La commune de Blegny est en deuil : Myriam Abad-Perick est décédée

Après une dizaine de jours d’hospitalisation, la mauvaise nouvelle est tombée lundi : Myriam Abad-Perick a appris qu’elle ne survivrait pas de sa leucémie. Fidèle à ses habitudes, la socialiste a toutefois gardé le moral, tentant de positiver avec sa famille, ses amis et les personnes qui lui rendaient visite. Mais cela n’a malheureusement pas suffi et elle s’est éteinte mercredi en début de soirée à l’âge de 62 ans, provoquant l’émoi dans la commune de Blegny et dans ses environs. Il faut dire que sa popularité était aussi forte que sa franchise, son honnêteté et surtout sa joie de vivre.

À Blegny, il n’y a d’ailleurs quasiment que le poste de bourgmestre que Myriam Abad-Perick n’a jamais occupé ! Elle a siégé au Conseil communal durant 37 ans. C’est en fin d’année 2018 qu’elle a tourné la page, consciente que ses soucis de santé commençaient à devenir trop problématiques. « L’aventure politique avait débuté en 1981 », nous confiait cette fille d’immigré espagnol avant son dernier Conseil.

Des attributions, Myriam en a reçu une flopée durant sa longue carrière politique à Blegny. « Si je jette un coup d’œil dans le rétroviseur, je remarque que j’ai tout eu en charge sauf la culture et l’enseignement », ajoutait-elle aussi avec un grand sourire.

 

À noter que Myriam Abad-Perick a en quelque sorte écrit l’histoire de sa commune. En effet, elle avait été la première conseillère communale féminine à Blegny. Ensuite, elle a aussi été conseillère provinciale puis présidente du conseil.

(Yannick Goebels)

Commentaires

  • recevez mes sincères condoléances à toute la famille une pensée sincère pour Myriam Ton passage sur terre laissera beaucoup de souvenirs inoubliables pour le travail réalisé Repose en paix

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel