• Jacques (Jacky) Donnay : un artiste, un peintre, un gars bien de chez nous

    fullsizeoutput_16a16.jpeg

    Photo : P. Neufcour

    Était-ce facile de porter un nom si connu dans le monde de l’art liégeois ? Plusieurs artistes portent déjà ce nom : Auguste Donnay (1862-1921) le peintre liégeois, Jean Donnay (1897-1992), le graveur de Cheratte mais aussi Adelin Donnay ou encore Séverine Donnay, sans parler de l’écrivain Maurice Donnay (1851-1945).

    Notre Jacques Donnay est natif de Visé (1947) et a son atelier à Dalhem. Le musée régional de Visé a déjà acquis non seulement des calendriers mais aussi des peintures (Don du peintre avec le bois de la Julienne d’Argenteau) et des dessins à la mine de plomb reproduits en 100 exemplaires et datant de 1984.

    Un achat récent en vente publique a permis d’accroitre le fonds de Jacques Donnay et ce qui est étonnant, c’est la succession des paysages qui s’échelonnent le long de la Meuse, d’aval en amont : l’île Robinson (acquis en 2017), puis les vieilles maisons du quai du Halage à Visé, la chapelle des voyageurs à Hermalle et les maisons de Préixhe (toutes les trois en 2018). Ici l’achat de 2020 concerne une vue de l’église Saint-Lambert à Hermalle avec le rivage de Meuse et une autre des maisons le long du Hemlot, qui est un bras de Meuse. La passerelle qui enjambe ce bras de Meuse est assez typique et il n’y a pas si longtemps s’y trouvait une écluse, qui fut détruite après l’inondation de 1996.

    On retrouve ce style si particulier de cet ancien élève de l’institut saint-Luc de Liège, qui fit une partie de sa carrière dans le domaine publicitaire. Il fait déborder son sujet à l’extérieur du cadre souligné par quelques lignes.

    Il a fait le buzz il y a 2 ans en voulant brûler ses œuvres. Habitant de Dalhem, il fait partie de groupes locaux, notamment les Enfants Belges (Les Rouges de Dalhem) qui fêtent cette année leur 150e anniversaire.

    J.P.Lensen

  • La lettre du Roi Philippe aux Congolais et à leur Président

    D78D209D-241C-4AC8-A7DA-DDEB2EBE8D37.jpeg

    Le roi Philippe exprime ses "plus profonds regrets" pour les "actes de violence" et les "souffrances" infligés au Congo léopoldien puis belge, dans une lettre adressée au président de la République démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, à l'occasion du 60e anniversaire de l'indépendance du Congo. C'est ce que communique le Palais royal ce mardi matin.

    Le roi Philippe est le premier souverain régnant à exprimer ses regrets à ce sujet jugeant que "pour renforcer davantage nos liens et développer une amitié encore plus féconde, il faut pouvoir se parler de notre longue histoire commune en toute vérité et en toute sérénité".

    Notre histoire est faite de réalisations communes mais a aussi connu des épisodes douloureux

    "Notre histoire est faite de réalisations communes mais a aussi connu des épisodes douloureux. A l'époque de l'État indépendant du Congo, des actes de violence et de cruauté ont été commis, qui pèsent encore sur notre mémoire collective. La période coloniale qui a suivi a également causé des souffrances et des humiliations", décrit le descendant de Léopold II.

    "Je tiens à exprimer mes plus profonds regrets pour ces blessures du passé dont la douleur est aujourd'hui ravivée par les discriminations encore trop présentes dans nos sociétés", assure alors le roi des Belges à l'adresse du président de la République démocratique du Congo. Le roi Philippe ajoute qu'il entend continuer "à combattre toutes les formes de racisme" et encourage à cet égard "la réflexion qui est entamée par notre Parlement afin que notre mémoire soit définitivement pacifiée".

    Une prise de parole de Sophie Wilmès

    Dans son courrier, le roi présente également ses félicitations au président de la République démocratique du Congo à l'occasion du 60e anniversaire de l'indépendance du Congo, regrettant - "compte tenu des circonstances actuelles" - ne pouvoir assister aux festivités auxquelles il avait été invité.

