascal Mignon, Josine Janssen, Marlène Daco, Valérie ùdebyser, Brigitte Duchesne, Pascal Colin, Henry Caps et Marie-Rose cornely créent, dans une démarche commune, celle du Récup'Art et de la terre à modeler.

    fullsizeoutput_15930.jpeg

    Chaque sculpteur se réalise au travers de thèmes de l'atelier et des moyens techniques mis en oeuvre.

    Chacun fait preuve de sa créativité personnelle et nous fait voyager dans le monde figuratif, décoratif ou abstrait. Cu carton au métal rouillé, du bois flottant à la frigolite, de la terre cuite aux patines à l'ancienne, toute cette polyvalence assure une nouvelle créativité à chaque exposition.

    Je n'en dirai pas plus et vous invite à pendre le verre de l'amitié en rencontrant les artistes (Texte J. Woolf)

    L'exposition est accessible tous les jours jusqu'au dimanche 26, de 14h à 18h à la chapelle des Sépulcrines, rue du Collège 31 à Visé (Centre Culturel)

     

     

  • E40/A3 – Fin du chantier entre Melen et Battice et modification des conditions de circulation dans l’échangeur de Battice

     

    fullsizeoutput_d41.jpeg

    Le chantier qui se déroule actuellement sur l’autoroute E40/A3 entre Melen et Battice touche à sa fin. Afin de pouvoir réaliser les opérations marquage et de démontage de la signalisation ce week-end, la circulation sera réduite à certains moments à une seule voie sur 500 mètres, à proximité de l’échangeur de Battice. Ce lundi 20 mai, une fois ces opérations effectuées, les voies seront libérées à la circulation.

    • Si les conditions météorologiques sont trop défavorables ce week-end, il est cependant possible que ces opérations soient reportées à une date ultérieure.

     

    Par ailleurs, des réparations du revêtement vont également être réalisées du lundi 20 au vendredi 24 mai (au plus tard) dans l’échangeur de Battice. La circulation sera ainsi réduite à une seule voie dans l’échangeur depuis Verviers (E42/A27) et depuis Eupen (E40/A3) en direction de Liège. La vitesse y sera limitée à 70 km/h

     

    Pour rappel

     

    La première partie de ce chantier s’est tenue entre la mi-octobre 2018 et la mi-décembre 2018. Elle a permis de placer les dispositifs en béton de la berme centrale en direction d’Aix-la-Chapelle. 

    Le chantier porte depuis ce lundi 25 février sur l’autoroute E40/A3 entre Melen et Battice en direction de Liège. Il vise à sécuriser la berme centrale (remplacement des glissières métalliques par des dispositifs en béton) ainsi qu’à rénover les poteaux d’éclairage qui accueilleront des luminaires LED.

     

    Ce chantier représente un budget de près de 2 120 000 € HTVA financé par la SOFICO. Ces travaux sont réalisés en collaboration avec le partenaire de la SOFICO : le SPW Mobilité et Infrastructures.

  • UN TRIANGLE QUI REUNIT OLNE, ARGENTEAU ET VISE

     B9717802108Z.1_20181202193002_000+GTQCH9RLQ.1-0.jpg

    Dans le dernier bulletin de la Commission royale des Monuments, sites et fouilles (N°31 de 2019), deux auteurs Carole Carpeaux et Julien de Leval, bien connu dans le Pays de Herve ont remis en valeur le village d’Olne avec 3 points forts dont le château. Il ne reste plus grand-chose de ce château (le portail et le petit pavillon) car il fut démoli en 1921. Une partie du mobilier fut d’une part achetée par le baron Gustave Van Zuylen à la comtesse de Mercy-Argenteau en 1899 et remonté dans le château d’Argenteau en 1925, notamment les deux pierres armoriées des piliers de l’entrée du parc (visibles à l’arrière du domaine). Mais ce qui est plus étonnant , c’est l’implication de Paul Jaspar. Cet architecte appelé au chevet de l’hôtel de ville de Visé en 1907 participa à sa reconstruction modèle dans les années 20.

    Il s’investit comme un beau diable pour faire sauver le château, ne ménageant pas sa peine, mais malgré toutes ses démarches, le château proprement dit fut bien démoli durant l’été 1921. Et la surprise de cette recherche et des documents iconographiques est que Paul Jaspar put récupérer une cheminée du bel étage du château et la replacer dans la salle des mariages à l’étage de notre hôtel de ville. Le tableau qui orne cette cheminée est beaucoup plus récent. Des briques armoriées de l’âtre pourraient être aussi replacées dans notre hôtel de ville.

    J.P. Lensen