• Odeur de gaz rue des Récollets à Visé

    0898E4DF-546D-4294-94D3-CF09FB4DA96F.jpeg

    Photo : D.R.

    Des riverains avaient signalé une odeur de gaz dans la rue des Récollets à Visé. Afin d'éviter tout risque, Resa, le gestionnaire du réseau, est venu directement sur place tandis que la police de la Basse-Meuse barrait l'accès à la rue. Des renseignements que nous avons pu obtenir, il n'y avait aucun risque et la quantité de gaz détectée était négligeable. Selon une autre source, des ouvriers de Resa seraient intervenus plus tôt, et il est possible qu'à cette occasion, un peu de gaz se soit répandu dans l'atmosphère. Aucun danger donc. (P. Neufcour)

     

  • Coronavirus: «confinement partiel» et fermeture des bars et restaurants aux Pays-Bas

    Après des mois de refus du port du masque, M. Rutte a finalement décidé de le rendre obligatoire dans tous les espaces clos pour les plus de 13 ans.

    La vente d’alcool sera également interdite après 20H00 (18H00 GMT), dans le but de réduire les interactions sociales qui ont entraîné une augmentation des cas de Covid-19, selon le Premier ministre, qui a précisé que ces mesures entraient en vigueur mercredi.

    «Nous entrons en confinement partiel», a déclaré M. Rutte lors d’une conférence de presse télévisée. «Cela va faire mal, mais c’est la seule solution. Nous devons être plus stricts».

     

    Mercredi dernier, les autorités sanitaires néerlandaises ont fait état d’un nouveau record quotidien de 7.393 contaminations au coronavirus. En une semaine, elles ont répertorié 43.903 nouveaux cas et 150 morts.

    Sur les 14 derniers jours, les Pays-Bas ont le troisième plus haut taux de nouvelles contaminations pour 100.000 habitants en Europe, derrière la République tchèque et la Belgique, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

    Ces derniers mois, le gouvernement de M. Rutte a promu une politique de «confinement intelligent» nettement moins stricte que ses voisins européens, mais il ne parvient plus à contrôler la seconde vague de l’épidémie. (Source : Sudpresse avec AFP)