    La Libre Belgique indique que la Première ministre belge Sophie Wilmès (MR) devrait également prendre publiquement la parole mardi pour livrer un message au ton semblable à celui du chef de l'État.

    Ci-dessous, dans son intégralité, la lettre de félicitations à Felix-Antoine Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance du Congo.

    "En ce soixantième anniversaire de l’indépendance de la République démocratique du Congo, je tiens à vous adresser ainsi qu’au peuple congolais mes vœux les plus chaleureux.

    Cet anniversaire est l’occasion de renouveler nos sentiments d’amitié profonde et de nous réjouir de la coopération intense qui existe entre nos deux pays dans tant de domaines, et notamment dans le domaine médical qui nous mobilise en cette période de pandémie. La crise sanitaire nous frappe au milieu d’autres préoccupations. Le partenariat privilégié entre la Belgique et le Congo est un atout pour y faire face. En ce jour de fête nationale, je souhaite réaffirmer notre engagement à vos côtés. 

    Pour renforcer davantage nos liens et développer une amitié encore plus féconde, il faut pouvoir se parler de notre longue histoire commune en toute vérité et en toute sérénité.

    Notre histoire est faite de réalisations communes mais a aussi connu des épisodes douloureux. A l’époque de l'État indépendant du Congo des actes de violence et de cruauté ont été commis, qui pèsent encore sur notre mémoire collective. La période coloniale qui a suivi a également causé des souffrances et des humiliations. Je tiens à exprimer mes plus profonds regrets pour ces blessures du passé dont la douleur est aujourd’hui ravivée par les discriminations encore trop présentes dans nos sociétés. Je continuerai à combattre toutes les formes de racisme. J’encourage la réflexion qui est entamée par notre parlement afin que notre mémoire soit définitivement pacifiée.

    Les défis mondiaux demandent que nous regardions vers l’avenir dans un esprit de coopération et de respect mutuel. Le combat pour la dignité humaine et pour le développement durable requiert d’unir nos forces. C'est cette ambition que je formule pour nos deux pays et pour nos deux continents, africain et européen.

    Les circonstances actuelles ne permettent malheureusement pas de me rendre dans votre beau pays, que j’aimerais tant mieux connaître. J’espère que j’en aurai bientôt l’opportunité." (Belga)

  • Été 2020 : 2e saison des croisières-promenades sur la Meuse

    85BE0FFF-AFEE-42BF-BF01-48A8FA32E23A.jpeg

    Photo Liège Croisières

    Croisières-promenades organisées par l’Echevinat du Tourisme de la Ville de Visé et la Maison du Tourisme du Pays de Herve avec le soutien de la Fédération du Tourisme de la Province de Liège et en étroite collaboration avec Liège-Croisières.

    2e saison des croisières-promenades sur la Meuse


    Après le succès rencontré en 2019, nous ne pouvions pas imaginer ne pas organiser une 2e saison de croisières-promenades. Bien sûr, les bateaux pourront embarquer moins de passagers (50) qu’à l’accoutumée (afin de répondre aux mesures sanitaires toujours en cours ; mais, en multipliant les croisières, nul doute que nous pourrons répondre favorablement à la demande estivale. Des croisières-promenades qui sont une opération menée de concert entre l’Echevinat du Tourisme de la Ville de Visé et la Maison du Tourisme du Pays de Herve avec le soutien de la Fédération du Tourisme de la Province de Liège et en étroite collaboration avec Liège-Croisières.

     

    • Quand ? Tous les mercredis et tous les dimanches de l’été Départs à 11h30, 13h30 et 14h30
    • Où ? Ile Robinson
    • Durée ? 40 minutes
    • Prix ? Adulte 7€ - Enfant 5€ - Moins de 6 ans : 1 enfant gratuit pour 1 adulte payant

    50 places par croisière – réservation conseillée - accessible PMR

    Points de vente ? www.paysdeherve.be et antenne touristique de l’été, place Reine Astrid à Visé dès le 1er juillet

    Infos 04/374 85 55 – www.paysdeherve.be

     
  • LE MUSEE REGIONAL D’ARCHEOLOGIE ET D’HISTOIRE SE DECONFINE A PARTIR DU 1ER JUILLET ET TROIS VISITES GUIDEES SERONT PROGRAMMEES DURANT LES VACANCES

    359B02D4-E07D-463A-BB44-DBBA047FFC7F_4_5005_c.jpeg

    Beaucoup de musées dont les plus importants se sont déconfinés dès le 18 mai et dans les jours suivants. Le musée de Visé, situé dans le centre culturel va réouvrir ses portes dès le 1er juillet avec les modalités d’usage, porter un masque, réserver préalablement par mail à info@MAHVI.be ou par téléphone 0492166689 pendant les heures de bureau. Trois personnes pourront être accueillies au même moment. Du gel hydroalcoolique sera mis à disposition des visiteurs. Les heures d’ouverture du musée régional seront établies ainsi : du mercredi au vendredi de 14 h. à 16 h. Pour rappel , l’adresse est le 31, rue du Collège à Visé (centre culturel) et le musée se situe au premier étage.

    Trois activités extérieures pour groupes seront programmées pour ces 2 mois de vacances et les mêmes modalités seront mises en avant : réservation préalable par mail (info@mahvi.be) au plus tard la veille de l’animation et distanciation sociale privilégiée sur place.

    Le dimanche 5 juillet à 15 h., rendez-vous place du Roi Albert à Lanaye (musée de Lanaye) pour une visite nature et archéologie sur le site de la Montagne Saint-Pierre. Nous nous rendrons sur le plateau de la Montagne pour évoquer comment était, au temps passé de l ‘époque néolithique jusqu’à nos jours , le cadre naturel et comment les hommes ont fait évoluer le paysage jusqu’à nos jours. Durée 2 h. au plus PAF de 5 ou 3 €.

    Le dimanche 19 juillet à 15 h., rendez-vous rue de Visé à Cheratte (Charbonnage du Hasard) pour une visite du complexe charbonnier dans sa structure d’origine : le charbonnage (extérieur), le château, la cité du charbonnage et le canal. Durée 2 h. au plus et Participation aux frais de 5 ou 3 €.

    Le dimanche 2 août à 15 h., rendez-vous à la Gare de Visé pour faire une visite commentée du parcours mémoriel (2 km) consacré à la Grande Guerre 14-18 dans le centre de Visé. Vous le savez, Visé a été la première ville martyre de la Grande Guerre en Belgique par l’incendie de son centre historique les 15 et 16 août 1914, le massacre de 42 civils et la déportation de 631 hommes vers l’Allemagne. Le parcours passe en revue les faits de guerre, la vie des civils et la reconstruction modèle qui suivit. Durée 2 h. au plus et Participation aux frais de 5 ou 3 €.

    POUR LE MUSEE : J.P.LENSEN

  • Courrier des lecteurs : un message adressé à Cécile Djunga

    AFF3E4E7-8F44-45D8-A3FE-9AF5C3325D85_4_5005_c.jpeg

    Message adressé à Madame Djunga
    Que je respecte et que je refuse qu'on insulte.

    "Madame Djunga,

    En lisant la presse ce matin, un article m'interpelle: ainsi donc vous voudriez que l'on réécrive l'histoire de Belgique pour donner à nos chères têtes blondes une image moins édulcorée de leur patrie. Il faut dorénavant leur donner une image sale, abjecte nauséabonde de la colonisation du Congo et de son instigateur, le roi Léopold II.

    Je vous vois déjà bondir de votre fauteuil et crier au scandale, à l'infamie!!! Comprenons nous bien! Loin de moi l'idée de cautionner les meurtres, les tortures, les exactions commises sur le peuple congolais. C'est intolérable. Mais tout ceci c'est fini, ça s'est arrêté , je suppose ??? ,vers 1960, il y a environ 60 ans, date de l'indépendance du Congo. La Majorité des Zaïrois ignore ces faits aujourd'hui.

