Hermalle : Weerts au Trilogiport, les travaux ont commencé

2020 devrait être une année charnière pour le Trilogiport. Alors qu'il peinait à décoller depuis son inauguration en novembre 2015, une nouvelle importante est tombée, en mai dernier, pour la plateforme multimodale. La société Weerts venait de signer une concession pour pouvoir occuper un cinquième du Trilogiport, soit 20 hectares. C'est la division Weerts Supply Chain, spécialisée dans la transformation et la logistique, qui s'y installera.

Elle compte ainsi construire deux méga entrepôts pour développer des activités de manutention et de déchargement de conteneurs en vrac. Le premier des entrepôts, réfrigéré, aura une superficie de 20.600 m². Quant au second, conventionnel, il aura une superficie totale de 67.400 m². Le tout accompagné par des voiries d'accès et une végétalisation importante des lieux, pour un investissement avoisinant les 50 millions d'euros. Les travaux se dérouleraient en deux phases, pour se terminer au plus tard en 2022. Car en mai dernier, en annonçant sa venue, Weerts souhaitait également que les choses aient vite et pouvoir démarrer ses activités au Trilogiport près d'un an plus tard.

Deux mois de retard sur le planning

Au final, on ne sera pas loin du compte même si un retard de deux à trois mois est à noter. La demande de permis n'a en effet pas pu se faire au mois de juin, comme espéré. Et c'est donc finalement fin août, avec deux mois de retard sur le planning envisagé, que l'enquête publique s'est terminée. Et au lieu de recevoir son permis au mois de septembre et de pouvoir lancer les travaux dans la foulée, Weerts a reçu son permis voici seulement un mois. Néanmoins, dans l'attente de ce précieux sésame, la société a pu démarrer les travaux de terrassement dans le courant du mois d'octobre, limitant ainsi le retard. « Les travaux de construction démarreront dès la fin des terrassements, au début de l'année prochaine. Sauf, évidemment, si les conditions climatiques ne le permettent pas, nous confirme-t-on chez Weerts.

L'entrepôt réfrigéré de 20.600 m² devrait ainsi être terminé dans le courant de l'automne 2020. Quant à l'entrepôt conventionnel, seule une première partie, soit près de 35.000 m², sera construite. Elle devrait être terminée pour le début du second semestre 2020. Quant à la superficie restante, elle fera l'objet d'une seconde phase de travaux, dans le courant 2021 ou 2022. Avec cette venue, ce sont 400 emplois qui devraient être créés d'ici trois ans. L'entreprise engagera principalement des ouvriers, des clarckistes et des employés.

AURÉLIE DRION

Les commentaires sont fermés.