"Maggie De Block, vous faites honte à toute la profession!"

BB132Gwj.jpg

© Unsplash

Une étape supplémentaire a été franchie dans le conflit larvé qui oppose Maggie De Block et les professions médicales, avec le dépôt, annoncé ce matin, d'une plainte disciplinaire contre elle et adressée au Conseil provincial de l’Ordre des Médecins du Brabant Flamand et de Bruxelles.

Lassés d'être traités par mme De Block de "dramaqueens" ou de "pleurnichards" en pleine pandémie, agacés par les saillies de la ministre qui n'a pas hésité à comparer le covid-19 à une "petite grippe" ou à affirmer que le port du masque masque n’a pas de sens, les médecins de l’Association Lagardère, unité médico-sociale montoise, ont chargé leur avocat bruxellois Paolo Criscenzo, de diligenter cette plainte.

Le docteur David Bouillon est responsable de l’association "Lagardère", une ASBL qui s'occupe, depuis 2017, avec le soutien de bénévoles, de la "lutte pour la dignité" qui consiste, entre autres, à aider les personnes âgées en difficulté avec un service d'ambulances, des logements d’urgence, des prestations médico-sociales, des conseils juridiques, de l’aide à domicile ou des colis alimentaires. In ne mâche pas ses mots à l'égard de la ministre.

"En déposant plainte, je me confronte à mon propre serment. Maggie De Block fait honte à la profession. À la base, j’étais content qu’un médecin devienne ministre de la Santé. Je pensais qu’elle allait revaloriser les soins et faire preuve de sensibilité, de réserve, de rigueur scientifique dans ses propos. Un médecin doit éclairer la collectivité dans la transparence, pas manquer d’honnêteté intellectuelle. Elle met en péril la crédibilité de tous les médecins", martèle le médecin montois dans La Libre

Et le docteur Bouillon d'ajouter qu'il rassemble des plaintes émanant du personnel médical et de citoyens qui s'estiment mis à l'écart par la gestion de la crise : "Nous disposons déjà de vingt-cinq témoignages", précise-t-il. "Via l’association, nous avons les statuts pour pouvoir déposer des plaintes collectives au pénal", conclut-il.

(LpR - Source : La Libre/Picture by Ashkan Forouzani on Unsplash)

 

Les commentaires sont fermés.