    Mais vous avez l'esprit revanchard, Madame Djunga, et vous crachez volontiers dans la soupe que votre pays d'adoption, peut-être même de naissance porte à votre bouche quotidiennement ! Le racisme est un fléau qu'il faut combattre férocement tous les jours de notre existence. Nous sommes d'accord! Mais, croyez-vous que le Zaïre en particulier, et l'Afrique en général ont attendu l'arrivée des Belges sur leur sol pour découvrir le racisme et l'esclavagisme?

    En 1968, je suis allé au Maroc pour la 1ère fois dans la famille d'un petit orphelin que mes parents avaient accueilli après le tremblement de terre d'Agadir, en 1960. Sa maman, veuve, avait une petite ferme, et pour l'aider, 2 esclaves noirs. Pas des ouvriers agricoles comme on l'entend dans notre belle Hesbaye, non, de vrais esclaves noirs, auxquels il étaient interdit de pénétrer dans le corps de logis des maîtres! Les aïeux de ces pauvres bougres avaient été "importés" d'Afrique centrale vers le Maghreb quelques siècles auparavant.

    Quand la France a gagné sa 1ère coupe du monde de football, Liam Thuram a demandé que tous les blacks (terme employé par Thuram) se resserrent pour prendre une photo. J'aurais été curieux de voir le tollé si Barthès avait pris cette initiative avec les blancs ! Le racisme est immonde, mais croyez-vous qu'il n'existe qu'en Europe et en Amérique ??? Desproges disait: j'adhèrerai à SOS racisme quand racisme s'écrira avec un S ! Vous comprenez ?

    Regardez un peu dans votre assiette, Madame Djunga. Croyez-vous que les Mobutu, Kabila, Amin Dada, Bokassa, Kadhafi, Ali, Nkurunziza, et j'en passe, valent mieux que Léopold II ? Et eux, bien calée dans votre fauteuil bruxellois, vous les avez regardés sans rien dire. Le génocide Hutu-Tutsi, le massacre des militaires belges, etc, etc... ne sont pas des crimes racistes, selon vous ?

    La différence entre Léopold II et ces sinistres personnages, c'est que notre roi a apporté prospérité et richesse à votre pays et à des centaines de familles belges et congolaises, pour certaines de façon peu honorable, j'en conviens, pour d'autres, grâce à leur ingéniosité et à leur travail.

    Au début du XXème siècle, Léopold cédait le territoire congolais à la Belgique.

    En 1960, le Congo obtenait son indépendance et devenait le Zaïre. Les méchants colonisateurs y ont laissé des routes, le chemin de fer, des écoles, des hôpitaux, des dispensaires, des palais de justice, des usines, des mines. Quelques années après leur départ, tout était réduit en poussière. Et ces tyrans destructeurs ont permis l'enrichissement honteux de leur coterie et de quelques membres de leur famille. La fortune de Mobutu n'a rien à envier à celle de Léopold II !!!

    Mais au lieu de réclamer des excuses, demandez-vous pourquoi votre pays, dont le sous sol, anomalie géologique, est le plus riche de la planète (or, diamant, platine, cuivre, cobalt, uranium ...) a une population parmi les plus pauvres du monde. Mais, Madame Djunga, continuer à exiger excuses et réparations à des générations de belges dont les plus anciennes connaissent un peu l'histoire, et les plus récentes ignorent que le Zaïre s'appelait autrefois Congo, ça c'est provoquer la haine et entretenir le racisme.

    On peut être responsable de ce que font nos enfants, pas de ce que nos arrières-arrières grands-parents ont fait, il me semble !!!

    Aujourd'hui, il faudrait déboulonner les statues de Léopold II en Belgique, celles de Christophe Colomb aux USA, celles de Colbert en France. Et quoi encore ???

    Occupez-vous de votre Histoire et laissez-nous continuer à étudier la nôtre.

    A première vue, vous avez trouvé, en la personne de Madame Désir, une oreille attentive. Je crois qu'elle compte même réécrire les manuel d'histoire.

    Ah, la politique et sa chasse aux voix !!!

    Une requête Madame Djunga, foutez-nous la paix et continuez à essayer de faire rire !"

    Roland Bosmans

    Le débat est ouvert, vos commentaires sont attendus. Pour rappel, l'incitation à la haine et au racisme ne seront pas publiés. A nous de montrer qui est tolérant, qui est raciste...