• Coronavirus : le point du Conseil national de sécurité

    4664A8F0-79DB-47CB-93C2-073CF5460927.jpeg

    Photo Le Soir

    Ce que l'on a appris :

    - Prolongation des mêmes mesures jusqu'au 19 avril

    Mises à jour en temps réel

    On attend la conférence de presse au "bunker". Un seul journaliste par rédaction et pas de caméra présente. Les images seront fournies (et censurées?) par le gouvernement.

  • La réunion du Conseil national de sécurité se tient en ce moment

     

    La réunion du Conseil national de sécurité se tient en ce moment
    Belga image

     

    Suivez notre live

    Il est 16h14, le conseil national de sécurité est toujours en cours.

    - Pour Elio Di Rupo, « il y a des propositions pour aller plus loin. Une chose est certaine, c’est que nous allons devoir poursuivre, cela ne fait pas l’ombre d’un doute ».

     

    - La prolongation du confinement est pratiquement acté. Reste à savoir la date qui sera annoncé. Pour rappel, la date initial de fin était prévu au 5 avril.

    – Les différents acteurs discutent d’un possible renforcement des mesures. Tous les partis du pays ne sont cependant pas d’accord avec cette proposition. Le conseil national de sécurité doit trancher à ce sujet.

    – Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles a poussé un coup de gueule devant les micros de nos confrères de RTL. « Il y a encore des irresponsables qui ne respectent pas les mesures de confinement qui sont décidées aujourd’hui (…) Je suis ahurie de voir le comportement de certaines personnes. Ce sont des comportements qui sont irresponsables aujourd’hui et ça, il faudra des sanctions complémentaires ». Il explique également que le confinement devrait être prolongé.

     

    – L’Afsca met en garde contre les compléments alimentaires et les thés contre le Covid-19. Certaines entreprises ou personnes profitent du contexte lié à la pandémie de coronavirus pour vendre des thés ou des compléments alimentaires trompeurs et illégaux.

    – Dans le même temps, la cellule de crise de la Fédération belge de football a pris la décision de définitivement mettre fin à toutes les compétitions du football de jeunes et du football amateur, qui avaient été mises à l’arrêt à la mi-mars.

     

    – Les festivals d’été sont également menacés. Une décision pourrait tomber à ce sujet aujourd’hui.

    – Le Conseil national de sécurité doit aussi se prononcer sur une demande faite aux policiers pour dresser des pv verbaux plus sévères.

    – Les premières informations que l’on reçoit parlent d’une prolongation du confinement au-delà du 5 avril.

    – La réunion du Conseil national de sécurité a débuté.

    – La proposition de loi qui accorde au gouvernement les pouvoirs spéciaux pour faire face à la pandémie de covid-19 a passé vendredi matin le cap du Sénat.

    – Au cours des dernières 24 heures, 1049 nouveaux cas au Covid-19 ont été confirmés en Belgique, ainsi que 69 décès. Au total, 7.284 contaminations ont été confirmées en Belgique depuis le début de la crise. 289 morts sont à déplorer.

    Plus d’informations à venir (cet article est mis à jour, n’hésitez pas à rafraîchir votre page)

     

     

     

     

    Rappel

    Depuis le 17 mars et une réunion précédente du CNS, les Belges sont soumis à des règles strictes de confinement. Les mesures étaient prévues au moins jusqu’au 5 avril et il semble aujourd’hui plus que vraisemblable qu’elles seront prolongées.

    « Une chose est certaine, nous allons devoir poursuivre les mesures actuelles. Le nombre de personnes hospitalisées augmente et on est loin du pic. Nous devons tout faire pour éviter que les hôpitaux soient saturés. Pour combien de temps ? On verra en fonction de ce que les experts vont nous dire », a expliqué le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, au micro de La Première.

    L’un de ces experts, le virologue et porte-parole interfédéral pour la pandémie, Steven Van Gucht, a confirmé le scénario de la prolongation sur les ondes de Radio 1 (VRT).

    En choeur, les responsables politiques rappellent à la population l’importance de respecter les règles édictées pour juguler la propagation du covid-19. Il est possible que celles-ci soient clarifiées, éventuellement durcies, notamment à propos des loisirs et des déplacements et concentrations qu’ils entraînent.

    Plusieurs activités sont évoquées, dont l’impact sanitaire peut varier suivant que l’on habite en ville ou à la campagne. M. Van Gucht n’est pas partisan d’une limitation de la durée ou de la distance que peuvent, par exemple, parcourir les joggueurs et les cyclistes. Ce qui compte, a-t-il fait remarquer, c’est le respect de la règle de distance sociale.

    Interrogée jeudi à la Chambre, la Première ministre, Sophie Wilmès, a également indiqué qu’elle avait demandé aux partenaires sociaux de prendre langue avec le Centre de crise afin d’affiner la liste des secteurs d’activité essentiels où les règles sanitaires sont appliquées avec plus de souplesse.

    Le CNS réunit outre la Première ministre, les ministres compétents, les ministres-présidents des Régions et Communautés ainsi que les représentants des instances publiques en charge de la crise.

    A 17h10, la conférence de presse prévue à 16 H n'a pas encore débuté (RTBF-Sudinfo)

  • L'AFSCA met en garde contre certaines pratiques

    « Des compléments alimentaires censés protéger contre le Covid-19 ont été interceptés dans des colis postaux lors de contrôles effectués par les autorités fédérales », indique l’Afsca dans un communiqué. « Il s’agit de compléments alimentaires non autorisés sur le marché belge. Ces produits, en plus d’être trompeurs et illégaux, pourraient présenter un risque pour votre santé. Ne les consommez pas, et évitez d’acheter des compléments alimentaires vendus sur des sites internet peu fiables », recommande l’agence fédérale.

    Plusieurs produits ont attiré l’attention de l’Afsca, à commencer par le thé originaire de Chine « Chenzhou municipal hospital of TMC », dont l’étiquette fait valoir de supposées vertus pour lutter contre la grippe et le coronavirus.

    L’agence a par ailleurs rappelé plusieurs compléments alimentaires de la marque Anima Mundi pour la présence de plantes non autorisées.

    Avant de mettre sur le marché des compléments alimentaires, les entreprises sont tenues de demander une autorisation de mise sur le marché auprès du SPF Santé publique. « Un complément alimentaire autorisé est systématiquement accompagné d’un numéro de notification accordé par le SPF Santé publique. En tant que consommateur, vous avez accès à la liste des compléments alimentaires qui ont obtenu un numéro de notification en Belgique en consultant l’application FOODSUP du SPF Santé publique », souligne l’Afsca.

    « Les arnaques se multiplient depuis le début de l’épidémie. De plus en plus de sites Internet malveillants tentent d’abuser des craintes de la population en proposant des produits censés les protéger du coronavirus. Ces produits ne sont pas seulement sans aucun effet sur le virus. Ils peuvent aussi être dangereux », a insisté le ministre de l’Agriculture Denis Ducarme.

    Ces recommandations valent également pour l’achat en ligne de médicaments. « Si vous souhaitez commander des médicaments en ligne, vous ne devez le faire que par l’intermédiaire de pharmacies internet agréées par l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) », rappelle l’Afsca. (Source : Sudinfo)

  • Les Belges appelés à éteindre les lumières le 28 mars

    Avec cette action, le WWF veut attirer l’attention sur la crise mondiale du climat et de la biodiversité.

    «Nous nous trouvons actuellement dans une situation tout à fait extraordinaire, dans laquelle nos relations et notre comportement envers les autres sont chamboulés. Nous sommes confinés à la maison et c’est un moment d’introspection. Ce samedi, Earth Hour sera l’opportunité de réfléchir aussi à notre relation avec la nature. Pendant une heure, éteignons télévision, ordinateur et smartphone pour discuter avec nos proches des actions à mettre en place pour la protéger», enjoint Jessica Nibelle, porte-parole du WWF Belgique

    Dîner aux chandelles, jeu de société, lecture d’un livre ou encore réalisation d’un bricolage pour donner une seconde vie aux déchets, ... sont autant d’activités que suggère le Fonds mondial pour la nature.

    Depuis 2007, des millions de personnes de par le monde éteignent leurs lumières durant une heure pour le «Earth Hour». Chaque année, les villes du monde entier éteignent leurs monuments pendant une heure pour attirer l’attention des citoyens sur la crise climatique. Avec le coronavirus, l’action se déroulera principalement dans l’intimité des foyers.

    L’an dernier, des milliers de villes dans 180 pays ont participé à l’action.

    (Source Sudinfo)

  • La survie du virus varie de 3h à 5 jours, selon les surfaces

    C38AF3FF-076E-4D87-AC32-8735144D9490.jpeg

    Plastique, monnaie, bois… D’après une étude menée par le New England Journal of Medecine, le coronavirus aurait une durée de vie différente en fonction de la surface et de la matière sur laquelle il se trouve.
     
    Elle serait de 4 h sur du cuivre, qui compose par exemple nos pièces de monnaie. Celle-ci pourrait même être de 5 jours sur du verre ! Le Covid-19 est même détectable jusqu’à deux à trois jours sur des surfaces en plastique ou en acier inoxydable, et jusqu’à 24 heures sur du carton. Cela étant, la contamination dépend de « la quantité de virus présent sur la surface », soulignent les chercheurs. Quand on touche des surfaces contaminées, le risque est de porter ses mains au visage et d’être infecté par la bouche, le nez ou les yeux. Il est donc impératif de se laver les mains plusieurs fois dans la journée et à chaque contact à risque.
    Les autorités de santé s’accordent à dire que le virus ne survit pas sur les aliments. D’autant que la plupart d’entre eux seront cuits et que le virus sera ainsi tué par la chaleur. Par principe de précaution, en faisant vos courses, ne touchez pas non plus les fruits et légumes que vous n’allez pas acheter.
    En ce qui concerne la durée de vie du virus dans l’air, les études divergent sur le sujet. En effet, une expérience en laboratoire montre que le virus pourrait rester dans l’air jusqu’à 3h mais, pour plusieurs scientifiques, les conditions de l’étude ne correspondent pas à ce qui se passe dans la vie réelle. Le risque est surtout de se tenir à environ un mètre de quelqu’un qui est infecté ou de toucher des surfaces sur lesquelles sont tombées ses gouttelettes respiratoires. (Sudinfo)